Zibeline n°62 avril 2013
Zibeline n°62 avril 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°62 de avril 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 8,4 Mo

  • Dans ce numéro : des modèles en crise.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
10 M P2013 Artefacts et puis s’en vont Il y avait du monde, et du beau, lors de l’inauguration ! Cécile Helle, vice-présidente à la Culture de la Région, présidente du Fonds Régional d’Art Contemporain, a loué le « symbole de ce FRAC nouvelle génération », a rappelé que « depuis l’impulsion donnée par Jack Lang, les FRAC constituent aujourd’hui la 3 e collection française d’art contemporain. » C’est bien le paradoxe de cette institution, assise sur des sacs d’or qu’elle ne peut vendre : l’art contemporain est un investissement que les spéculateurs connaissent bien, capable de rapporter très rapidement, pour peu qu’on ait du nez, et les FRAC en ont, 400% de bénéfice. Mais 2.45 M d’euros de budget de fonctionnement c’est assez peu pour remplir toutes ses missions : expositions dans ses murs et sur le territoire, acquisitions, entretien et restauration, pédagogie, diffusion, résidence d’artistes, programmation d’événements artistiques et conférences, production théorique… Attentive à cette diversité d’objectifs, Aurélie Filippetti a surtout évoqué « la diffusion de l’art contemporain », parlant avec une émotion sensible de la visite de lycéens dans l’après-midi. Michel Vauzelle, quant à lui, en profita pour interpeller sur la « beauté de bâtir », réfutant l’idée qu’en cas de crise il fallait réduire les investissements culturels « outils indispensables à la démocratie ». Des discours généreux mais qui cachent mal les problèmes qu’ils évoquent en creux : les « efforts budgétaires » évoqués par la ministre aboutissent à ce que le budget d’acquisition, c’est-à-dire ce qui revient en bout de course à acheter des œuvres aux artistes, soit réduit à une part plus que congrue : 224 000euros (70% Région, 30% État), soit moins de 10% du fonctionnement, l’équivalent de ce que la Région peut donner, seule, à un long métrage (voir p 61). Comment veut-on que les plasticiens vivent ? Quant au bâtiment, situé dans l’hyper centre, il semble avoir été fini à la hâte et à l’économie : béton blanchi, verre, métal enduit de gris confèrent aux espaces d’exposition une esthétique industrielle sans originalité. Seul l’emblématique mur rideau extérieur y échappe, et les espaces de repos entres les salles d’expo, terrasse et jardins… Austérité contagieuse Exposition inaugurale, La Fabrique des possibles s’inscrit comme naturellement dans cet écrin austère. L’art s’est inspiré en maints endroits de l’univers scientifique et technique. Fernand Léger s’émouvait de la beauté de la culasse d’un canon, les Futuristes louaient les nouvelles technologies de leur temps, Duchamp instillait de la mécanique dans son œuvre et Tinguely y prenait un plaisir destructeur. Bien d’autres poursuivent cet élan aujourd’hui. Des artistes présentés plusieurs ont bénéficié de résidences et partenariats avec des laboratoires scientifiques 1. Ce Yannick Papailhau, Rack, 2012. Materiaux divers, bois, inox. 5 x 3 x 2.75m. Production FRAC PACAC. Lorin/Zibeline rapprochement, parfois fécond comme pour Bettina Samson, propose une muséographie et des objets souvent rudes au regard du visiteur. Car le choix du directeur Pascal Neveux s’est porté sur une dimension expérimentale et exploratoire qui caractériserait la démarche du FRAC. Pour une expo inaugurale ouverte au plus grand nombre la posture est hardie ! Plans, maquettes, croquis, notes et intentions, documents en vitrines composent avec les œuvres exposées un itinéraire complexe, suggèrent des cheminements… qui devraient s’expliciter dans le catalogue à venir. Mais plutôt qu’une démonstration didactique, l’exposition propose un background où interfèrent art et pensée scientifique : apparaissent alors des utopies, de la poésie au cœur de la technique, de la technologie. Ainsi des hybridations d’Anthony Duchêne, l’imposant dispositif à panneaux combinatoire (référence aux systèmes des réserves muséales) de Yannick Papailhau. L’intérêt de la posture artistique serait-elle contenue dans le détournement de l’univers des sciences, concept, process, low/high tech ? D’après Nadège Laneyrie-Dagen 2, l’esprit scientifique est né dans les prospections artistiques au tournant du Moyen-âge à la Renaissance, celles qui ont délaissé la représentation symbolique pour l’exploration du réel, un temps où « les artistes agissent comme de précoces savants… ». Vinci lâche la peinture « lorsqu’il veut décrire des phénomènes précis […] lui préfère le dessin et les commentaires écrits pour exposer les causes ». Comment appréhender alors les croquis, les images annotées de Klein, Baquié, Rottier ou Fuller ? À choisir entre l’art ou la science nul n’est tenu, l’intérêt résidant dans leurs métissages. Quitte à rajouter un peu de poésie et de la couleur s’il en reste dans les réserves ? CLAUDE LORIN ET AGNÈS FRESCHEL 1 implantés à la Technopole de Château Gombert 2 Nadeije Laneyrie-Dagen, L’invention de la nature, Flammarion, 2008 La Fabrique des Possibles jusqu’au 26 mai FRAC PACA, Marseille 04 91 91 27 55
Un mois d’M Le Pavillon M poursuit son ouverture permanente, toujours plus fréquenté, par des habitants et des touristes qui viennent y chercher de l’information immédiate, mais aussi par des gens qui viennent assister aux micro événements, regardent les expo et les performances (Street art le 12 avril, Yacine Hachani le 19 avril de 10h à 15h…), s’attardent aux Before, aux Colos du samedi (voir zib 61), aux propositions du P’tit m (une demi-heure à 11h30, 15h et 16h30 tous les samedis, avec au programme Ben Colibri pour une performance de live-painting le 13 avril, la Cie les Déclownes le 20, les humoristes multitâches le 28…) Les musées de Marseille continuent de présenter leurs Trésors exquis issus de chaque collection (voir Zib 61), en s’attachant le 17 avril à accompagner les enfants, avec goûter offert ! (de 14h à 17h). MP2013 présente ses Rencontres capitales tous les jours de la semaine à 15h : Levers de rideau sur la programmation, Ateliers de l’Euroméditerranée, les artistes et les programmateurs expliquent leurs choix, et on peut ce mois-ci y croiser Bernar Venet, Anne Guiot qui racontera la Folle Histoire des arts de la rue, Julie de Muer qui parlera du GR2013… Le Conseil Général 13 s’est installé dans les 400m 2 de la mezzanine pour tout le mois d’avril, pour une programmation d’événements non stop autour du numérique : ateliers, spectacles, conférences s’y succèdent de 11h à 17h, autour de l’éducation culturelle, de l’écriture en réseau... La parole est donnée à nombre d’associations culturelles et éducatives, patrimoniales aussi, et des spectacles jeune public ont lieu trois fois par semaine, les mercredis, samedis et dimanches à 11h. Avec la Baleine qui dit « vagues » (voir p 69), le Groupe maritime de théâtre pour Jeunesse de Conrad (les 20 et 21 avril)… Bref, on pourrait aisément y passer toutes ses journées, s’il ne fallait pas travailler ! ! A.F. www.pavillon-M.com Vers un parlement euroméditerranéen ? Michel Vauzelle ne pouvait rêver mieux, pour inaugurer « sa » Villa, que ce premier sommet des Présidents des Parlements nationaux de l’Union pour la Méditerranée : les 42 pays étaient présents, ont dialogué, pris semble-t-il quelques résolutions, et décidé d’une « déclaration conjointe ». Une première depuis 2008 et surtout, comme le soulignait Martin Schulz, Président du Parlement européen qui dirigeait également ce sommet des PPUM, la première fois qu’aucun représentant d’une dictature n’était présent dans leurs rangs ! Un « signal fort » que ces « 42 parlements librement élus », qui sont parvenus à discuter de problèmes concrets, écologiques et économiques, voire politiques. « C’est une chance historique, sans précédent, de créer une zone de coopération interrégionale. Nous sommes des voisins, nous devons résoudre ensemble les problèmes de la migration en Méditerranée, décider de modes d’agriculture durable, trouver un développement économique harmonieux qui ne plonge pas la rive sud et le sud de l’Europe dans la désespérance, résoudre le chômage des jeunes par des mesures pratiques. » Même si le conflit Israélo Palestinien a été évité (« nous voulions résoudre des problèmes, et là la solution ne nous appartient Agnès Mellon pas »), la position de l’Allemagne et de l’Europe du Nord a clairement été remise en cause : « Les régions les plus riches de cette zone de coopération doivent travailler à ne plus accepter le déséquilibre économique, et le désespoir intégral du chômage des jeunes. L’union européenne doit tenir la promesse de la coopération économique et politique chez elle, et avec l’UPM. » Une Villa culturelle ? À l’issue de ce sommet, on comprend le rôle que Michel Vauzelle, désormais Chargé de mission du Président de la République pour la Méditerranée, veut faire jouer à sa Villa : c’est évidemment le lieu idéal, et Martin Schulz l’a souligné, pour que se tiennent de grands forums politiques internationaux. Mais il s’agit également d’un bâtiment culturel, au sens large : dès cette première manifestation 1200 jeunes de tous les pays ont eu la parole, et ont exprimé leurs inquiétudes, qui ont été prises en compte par les politiques. « La Villa Méditerranée c’est là, disait Michel Vauzelle en désignant la mer et l’esplanade, et le président ici c’est vous tous. » Un rêve qu’il faudra concrétiser par une programmation culturelle et artistique ambitieuse : l’équipement en a les moyens, à l’heure où le secteur culturel est mis à mal avec une violence inédite (voir p4). Si l’on ne peut que saluer l’investissement dans un tel bâtiment si beau et d’ores et déjà utile, il est regrettable que son inauguration coïncide avec une baisse notable des subventions culturelles de la Région, et ce pendant l’année de la Capitale Culturelle Européenne. AGNÈS FRESCHEL.À venir En raison de problèmes techniques imprévus, un certain nombre d’événements culturels ont dus être reportés, mais non annulés ! Le prochain grand rendez vous, public celui-là, est un grand Forum du quotidien Libération, pour ses quarante ans. Espérons que Nicolas Demorand et son équipe y feront preuve de moins d’ironie désinvolte que lors de leur précédent forum, à la Friche, sur la presse (voir Zib’61). Il sera question cette fois d’Alger, de réinventer le commerce Méditerranéen, de la « Tragédie » Syrienne, des révolutions et de la jeunesse, dans les pays Arabes mais aussi en Grèce et en Espagne. Il y sera question également du traitement de l’information, en Israël et à Tunis, et d’Al-Jazeera. Des journalistes et sociologues seront présents, mais aussi des artistes, des politiques, des militants. Huit grands débats variés sur la Méditerranée au présent, pour y faire avancer l’exercice de la démocratie. Forum Libération les 19 et 20 avril Villa Méditerranée, Marseille www.villa-mediterranée.org www.liberation.fr 11 M P2013



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 1Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 2-3Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 4-5Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 6-7Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 8-9Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 10-11Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 12-13Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 14-15Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 16-17Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 18-19Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 20-21Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 22-23Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 24-25Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 26-27Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 28-29Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 30-31Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 32-33Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 34-35Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 36-37Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 38-39Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 40-41Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 42-43Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 44-45Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 46-47Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 48-49Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 50-51Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 52-53Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 54-55Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 56-57Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 58-59Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 60-61Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 62-63Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 64-65Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 66-67Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 68-69Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 70-71Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 72-73Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 74-75Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 76-77Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 78-79Zibeline numéro 62 avril 2013 Page 80