Zibeline n°6 avril 2008
Zibeline n°6 avril 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°6 de avril 2008

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 72

  • Taille du fichier PDF : 10,0 Mo

  • Dans ce numéro : ouverture de la Biennale.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 54 - 55  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
54 55
54 LIVRES PRINTEMPS DES POÈTES RENCONTRES DU 9 è ART En vers … et contre tout Cabaret Surréaliste JR-Moulouma Y a d’la joie, c’est le printemps. Bonjour, bonjour, les hirondelles… et la poésie. Chaque année, à l’approche de la belle saison, c’est la fête aux poètes et à leurs créations ! Pourquoi est-il besoin de célébrer un genre dont les enfants raffolent (voir page 69) et que beaucoup d’adultes disent apprécier ? C’est que bien peu fréquentent effectivement la poésie... Alors, un Printemps des Poètes pour ressusciter rituellement un genre moribond ? À voir… De nouvelles voix se font entendre, des voies nouvelles sont explorées par les arpenteurs de textes et de mots, dans la lignée d’aînés célèbres. Ce ne sont pas les manifestations qui manquent ! Voici donc une fort peu exhaustive sélection, que nos lecteurs complèteront au gré de leur désir de poésie. Oser le surréalisme à l’Alcazar Pour son Printemps des Poètes, la BMVR a choisi de célébrer Robert Desnos. C’est donc avec un film documentaire consacré à ce créateur éclectique que la manifestation a débuté le 6 mars. Le film de Fabrice Maze Robert Desnos : inédits (2007, 80’) a été projeté devant un public nombreux, qui s’est replongé avec intérêt dans la vie de cet autodidacte génial, un temps compagnon de Breton et des Surréalistes, mais aussi pionnier de la publicité radiophonique et des émissions de radio interactives, journaliste, chantre de la culture et des musiques populaires. On a suivi l’itinéraire de cet amoureux de Paris, des brocantes, de ce traqueur infatigable de l’« insolite du quotidien », de cet anticonformiste total, que sa passion pour la liberté a conduit à la Résistance, puis aux camps. À la question « Pourquoi écrivez-vous ? », Desnos répondait : « Pour donner rendez-vous ». Nous serons donc présents aux prochaines rencontres organisées par la BMVR en partenariat avec la compagnie théâtrale Nini cabarets. Premier rendez-vous à ne pas manquer, vendredi 28 mars à 19h00, la reprise du Cabaret surréaliste, spectacle musical, poétique et amusant (voir Zibeline 5). Autre date à noter, samedi 29 à 15h00, pour la conférence de Marie-Claire Dumas, spécialiste de l’œuvre de Robert Desnos. Cette intervention sera ponctuée de lectures proposées par les comédiennes du Cabaret surréaliste. Et si, après en avoir pris plein les yeux et les oreilles, vous mourez d’envie de vous lancer à votre tour dans les jeux verbaux et sonores à la manière de Desnos, n’hésitez plus, plongez dans le surréalisme : des ateliers d’écriture seront ouverts à tous les mercredis et samedis d’avril au rez-de-chaussée de la bibliothèque. Faire hurler le poème au Petit Matin Vendredi 7 mars, Nicole Yanni et son équipe avaient mis leur lieu à la disposition de l’association Peuple et Culture Marseille, afin d’accueillir le poète performeur Jean-Pierre Bobillot pour une lecture/action Du bruit dans la pointCom. C’est à Pierre Guéry, président de l’association et nonobstant performeur lui-même, slameur, animateur d’ateliers d’écriture, compositeur de poèmes électroniques et romancier entre autres, qu’est logiquement échu l’honneur d’introduire l’invité de la soirée. Ce qu’il a fait, en poésie évidemment… et avec humour, donnant d’emblée la tonalité de cette performance enlevée et décapante, qui, mine de rien, interroge le genre et ses formes contemporaines. Jeux de sons, de rythmes, de mots, pendant plus d’une heure, ça fuse non stop. Féru de poésie sonore, Bobillot se réclame du mouvement dada et de Tristan Tzara. Il en donne d’ailleurs de larges extraits, proférés St Paul 2007 X-D.R
