Zibeline n°6 avril 2008
Zibeline n°6 avril 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°6 de avril 2008

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 72

  • Taille du fichier PDF : 10,0 Mo

  • Dans ce numéro : ouverture de la Biennale.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 52 - 53  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
52 53
52 LIVRES OUEST PROVENCE GAP AIX Petit lecteur deviendra grand Lire et Grandir X-D.R Belle ambition que celle de la manifestation Lire et Grandir sur l’intercommunalité de Ouest Provence : développer le plaisir de lire avant de savoir lire. Vous l’aurez compris, les tout petits sont à l’honneur, mais aussi leurs parents et les professionnels du livre et de la petite enfance. L’association Ville Lecture Ouest Provence a concocté, pour cette 8 e édition, plusieurs rendez-vous qui ont tous pour but de préparer ces futurs lecteurs, et de conforter aussi les plus endurcis. Plusieurs auteurs et illustrateurs feront le déplacement, le Centre culturel Marcel Pagnol à Fos-sur-Mer accueillant les rencontres et dédicaces le 29 mars toute la journée : Sara (illustratrice et peintre), Pierrick Bisinski (auteur et illustrateur), François Delebecque (artiste plasticien), Ophélie Texier (auteur et illustratrice) et Pascale Roux (illustratrice). La médiathèque intercommunale, à Miramas, propose ses « coups de cœur » pour faire découvrir le meilleur de la production éditoriale de l’année, sortira de ses fonds des « livres singuliers à partager », variés de par leur forme et leur contenu, et privilégiera un espace lecture pour provoquer, entre adultes et enfants, des « rencontres naturelles » autour des livres. Plusieurs expositions d’expression plastique investiront la médiathèque intercommunale de Miramas (Sara), le Centre d’Art contemporain d’Istres (Séverin Millet) et le Centre culturel Marcel Pagnol (François Delebecque). Sara animera par ailleurs des ateliers de papiers déchirés à Miramas du 25 au 28 mars. Côté spectacles, à Fos, la Cie Anamorphose présentera J’ai marché sur le ciel du 26 au 29 mars et des contes avec Francine Chevaldonne le 29 mars. Le cinéma n’est pas en reste avec une programmation alléchante au cinéma Odyssée à Fos : Princes et princesses de Michel Ocelot (26 et 30 mars) et des courts métrages de Catherine Galodé (2 avril). À noter enfin une rencontre/débat prometteuse avec l’éditeur Thierry Magnier sur le thème Quelle politique éditoriale pour la petite enfance ? le 28 mars à l’Espace 233 d’Istres. SARA LYNCH Lire et Grandir du 25 mars au 2 avril Ouest Provence 04 42 55 70 60 Exposition Millet La littérature voyage Il existe à Gap, depuis 10 ans, une association littéraire, Littera05, qui propose et organise des rencontres, des ateliers, qui édite même trois fois par an une revue littéraire, La trame des jours, bref, qui s’occupe de titiller votre curiosité et d’aménager à vos méninges quelques plages de découvertes. Le programme du printemps foisonne de propositions : les Livres nomades, intéressante manifestation qui permet de partir à la rencontre de livres, de lecteurs et d’écrivains a sélectionné pour vous douze livres, disponibles au prêt dans des lieux-relais (bibliothèques, centres sociaux, CDDP ou CDI des lycées) et à l’achat dans les librairies de Gap. Le maître mot semble être la diversité des lectures proposées, de Fred Vargas (Dans les bois éternels, Viviane Hamy) à Percival Everett (Blessés, Actes Sud), en passant par Arnaldur Indridasson (La femme en vert, Points policier), Russell Banks (L’Ange sur le toit, J’ai lu), Milena Angus (Mal de pierres, Liana Lévi) ou Brigitte Giraud (J’apprends, Livre de poche) pour ne citer qu’eux. Mais ce n’est pas tout : durant l’année des échanges ont lieu autour de ces Livres nomades et des rencontres se font entre lecteurs lors de « Lecture de l’Arche » (la prochaine se tiendra le 29 mars à la bibliothèque municipale de Gap) ; le Cabaret des livres nomades, par la Cie des menteurs, donne vie aux livres en proposant de les mettre en scène (prochaines manifestations le 1er avril au centre social de Saint-Mens). Enfin, l’association participe à la fête de la lecture de Gap, avec le collectif Interligne, et propose des tables rondes, le 25 mars avec Hubert Mingarelli à la bibliothèque municipale, et le 24 avril avec René Frégni, dont le dernier roman, Tu tomberas avec la nuit est annoncé courant mars. S.L. Littera05 http://littera05.free.fr/Index.htm Des vies de lettres La vie de l’autre. Tel est le thème des Journées des Ecrivains du sud qui se dérouleront les 28 et 29 mars dans les locaux de l’Institut d’Etudes françaises pour Étudiants Etrangers. Créées par Paule Constant en 2003, ces Journées réunissent une vingtaine d’écrivains qui, ensemble, débattent, échangent et dissertent, un sujet unique étant le pivot des deux journées (aussi divers que Giono, les romans d’aventures, les contes de fées, le héros et les romans d’amour), et rencontrent le public lors d’une signature cocktail. Cette année, autour du noyau dur des « amis » constitué par Paule Constant (Michel Déon, Robert Kopp, Pierre Lepape, Christine Jordis, Gilles Lapouge, Michèle Gazier), des invités de marque parmi lesquels Amélie Nothomb, Régis Debray, Pierre Michon, JeanTulard, ou encore le spécialiste de la biographie Gérard de Cortanze. Chacun et chacune interviendra, qui lisant un texte original, qui parlant de son rapport à l’exercice biographique… Le comédien Laurent Kiefer fera une lecture de L’Homme qui plantait des arbres de Jean Giono le vendredi à 17h, suivi de Robert Kopp, entre autres. À noter que le troisième prix des Écrivains du Sud sera décerné le samedi dès 18h, en clôture de ces journées. S.L. Journées des Écrivains du Sud les 28 et 29 mars Centre des Ecrivains du Sud/IEFEE 04 42 21 70 90 www.pauleconstant.com
LA BALEINE QUI DIT « VAGUES » LIVRES 53 Plus d’un tour au conteur Et nous voici repartis à divaguer dans le au souvenir de la scène d’anthologie, où la naissance d’Isidore est jouée en parallèle avec les premiers pas ventre de la Baleine ! Après l’Afrique en d’Armstrong sur la Lune.compagnie d’Hassan Kassi Kouyaté (voir On se délecte évidemment de l’accent et de la langue. Tout Zibeline 3), l’Inde et son Mahabharata sous capter dès la première écoute tiendrait du prodige, vu le l’égide de Massimo Schuster, c’est pour le rythme adopté ; mais ça ne fait rien, on s’en moque, Québec que nous avons embarqué dans le l’essentiel est perçu. Car Simon Gauthier est un acteur sillage loufoque de Simon Gauthier extraordinaire, qui arriverait presque à nous faire croire aux mésaventures de son personnage … et de tous les autres. Et Simon pète les plombs, ainsi s’intitule la nouvelle création du quand il se met à chantonner, toute la salle tape des mains, conteur-chanteur-musicien québécois. Et effectivement, ça quand il lance un couplet, tout le monde chante, tant est explose. En tous sens, pendant une heure et demie d’un communicative son énergie. Il excelle également dans les délire mené tambour battant et très très jouissif. C’est l’histoire détonante d’Isidore Bezot. Bien qu’ayant lu, dans ses céréales matinales en formes de lettres, la tournure funeste que va prendre sa vie, il quitte pourtant la tiédeur du foyer et part affronter son destin. Destin qui lui tombera dessus dans la gerbe d’étincelles de l’explosion du compteur électrique qu’il est chargé de surveiller. Avant ou après le fatal accident de compteur (conteur ?), une série d’heurs et malheurs du sieur Isidore : le récit ne cesse d’emprunter des chemins de traverse, pour le plus grand plaisir des spectateurs. On croise ainsi la route d’Henri Otis, ami d’enfance du héros, mort au volant de son super chasseneige suite à une blague de mauvais goût, celle de Marcel BenHur Desrosiers, le voisin qui conduit son attelage à la façon d’un char antique, celle des parents d’Isidore, de la femme d’Isidore qui a accouché de leurs 23 enfants d’un coup… Dans les méandres de cette histoire, on trouve de tout : des traces mythologiques, des scènes de contes merveilleux, des souvenirs de l’actualité, des clins d’œil au cinéma et à la science d’aujourd’hui. Tout cela se mêle en un cocktail d’une grande cocasserie et on sourira longtemps ruptures de rythmes ; et les instants d’apesanteur qu’il sait ménager entre deux scènes d’épopée burlesque sont de pures délices. Mention spéciale également aux morceaux de scie musicale, et particulièrement à la leçon offerte au moment du rappel. Une franche rigolade et un vrai bonheur. FRED ROBERT Simon pète les plombs de Simon Gauthier a été présenté à La Baleine qui dit « Vagues », Théâtre de conte, les 29 février et 1er mars. Simon Gauthier Gilles Roussy Conter les résistances Le théâtre de conte a pour ambition de « balayer le large champ de la littérature orale contemporaine ». À ce titre, ce serait une grossière erreur de penser qu’à La Baleine qui dit « vagues », on ne propose que des spectacles jeune public. Ainsi, le one man show de Simon Gauthier s’est adressé à une salle d’adultes essentiellement. Et parmi les prochains rendez-vous importants, un devrait aussi parler aux grands en priorité. Quand et comment entre-t-on en résistance ? À cette question, François Godard répondra en un cycle de sept spectacles ancrés dans sept années différentes, autour de sept François Godard Claire Doutreleau personnages. Les trois premiers opus de cette saga seront présentés durant la dernière décade de mars : Résistances 1, 2 et 3 ou Marc 1917, Amélie 1936,Tristan 1938. La Grande Guerre et Craonne, le Front Populaire, la Guerre d’Espagne et les Brigades Internationales formeront le cadre historique de chacune de ces gestes sur la résistance des anonymes, des sans grade. Godard mêlera à l’évocation de ces humbles résistants celle de figures légendaires comme Prométhée ou Hercule, articulant ainsi l’histoire au mythe et donnant une grandeur épique aux héros ordinaires. Les deux premiers spectacles sont repris, le troisième est la toute dernière création de François Godard qui a promis, paraît-il, de présenter les quatre autres pendant les quatre années à venir. C’est en tout cas une belle entreprise que de s’interroger sur les voies de la résistance. La forme, qui tissera petite et grande histoires dans la trame de légendes mythologiques, risque d’être plaisante, d’autant plus que le conteur sera accompagné sur scène de musiciens. Quant au fond, passionnant et fort à propos par les temps qui courent, il ne peut que donner d’ores et déjà envie de connaître la suite… FRED ROBERT François Godard Résistances 1 : Marc 1917 le 21 mars Résistances 2 : Amélie 1936 le 22 mars Résistances 3 : Tristan 1938 les 28 et samedi 29 mars 04 91 48 95 60 www.labaleinequiditvagues.org



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :