Zibeline n°62 avril 2013
Zibeline n°62 avril 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°62 de avril 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 8,4 Mo

  • Dans ce numéro : des modèles en crise.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
16 M P2013 Picasso, précurseur de la céramique contemporaine Picasso céramiste et la méditerranée est le fruit du mariage exceptionnel entre la Chapelle des Pénitents noirs d’Aubagne et le Musée national de la céramique de Sèvres. En effet les deux villes sont sur un territoire commun : celui de la « terre ». Mais l’événement est double, puisqu’il donne aussi le coup d’envoi du Grand atelier du Midi (13 juin-13 octobre), exposition diptyque comprenant De Van Gogh à Bonnard au musée des Beaux-arts de Marseille et De Cézanne à Matisse au musée Granet à Aix-en-Provence, à laquelle s’associe Raoul Dufy, de Martigues à l’Estaque au musée Ziem à Martigues. Ce parcours inédit débutera donc le 27 avril, dans le nouveau centre d’art aubagnais, chapelle patrimoniale devenue un bel espace muséal contemporain. L’histoire de Picasso céramiste est particulière : elle s’ancre à la fois à Sèvres, où il fut invité par des artisans catalans dans les années 1936/38, et à Vallauris où il fit des expériences singulières, d’ordre artisanal et intime, plongeant dans le geste et le contact avec la matière après la Seconde Guerre mondiale. Pour évoquer cette production marquée par l’obsession méditerranéenne, les commissaires d’exposition Joséphine Matamoros 1 et Bruno Gaudichon 2 ont opté pour une démarche pédagogique. Et conçu une exposition à caractère patrimonial qui mêle sources antiques (prêts du Louvre), vaisselles produites à Vallauris (ou comment l’artiste s’en empare), évoque la prégnance de la tauromachie, du drame espagnol, de la figure du faune, et explique comment la céramique a nourri l’imaginaire pictural et sculptural de Picasso. Aussi les pièces, pour la plupart inédites, sontelles enrichies de matrices et de modèles anciens qui sont autant de référents de son travail. Plats en terre cuite à décor peint à l’émail, vases à col évasé en terre cuite rouge, gravée et peinte à l’engobe, plaque rectangulaire en terre cuite et autres Tanagras en terre cuite blanche tournée et modelée témoignent de son appétence pour la terre sous toutes ses formes, et pour les couleurs révélées à la cuisson : « Ce qui est formidable pour Picasso, souligne Bruno Gaudichon, c’est la part de risque contenue dans la céramique ». Cette part de risque qui fait que Picasso a tout tenté, ouvrant la voie aux artistes d’aujourd’hui par cette production d’objets qui n’est pas accessoire dans son œuvre de peintre, mais une forme essentielle de son esthétique. MARIE GODFRIN-GUIDICELLI 1 Conservatrice honoraire du Patrimoine 2 Directeur du musée d’art et d’industrie André Diligent - La Piscine à Roubaix du 27 avril au 13 oct Chapelle des Pénitents noirs-centre d’art, Aubagne www.picasso2013.com Chouette sur tête de faune 9-3-61 Vase zoomorphe dessiné par Picasso, terre cuite blanche (éléments tournés, modelés et assemblés), peinte aux oxydes et à l’engobe, sous couverte partielle 58 x 48 x 40 cm. Pièce unique. Coll. part. Successions Picasso 2012 Maurice AeschimannPenser, oublier, jouir, partir, neons et transformateurs, Nicolas Gilly et Laurent Le Forban, 2013 "emir Vies de château 22 artistes marseillais sont en escale au Château de Servières pour un retour aux origines place des Compagnons Bâtisseurs. Entre nostalgie et petits bonheurs L’expérience aura duré près de vingt ans. De 1988 à 2006, le centre social installé dans la Bastide des quartiers nord sous l’impulsion de Régine Dottori expérimentait un espace d’art contemporain intégré à sa mission auprès des habitants. Sur le principe d’une galerie associative ouverte aux artistes de Marseille et sa région, après la fermeture du centre, celle-ci a trouvé refuge boulevard Boisson dans les Ateliers de la ville de Marseille toujours sous la direction de Martine Robin. Le Mythe du retour signe donc un come back temporaire aux origines avec les artistes qui fréquentèrent le lieu sur les hauteurs de la ville, alors que la directrice ambitionne une programmation spécifique pour la suite de cette année 2013. Dans la variété des propositions nous retrouvons des œuvres anciennes et plusieurs réalisées pour cet évènement, interpelant le plus souvent les dimensions du temps et du voyage. Marc Quer disperse valises et autres objets délaissés, le train de Koki Watanabé tourne en rond en traversant les murs… Penser, -, jouir, partir de Nicolas Gilly et Laurent Le Forban suggère un revenir avec un brin de nostalgie. Celle-ci relèverait d’une double portée : le retour (nostos) allié à la douleur (albos) dont nous aurions retenu surtout le premier dans l’inquiétude du déracinement 1. À l’autre bout de la ville Miguel Palma restructurant entièrement les ateliers Boisson en un labyrinthe transpercé de projections lumineuses (issues d’une résidence avec Voyons Voir) s’ingénie à perdre le visiteur à travers un théâtre de l’errance entre visible et aveuglement. Ulysse rejoint Dédale. Souhaitons-leur un bon retour. CLAUDE LORIN 1 La Nostalgie, Barbara Cassin, Ed Autrement, 2013 Le mythe du retour jusqu’au 29 juin Château de Servières, La Bastide, Marseille 04 91 85 42 78 www.chateaudeservieres.org
