Zibeline n°6 avril 2008
Zibeline n°6 avril 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°6 de avril 2008

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 72

  • Taille du fichier PDF : 10,0 Mo

  • Dans ce numéro : ouverture de la Biennale.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 48 - 49  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
48 49
48 ARTS VISUELS 3BISF (AIX) IUFM CHÂTEAUNEUF-LE-ROUGE Bonnes vibrations Le plaisir est dans le trait et se partage à Châteauneuf-le-Rouge. Dans le prolongement des expositions précédentes, Traits… Confidentiels confirme la présence excellente du dessin chez les artistes contemporains. Le président de l’association Arteum, Pierre Vallauri, a réussi là une belle sélection d’artistes et d’esthétiques. Du travail plus classique mais très personnel (Georges Bru, Jean-Marie Sorgue, Belkacem Boudjellouli) jusqu’à l’installation monumentale (Julie Dawid), en passant par de multiples figurations singulières (Jean-Marie Cartereau, Claire Danzer, Anne Laure Fink, Karine Rougier) comme dans les marges Collaboratifs et existentiels Sandra D. Lecoq Claude Lorin Installé au sein de l’hôpital psychiatrique Montperrin à Aix depuis une vingtaine d‘années, le 3Bisf poursuit avec pertinence son travail avec l’art contemporain. Le dernier projet Phallus et Vanités : lieux communs, proposé par l’artiste Sandra Lecoq, a fait l’objet d’un atelier en résidence puis d’une restitution sous forme d’une exposition. Celle-ci présente un petit ensemble Julia Dawid, sans titre, techniques mixtes, 2008 Claude Lorin monumental d’œuvres à partir de tissus et patchworks, selon sa pratique habituelle, et des nouvelles pièces sur bâche synthétique. Il s’agit en fait du tirage photographique en grand format d’un assemblage préalable de matériaux hétérogènes (dessins, peintures, papiers de tapisserie déchirés…) à plus petite échelle. Les formes et surtout les matières ainsi aplaties et lissées prennent un nouveau statut de motif, rappelant celui inauguré par Matisse. La matière plastifiée souple du support renvoie directement à la toile cirée, au calicot avec ses œillets d’angle. La pièce blanche, la plus monumentale, rassemble les travaux réalisés avec les patients ou les gens de passage intrigués par la thématique. En Sandra D. Lecoq Claude Lorin poétiques de l’abstraction (Michel Barjol), ou bien encore par l’utilisation de supports non conventionnels (Pascal Verbena, Isabelle Jarousse), Traits…Confidentiels réactive chez le visiteur la force et la jubilation contenue dans tout geste graphique, celui que chacun a vécu, même très modestement, en griffonnant un jour sur un bout de papier. Rien d’extraordinaire en apparence lorsque le dessin relève de l’infime, mais une expérience que d’autres mènent parfois dans des univers éblouissants, comme l’installation conçue pour l’occasion par l’une des plus jeunes des exposants, Julie Dawid. Si le gigantisme n’assure pas l’artistique, cette pièce constituée par un ample dispositif mural aux entrées et itinéraires visuels multiples charrie pourtant les formes organiques et libres de la rêverie. Entre intimité et démesure. Julie Dawid, récemment diplômée de l’École des Beaux-Arts de Marseille, est lauréate du prix de peinture Jean-Michel Mourlot 2008. Le bonheur se dessine ! CLAUDE LORIN procédant par imbrications et redimensionnements, puis par passage au monumental, Sandra Lecoq hisse ce travail collaboratif à la hauteur d’une métaphore visuelle philosophique contenue dans la thématique originelle : phallus et vanités ont en commun d’interroger certaines de nos inquiétudes existentielles, individuelles comme collectives. CLAUDE LORIN Phallus et vanités : lieux communs Sandra D.Lecoq jusqu’au 27 mars Art vidéo/Corps du 31 mars au 4 avril Programmation de vidéos d’artistes prêtées par le Centre Georges Pompidou, dont des œuvres historiques de Chris Burden et Gina Pane. Conférence de Sylvie Coellier sur la problématique du corps et du politique dans les années soixante dix, mercredi 2 avril à 19h. 3BisF, Aix 04 42 16 17 75 www.3bisf.com Traits…confidentiels jusqu’au 30 avril Arteum Musée d’art contemporain Chateauneuf-le-Rouge 04 42 58 61 53 www.mac-arteum.net Catalogue, 24 ill. quadrichromie, 36 pages, éditions Arteum, 2008 Exposer Marie Ducate, Nuage en perles, 2002 X-D.R Avec discrétion, bien qu’en vitrine de l’Éducation Nationale sur la Canebière, l’Institut Universitaire de Formation des Maîtres organise ponctuellement