Zibeline n°48 janvier 2012
Zibeline n°48 janvier 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°48 de janvier 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 7 Mo

  • Dans ce numéro : 2012 en créations.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
24 JEUNE PUBLIC TOULON CAVAILLON VELAUX MASSALIA Encore un Tour ! o Vous avez déjà passé près de quatre heures mal assis sur le banc de bois d’un chapiteau trop plein face à un seul acteur, à en redemander encore, et à regretter que ça s’arrête ? Gilles Cailleau fait Le Tour complet du cœur de Shakespeare, de son Shakespeare, en magnifiant le théâtre forain, les tréteaux, en vous embarquant dans un résumé, des extraits, des commentaires des 37 pièces de Shakespeare -toutes sont évoquées ou jouées-, en retrouvant, (ou en inventant ?) un art de la Jean-Francois Gaultier représentation qui se joue des abimes, du théâtre dans le théâtre, des règles du jeu. Car il est lui-même, Gilles Cailleau qui vous accueille, puis ce comédien Antoine Garamond qui a joué tout Shakespeare, puis sa famille qui l’a accompagné, puis les personnages qu’ils ont joués. Il passe d’un niveau à l’autre sans plus d’effort qu’il ne balaye tous les registres du jeu forain, acrobate, musicien, poétique, bateleur, tout cela sans caricature, pimentant chacun de ces registres d’un art subtil de comédien, et d’une complicité chaleureuse avec ses spectateurs. Shakespeare y retrouve la force des rêves, la fureur des combats, la violence éperdue de l’amour, le goût infini des voyages, du fantastique et des tempêtes. Un Tour de force, que Gilles Cailleau accomplit depuis plus de 10 ans, et qui tournera encore… A.F. Le Tour complet du cœur a été joué à la Friche (programmation Massalia) du 17 au 23 décembre Presque parfait ! Masques et ronds de jambe, coups de baguette, boule de cristal, talismans et formules magiques, travestissement, valet espiègle, chaste baiser, souverains féroces, apartés comiques et grimaces, intrigue amoureuse : traitée sur le mode d’une farce classique, L’Imparfait d’Edwige Cabélo est un opéra sur la différence et la tolérance auquel Philippe Ricard donne une dimension théâtrale. L’adaptation du conte de Charles Perrault est servie magistralement par la Compagnie Septembre et le chœur d’enfants du CNR de Toulon Provence Méditerranée embarqué dans l’aventure, et entraperçu dans l’encablure du X-D.R. 5 rideau du castelet. Les voici contant l’histoire de Riquet à la Houppe au cœur aussi gros et moelleux que son faciès est hideux… un comble au pays où la beauté est érigée en dogme d’État ! Heureusement la Fée -à ses heures marieuse- veut libérer les laids du joug du couple royal et forcer le destin du jeune Riquet. Vaste programme que la troupe se fait fort de distiller aux oreilles des jeunes spectateurs par le truchement d’un spectacle alerte, vivifiant, aux sentences bien senties et aux images percutantes. Ouf, le drame est vite oublié et le dénouement heureux, les vœux des amoureux sont exaucés et les despotes fragilisés dans leurs certitudes ! L’Imparfait est une aubaine pour initier le jeune public au goût du théâtre. MARIE GODFRIN-GUIDICELLI Julien Piffaut Funambules de la vie Un vieux cirque sans animaux part à la conquête du public dans la vaste et étrangère Pampa. À son bord, les facétieux Pink et Punk, abandonnés par leur Reine mère et rejoints par deux loustics pour continuer à faire leur cirque. Il y a Manouche reine de la séguedille en 3D, Ficelle un va-nu-pieds né d’hier et blues man sur les bords. Il y a des envies de voyage et le désir d’être aimé. Des cabrioles avec les épithètes et des flip-flap arrières avec la grammaire ; des fins de phrases à 1000 pattes et des charivaris d’adverbes approximatifs. Et il y a aussi Ornicar, la grosse voix à képi qui remettra de l’ordre dans la joyeuse troupe après vérification d’identité. « Au bout du bout de la fin du chemin » de ce chapiteau nomade, il y a un formidable et poétique bric-à-brac imaginaire du dramaturge-metteur en scène Joël Jouanneau, qui réunit ces Zappachéos d’infortune pour jongler avec les mots et réinventer les Demoiselles de Rochefort. Sous ses loupiottes colorées et sa joie de vivre contagieuse, cette pièce pour les enfants de 7 à 107 ans est un bel hommage au cirque et aux gens du voyage, à l’enfance, aux funambules de la vie. Et à la grammaire ! DE.M. PinKpunK CirKus s’est joué le 11 janvier au théâtre de Cavaillon (I L’Imparfait s’est joué le 10 janvier au Théâtre Liberté à Toulon
