Zibeline n°49 fév/mar 2012
Zibeline n°49 fév/mar 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°49 de fév/mar 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 7,9 Mo

  • Dans ce numéro : la culture pour tous et partout.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 74 - 75  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
74 75
74 HISTOIRE LA CIOTAT ÉCHANGE ET DIFFUSION Le passé sous les flots En 1966, André Malraux créait un département dédié à la recherche archéologique sous-marine, le DRASSM, conscient de l’extraordinaire importance du patrimoine qui dormait sous les eaux, et des dangers qu’il encourrait… « Rêves d’enfants et instincts lucratifs continuent de lorgner le fond de nos mémoires englouties, et l’État doit pouvoir continuer à exercer sa vigilance » souligne le ministre de la Culture qui baptise le successeur de l’Archéonaute (1967-2007), navire dédié à la recherche sous-marine pour le DRASSM*, nommé André Malraux. Pour marraine, la fille de l’écrivain ministre, Florence Malraux. Frédéric Mitterrand évoque les multiples missions de son ministère (voir p.4) et explique : « La construction d’un bateau est sans doute l’une des réalisations les plus inattendues et originales qu’il m’ait été donné de conduire. » La technologie de pointe mise en œuvre dans le projet est au service du « temps long de la tradition ». Motif de satisfaction, l’activité générée par la construction aux chantiers de La Ciotat : le ministre salue les ouvriers qui ont participé à la construction du navire et exprime sa fierté de constater que si la construction navale « fait partie des plus anciennes réalisations de l’homme, elle lui permet aussi de se réapproprier son histoire ». Dans le domaine de l’archéologie sous-marine, la France est pionnière, grâce aux travaux de Cousteau, d’André Malraux, des directeurs successifs du DRASSM dont l’actuel directeur Michel L’Hour. Et si le Préfet souhaite utiliser le bateau pour des missions de surveillance, le ministre lui rappelle fort à propos les missions premières de recherche et préservation du patrimoine archéologique sous-marin, pour lesquelles il a été conçu. Car en Méditerranée, la mer aussi recèle des trésors de vie et de mémoire insoupçonnés… MARYVONNE COLOMBANI Baptème de l'André Malraux MCC/DRASS Le maire de la Ciotat et F. Mitterrand MCC/DRASS *DRASSM : Département des Recherches Subaquatiques et Sous-Marines Ce baptême a eu lieu le 24 janv à La Ciotat Partager le savoir La réputation de Jacques Rancière n’est plus à faire. Co-auteur avec Louis Althusser et Etienne Balibar d’un ouvrage majeur, Lire le Capital, il rompt par la suite avec le marxisme pour dénoncer la condescendance de certains intellectuels envers les « pauvres ». Ayant pu lire récemment son essai intitulé La haine de la démocratie, le public marseillais était légitimement intéressé par son regard sur la politique de la fiction. Malheureusement, lors d’une conférence absconse, il n’a pas véritablement éclairé sur ce qui fait « la différence entre démocratie littéraire et démocratie politique ». Si l’on a pu comprendre ce qui séparait Platon, « pour qui la fiction est mensongère », d’Aristote, « qui estimait la poésie plus véridique que l’histoire », si l’on a apprécié les éclairages du conférencier sur la subversion de Madame Bovary ou de Julien Sorel, une approche plus claire aurait été bienvenue. De la part d’un homme qui défend l’idée d’une sortie du règne de l’expertise pour permettre une réelle démocratisation du savoir et de la vie politique, on peut même penser que c’était le minimum requis... G.C. Cette conférence a eu lieu le 9 fév dans le cadre d’Échange et Diffusion des Savoirs Marylène Patou-Mathis DRFP Odile Jacob La malédiction de Cham Elle donne un peu le vertige, cette conférencière, qui remonte et dévale quelques siècles en une heure, pour nous rappeler le regard porté par l’Occident sur « l’autre lointain » à travers le prisme scientifique et l’imaginaire collectif. Si son discours impressionne, ce n’est pas parce qu’il y a beaucoup à dire en peu de temps, mais parce que l’histoire superposée des « sauvages » et des « primitifs » vue par la « civilisation » est empreinte des pires horreurs qui soient : racialisme, esclavage, eugénisme, exploitation et traitements inhumains jusqu’à la nausée. On pourrait espérer que ce cauchemar soit derrière nous, mais la théorie unilinéaire et progressive des cultures qui a longtemps prévalu continue insidieusement à répandre son poison hiérarchisant : « Pour certains de mes collègues anglo-saxons, même s’ils ne sont pas créationnistes, hors du Sapiens, il n’y a pas d’humanité. Depuis la parution de mon livre 1 sur l’homme de Néanderthal, au contraire, d’autres s’en emparent comme d’un modèle écolo et non violent ! Or, il est juste différent, il est aussi absurde de le porter aux nues que de le descendre. » Marylène Pathou-Mathis est préhistorienne, mais c’est aussi quelqu’un qui a vécu avec les Bushmen du Kalahari, d’où peut-être son indignation lorsqu’elle évoque le Musée du Quai Branly, conçu de telle manière qu’il suggère une Europe sans primitifs. Manière de signifier que l’Autre, c’est toujours celui qui doit être maintenu Ailleurs, aussi bien géographiquement qu’historiquement. GAËLLE CLOAREC Cette conférence a eu lieu le 2 fév à l’Hôtel du département, Marseille dans le cadre d’Échange et Diffusion des Savoirs 1 Néanderthal, une autre humanité Marylène Pathou-Mathis Perrin, 2006
MUCEM HISTOIRE 75 Les Mardis du Mucem invitaient Jean-Pierre Filiu, historien arabisant, et l’INA, toujours bienvenu pour revigorer les mémoires par l’image, pour présenter une rétrospective et faire un bilan de la révolution tunisienne SUPERU Marseille Taddéï - 7ème kb Promotions iJ eux t Services en ligne DéveEoppement photo numérique Billeterie Livraison â domicile : Jean-Pierre Filiu X-D.R tous vas contenus préférés vous attendent sur le site de votre magasin ! Les révolutions arabes, un an après Jean-Pierre Filiu rappela d’abord que les événements ne doivent pas être confondus avec la Révolution du Jasmin, ces jours de novembre où Ben Ali supplanta Bourghuiba. Là, ce n’est pas un leader qui en remplace un autre, c’est une lutte de tous, une lutte contre le chef qui a trahi, qui s’est servi, qui a pillé les richesses communes. C’est un temps où, face aux dictateurs, mourir pour la liberté a retrouvé un sens : mieux vaut « une fin effroyable qu’un effroi sans fin » disait Marx. Le mouvement révolutionnaire touche ensuite l’ensemble du monde arabe. La jeunesse descend dans les rues et lance son « dégage ». Expression en arabe tantôt traduite en français ou en anglais, elle illustre une nouvelle génération qui a appris la langue à l’école, dans un cadre laïc. Elle révèle la volonté de tous d’abattre le système. Les révoltés en finissent avec des régimes prétendant stabiliser et ordonner les sociétés, alors qu’ils organisaient l’insécurité de tous par la violence et le meurtre. En Syrie, vestige tenace, Bachar el-Assad campe sur cette fiction et se proclame « chef pour l’éternité ». La violence de la répression conduit à une double conclusion : la révolution sera longue mais, par sa profondeur d’engagement, elle dessinera un nouveau modèle pour l’ensemble des pays arabes. L’INA proposa un deuxième extrait vidéo à propos des jeunes Égyptiens. Laïcs, modernes, liés à la classe moyenne, ils évitent la violence mais affirment leur détermination : lundi mardi : mercredi : jeudi : vendredi : samedi : dimanche : 8h30 20h00 8h30 20h00 8h30 20h00 8h30 j 20h00 8h30 } 201100 8h30 } 20h00 fermé 1 fermé : seul le départ de Moubarrak mettra un terme à leur action. Jean-Pierre Filiu confirme le rôle déterminant de la jeunesse. Il note aussi combien la musique est présente dans ces moments d’effervescence, notamment rap et slam : « À réunir tous ces groupes, on aurait la bande son des révolutions arabes. » Mais alors, pourquoi les mouvements islamistes ont triomphé partout interroge Thierry Fabre ? Pour Filiu, il faut relativiser. Les victoires électorales ne sont pas définitives : en Jordanie, les islamistes ne se sont pas maintenus. Ailleurs le processus électoral n’en est qu’à son ébauche. La Tunisie entre dans une série de consultations à la proportionnelle et le droit comme la construction d’un État deviennent le fondement de la société : c’est tout ce processus qui est une garantie pour l’avenir, pas le score d’une consultation ! Quant à la relation d’avec les pays de la rive nord de la méditerranée, l’heure est à la redécouverte et à l’apprentissage du pluriel. Le grand danger réside dans les habitudes du Nord : les mêmes responsables seront tentés de perpétuer de mauvaises habitudes. L’Europe a une vraie responsabilité, elle doit voir ces pays autrement ! RENÉ DIAZ Les révolutions arabes, un an après a eu lieu le 17 janv à l’Alcazar, Marseille dans le cadre des Mardis du MuCEM RTL2 PARTENAIRE DES PLUS GRANDS SPECTACLES POP-ROCK Australian Pink Floyd Show 12/02/12 Marseille Dôme Sting 25/02/12 Marseille Dôme AIegria Le Orque du Solen 29/02 alt 04/03/12 Toulon Zénith Oméga Rock The Ballet 218 22/03/12 Marselle Silo The Stranglers 10/04/12 Muselle Espace Julien'c - *. {. vous souhaite la bienvenue SUPER U Taddéi 6, rue Francois Taddéi- 13007 Marseille T61 : 04 91 13 50 80 - Fax : 04 91 31 08 61 superu.n arseilletaddel@eysteme-u.fr Web : www.magasins-u.com ÉCOUTEZ RTL2 MARSEILLE Fabrice 4)ALED 13H-17H ET GAGNEZ VOS INVITATIONS marseille,rtI3.fr (66 106.4



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 1Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 2-3Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 4-5Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 6-7Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 8-9Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 10-11Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 12-13Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 14-15Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 16-17Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 18-19Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 20-21Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 22-23Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 24-25Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 26-27Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 28-29Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 30-31Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 32-33Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 34-35Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 36-37Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 38-39Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 40-41Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 42-43Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 44-45Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 46-47Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 48-49Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 50-51Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 52-53Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 54-55Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 56-57Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 58-59Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 60-61Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 62-63Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 64-65Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 66-67Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 68-69Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 70-71Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 72-73Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 74-75Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 76-77Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 78-79Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 80