Zibeline n°49 fév/mar 2012
Zibeline n°49 fév/mar 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°49 de fév/mar 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 7,9 Mo

  • Dans ce numéro : la culture pour tous et partout.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 70 - 71  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
70 71
70 LIVRES RENCONTRES Jubiler ! « Folle abeille sur folle avoine, je butine les mots captifs dans les calices de l’été, mes mots-soucis, mes mots-pensées, mes mots d’amant des libellules et de jardinier des nuages. » Sous la plume poétique et délicieusement chargée de références de Jacques Lacarrière, les vents tiennent des conciliabules et l’écriture, amoureuse du monde, l’enlace dans l’orbe subtil de ses mots. C’est grâce à la connaissance approfondie, à l’amour des textes que la manifestation littéraire la plus atypique et enthousiasmante a vu le jour : les rencontres des Écritures croisées qui ramènent à Aix les échos des plus grandes voix littéraires vivantes de notre temps. Car Annie Terrier, éprise d’utopie, avide de cette « épreuve de l’étranger », sait convaincre les auteurs les plus réticents… Tâche presque impossible que celle à laquelle Guy Astic, Liliane Dutrait, Annie Terrier se sont attelés en composant un livre qui rend compte de l’histoire si riche de ces Écritures Croisées ! Le sous-titre Parcours raisonné dans les littératures du monde souligne la terrible nécessité du choix, dans cette masse documentaire de 25 années d’archives. On y voit les écrivains se définir, se poser la question de leur appartenance, évoquer les problèmes liés à la langue choisie pour écrire, aux difficultés de traduction, rappeler leur Alain Simon, Agnès Régolo, Annie Terrier, Gérard Meudal Nicole Esquieu vocation d’écrivain, leur engagement, plonger enfin dans les sources de leurs imaginaires particuliers. Accompagnant le livre, un DVD de 1h53, composé de « regrets des 300 heures de rushes » ! Les deux supports se complètent, le premier livre une totalité fragmentée, le second des extraits. Il est aussi des déceptions, les bandes s’usent, les vidéos de la fête de 1992 sont illisibles… à la présentation de cet ouvrage qui devrait connaître une destinée aussi universitaire que grand public, se mêlent des lectures émouvantes d’Alain Simon et d’Agnès Régolo. Les mots des écrivains portés par d’autres voix entrent dans l’univers inépuisable et intemporel de la littérature. Salman Rushdie affirmait « la vérité est extrême, il faut toujours prendre parti ». Le parti des utopies qu’empruntent ces fous de littérature semble bien le plus raisonné. MARYVONNE COLOMBANI La présentation du DVD a eu lieu le 26 janv à la Cité du livre, Aix Écritures croisées Parcours raisonné dans les littératures du monde Rouge Profond, livre + DVD 25 € Spéciale dédicace Il aurait sans doute mille autres choses à faire. Philippe Carrese est multitâche ; il mène de front de nombreux projets dans des domaines variés : cinéma, télévision, musique, littérature… Il s’est pourtant posé, le temps de quelques rencontres-signatures à l’occasion de la réédition à L’Écailler de son fameux Bal des Cagoles (prix SNCF du polar 2001). Dans sa vie de cinéaste écrivain survolté, cette courte pause ne semble pas lui déplaire. Alors, tout en signant - peu de mots et beaucoup de dessins qu’il dissémine malicieusement au fil des pages- il blague, avec les copains venus lui dire bonjour, avec les clients de la librairie, avec les chroniqueurs présents. À une dame ignorante du mot, il donne sa définition de « cagole » : « fille ou femme un peu exubérante », signe de sa grande tendresse pour la Félix qu’il met en scène dans le roman et pour toutes les autres filles comme elle, qui se rêvent chanteuses et que la vie tabasse. Il rappelle aussi que ce « premier polar intra-utérin » lui a pris 9 mois (sans rire !) et que son titre initial était Bis repetita placenta. Il est content. De la nouvelle couverture rouge et or bien flashy qui rappelle les romans de gare et sied parfaitement à la collection Pulp de L’Écailler. Des « chan-sons de cagoles » qu’il a fait rajouter en fin d’ouvrage, et qu’il faut lire absolument tant pour les paroles, d’une niaiserie hilarante, que pour les clins d’œil de l’auteur. Une nouvelle édition en phase avec l’énergie, l’humour et la gentillesse de son auteur. FRED ROBERT Philippe Carrese était en signature à la librairie Maupetit le 28 janvier À (re) lire Le bal des cagoles L’Écailler, Pulp, 17 € Philippe Carrese Bruno Carrese Pour une littérature corse ! Vivante, multiple, la littérature corse, en langue corse ou française, ne cesse de s’enrichir de nouveaux ouvrages, soutenus par des maisons d’édition aux choix intelligents. Les salons consacrés au livre corse en sont un reflet, à Marseille, à la Maison de la Corse, fin janvier, à Aix, début février… L’anecdotique devient porteur de sens, comme dans le court ouvrage de Sixte Ugoliniqui traite avec humour de L’image dela femme corse à travers les proverbes(éd. Alain Piazzola, 15 €). Les principes de véritables révolutions économiques sont posés et analysés avec lucidité, ainsi, le remarquable Femu quìl’argent du réelde Gilles Luneau(éd. Albiana, 23 €). L’histoire emprunte les formes les plus diverses, La vie dePascal Paolien BD (3 tomes, éd. DCL, 40 €) ou la superbe collection La Corse au siècle des Lumières dirigée par Dominique Taddei (Albiana). Les romanciers se nourrissent de la complexité liée à l’insularité et à l’histoire. On se contentera de citer cette fois le magnifique roman de Pierre-Joseph Ferrali, Davanti à u focu chì more, une langue riche, subtile et une intrigue qui s’ancre dans le monde contemporain (éd. Colonna,15 €). Un ouvrage de référence enfin, le très bel Éloge de la littérature corsede François-Xavier qui transcrit les échanges du blog Pourunelittératurecorse (Albiana, 18 €). C’est érudit, jamais pédant… qu’elle est vivante cette littérature méconnue ! M.C Le Salon du Livre corse s’est tenu les 28 et 29 janv à la Maison de la Corse, Marseille o
RENCONTRES LIVRES 71 De cruche et d’eau de Vian Conférence pataphysique Jeremy Paulin Chaque vendredi ou presque, la librairie Le Lièvre de Mars invite le public à partager ses coups de cœur. Pour des graphistes, des plasticiens, des ouvrages singuliers, de petits éditeurs. Avec toujours le goût de la fantaisie. En ce début d’année 2012 les maîtres du lieu ont décidé d’y faire resplendir, le temps d’une conférence très particulière, « les lueurs de la chandelle verte de pataphysique ». Et pour rendre hommage à Boris Vian, alias Bison Ravi, Transcendant Satrape du Collège de Pataphysique, dont deux des lettres à cette fameuse société de recherches savantes et inutiles ont servi de socle au spectacle, quoi de plus adapté que le pastiche de conférence concocté, avec un sens aigu du décalage, par le collectif Agonie du Palmier ? Après le discours et le poème d’introduction de Duc Glandieu, Régent de Bathybiologie spéculative, place donc à L’eau n’y est pour rien, réjouissante démonstration de pataphysique, cette « science des solutions imaginaires à des problèmes qui n’en sont pas ». Entre deux gorgées de vin, craies en main et schémas ou formules au tableau noir, deux pataphysiciens de choc, Marie-France Duchamp (Eveline Wojak) et Jean-Yves Caillou (Pierrick Bonjean), s’attaquent à l’analyse du proverbe « Tant va la cruche à l’eau qu’à la fin elle se casse ». Fidèles aux mots de Vian, à son ton de doctorale suffisance, les deux prétendus conférenciers étudient les termes du dicton, formulent les hypothèses et échafaudent les théories les plus farfelues avec un sérieux confondant, en un duo rythmé d’une grande efficacité comique. Elle triture son caraco étriqué, il accumule sur son front les paires de lunettes, il la reprend, elle le contre ; au final, dans cette histoire de cruche, « l’eau n’y est pour rien », CQFD. Ce qu’ils ont démontré surtout, c’est l’extraordinaire vitalité de Vian et de sa mise en question ludique du langage. FRED ROBERT Le collectif Agonie du Palmier était invité le 20 janv à la librairie Le Lièvre de Mars, Marseille Les lettres de Boris Vian au Collège de Pataphysique sont à retrouver dans l’édition au Livre de Poche de Je voudrais pas crever Fragiles et endurants 0 Elle est menue et vive. Il est grand et tranquille. Éloquente et précise, elle semble toujours chercher le mot hésitant, de vies héroïquement ordinaires. L’autobio- survie. Elle et lui s’attachent à suivre le fil, fragmenté, approprié. Il perd le fil de ses phrases, oublie les questions, s’en excuse d’un sourire désarmant. Elle insiste, de questionnements sociaux et politiques. Ainsi, Pas graphie hante l’œuvre de Fabre, celle de Giraud résonne gratte. Il