55 en solo, en duo, en quatuor. Une bonne place reste cependant réservée à ses propres créations. Et du Plaidoyer pour l’intellectuel calomnié au Carnage abracadabrant de Tzara Tristan, en passant par le « poème in progress » Prose des rats ou l’irrésistible duo des Français en Amérique, on communie dans cette lecture jubilatoire, dont certains calembours rappellent Prévert. Les mots comme des friandises, comme des matelas qu’on crève, des métaphores qu’on file au premier venu… Au final, le public conquis a scandé, (presque) sans faiblir, « boum boum », base rythmique du dernier texte, cœur battant du Poème. Explorer des îles imaginaires au CIPM rk'A t k. Insulaire X-D.R Au centre international de poésie Marseille, pas besoin de Printemps pour mettre les poètes à l’honneur. Toute l’année, des rencontres, lectures, performances et autres expositions sont programmées, dans le site magique de la Vieille Charité. On a ainsi pu assister, à la fin février, à la présentation, originale à tous points de vue, de Recueil d’écueils. Originalité de la démarche éditoriale d’abord : cette jeune maison bordelaise, Bords perdus, doit son nom au fait que les ouvrages qu’elle édite sont fabriqués à partir de chutes de papier récupérées auprès d’imprimeurs de la région, initiative louable et écolonomique. Originalité de l’ouvrage ensuite : ce Recueil d’écueils a pris la forme d’une carte dépliable, avec ses légendes, sa rose des vents et surtout ses îles. Quatre années de collaboration et d’échange ont été nécessaires au poète Donatien Garnier, grand amateur de livres d’instructions nautiques, et au graphiste Guillaume Bullat, pour parvenir à cette géographie utopique, qui semble illustrer la définition du poème selon Claudel, « une île de mots sur un océan de papier », et invite à une lecture aléatoire des textes, à une navigation libre. Originalité de la performance enfin : tandis que la carte des phantasmes insulaires était projetée sur grand écran, l’auteur a lu ses textes au son des improvisations expertes et suggestives du duo Les fils du Sax. Agréable voyage dans un archipel sonore… Pourtant, malgré la qualité des propositions, malgré un rayonnement international, malgré le relais de la presse locale et nationale et de ceux, nombreux, qui ont signé la pétition de soutien, le CIPM reste à ce jour menacé. Avis donc aux amateurs de poésie : mobilisez-vous pour la survie d’une espèce culturelle en voie de disparition : celle des lieux d’exigence et de recherche ouverts à tous… FRED ROBERT Pour fêter dignement la poésie et les poètes, on peut : Aller sur le site : www.printempsdespoetes.com Se rendre au CIPM, centre de la Vieille Charité Assister au Cabaret Surréaliste et à la conférence sur Desnos à la BMVR Alcazar, les 28 et 29 mars Lire et relire les œuvres de Robert Desnos, aux éditions Gallimard Découvrir les recueils et CD de Jean-Pierre Bobillot ; par exemple Crevez le matelas de mots (l’Atelier de l’Agneau, 2000) ou Le massacre du printemps (Derrière la salle de bains, 2002) ou bien encore Y a-t-il un Poème dans le Recueil ? (Voix, 2008). Ecouter les poèmes électroniques de Pierre Guéry : Kit to be hacked (L’Ovni tendre,2000) ; Slack(ness) (L’Ovni tendre, 2002) Rencontrer Jacques Roubaud, l’oulipien, compositeur de mathématique et de poésie, les 11 et 12 avril, au Petit Matin… 04 91 48 98 59 http://theatredupetitmatin.free.fr Jasso Ça bulle à Aix Les Rencontres du 9 e Art, Festival de la Bande Dessinée et autres Arts associés se déroulera à Aix-en- Provence, et sur la communauté du Pays d’Aix, du 19 mars au 26 avril. Outre les inévitables et indispensables journées de dédicaces (4, 5 et 6 avril à la Cité du Livre), le Festival programme de nombreuses expositions, parmi lesquelles Sarjakuva, à la galerie Zola, qui s’inscrit dans le cadre de la saison culturelle « 100% Finlande » portée par Cultures France. Tove Jansson, Marko Turunen, Milla Paloniemi, Tommi Musturi… autant d’artistes qui commencent à se faire un nom. À découvrir. Le Japon sera aussi présent par le biais de Yûichi Yokoyama, scénariste et dessinateur de mangas reconnu, et Risto, à la galerie de l’Office du Tourisme. Enfin, Ovni en vue avec Véronique Dorey. La coloriste proposera son univers très « american way of life » à la Cité du Livre. Et puis, c’est une première pour un musée des Beaux-Arts, la BD investira le Musée Granet : 80 planches originales de grands noms du genre (Trondheim, Boucq, Schuiten, Glen Baxter…) donneront aux collections permanentes une coloration différente. Et n’oublions pas les caravanes itinérantes de Riad Satouf et Julien Neel, le Système Castafiore au Pavillon noir (voir p.22), le catch de dessins… S.L. Benjamin Monti Rencontres du 9e Art Festival de la Bande Dessinée et autres Arts associés du 19 mars au 26 avril Office de Tourisme 04 42 16 11 41 www.bd-aix.com Milla Paloniemi



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :