Zibeline n°50 avril 2012
Zibeline n°50 avril 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°50 de avril 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 96

  • Taille du fichier PDF : 9,7 Mo

  • Dans ce numéro : la culture... tout le monde s'en fout !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 66 - 67  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
66 67
66 CINÉMA FILMS SÈTE Central Variétés : Gainsbourg tel quel 1965 Claude Dagnes/Au fil des Rues : Créteil Josée Dayan INA On croit tout savoir sur Gainsbourg. Il a construit sa légende à travers ses déclarations, ses récits, ses films, son alcoolisme, ses conquêtes, ses provocs et surtout ses chansons. Celles qui disent « je », celles qui disent « tu », celles qui magnifient des doubles électifs : Jekyll, Hyde, Clyde Barrow, et le blasé àquoiboniste. L’homme à tête de chou en a vraiment bavé, il l’avoue. Après le biopic fantasmé très réussi de Sfar sur cette vie « héroïque », Pierre- Henry Salfati nous offre un superbe « film à voir et à revoir », Je suis venu vous dire… avec la voix de Lucien Ginzburg alias Serge comme guide. Voix Le Temps d’une chanson hypnotique, douce, cassée, pâteuse, souvent dissociée des images d’archives ou des illustrations fictives. Voix dont le virtuose montage épouse le phrasé syncopé, respecte les silences. Un film en distorsion comme l’autoportrait de Bacon aimé par le chanteur. Le noir et blanc côtoie la couleur. Le temps ne file pas, linéaire de la naissance à la mort, tout est toujours là, en contact intime comme dans un pliage : Odessa et Paris, l’étoile jaune et Rock around The bunker, les bois où le jeune Lulu se cache des miliciens et les briquets des fans en concert. Le réalisateur nous fait découvrir tout ce que ce crooner malgré lui n’a pu être, dadaïste, peintre, architecte, cinéaste reconnu. Portrait en creux de ce juif russe français qui se tient devant ou derrière les miroirs brouillant son identité. Le public, venu très nombreux à la projection organisée par Judaïciné et le cinéma Les Variétés le 27 février, a longuement applaudi Salfati présent dans la salle et a entonné en chœur La javanaise, le temps d’une chanson. ÉLISE PADOVANI Le sexe est un droit ? En lisant ce pitch, on peut s’attendre au pire ! Trois jeunes d’une vingtaine d’années aiment le vin et les femmes, mais ils sont encore vierges. Ils partent en Espagne dans l’espoir d’avoir leur première expérience sexuelle. Rien ne les arrêtera… Pas même leurs handicaps : l’un est aveugle, l’autre est confiné sur une chaise roulante et le troisième est complètement paralysé. Eh bien… le road movie est très réussi, drôle et tendre. Une belle histoire d’amitié, que nous offre le réalisateur flamand, Geoffrey Enthoven, dont c’est le 5 ème long métrage. Le 5 mars aux Variétés à Marseille, avec Isabelle de Hertogh, superbe dans le rôle de Claude, il nous a parlé d’Hasta la vista. « Le titre ? Il vient du nom du héros du documentaire anglais For One Night Only, Asta Philpot, un handicapé anglais qui avait effectué, avec deux copains et ses parents, un voyage en Espagne où Indignés Indignados, de Tony Gatlif, « librement inspiré » du slogan de Hessel démarre comme une fiction. La séquence initiale, pleine d’énergie, montre une jeune Africaine qui sort de l’eau, se lance dans une course éperdue, à travers bois, découvre une voie ferrée où s’alignent vieux matelas et couvertures et dont les wagons abandonnés servent d’habitations de fortune. En voix off, une lettre qu’elle a écrite à sa famille pour dire que tout va bien. On va découvrir qu’elle est en Grèce, première étape de son « voyage » de clandestine. Mais ce personnage n’est que le fil rouge que Tony Gatlif tire pour nous faire découvrir à la fois la misère du monde et les « indignados » de Tunisie, Athènes, Paris Isabelle de Hertogh et Geoffrey Enthoven A.G les bordels sont accessibles aux handicapés. Une fiction ? J’ai eu envie d’en faire une comédie : si les gens rient, ils sont plus accessibles au message : le droit à tout pour tous ! Le film a été tourné en octobre et novembre 2011 en 36 jours ; j’avais ou Madrid. Bel exercice de style où il n’hésite pas à utiliser métonymies, métaphores, répétitions, symboles dont certains ont une force poétique d’abord cherché des handicapés pour jouer Philippe, Lars et Jozef, j’y ai renoncé après plus d’un an de rencontres. On a eu l’impression qu’on allait refaire un docu. Robert Vanden Thoren a passé six semaines dans un fauteuil roulant et s’est confronté ainsi au regard des autres pour s’imprégner du personnage de Philip. Le nouveau cinéma belge ? C’est tout neuf ! Les Belges ont plus de facilité à relativiser. On n’est pas fiers, comme les Français, d’être belges, pas fiers de nos politiciens ! On traite de sujets sérieux et on allège. On aime les choses décalées… » Claude Lelouch, qui a eu le coup de foudre au Festival de Montréal, distribue le film, dont les droits ont déjà été achetés pour un remake aux USA... ANNIE GAVA Indignados de Tony Gatlif évidente comme les magazines qui tourbillonnent dans le vent ou les oranges qui dévalent les pentes et même les escaliers, rappelant ceux du port d’Odessa chez Eisenstein. Est-ce leur utilisation récurrente, les surimpressions à la Godard en lettres multicolores de citations d’Hessel, ou le surjeu de certains acteurs qui tiennent le spectateur à distance et enlèvent un peu d’émotion ? Dommage ! Car on a senti Tony Gatlif très « indigné » lors de son passage à Marseille au cinéma Variétés le 22 février ! ANNIE GAVA
