Zibeline n°50 avril 2012
Zibeline n°50 avril 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°50 de avril 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 96

  • Taille du fichier PDF : 9,7 Mo

  • Dans ce numéro : la culture... tout le monde s'en fout !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 84 - 85  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
84 85
Cultiver en milieu médical Assistance Publique - Hôpitaux de marseille Premier centre hospitalier de la Région PACA (3 514 lits sur 5 sites, 15 000 salariés), l’AP-HM est investie de trois missions : soins, enseignement, et recherche. Elle invite la culture à l’Hôpital à travers le programme Santé e(s)t culture(s), en accueillant des artistes, en impliquant patients, visiteurs, personnels administratifs et soignants dans un processus d’échange et de réflexion créative. L’AP-HM œuvre avec MP2013 à des Actions ImAne FAKHIR Faites vos vœux Repères Née en 1969 à Casablanca, Imane Fakhir réside à Marseille. Son œuvre photographique explore la frontière entre l’espace public et l’espace privé, et la question du féminin dans un univers méditerranéen. Atelier de l’euroméditerranée Résidence d’octobre 2011 à mai 2012 Rencontrer les patients et le personnel, observer le geste technique, le protocole hospitalier et sa lourdeur, ne pas juger, être « l’écouteuse ». Imane Fakhir a passé un mois au Pôle neurosciences de l’hôpital de la timone, sans sortir un appareil photo ou une caméra. Sa résidence se poursuit dans le respect de la routine et de la répétition : « Je n’entre pas dans la narration, sauf par le corps. Je ne filme pas un soignant et un soigné, mais deux être humains qui se rencontrent, je cadre leurs mains en gros plan. » Elle prévoit de tourner de petites vidéos de moins de 3 minutes, le récit d’une infirmière, les tâches ménagères, la façon de plier un grand drap pour remplacer les taies d’oreiller coincées depuis plusieurs années dans les rouages administratifs. D’origine marocaine, l’artiste s’interroge sur les rituels sociaux dominants : « Dans ma culture on accompagne les malades jusqu’à leur dernier souffle, la famille est 1 Ymane Fakhir, La réeducation 2011 Ymane Fakhir très présente. Et l’hôpital accepte ça, les sandwichs, les thermos... c’est presque festif. Ici, c’est inconcevable. » Porter un regard sensible sur la détresse, souligner l’humanité là où c’est nécessaire, voilà qui éclairera sans aucun doute le milieu médical. Repères Le cabanon Vertical est un collectif pluridisciplinaire : des architectes y côtoient des spécialistes de l’art visuel, plasticiens et photographes. Leur approche privilégie la place de l’usager dans l’espace urbain, et sa liberté d’action. Action de Participation citoyenne Ateliers février et avril 2011 Réalisation des projets de février à novembre 2012 cAbAnon VeRtIcAl En observation Cabanon Vertical, service medecine interne et medecine geriatrique Cabanon Vertical l’Hôpital nord : une barre et une vague de béton dominent froidement les quartiers « redoutables » de Marseille. olivier bedu, architecte et co-fondateur du collectif Le Cabanon Vertical, y a animé pendant 6 semaines une Action de Participation Citoyenne avec les patients et le personnel (voir Zib’46). « Ces bâtiments ont un côté très fonctionnel, mais peu convivial. La place des accompagnants a notamment été négligée. » D’où l’idée de travailler sur le cadre de vie pour en limiter l’inconfort : « On s’est donné la liberté de faire des propositions non réalisables, mais aujourd’hui on va en concrétiser au moins une dans chaque service. » Une signalétique ludique en pédiatrie, un espace bibliothèque et jeux, des tableaux que l’on poserait sur les portes pour que les enfants personnalisent leur chambre avec des craies liquides… 5
de Participation citoyenne : Un air de famille (voir Zib’46) autour de la pratique chorale. Plusieurs Ateliers de l’euroméditerranée sont prévus jusqu’en 2013, notamment avec le metteur en scène marco baliani… à suivre ! AtelIeR JARDIn Repères L’École nationale Supérieure de Paysage de Versailles-Marseille forme des paysagistes diplômés d’État, à même de concevoir des projets de paysage et leur maîtrise d’œuvre opérationnelle, et d’animer des politiques publiques de paysage et de patrimoine. Chantier : du 20 février au 4 mars 2012 L’AP-HM et l’ENSP collaborent depuis 2010, avec la Ville de marseille et MP2013, à un projet euro-méditerranéen d’ateliers jardins Pierre Rabhi le disait récemment : « Cultiver la terre aujourd’hui est un acte de résistance, un acte politique. » Pour s’en convaincre il suffit de voir l’enthousiasme avec lequel tous les participants de l’atelier jardin à l’Hôpital Saint-marguerite se sont emparés du réaménagement de la cour centrale. Divisé sur le papier en 4 parcelles : culture vivrière avec potager et verger, partie ornementale (pelouse, vivaces et graminées), plantes aromatiques et espace forestier (clairière incluse !), le futur jardin est encore nu, mais bruissant d’activité. S’y croisent les jardiniers de l’AP- HM, les 3 étudiants de l’enSP chargés de la maîtrise d’œuvre, des élèves infirmiers, des patients... tous armés de pelles et les mains dans la glèbe. mathieu gontier, qui encadre les jeunes paysagistes, est satisfait : « C’est un travail d’équipe, le concepteur n’est pas indispensable à tout moment, et tout le monde se l’approprie. » Les étudiants de 1 ère année se réjouissent : « C’est un contexte très professionnalisant, mais sans les impératifs de rendement Jardin de la cour centrale de l'Hôpital Sainte-Marguerite Service communication, AP-HM qui existent dans le privé. » Même contentement du côté du personnel soignant. Josianne cassin est psychologue, dans le service du Pr Naudin, et elle a accompagné plusieurs de ses malades sur la base du volontariat : « Pour les psychotiques qui souffrent tellement de solitude, le travail en groupe est précieux, et puis si l’on fatigue le corps, les idées tournent moins vite. Il est question de nous attribuer une bande de terrain, nous nous sommes tous projetés dans la perspective de planter des fraises, pour les manger au goûter avec de la chantilly. » Yves Fabre, le jardinier de la Timone, trouve pour sa part « intéressant de travailler avec des jeunes ». « On échange, nous on a plus de pratique, eux ont des idées. La cour était triste sans arbres et sans fleurs ! » À terme, l’objectif est de transmettre cet espace à ses usagers, tout en créant une ouverture vers les initiatives riveraines, comme les Jardins Familiaux Aiguier ou le Jardin d’hospitalité à l’Hôpital Salvator. 6



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 1Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 2-3Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 4-5Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 6-7Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 8-9Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 10-11Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 12-13Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 14-15Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 16-17Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 18-19Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 20-21Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 22-23Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 24-25Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 26-27Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 28-29Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 30-31Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 32-33Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 34-35Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 36-37Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 38-39Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 40-41Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 42-43Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 44-45Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 46-47Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 48-49Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 50-51Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 52-53Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 54-55Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 56-57Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 58-59Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 60-61Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 62-63Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 64-65Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 66-67Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 68-69Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 70-71Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 72-73Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 74-75Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 76-77Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 78-79Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 80-81Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 82-83Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 84-85Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 86-87Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 88-89Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 90-91Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 92-93Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 94-95Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 96