Zibeline n°49 fév/mar 2012
Zibeline n°49 fév/mar 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°49 de fév/mar 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 7,9 Mo

  • Dans ce numéro : la culture pour tous et partout.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 58 - 59  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
58 59
58 ARTS VISUELS VIEILLE CHARITÉ MAISON DE L’ARTISANAT La géographie en tableaux Étrange exposition qui vous laisse entre deux mondes… Marseille en peinture, qui occupe deux grandes salles de la Vieille Charité, est réalisée par les Musées de Marseille en collaboration avec le Comité du Vieux Marseille, dans le cadre de la célébration de son centenaire. Et si on y découvre quelques œuvres provençales importantes -une Tartane de Dellapiane, des marines de Suchet, un Ziem, un Roubaud, plusieurs figures de Valère Bernardl’exposition se présente avant tout comme un témoignage de ce que fut Marseille : on y retrace l’évolution de ses paysages et quartiers, quelques épisodes et personnages marquants (la peste de 1720, Amable Chanot…), des scènes de genre qui racontent une ville commerçante, populaire et industrieuse. À ce visage de vieille bourgeoise marseillaise répond une petite italienne souriant dans la neige devant Notre Dame de la Garde, et toute une société se dessine, pêcheurs, poissonniers, imprimeurs, et deux pauvres sous un soleil qui découpe des regards francs et des noirs contrastés (Au David Dellepiane "Chez Brégaillon", huile sur toile, 145x224cm,1890. Collection du musée du Vieux-Marseille Jean Bernard Cagnard, Valère Bernard)… Ces représentations du réel, pour la plupart exécutées vers la fin du 19 ème siècle, en disent autant par leurs choix stylistiques que par leur sujet : emphase romantique ou souci réaliste du détail et de la pose, travail plus ou moins académique du trait, de la touche, des perspectives pour la plupart des œuvres présentées… On regrette donc souvent l’absence de datation précise des œuvres et d’indications biographiques sur les peintres, qui auraient judicieusement complété les éclaircissements historiques concernant la ville : le parcours gagnerait à concilier plus nettement les deux intérêts de cette histoire peinte… AGNÈS FRESCHEL Marseille en peinture Jusqu’au 25 mars La Vieille Charité, Marseille 04 91 14 59 18 www.marseille.fr Catalogue 9 euros Deux et plus dans la boîte Au rez-de-chaussée de la Maison de l’artisanat une exposition de 55 boîtes cylindriques de carton… d’où s’épanchent tissus, affiches, objets, bijoux, bouteilles et étiquettes. C’est Designxport, Hamburg on tour, un concept étonnant, où le contenant influence la forme et s’expose aussi, comme un piédestal de série, un carton d’emballage promu discrètement au rang de colonne de marbre. Les œuvres de tous ordres -design industriel, d’espace, de mode, graphique…- y gagnent un côté ludique et interactif : vous pouvez tamponner des logos, déboucher des bières, écouter des gémissements, admirer des couverts et un service à thé remarquables. Et si le carton appelle beaucoup de propositions en matières recyclées, on y trouve aussi de l’or rose, en bijou… À l’étage les jeunes designers issus de l’École supérieure d’Art de Marseille profitent de cette exposition qui célèbre 55 ans de jumelage pour faire une éclatante démonstration de leur talent. « Le standard médiocre doit faire place aux particularismes enchantés d’une poésie renaissante », clame leur dossier de presse. Ils y parviennent ! Avec quelques lattes de bois pour unique matériau Yuan Yuan invente un canapé, puis sculpte une superbe balancelle à trois côtés. Andréa Blanco s’affranchit totalement de l’utilitaire en créant une chaise dont les barreaux de métal blanc se transforment en vagues, qui semble échappée Emilie Fargeot, design Christian Cres d’un tableau de Magritte. Arnold Degiovanni conçoit de petits et de grands instruments érotiques, et Émilie Fargeot construit une sphère démontable de bois rouge, souple, panachée de voiles, abri de jardin idéal qui tient dans un carton et se module avec quelques rivets… Bientôt dans le commerce ? Elle y ferait un malheur ! A.F. Designxport, Hamburg on tour Exposition de l’ESADMM Jusqu’au 29 fév Maison de l’artisanat et des métiers d’art, Marseille 04 91 54 80 54 www.maisondelartisanat.org Yuan Yuan, design Christian Cres
Les tribulations du masque Persona en latin, « prosopon » en grec, le masque, mais aussi le visage, l’acteur… C’est sans doute pour cela que Erhard Stiefel insiste : « Il ne faut pas penser masque, il faut penser visage humain. » Superbe exposition de sa collection au Bois de l’Aune, où les masques surgissent de l’obscurité en une scénographie qui leur accorde le mystère d’une existence. La mise en lumière est d’une élégante justesse, tandis que passent en boucle les univers musicaux qui correspondent à ces masques venus du monde entier, Java, Bali, Italie, Sri Lanka, Japon. Des explications riches permettent de mieux comprendre, de suivre le parcours qui est celui aussi de l’artiste, avec en acmé la délicate subtilité des masques japonais. Quelques masques sont l’œuvre de Stiefel… impossibles à différencier des autres. Le cheminement essentiel réside dans la quête du sens : pourquoi l’être humain a-t-il éprouvé la nécessité de porter un masque ? Quelles que soient les réponses multiples de l’exposition, Stiefel explique : « Un masque doit être dansé, joué pour se montrer et aucun subterfuge ne peut remplacer son interprète. Pour moi qui fabrique des masques (Ariane Mnouchkine, Maurice Béjart, Antoine Vitez, Philippe Avron…), il ne s’agit pas de faire quelque chose de joli, mais quelque chose de vivant. Sur