Zibeline n°62 avril 2013
Zibeline n°62 avril 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°62 de avril 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 8,4 Mo

  • Dans ce numéro : des modèles en crise.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
14 M P2 Changer 0 13 les signes Le Tunnel des Mille signes, Tunnel Bénédit, Frederic Clavère Sam Mertens Le centre ville marseillais est coupé en deux par la voie de chemin de fer. Deux tunnels routiers, nauséabonds et bruyants, sont les seuls moyens pour rejoindre à pied les 1er et 3 e arr. d’une ville qui n’en a pas fini de panser ses clivages. Les Quartiers Créatifs, actions de participation citoyenne inventés par la Capitale culturelle, professent le regard artistique comme (un) remède aux plaies sociales. Dans le cas des tunnels Bénédit et National l’initiative artistique de la capitale, relayée par La Friche, a réussi à intégrer les habitants, et à forcer l’implication des collectivités dont dépendent les équipements urbains : si les tunnels restent pollués et sonores, s’il y pleut encore, l’éclairage est moins glauque, ils sont nettoyés et en partie repeints. Le port du masque n’est plus obligatoire, les asthmatiques sont admis et… il faut désormais y ouvrir les yeux ! Car les artistes offrent aux regards de quoi s’occuper le temps de la traversée. Voire de quoi y flâner ! Dans le Tunnel Bénédit des panneaux aux Mille signes offrent leurs pictogrammes au jeu du décryptage… Fréderic Clavère amuse ainsi les passants avec un jeu d’énigme, un habillage aux couleurs attractives, agrémenté de quelques messages subversifs. Boulevard National le tunnel est plus solennel, très haut, chargé d’histoire tragique puisque les bombardements alliés y causèrent en 44 des centaines de morts. Philippe Mouillon & Maryvonne Arnaud l’ont transformé en cathédrale laïque garnie d’Ex-voto, vœux des citoyens dont un œil, une main une bouche cadrés disent le besoin de respect, de réussite, d’air, de vie, en des slogans mis en boîtes élégantes. Le 30 mars quelques manifestations festives, concert d’élèves, tarte aux pommes, caramel et petit train touristique accompagnaient, depuis la Friche, cette originale rénovation d’un territoire. Mais l’essentiel reste aujourd’hui à faire, sans quoi cet investissement artistique, modeste mais capital, manquera son but : la rénovation urbaine doit avoir lieu jusqu’au bout, dans l’intérêt concerté des habitants du quartier le plus pauvre de France. AGNÈS FRESCHEL De la vapeur au générique ! Pour MP2013, la cie de théâtre de rue Générik Vapeur est présente sur plusieurs projets. Avec Les grandes Carrioles de la Friche, elle devient « créateur de l’extraordinaire » dans l’hommage rendu aux kiosques de rue des grands marchés de la Méditerranée, pour un Barbecue-mer en duo avec Pierre Berthelot et le chef Christian Ernst (en tournée sur le territoire à partir d’avril dans de nombreux projets : GR2013, Transhumance, Festins de Méditerranée, La nuit des Suds…). Inaugurée le 12 avril (jusqu’au 21 sept) sur le parvis du J1, la Clepsydre, en lien avec les Savonneries du Midi et du Fer à Cheval, est une installation monumentale proche de l’Art Brut en savon de Marseille. Une sculpture de 3x3m qui permet de mesurer le temps par la disparition, la transformation de la matière que génère l’eau sur le savon. Du 10 au 15 mai sur l’esplanade du J4, une autre œuvre monumentale et éphémère, 17 e arrondissement-cité utopique, une cité de containers en bord de mer, abritera les interventions d’une cinquantaine d’artistes de France, du Chili, de Chine et d’Allemagne. Et dans le cadre de la Folle Histoire des arts de la rue, le 17 mai, Générik Vapeur initiera la soirée Moteurs ! organisée par l’ensemble des Habitants de la Cité des Arts de la rue, puis le 19 mai au J4 le spectacle de nuit grand format Waterlitz. DELPHINE MICHELANGELI www.generikvapeur.com www.mp2013.fr Waterlitz Lady Taktak Salon, savon, cavalcade et voltige La participation de Salon-de-Provence à la Capitale Culturelle représente une opportunité vivifiante pour le maire de Salon et son adjoint à la Culture. La dynamique créée a permis l’aménagement d’un nouveau lieu d’exposition pérenne, l’Espace Robert de Lamanon, pour la somme de 400 000 euros. Il accueillera du 10 avril au 16 juin le travail de Taysir Batniji, artiste palestinien, notamment la pièce faite de 154 carrés de savon intitulée L’homme ne vit pas seulement de pain # 2, élaborée à la Savonnerie Marius Fabre durant un atelier de l’Euroméditerranée. Une autre exposition lui succèdera, unique et singulière, du 5 juillet au 30 sept : celle d’un artiste-artisan, Raymond Reynaud, enfant du pays. Le Château de l’Emperi, quant à lui, accueillera du 24 mai au 1er déc l’étonnante proposition de Felice Varini qui, séduit par les toits de la ville, proposera une création monumentale faite de surfaces colorées et autocollantes sur les façades. Salon accueillera aussi la TransHumance, des Centaures Manolo et Camille qui investiront le Domaine du Merle, seule école de bergers transhumants de France. Enfin un événement inédit le 26 mai : un duo d’avions extra 300 chorégraphié par Kitsou Dubois, spécialiste de l’apesanteur, suite à une collaboration avec l’Armée de l’air lors d’un autre atelier de l’Euroméditerranée. La chorégraphe a introduit une dramaturgie dans la virtuosité des figures, considérant que les avions sont le prolongement du corps des pilotes… CHRIS BOURGUE www.salondeprovence.fr. ; l'sIIA11 1i —', R — -i'Ir i I ; i.,AjI = r It ` _b±.1IC I:I S 114 ; j'.1. A Ifrl I ! ti.1 i If:l I i - IU i i'U hËj7 7.. : i I -, I.. l' : iEi7hhÇ' ! t'IF'IF',C} hl'I I AT'. L 1 i _.., f`jAf- Y (:4)lIPiiI._,110 Ili, lf flai}S_51L-l4r VY5, 1 II li.M. : L’homme ne vit pas seulement de pain #2 (Detail), Taysir-Batniji, 2012ADAGP Paris 2013 Clementine Crochet.. L _,- LI. h =El _i:X r
Mai en folie ! La Folle histoire des Arts de la Rue a commencé en 2008, année de la désignation de la Capitale européenne ; ce qui instaure d’emblée un lien entre MP2013 et les Arts de la Rue. Cette 4 e édition élargit le territoire et le nombre des interventions pour un budget total de 2,5M d’ €, apporté à 40% par MP 2013 et 33% par le Conseil Général 13. Soit une cinquantaine de spectacles programmés par Karwan, des compagnies d’Europe et de Méditerranée, 46% de compagnies locales, 11 créations dont 4 in situ, plus de 200 artistes, et près de 300 bénévoles dans 6 villes dont Marseille, durant 18 jours. De quoi mettre animer le département ! Un spectacle tout feu tout flamme ouvre les festivités à Marseille les 3 et 4 mai : la Cie Carabosse va déployer une stupéfiante scénographie sur le plan d’eau du Vieux-Port avec quelques 6000 pots de terre enflammés et un ponton à l’emplacement du mythique Pont transbordeur. Puis, les 10 et 11 mai, deux créations : la Cie Motion house et son ballet de tractopelles sur la plage du Prado, le BNM avec Sport Fiction sur l’Esplanade St Charles (voir p 46). Le 17 mai, le Théâtre de l’Unité présentera un spectacle culinaire et amoureux au sein de l’entreprise Descours & Cabaud, puis Moteurs ! à La Cité des Arts de la Rue offrira une nuit effervescente de créations collectives avec la complicité des entreprises de la zone d’activités Arnavant. Lambesc et Marignane accueilleront la Cie Thé à la Rue et le Danse Théâtre Minimi de Finlande ; Charleval découvrira Les 3 Mousquetaires de la Cie suisse Les batteurs de pavés, spécialisée dans la revisitation des grands classiques ; Port-Saint-Louis suivra l’errance Cie Artonik, the color of time Tayseer-Getty curieuse de la Cie grecque Eekuipoiz, La faim des apôtres d’Ilotopie et La collection des six pièces chorégraphiques de la Cie Pernette, également présentée à Aureille où No Tunes International reprendra ses émouvantes digressions. Explosion finale avec Dream City-Voyage à l’Estaque par l’Art Rue de Tunisie dont les créations permettront de découvrir des lieux insoupçonnés et d’apprécier le talent courageux des artistes tunisiens plongés dans une société instable. Enfin les 19 et 20 mai deux spectacles de clôture : Générik Vapeur présente Waterlitz et son totem de métal de 19 mètres (voir ci-contre), et Artonik proposera de changer de peau et de couleur dans l’allégresse sur le Bd de Paris ! Sachez que vous pourrez durant ces manifestations visiter le Porte-Folie, camion-expo tout rouge qui déambulera sur les différents lieux avec vidéos, témoignages sur l’histoire de cette Folle Histoire. Et que toutes les manifestations sont gratuites ! CHRIS BOURGUE La Folle histoire des arts de la Rue du 3 au 20 mai Département des BdR www.follehistoire.fr 15 M P2013 Juste à côté, ici-même « Ralentir le temps », c’est l’ambition du collectif d’artistes Ici-même en résidence au Théâtre du Merlan. Leur méthode consiste à proposer un certain nombre de rendez-vous « intimistes, lents, à la dimension presque artisanale » : écouter les yeux fermés un « concert de sons de ville », marcher la nuit, dormir le jour dans un lit à 50 places, monter une « agence de conversation » ou acquérir un morceau d’œuvre d’art. Mystère, mystère... Il est vrai qu’il est difficile de transposer en mots une expérience sensorielle, et c’est bien ce qui fait la particularité de leur travail. Reste donc pour le public à se laisser guider dans les « chemins de traverse » en faisant confiance aux intervenants. Ce qui n’empêche pas le journaliste chargé d’informer ses lecteurs de se poser un certain nombre de questions concrètes, auxquelles il ne faut surtout pas répondre, de I 110.+'4p¢...r."'- ! 1/W M Gael Guyon _.peur de « dévoiler la surprise ». On se rabat donc sur l’observation de chaque partie prenante dans ce projet, dont les démarches semblent se croiser, et converger parfois. Les membres d’Ici-même revendiquent le fait de ne pas chercher à drainer les habitants du quartier vers leurs L I Illir propositions artistiques : « On les invite plutôt à aller vivre cette expérience dans d’autres secteurs, l’objectif étant de déplacer les regards. » Pour le Merlan, c’est un impératif, car « le Théâtre du Merlan n’est pas le théâtre des quartiers nord, c’est la Scène nationale implantée dans les quartiers nord ». Quant au « voisin du dessus », le responsable de l’énorme centre commercial partenaire du projet, il insiste : « Je me bats surtout pour revaloriser mes employés, dont la plupart vivent alentour ; c’est un combat fatigant. » Dans l’ensemble, tout le monde a l’air satisfait, surtout le délégué de la Poste, autre partenaire : « On a passé le cap de l’interrogation. Vous vous êtes fondus dans la plateforme de courrier, nous avons pu continuer à travailler et apprécié votre présence. Je suis impatient de voir le résultat à présent. » Nous aussi, car le suspens est soigneusement entretenu ! GAËLLE CLOAREC Opératour Ici-Même [Tous travaux d’art] du 12 avril au 25 mai Divers lieux, Marseille 04 91 11 19 20 www.operatour.org



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 1Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 2-3Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 4-5Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 6-7Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 8-9Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 10-11Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 12-13Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 14-15Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 16-17Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 18-19Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 20-21Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 22-23Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 24-25Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 26-27Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 28-29Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 30-31Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 32-33Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 34-35Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 36-37Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 38-39Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 40-41Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 42-43Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 44-45Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 46-47Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 48-49Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 50-51Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 52-53Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 54-55Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 56-57Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 58-59Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 60-61Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 62-63Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 64-65Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 66-67Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 68-69Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 70-71Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 72-73Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 74-75Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 76-77Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 78-79Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 80