Affiche A. Varda A.G Varda à Sète À Sète, y’a pas que Paul et Georges, y’a aussi Agnès ! C’est en costume de patate qu’Agnès Varda nous accueille, celui qu’elle portait à la biennale de Venise en 2003. Si l’on s’attarde quelques minutes on entend sa voix, si particulière, qui énumère le nom des variétés de pommes de terre. C’est là que débute le voyage dans le temps et l’espace de la cinéaste-photographe-plasticienne, les territoires et la mémoire d’Agnès. La première installation, Patatutopia, est consacrée au « légume le plus modeste du monde », un triptyque au centre duquel on voit de vieilles patates, cœurs vivants qui palpitent, avec sur les écrans latéraux, radicelles et germes... La patate est aux prises avec le temps, qui est aussi au cœur des deux petits films réalisés à partir de deux photos. « Photographie et cinéma vont de pair dans ma tête, comme un frère et une sœur intimes au temps de leur enfance et devenus antagonistes… » : dans les 3 Portraits à Volets Vidéo, des images filmées proposant un environnement autour d’un portrait fixe. Troublant ! Après une escale très colorée plus légère, Ping pong tong et camping, avec musique de Lubat, on se retrouve devant les Veuves de Noirmoutier : 14 chaises pourvues d’écouteurs, proposées au visiteur pour rencontrer Alice, Janine, Hélène, Inès… qui nous parlent de leur vie, de leur solitude, de la perte de l’être aimé, sur 14 écrans encadrant un écran central plus grand où tourne, sur le sable, le manège de 14 femmes en deuil, au son de la mer et du violon. Agnès, assise sur la plage au milieu des algues, à côté d’une chaise vide, est muette : une chanson parle pour elle. Un moment très émouvant. Dans le Dépôt de la cabane de pêcheurs, une baleine échouée est en colère contre le monde qui va mal ! Quand on sort du Musée Paul Valéry on peut s’attarder encore dans les jardins, devant un tumulus : sur le sable, des images de Zgougou, la chatte bien aimée de la tribu Varda- Demy, alternent avec des coquillages et des fleurs de crépon. ANNIE GAVA Y’a pas que la mer Agnès Varda Musée Paul Valéry, Sète jusqu’au 22 avril 04 99 04 76 16 www.museepaulvalery-sete.fr 4'-ifrii Clet INDtGNÂTION REVOLUTION RAUSSET D1129 MARS AU 1D A1RtL2012 INDIGNADQS - T6NY GATIJF TAHI ; IR PLACE DE LA LIBERU10N URTE BLANCHE F14RETiT GUEDIGU IAN VPOUFIVIiI]LZTA... f^ÿy`j + j'nV.t vamolj 1de j Ic FCStivël cincmo dc.R.Uuf}N www.Iïlmadelta.com/TeI : ü442 533039 Oil h IIBPRŸk *4 111111 SUPERU Marseille Taddéï - 7ème Promotions 111- Jeux ▪ Services en ligne Lundi 8h30 f 2000 mardi 8h30 f 20h00 mercredi : 8h30 f 201100 jeudi : vendredi : samedi dimanche : 110. Développement photo numérique ▪ Billeterie Livraison à domicile : 8h30 J 20h00 8h30 20h00 8h30 f 20h00 fermé f fermé taus vas contenus préférés vous attendent sur le site de votre magasin ! Agnès V. bientôt à Aix ! Depuis 2005, le CG 13 propose à de grands noms de la photographie de réaliser un reportage autour d’une thématique. Après Raymond Depardon autour des « déserts » du département et Bernard Plossu sur le thème de la représentation de la superstition et/ou de la tradition de l’ensemble des ethnies du département, c’est à Agnès Varda qu’une commande a été passée pour une exposition à la Galerie d’art d’Aix en janvier 2013. C’est autour du corps qu’Agnès V. va travailler : notre département est le seul dont le nom comporte une partie du visage ! A.G VOUS souhaite la bienvenue SUPER U Taddéi 6, rue Francois Taddi ; i - 13007 Marseille 1-61:04 91 13 50 80- Fax : U4 91 31 08 61 superu.marseilletaddei@systeme-u.Fr Web : www.magasins-u.com



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 1Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 2-3Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 4-5Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 6-7Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 8-9Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 10-11Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 12-13Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 14-15Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 16-17Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 18-19Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 20-21Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 22-23Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 24-25Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 26-27Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 28-29Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 30-31Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 32-33Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 34-35Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 36-37Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 38-39Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 40-41Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 42-43Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 44-45Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 46-47Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 48-49Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 50-51Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 52-53Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 54-55Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 56-57Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 58-59Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 60-61Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 62-63Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 64-65Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 66-67Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 68-69Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 70-71Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 72-73Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 74-75Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 76-77Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 78-79Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 80-81Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 82-83Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 84-85Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 86-87Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 88-89Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 90-91Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 92-93Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 94-95Zibeline numéro 50 avril 2012 Page 96