des manifestations culturelles et de sensibilisation à l’art. En partenariat avec le Frac Paca, l’Iufm a invité Marie Ducaté dans le cadre de la formation des futurs enseignants à l’art contemporain. Une rencontre-conférence a permis aux étudiants de se familiariser avec le monde singulier et vivifiant de cette artiste marseillaise de renommée internationale, complétée d’une (trop) modeste exposition de quelques-unes de ses œuvres. Mais on regrettera surtout l’inadaptation des lieux d’exposition à de tels projets, menés pourtant avec une énergie remarquable par Brigitte Péglion et Geneviève Bonino, enseignantes en arts plastiques. Suivront une performance poétique de Julien Blaine avec Frédérique Guétat-Liviani le 25 mars, et un peu plus loin dans le calendrier une exposition d’œuvres issues du Fonds Communal d’œuvres d’art de la ville de Marseille.C.L. Marie Ducaté jusqu’au 5 avril IUFM Marseille-Canebière 04 91 14 27 27 www.fracpaca.org
PASSAGE DE L’ART ALCAZAR ARTS VISUELS 49 La conscience des lieux importants par leur humilité) se présentent finalement en tant que lieux d’encouragement offerts au regard (pourvu que ce dernier se veuille aussi accueillant), comme des zones d’habitation symbolique, fluides : l’ondulation s’y trouve présente visuellement mais plus encore comme signe d’une vibration particulière, une longueur d’onde, un état de la conscience. Alors que l’artiste lui-même entend ces choses via une certaine conception de la mécanique des fluides, rien de mécaniste ici, simplement une forme d’énergie, contenue dans l’espace. CLAUDE LORIN Rétrospective Alessandri au Musée Estrine Vues partielles de l'exposition X-D.R Sculptures, parce qu’elles sont en trois dimensions, objets par leur proximité au regard, constructions car elles sont le geste d’assemblages hétérogènes, les pièces de Jean Noël ne se départissent jamais de l’architecture : elles la ponctuent, l’accompagnent autant que celle-ci les révèle. Comme le yin ne peut se concevoir sans le yang, chez Jean Noël la sculpture n’existe que par et pour l’architecture, et vice versa. Ses pièces sont bien des pièces : des portions d’espace délimitées, des lieux de vie poétique dédiés au regard. Non point Livre-objet Il y a ceux qui aiment l’écrit, et ceux qui aiment le livre. Le fétichisent, le caressent, le séduisent. Le relient plutôt que de relire. Le regardent avant que de le lire. L’Alcazar rend hommage à ces amoureux du livre avec une exposition photographique de Maddelena Rodriguez Antonioni, qui porte justement un regard très quotidien sur la des pièces-pièges car ce sont des structures toujours ouvertes. Ouvertes sur la paroi du mur, sa matière, sa couleur, sa luminosité, et sur l’espace alentour. Le travail de Jean Noël ne semble pas souffrir le moindre enfermement. Forme/fond, plein/vide, clôture/ouverture, matière/non-matière ne sont plus des catégories opérantes en cet état de formalisation. Ses objets par leur simplicité (voire leur vœu de pauvreté) chromatique, matériologique (les points d’assemblage entre les parties sont matérialité des livres, leur banalité d’objet, sans s’attarder sur les auteurs, les mots, le sens que contiennent les pages. Mais l’Alcazar aime aussi les beaux « objets livres », et veut initier à l’art de l’art reliure, grâce à une autre exposition, et des démonstrations-conférences… A.F. Christine Fabre - livres noirs tiroirs X-D.R Géomancies Jean NOEL jusqu’au 28 mars Passage de l’Art/Lycée du Rempart 04 91 31 04 08 Jean Noel, Murmur X-D.R Photographies Maddelena Rodriguez Antonioni Jusqu’au 5 avril Alcazar, BMVR, salle d’exposition L’art de la Reliure Exposition jusqu’au 12 avril 2008 Démonstrations Relief, 1997, 167 x 111 cm Technique mixte, Musee Estrine X-D.R Le Musée Estrine, qui vient nouvellement d’être classé Musée de France, présente des œuvres de Joseph Alessandri qui vont de 1972 à nos jours. L’occasion de (re)découvrir ce grand peintre avec des dessins et des peintures qui nous promèneront dans des « Paysages informel » Hôtel Estrine 8 rue Estrine à Saint-Rémy-de-Provence fermé le lundi 04 90 92 34 72 Relief, 2007, Technique mixte, 80 x 60 cm, Collection particuliere X-D.R Reliure traditionnelle et reliure de livres anciens Robert Ouchène et Isabelle Morniroli le 29 mars, de 14h30 à 17h30 5C-11 4.3& Reliure traditionnelle et contemporaine, dorure Christine Fabre le 5 avril, de 14h30 à 17h30 04 91 55 90 00 www.bmvr.marseille.fr



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :