Zibeline n°49 fév/mar 2012
Zibeline n°49 fév/mar 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°49 de fév/mar 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 7,9 Mo

  • Dans ce numéro : la culture pour tous et partout.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 62 - 63  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
62 63
62 LIVRES/CD/DVD MUSIQUE ART Du feu maîtrisé ! On ne cesse de louer, dans ces colonnes, la fougue que déploie Katia Skanavi au concert comme au disque. La douzaine de bijoux qu’elle a gravé chez Lyrinx sont des modèles (mais peut-on parler de « modèle » pour cette artiste hors-normes ?) de liberté, générosité, de poésie, souplesse, respiration… dans Chopin, Schumann, Liszt, Tchaïkovski ou Rachmaninov. On suit depuis des lustres cette virtuose issue de la pléiade de pianistes formés au Conservatoire Tchaïkovski. Si, loin des plateaux, son allure peut sembler « fragile », son vrai tempérament se révèle à l’approche d’un clavier : explosif ! Round around SteveReich Philosophe, musicien, critique musical, Jérôme Orsoni a grandi entre le Faron et la Bonne-Mère. Il a publié en 2008 un ouvrage original consacré à l’album Standards (2001) du groupe Tortoise resté dans la mémoire de fans d’une plastique « post-rock » tendant à la disparition de la voix (Éd. Le mot et le reste). Aujourd’hui, il s’intéresse à l’une des figures majeures de la musique dite « savante », de l’esthétique américaine qu’on qualifie volontiers de « répétitive » ou/et de « minimaliste » : SteveReich. Son livre est un essai qui ne paye pas de mine : une soixantaine de pages frappées de petits caractères. Il circonscrit son sujet autour de quelques-uns des premiers opus du New-yorkais, regroupés dans le disque « Early works », manifestement écouté « en boucle ». Outre que l’auteur donne envie au profane d’aller butiner du côté des claviers de Piano phase, de la déclamation itérative de Come out ou du percussif Clapping Massenet oblige ! Nathalie Manfrino a pris ses quartiers dans la région en 2011-2012 ! Après La Bohème à Marseille au Nouvel-An (voir Zib’48) et la re-création de la Chartreuse de Parme de Sauguet (voir p.26), on l’entend derechef dans Marguerite du Faust de Gounod en Avignon (voir p.44), reprise de la production donnée à Toulon au mois d’octobre (voir Zib’45). Au disque, la soprano livre son deuxième opus, après le succès de « French Héroïnes ». Elle reste dans le répertoire français en se consacrant, année Massenet oblige, au compositeur de Manon et Thaïs. Si l’on entend des extraits du premier, un Ave maria inédit composé sur Pessimiste joyeux À l’aube de la quarantaine, la pianiste est en pleine possession de ses moyens technique et artistique. Le 1er concerto et la Rapsodie sur un thème de Paganini de Rachmaninov « déménagent » ! On retrouve l’instinct « animal » qui caractérise son jeu, cette force qui va, lancée comme une balle ; le contrôle en plus. C’est du feu maîtrisé, une incandescence magnifiée par la direction de Michel Tabachnik à la tête de l’Orchestre Philharmonique de Bruxelles. Volcanique ! JACQUES FRESCHEL music, de ses répétitions obsédantes et déphasages subtils, il invente, à l’image de ce qu’établissent les ballets d’Anne-Teresa De Keersmaeker avec l’art de Reich, une ekphrasis appropriée. Ses variations du verbe, ses répétitions et digressions du « je », dédoublé, remis en question, stimulent l’intelligence du lecteur et invitent à partager son admiration sensible pour une facture épurée, « radicale », si séduisante… Elles permettent à l’initié, de mieux saisir en quoi ces premiers pas « didactiques » éclairent une œuvre qui, aujourd’hui toujours, marque la création musicale mondiale. J.F. Au début et autour de SteveReich Jérôme Orsoni Chemin de ronde www.cheminderonde.net la célèbre Méditation du second, ainsi que sa déchirante Elégie, Manfrino arpente des pages moins courues. Elle adapte avec soin sa pâte vocale et sa déclamation, aux airs tirés de Grisélidis, Hérodiade, du Cid et son air magnifique « Pleurez mes yeux ! ». On entend avec bonheur de très rares partitions issues d’Ariane, Esclarmonde, Sapho, des oratorios La Vierge et Marie-Madeleine et d’un de ses opéras posthumes Cléopâtre créé à Monte Carlo. C’est du reste l’Orchestre Philharmonique de la cité monégasque que dirige Michel Plasson en maître du style romantique français ! J.F. Ce 11 ème coffret de la collection Phares, dédiée au surréalisme, nous transporte durant trois heures dans l’univers d’un des acteurs majeurs du mouvement surréaliste. Moins connu que Dali ou Magritte, plus proche de Max Ernst (soldat « saccagé » par la guerre de 1914-18, exil, conception singulière et parfois rebelle au surréalisme de Breton), André Masson est révélé dans ses moindres retranchements par le réalisateur en osmose avec son sujet. Suivant trois principaux chapitres, Fabrice Mazeretrace une biographie chronologique en multipliant les points de vue historique, artistique, social et politique. Comme bien souvent dans cette collection, l’auteur s’appuie sur la richesse de nombreux documents, interventions de personnalités dont ses enfants Lili et Diego, Bernard Noël, Didier Ottinger, Jean Ristat. Aucun domaine où l’artiste s’est exercé n’est oublié : peinture gestuelle, dessin automatique, décor de théâtre (Tête d’or, Wozzeck, Ballets russes…), illustration (son œuvre érotique), écrits ou conférences sur l’art (la peinture chinoise) ; comme certaines créations : le plafond du théâtre de l’Odéon, un cache pour L’Origine du monde acquise par son beau-frère Jacques Lacan. La caméra sait se poser sur les œuvres et en révéler les méandres, montrer que Masson était l’inspirateur du dripping pour Pollock… un point de vue que ne semble pas partager D. Ottinger (Centre Georges Pompidou) qui souligne figuration et mythologie. Commencé avec « ce moi [qui] avait été saccagé pour toujours » lors de la première guerre mondiale le film se clôt au pied de la Sainte-Victoire, au Tholonet où Masson s’installa dès 1947, et repose désormais. CLAUDE LORIN SACD Lyrinx LYR 2277 7 urEpni Au Eitut kcc. 11 Méditations Nathalie Manfrino Decca 476 4823 André Masson Fabrice Maze Seven Doc, DVD + livret, 23 €
