Zibeline n°48 janvier 2012
Zibeline n°48 janvier 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°48 de janvier 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 7 Mo

  • Dans ce numéro : 2012 en créations.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
16 THÉÂTRE OUEST PCE LE TOURSKY AUBAGNE LE JEU DE PAUME AVIGNON Andy Parant Surrevolté Hamlet n’est pas une pièce parmi d’autres. Hamlet est le théâtre. On y joue une pièce, on y parle théâtre, les scènes du spectre sont aussi des scènes à effets spéciaux, Hamlet joue la comédie, à moins qu’il ne soit fou, mais la folie est aussi un théâtre. L’homme est dérisoire, le fils joue la comédie dans un jeu de quilles quand le père, lui, livrait de grandes batailles. Et le suicide, cette ultime forme de liberté, est interdit, sinon pour Ophélie, l’envers féminin d’Hamlet. Ce jeu-là est devenu, depuis le XIX e siècle, celui du monstre sacré : la star possessive, colonisant tout le plateau, provocante, pathétique, funèbre, qui joue du spectacle de son impuissance : injouable, donc. L’adaptation donne certes l’impression d’un équilibre mal trouvé : une distribution pléthorique ravalée à la simple figuration, une deuxième partie qui liquide la première, une musique, des échappées fantaisistes, des costumes qui paraissent un peu kitsch dans un ensemble appliqué, exceptions faites de la scène des comédiens et de quelques seconds rôles libérés où le décalage est assumé. Mais on n’en voudra pas à Philippe Torreton de monopoliser la scène : son énergie porte, sans déperdition et sans Jubilatoire causticité Il est des plaisirs particulièrement délicats, lorsque le sentiment de transgression prend une dimension contestataire constructive et caustique à la fois. Assister à une représentation de La Farce de maître Pathelin par la Cie du jour au lendemain, en ce début effréné de la grand-messe à la consommation que sont les soldes, fait indubitablement partie de ces plaisirs-là ! Ne pensez pas que le spectacle soit conçu pour une jeunesse potache. Car c’est une farce mais le sujet et son traitement touchent à l’universel : la mécanique des tromperies s’appuie sur la le verbe, comme celui tout puissant des traders d’aujourd’hui, qui ressemblent étonnamment à cet avocat sans cause et désargenté qui veut, dans notre pièce, se procurer quelques pièces de tissu… La mise en scène d’Agnès Régolo, dynamique, rapide, cultive l’esthétique de la surprise, avec des liaisons chantées qui ajoutent à l’élan de l’ensemble. Tout se déroule autour, sur et dans une construction de bois, à l’instar des scènes médiévales. Le jeu des comédiens en acquiert une belle liberté. Une petite introduction resitue l’œuvre dans son contexte, brosse un court historique du théâtre à son époque, écorne Berlusconi, roi du langage et de ses emplois, s’interroge sur l’étrangeté des acteurs… Puis une volte, et nous sommes immergés dans la pièce… Le public De.M romantisme, son évidence massive leste la représentation et entraîne avec elle le poids de toutes les trahisons et lâchetés dont est faite l’histoire. Il faut être à la hauteur, quitte à cabotiner, parce que the time is out of joint : l’époque sort de ses gonds, doute de l’homme et du monde. L’argument du metteur en scène a dans ce contexte l’immense intelligence de n’en être pas un, évitant les récupérations au nom de parti pris douteux. Mais on ne peut s’empêcher de regretter que Jean-Luc Revol n’ait pas retrouvé, cette fois, l’audace brillante et l’inventivité féconde qu’il avait mises au service de Shakespeare dans sa mémorable adaptation de La Tempête. Tant pis, c’est bien quand même. AUDE FANLO Hamlet a été joué le 10 janvier à la Colonne, à Miramas À noter Hamlet sera joué les 10 et 11 fév au Toursky (voir p 27) -dew-i.ddi d’écoliers, captivé, rit (« Dieu que ma couille est poilue ! » emporte leurs suffrages !) et goûte à ce texte si lointain et si proche. Les adultes aussi ! MARYVONNE COLOMBANI La farce de Maître Pathelin a été créée au Jeu de Paume, Aix, du 11 au 13 janvier À venir Le 17 jan Théâtre de La Colonne, Miramas 04 90 58 37 86 www.scenesetcines.fr Du 31 jan au 2 fév Théâtre des Halles, Avignon 04 90 85 52 57 www.theatredeshalles.com Game over Depuis 1985, la Cie Le bruit des hommes effectue un travail rigoureux autour des écritures dramatiques contemporaines. Maryse Courbet et Yves Borrini sont revenus un peu en arrière pour proposer Fin de partie de Beckett, presque un classique déjà, de 1957. Il s’agit de la fin de parcours de 4 personnages : deux vieux, Nagg et Nell, enfermés dans des poubelles dont on change régulièrement la sciure ou le sable, qui sortent la tête de temps en temps pour demander leur bouillie ou leur biscuit (Maryse Courbet et Gérard Lacombe) ; Hamm leur fils (Yves Borrini), lui-même cloué dans un fauteuil, sous la garde (à la merci ? ) de Clov, son fils adoptif (?) à qui il a servi de père et de bourreau ; on apprécie particulièrement la prestation de Frédéric Grosche qui sait donner à Clov une fragilité et une violence cachée. Leur proximité les pousse à la lutte à coups de mots et de pauvres fictions. Ainsi se joue chaque jour une comédie, toujours la même avec ses codes et ses redites à heure fixe, dans un monde qui meurt privé d’horizon, où il est nécessaire d’utiliser une échelle pour voir par la fenêtre. Longtemps qualifié d’« absurde », le théâtre de Beckett se ressent aujourd’hui comme celui de la réalité, à peine travestie, de la violence du monde dans lequel nous vivons. Un message hélas visionnaire : ce monde en ruine d’après la guerre se révèle d’une totale actualité. Il sera présenté, sous des formes morcelées, des « matériaux », dans les lycées de la région. CHRIS BOURGUE Ce spectacle s’est joué au Comoedia d’Aubagne le 13 janvier X-D.R.
CHAT 0T-UUUYpUCAS THEATRE DE CREATIONS D z ven 3 fév 20:30 lâ sam 4 fev 20:00 bhéâl,re - aéaGinn[CE OUI RESTE DANS VIE.] Je pense à Yu D'APRÈS TCHEKHOV/JEAN-PIERRE BARO DU 31 JANVIER AU FËVRIER 2012 de Carole Fréchette mise en scène J.-C. Berutti avec Marianne Basler, Pascal Bungard & Yilin Yang TOUT if CALENDRIER SUR regyptis.corn RENSEIGNEMENTS 04 01 11 00 91 136 rue Laubon - 13003 MARSEILLE Les -. s aiJ Scéne Natsoriale de Martigues 04 42 49 02 00 - www.GheaGre-des-sahnsir P ô l e r l=- g i on a l de d ê v e I g p p e ment. r1¢'T 1 T LaCrié en janvier et février 2012 jusqu'au 28 janvier Par hasard ut pas rasé Philippe'Duquesne, Camilre Grandville Gainsbourg dans tous ses états ! jusqu'au 28 janvier création Courteline, amour noir Georges Courteline/Jean-Louis Benoit Quand Courteline déjoue la mécanique de la vie conjugale : férocement drôle f S au 11 février INVAS N ! Jonas Hassen Kliemin/Michel Didym Une commie aux silures de cabaret sur fe choc des cultures. 15 au 18 février Le Roman d'un trader Jean-Louis Bauer/Daniel Berloïrl Toute ressemblance avec (a réalité ne serait pas nécessairement fortuite l 21 au 25 février r i Le Cas Jekyll (2ème version) Christine Mantalbetti/Denis Padalydès Emmanuel Bourdieu/Eric R.If Derais Podalydès invf € e la danse+use lCaorr'l € o â partager sa daarrabrufatian dans les tréfonds de f'Jme. 22 au 25 février La Princesse transformée en steak-frites Christian Osier/Frédéric Bélier-Garcia Des contes de tees revisf € ës par l'un des romanciers français les plus insolites. 5-V wUIt sirtR Tëlérarna La Criée- www.theatreIasrrEe.derfl Uw 9154 70 54 Ihatre natnnal dc Marseille üirerton Marha ju7ake'ieff



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 1Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 2-3Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 4-5Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 6-7Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 8-9Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 10-11Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 12-13Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 14-15Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 16-17Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 18-19Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 20-21Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 22-23Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 24-25Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 26-27Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 28-29Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 30-31Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 32-33Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 34-35Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 36-37Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 38-39Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 40-41Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 42-43Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 44-45Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 46-47Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 48-49Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 50-51Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 52-53Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 54-55Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 56-57Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 58-59Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 60-61Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 62-63Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 64-65Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 66-67Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 68-69Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 70-71Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 72-73Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 74-75Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 76-77Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 78-79Zibeline numéro 48 janvier 2012 Page 80