Zibeline n°49 fév/mar 2012
Zibeline n°49 fév/mar 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°49 de fév/mar 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 7,9 Mo

  • Dans ce numéro : la culture pour tous et partout.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
14 THÉÂTRE LENCHE BANCS PUBLICS LA CRIÉE D’Fantasmes racistes La pièce de Jonas Hassen Khemiri est construite sans véritable cohérence, sinon celle très forte de son thème : la perception de l’immigré musulman en Suède, qui ressemble désespérément à celle qui s’exerce sur nos rivages. Un fil conducteur symbolisé par Abulkasem, personnage fantasmé à l’identité instable, aussi variable que les à priori européens sur les musulmans : tour à tour pirate une pièce d’Almqvist, oncle Libanais chanteur de cabaret, mot fétiche d’une bande d’ados immigrés, patronyme gratifiant d’un jeune dragueur des banlieues, d’une metteure en scène à la mode, d’un terroriste invraisemblablement voyageur… La pièce, construite sur des monologues séparés par des interludes chemine de la farce au drame, et dessine la mosaïque étrange d’un visage insaisissable et d’une société visiblement prête à basculer dans la violence raciste -la pièce a été écrite et montée avant la tuerie d’Utøya-, parce que les Mathieu Catonne jeunes n’y sont pas intégrés, que les fantasmes déversés à la télé sont repris jusqu’aux bobos bienveillants… La mise en scène de Michel Didym donne beaucoup de volume, de sons, de couleurs et de rythme à l’univers de l’auteur suédois. Les comédiens aux talents multiples sont animés d’une vitalité exceptionnelle, y compris Léna Bréban qui a repris au pied levé les rôles de Julie Pilod, blessée). Ils virevoltent, chantent, dansent, accompagnés de rock qui parodie ABBA, renchérissant dans une gesticulation grinçante qui fait parfois perdre le fil d’un texte morcelé. Il faut dire que la salle au trois quart vide de la Criée, pour un spectacle qui a fait grand bruit à sa création, n’aide pas à imprimer un rythme… Et si vous retourniez à la Criée ? AGNÈS FRESCHEL Invasions ! a été joué à la Criée du 8 au 11 février Dépressive, Antigone ? Que nenni ! Fille et mythe pètent la forme et se prêtent à l’éternel retour adolescent... alors crachons le morceau : halte à la prolifération du tout venant poétique ! Premier responsable : le réécrivain Antoine Wellens, plein de fougue, non sans talent pour relancer petits airs du temps et grandes clameurs de fond ; la petite troupe de jeunes comédiens issus du Conservatoire ou de l’Université de Montpellier l’a suivi (certains avec vivacité, d’autres, dont le rôle-titre, à ras de terre) dans ses circonvolutions stratifiées mais on s’interroge sur le désir de réécrire un mythe sur la scène. Pourquoi, sinon pour le relire et le mettre à nu ? pas de ça ici : chacun cherche sa place ou veut celle de l’autre (Ismène aimerait bien voler la vedette à sa sœur mais son plaisant numéro de music hall n’est qu’un intermède), mais si prendre position est bien une problématique commune à l’acteur et au citoyen, on peut l’avoir perçu dès la première demiheure... Et si « les mots tout chauds » sortent du four médiatique, platement publicitaires, vils à souhait (Antegone « le » fera-t-elle ? tiendra-t-elle jusqu’au bout ?) on peut aussi l’admettre au premier contact avec cette exaspérante speakerineattachée de presse ; la faire revenir si souvent relève du cabaret-potache. MARIE JO DHÔ L’Antegone D’ou que dit le cochon quand le fermier l’égorge ? mis en scène par Camille Daloz et joué par la cie du Cri dévot a été présenté aux Bancs Publics le 2 et 3 février o Eric Didym Nathalie Pierre Quick Change Saviez-vous que Richard Coeur de Lion, roi d’Angleterre, ne parlait pas anglais ? Ce ressort burlesque du Coeur du Sage, 3 e volet de La Divine Humanité, dit bien avec quelle simplicité de ton la Cie Les Oiseaux aborde le spectateur et le thème proposé : la recherche universelle de la sagesse et de la vérité à travers différentes spiritualités et malgré guerres et affrontements. La troisième croisade ou le parcours de Jésus de Nazareth, après celui de Confucius (voir Zib 48) miniaturisés en fragments d’épopées minuscules sont incarnés de bout en bout par le seul Lionel Briand, comédien transformiste virtuose à l’énergie insolente et au verbe véloce, accompagné par son touche-à-tout musicien-chanteur Patrick Ayala. Spectacle étonnant et décevant en ce qu’il explore méthodiquement ce que l’on pourrait nommer « l’enfance de l’art » avec dispositif malin pour saltimbanques talentueux (tréteaux et costumes polysémiques, à l’endroit, à l’envers ; rythme tenu et adresse directe ; ombres chinoises et cabaret biblique) sans jamais demander au public autre chose qu’une adhésion bon enfant « Ouh ! ! les méchants pharisiens !... » à de petites histoires gentiment racontées... ombre portée du théâtre du Soleil sans Ariane Mnouchkine ! M.J DHÔ Le Fils de l’Homme/Le Cœur du Sage (La Divine Humanité) au Théâtre de Lenche du 21 au 28 janvier
LA BUSSERINE LE LENCHE THÉÂTRE 15 X-D.R. Témoins de misère Pari tenu pour cette jeune metteure en scène, Elsa Granat et sa troupe L’envers des corps qui revisitent le monument littéraire des Misérables sous un éclairage contemporain. Cette oeuvre si souvent transposée au cinéma avec force moyens est mise en scène ici avec sobriété. À la Busserine, des élèves du primaires préparés par leurs professeurs connaissaient bien l’histoire et la racontaient en attendant que le spectacle commence. Très vite ils reconnaissaient les personnages, les nommant dès leur apparition, mais plongeant dans le monde actuel : le bureau de Pôle-Emploi ! Fantine est reçu par un conseiller peu compréhensif ; c’est alors que l’enfant pleure dans ses langes. Très beau travail vocal, puis gestuel, de Marie Combeau qui reproduit les attitudes du bébé de façon saisissante ! Cosette est ensuite confiée aux Thénardier, sauvée par Jean Valjean, aimée par Marius... L’ensemble est bien mené, dans des décors et des costumes astucieux de la marseillaise Clémentine Carsberg. Le spectacle s’accompagne d’ateliers avec les classes, l’occasion de retraverser le roman et de parler de la pauvreté. CHRIS BOURGUE Misérables, libre cours s’est donné du 17 au 20 janvier à l’Espace Busserine, Marseille Slam méthodique Alain Simon ne manque pas d’audace. Après avoir longtemps joué Le discours de la méthode à la traditionnelle, assis dans un fauteuil près d’un poêle, voici qu’il reprend l’adaptation qu’il a faite du célèbre texte de Descartes en slam et en version accélérée. Résultat : 35 minutes d’une performance originale rondement menée. Le philosophe voulait, paraît-il, que son discours s’adresse à tout le monde et pas seulement aux « doctes », d’où le choix du slam pour le dire aujourd’hui. Quant au parti pris de rapidité, il vise à restituer le flux de la pensée qui semble se construire là sur la scène. Au début, le style déroute, avec ses phrases qui n’en finissent pas, ses imparfaits du subjonctif et son lot de termes tombés en désuétude. Et puis c’est dit si vite ; et le clavier va si fort. Pourtant, il suffit de se laisser porter par la langue, d’entrer dans le débit du comédien et tout fait sens. Modulée par la voix et les variations pertinentes de tempo, ponctuée par les accents contemporains ou jazzy de Christophe Paturet (qu’on peut aussi choisir d’écouter, abandonnant pour un temps les mots), la pensée cartésienne éclate alors en énergie et en images, étonnamment proche. Descartes pense (tout haut) et on suit (très bien). FRED ROBERT Je pense donc je suis, a été joué au Théâtre de Lenche du 31 janvier au 4 fevrier AUX BERNARDINES FEVRIER - MARS 2012... A senvRE B04 91 24 30 40 www_theatre-bernardirres.org 01WPAAPRISEELLE 4.. : J'Ut...W.11M or..g ; ; 400rXNorte:.- ! 7447,:"VDu 16 au 25 février LES BIENFAITS DE L'AMOUR d'apres Le Banquet de Platon mise en scene de Frédéric PofriceaLi Création Du 20 au 28 mars LE SUCCES DU MALHEUR d'après Agornermorr d'Eschyle mise cri scene de Mireille Guerre Création



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 1Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 2-3Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 4-5Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 6-7Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 8-9Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 10-11Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 12-13Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 14-15Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 16-17Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 18-19Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 20-21Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 22-23Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 24-25Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 26-27Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 28-29Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 30-31Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 32-33Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 34-35Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 36-37Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 38-39Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 40-41Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 42-43Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 44-45Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 46-47Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 48-49Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 50-51Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 52-53Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 54-55Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 56-57Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 58-59Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 60-61Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 62-63Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 64-65Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 66-67Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 68-69Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 70-71Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 72-73Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 74-75Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 76-77Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 78-79Zibeline numéro 49 fév/mar 2012 Page 80