La tête et les jambes Même si un siècle sépare Hector Berlioz et Jean Guillou, ils auraient certainement eu des choses à partager. Ces deux fortes personnalités atypiques du monde de la musique n’ont pas hésité à coucher sur papier leurs impressions, leurs projets, leurs visions des siècles passés et leurs coups de gueule. Publié chez Symétrie avec un soin habituel, Les Grotesques de la musique est un vrai régal et foisonne d’anecdotes, d’aphorismes croustillants et de piques acérées à ceux qui discourent sur la musique sans en connaitre la moindre note… L’essai fleuve de l’organiste compositeur improvisateur et « concepteur » Jean Guillou s’accompagne de deux CD illustrant les bienfaits de la regis-tration du maître à travers des pièces du répertoire et des compositions personnelles. La pensée novatrice de ce musicien singulier est ici au service de l’instrument, son histoire, son répertoire, son toucher, sa registration, son interprétation ainsi que de nombreuses et utiles annexes… pour une bible fort intéressante et particulièrement soignée (4 ème édition). FRÉDÉRIC ISOLETTA Les Grotesques de la musique Hector Berlioz Symétrie, 9,80 € L’Orgue, souvenir et avenir Jean Guillou Symétrie, 45 € Un retour très « motivé » Le grand public découvre Zebda en 1999 avec Tombez la chemise. Morceau qui doit son statut de tube à une interprétation erronée de son message : véritable hymne à l’engagement, la bande FM n’y voit qu’une ritournelle festive. Telle est la griffe Zebda : des thématiques fortes, portées par une plume subtile, sur des refrains efficaces. C’est toujours le cas avec Second tour, cinquième album studio après huit ans d’absence. Une reformation provoquée, entre autres, par l’aggravation de tout ce qui soulève le cœur des Toulousains : le racisme institutionnalisé, la stigmatisation des quartiers populaires, les discriminations sociales et culturelles. Des maux auxquels Zebda ne se contente pas de répondre avec des slogans mais à travers des petites histoires du quotidien, empreintes de poésie urbaine, qui dépeignent un pays dont ils aimeraient être fiers. Mais il serait injuste de limiter l’intérêt du groupe aux textes de Magyd Cherfi. Zebda, collectif par excellence, relève le défi d’une musique empruntant à la tradition rock où s’entremêlent des sonorités aussi bien orientales que musette. La France comme on l’aime ! THOMAS DALICANTE Second tour Zebda Barclay - Universal En concert le 24 mars au Dock des Suds, Marseille 67 Salon de l'Académie du Var Fernando Golvez Xavier Étienne 7 I Maison communale Gérard Philipe ve Ch orles Su dro83130 La Gord@ $plan ouvert tous les jours sauf dimanche et lundi de Pnryues. de 10h +*a 19h du 4 au 11 avril 2012 inclus Rencontre avec le !) arristes ; jeudi 5 pvril de 19h00 b.21[100 entrée libre 18 au 26 avril 2012 vernissage mardi 47 ril â 18N30... earnëeé rà Philipe - l-t. Jacobs rue Charles Sandro-La-Garde (Var) sign ouverte tous les jours rie 15H à 19H Renseignements service culturel 04 94 08 99 19 association R, Jacobs 04 94 21 89 55



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 1Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 2-3Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 4-5Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 6-7Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 8-9Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 10-11Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 12-13Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 14-15Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 16-17Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 18-19Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 20-21Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 22-23Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 24-25Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 26-27Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 28-29Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 30-31Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 32-33Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 34-35Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 36-37Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 38-39Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 40-41Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 42-43Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 44-45Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 46-47Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 48-49Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 50-51Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 52-53Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 54-55Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 56-57Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 58-59Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 60-61Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 62-63Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 64-65Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 66-67Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 68-69Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 70-71Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 72-73Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 74-75Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 76-77Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 78-79Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 80