élude, esquive. Ces deux êtres si dissemblables ont pourtant bien des points communs, ne serait-ce que leur attention au quotidien et au « monde qui nous entoure ». Tel était d’ailleurs le titre de la rencontre entre elle, Brigitte Giraud et lui, Dominique Fabre, dont nous avons beaucoup aimé les derniers romans (lire Zib’48 p.71). Dans la salle d’actualité de la BDP, plus intime que l’auditorium, le dialogue de ces deux écrivains pleins d’humanité a touché juste. Parce que chacun à sa façon -les lectures sensibles de Michel Bellier et Corinne Esparon ont permis de l’appréciercreuse la matière même de nos existences fragiles : le temps qui passe, la perte et la disparition, le regret, l’impossibilité du retour en arrière ; mais aussi la nécessité de continuer, même « dans l’attente du pire », comme l’a dit Dominique Fabre. En s’accrochant à des objets, un pack d’eau, une vespa ; en organisant la Brigitte Giraud Francesca Mantovani d’inquiétude explore de l’intérieur la question du masculin. Existe-t-on encore lorsqu’on se retrouve « homme au foyer » ? Le narrateur arrête de travailler pour s’occuper de son fils de 12 ans atteint d’une grave maladie ; il prolonge son congé grâce aux collègues qui lui offrent des jours de RTT mais vit mal le poids de cette dette. L’actualité vient de rattraper la fiction : une loi concernant le don de RTT est sur le point d’être adoptée. Curieuse façon de penser la solidarité, que de la mesurer à l’aune de la loi ! C’est en tout cas ce qu’ils pensent, elle et lui. FRED ROBERT Brigitte Giraud et Dominique Fabre étaient invités à la BDP dans le cadre d’Écrivains en dialogue, cycle de rencontres organisé par l’ADAAL et Libraires à Marseille Prochain rendez-vous le 21 fév autour de Sylvie Germain et de son dernier livre, Le monde sans vous www.biblio13.fr Restaurant - Salon de thfe TraïteuruisTne artfsana e auf -saveurs s 0 iterranee es 21 rue Fontange 13006 NFarsdie WWW. mlnacou corn 04 9153 54 55 41M5=Elr



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 1Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 2-3Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 4-5Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 6-7Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 8-9Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 10-11Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 12-13Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 14-15Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 16-17Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 18-19Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 20-21Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 22-23Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 24-25Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 26-27Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 28-29Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 30-31Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 32-33Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 34-35Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 36-37Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 38-39Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 40-41Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 42-43Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 44-45Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 46-47Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 48-49Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 50-51Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 52-53Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 54-55Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 56-57Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 58-59Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 60-61Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 62-63Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 64-65Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 66-67Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 68-69Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 70-71Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 72-73Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 74-75Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 76-77Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 78-79Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 80