Forcément monumental ! Pour sa première exposition à Marseille, Désordre, Bernar Venet a choisi les jardins verdoyants du Pharo sur fond de ciel et de mer. Bleu de préférence. Zibeline : En quelques mots, quelle est la genèse de cet imposant Désordre ? ! Bernar Venet : L’histoire a commencé lorsque j’ai découvert l’esplanade du David : j’ai fait quelques photos et je me suis dit que ce serait bien de faire un jour une exposition à Marseille. C’était bien avant la capitale européenne de la culture… Et puis l’association l’Art prend l’air 1 est venue me voir en m’expliquant son projet d’exposition collective. Je n’étais pas contre, mais j’avais déjà l’idée d’une exposition de groupe de mes sculptures ! On travaille ensemble depuis quatre ans et finalement on y est : c’est l’installation. Sur quels critères avez-vous choisi les jardins du Pharo ? Entre-temps, j’ai visité plusieurs lieux avec Juliette Laffon 2, certains étaient trop éloignés, d’autres n’étaient pas parfaits. Un jour, j’ai trouvé qu’ici c’était l’idéal parce que surélevé et Bernar Venet au Palais du Pharo a l'occasion de la depose de son oeuvre Desordre Florence Loussier - L'Art prend l'air qu’il y a deux couleurs, le bleu et le vert. Et l’architecture j’imagine ! Comme vous le voyez toutes mes œuvres sont en courbe, et, au contraire de cette architecture tellement symétrique et géométrique, j’ai travaillé sur le désordre. Ce contraste est très intéressant car j’ai abandonné l’idée de présenter plusieurs pièces, il y a une seule installation composée de douze groupes d’arcs. Après le repérage, avez-vous réalisé des croquis ou de nouvelles photos ? J’ai fait quelques photos montages uniquement à l’attention des décideurs de la Ville qui avaient des responsabilités par rapport à mon projet. Et quand je suis revenu, j’ai pensé à une installation physique qui tienne l’espace : en réalité, ce sont trois œuvres séparées que j’ai mises ensemble pour créer une œuvre unique. Pourquoi exposer dans un espace public aussi accessible que l’on peut enjamber les arcs ou même s’asseoir dessus ? Exposer des œuvres c’est l’objectif numéro un. Dans un musée c’est formidable, mais il y aussi une autre réalité : mes sculptures sont monumentales et se prêtent bien à l’espace public. Je crois que l’art doit être montré à tout le monde : certains y seront allergiques, d’autres les trouveront peut-être intéressantes. Un jour ils tomberont sur un livre ou un article et apprendront ce qu’est la sculpture moderne. Enfin, la mienne. Après Versailles, Le Pharo : c’est la même manière d’appréhender les deux projets ? C’est à peu près pareil. À Marseille je suis le premier à exposer dans ce lieu qui s’y prête vraiment. Mais Versailles a un tel prestige qu’il n’a pas le même impact : on a eu 6 millions de visiteurs, c’est énorme ! Chaque endroit a son intérêt et Marseille est la grande ville d’une région où je suis né et où je vis, je suis donc ravi d’y exposer. C’est important pour moi. PROPOS RECUEILLIS PAR MARIE GODFRIN-GUIDICELLI À découvrir jusqu’au 27 septembre http://www.lartprendlair.fr 1 Françoise Bunan et Florence Loussier 2 Commissaire de l’exposition Ici, ailleurs à la Tour-Panorama de la Friche la Belle de mai (12 janvier/31 mars) 17 iM P2013 1 te théâtre DURANCE vendredi 03/05 - 21h - Chmirine ! irr5_,_5 rom', r ! P 11-Irff - Thrs,l,+ra AA=çr ; rfipr - Rnr f- ; 2rd mercredi 75105 - 11h & 16h - La grenouille au fond du purs croit que le ciel est rond - Vélo Théâtre > parcours-spectacle [tout public dès 6 ans] Château-Arnouxl5aint-Auban (04) - www.theatredurance.fr - 04 92 64 27 34 I



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 1Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 2-3Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 4-5Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 6-7Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 8-9Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 10-11Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 12-13Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 14-15Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 16-17Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 18-19Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 20-21Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 22-23Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 24-25Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 26-27Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 28-29Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 30-31Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 32-33Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 34-35Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 36-37Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 38-39Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 40-41Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 42-43Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 44-45Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 46-47Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 48-49Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 50-51Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 52-53Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 54-55Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 56-57Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 58-59Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 60-61Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 62-63Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 64-65Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 66-67Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 68-69Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 70-71Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 72-73Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 74-75Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 76-77Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 78-79Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 80