Brocante lumineuse Jef Rabillon Philippe Lefebvre est un artisan, au sens noble du terme. Ses bricolages millimétrés, désuets, évoquent ceux d’autres chercheurs en roue libre -de Léonard de Vinci à Wallace et Gromitmais focalisés sur l’optique. Son installation se visite au rythme des points d’éclairage successifs : un robinet qui coule à l’infini, une petite fille sur sa balançoire, l’ombre d’une fourchette qui s’allonge démesurément, des mécanismes cliquetant, petits miroirs, fils de métal tordus, bassines remplies d’eau réfractant la lumière... Le public se laisse prendre, et il en va de son œuvre comme des tours de magie : il y a ceux qui veulent absolument comprendre comment ça marche, « trouver le truc », et ceux qui n’apprécient que le mystère. Les bébés observent fascinés les jeux d’ombres chinoises, les plus grands Inépuisable malade ponctuent de commentaires qui participent à l’amusement attendri des adultes, certains résistent difficilement à l’envie de toucher. A l’issue du parcours qui dure une demi-heure, un jeune garçon s’exclame : « Non, c‘est pas déjà fini quand même ! » En voilà un qui est mûr pour les ateliers proposés par l’artiste en parallèle à l’exposition. GAËLLE CLOAREC À noter Heureuses Lueurs, Allusions d’optique se visite et s’expérimente jusqu’au 28 janv au Studio de la Friche dans le cadre de Laterna Magica Théâtre Massalia 04 95 04 95 70 www.theatremassalia.com Le théâtre Kronope joue la comédie ballet du Malade imaginaire avec un bel allant. Certains passages sont transposés, ainsi la tirade de la première scène dans laquelle Argan énumère les diverses potions dont les médecins et apothicaires le nourrissent et les sommes pharamineuses réclamées, est prise en charge par le trio de la mort et des lutins… Optique de carnaval, pied de nez à la mort ? La scénographie de Guy Simon jongle sur les hauteurs, entre échasses et différents niveaux de scène ; les masques sont inventifs, même si celui du fils Diafoirus tend à surjouer le ridicule du personnage Théâtre du Kronope que l’acteur rend déjà. En revanche, superbe performance de Louison dans la petite scène avec son père, Argan ; le masque de la petite fille souligne avec un humour désopilant sa fausse naïveté. Performance d’acteurs aussi, les 13 personnages de la pièce sont portés par les 5 membres de la troupe. Le public jeune rit beaucoup visiblement bien préparé lors des interventions dans les écoles et collèges. Le jeu des acteurs fait le reste… la langue de Molière aussi ! M.C. Le malade imaginaire a été joué à l’Espace Nova, Velaux, le 7 janvier Orr rim eGem, iyrnkiF Région en aune est un label du Réseau Chainen, F@dtration des Nouveaux T L4toires desAr#s Vivants Région Corse en Scene AUBAGNE LA PENNE SUR HUVEAUNE ROQUE VAI Fd,E SAINT ZACHAR,IE 13 15 février 2012 UN RENDEZ-VOUS AVEC LE SPECTACLE VIVANT THEATRE : Cie Tandairn - Cie La Naive HUMOUR : Ali Bo igheraba - Didier Ferrari - Nicole Ferrent Crid-CONCERT : le Philharmonique de la HAD-Quetta JEUNE PUBLIC : Cie Pimple, Velocità DANSE Collectif 2 temps 3 mouvements MUSIQUE & CHANSON : Elves - Isaya - Pierre Gambini - Ahmad Compaoré - Will th e Blue Griot - Jeanne Garraud Informations et réservations pout lee apectaclee : Carole de midi. Th&étre Comoedia - Cours Foch -13400 AUBAGNE Tél : 04 42 18 19 88 - vrww-eeroledemidï.org/A JE on rCOXSEIL - f1 rLiGENE]ML Rva 1HE747RE CpmCedia MULEndrarGiFF OOP quovira "e



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 1Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 2-3Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 4-5Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 6-7Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 8-9Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 10-11Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 12-13Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 14-15Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 16-17Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 18-19Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 20-21Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 22-23Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 24-25Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 26-27Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 28-29Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 30-31Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 32-33Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 34-35Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 36-37Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 38-39Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 40-41Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 42-43Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 44-45Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 46-47Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 48-49Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 50-51Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 52-53Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 54-55Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 56-57Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 58-59Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 60-61Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 62-63Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 64-65Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 66-67Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 68-69Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 70-71Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 72-73Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 74-75Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 76-77Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 78-79Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 80