scène, le masque dégage autant d’émotion qu’un vrai visage. » MARYVONNE COLOMBANI Masque expo Japon M.Delahaye BOIS DE L’AUNE REG’ART FILM Masque expo Bali M.Delahaye Masqué Exposition jusqu’au 23 fév Bois de l’Aune, Aix 04 42 93 85 40 www.agglopaysdaix.fr ARTS VISUELS/CINÉMA 59 Un regard inattendu Au moment de la Journée de la femme Reg’Art réunit des femmes artistes de la région pour une exposition annuelle autour d’un thème chaque année différent. L’initiatrice en est Martine Huet, animatrice plasticienne à la MJC d’Aubagne. Depuis la 1ère expo en 1999 avec 250 visiteurs, Reg’Art est devenu un rendez-vous très attendu. À l’étroit entre les murs de la MJC, l’expo s’est installée aux Pénitents noirs en 2006, puis inaugure cette chapelle du 18 ème siècle superbement restaurée en 2008. Depuis le nombre de visiteurs est allé croissant (presque 3 000 visiteurs en 13 jours en 2011)... Or cette année la chapelle, devant subir des travaux pour abriter l’exposition Picasso et la céramique en 2013, n’est pas disponible, et la salle du Bras d’or, proposée en remplacement, ne l’était que 3 jours. Insuffisant pour installer les créations de près de 70 artistes, et permettre au public de les voir ! La déception était grande, mais les artistEs ont accepté la proposition de la Médiathèque : puisqu’il est impossible d’exposer les oeuvres, c’est leurs photos qui seront montrées à côté des textes à partir desquels les artistes ont travaillé. Car le thème de cette année est la littérature ! Ainsi Reg’Art sera vivant en préfiguration de l’expo 2013, attisant le désir du visiteur. CHRIS BOURGUE Reg’Art sur la littérature du 8 au 24 mars Médiathèque d’Aubagne du mardi au samedi (fermé le jeudi) 04 42 18 19 90 Vernissage le 9 mars à 18h i Hymne à la joie 0 Peuple et Culture Marseille proposait à l’Alhambra ce 28 janvier la projection de Kinshasa Symphony, documentaire de Claus Wischman et de Martin Baer en présence de ce dernier. Des rues jonchées de détritus, des véhicules rouillés, rapiécés, surchargés, bringuebalants, des eaux usées à ciel ouvert, Kinshasa, capitale surpeuplée, en couleur et en misère. Une femme en boubou clair traverse le bourbier sur le bout de ses escarpins beiges sans s’y enliser, flanquée d’un gamin astiqué comme un sou neuf : elle se rend comme 200 autres kinois à une répétition de l’orchestre symphonique Kimbanguiste initié en pleine guerre civile, il y a quinze ans, par le petit-fils d’un héros national anticolonialiste Simon Kimbangu. Si la situation économique chaotique du pays se lit explicitement dans ces Kinshasa Symphony de Martin Baer images, c’est surtout la dignité, la beauté, l’énergie de ces musiciens autodidactes que les documentaristes allemands mettent en avant : Nathalie, la chômeuse-flûtiste, Joséphine la violoncelliste-vendeuse d’omelettes, Joseph altiste-coiffeur-électricien, Albert le guitariste, Armand l’ex-pilote-chef d’orchestre. Chacun parle de son rapport à cette musique « blanche ». L’une trouve que l’Hymne à la joie est une belle chanson, l’autre qu’il existe des rythmes africains chez Beethoven. Tous parlent de l’exaltation et de la force de dépassement de soi qu’elle leur apporte. La réussite du concert final est un hymne au courage et à la vie. Chapeau bas ! ÉLISE PADOVANI



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 1Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 2-3Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 4-5Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 6-7Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 8-9Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 10-11Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 12-13Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 14-15Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 16-17Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 18-19Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 20-21Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 22-23Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 24-25Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 26-27Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 28-29Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 30-31Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 32-33Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 34-35Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 36-37Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 38-39Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 40-41Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 42-43Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 44-45Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 46-47Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 48-49Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 50-51Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 52-53Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 54-55Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 56-57Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 58-59Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 60-61Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 62-63Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 64-65Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 66-67Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 68-69Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 70-71Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 72-73Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 74-75Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 76-77Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 78-79Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 80