Zibeline n°46 novembre 2011
Zibeline n°46 novembre 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°46 de novembre 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 96

  • Taille du fichier PDF : 8,4 Mo

  • Dans ce numéro : l'art... chantier permanent.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 60 - 61  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
60 61
60 ARTS VISUELS CG AIX PAVILLON VENDÔME Voyages immobiles ep Rêvé, fantasmé, recréé, traversé : l’Orient fascine les artistes de Pierre Loti à Mona Hatoum… Shirin Neshat, Rebellious Silence (Women of Allah series), 1994 L’exposition embrasse d’un même mouvement œuvres de maîtres, photographies anciennes et contemporaines, objets décoratifs, éditions originales, sculptures et vidéos. Un grand écart temporel et stylistique justifié par la permanence du thème et de ses mythes depuis les récits du 19 e siècle (Chateaubriand, Nerval, Flaubert) jusqu’au Printemps arabe et à la Révolution de Jasmin, souvent évoqués dans le catalogue par Éric Mézil, le commissaire d’exposition, directeur de la Collection Lambert en Avignon. Frontalement et dès l’entrée, aquarelles et huiles sur toile de Jougouno et Dequenne cohabitent avec la captation de David Claerbout autour de l’illusion d’un Orient rêvé. Dans The Algier’Sections of a Happy Moment il reconstitue sur ordinateur un moment de liesse sur les toits d’Alger, avec un envol symbolique de mouettes vers la liberté… Ainsi se construit la scénographie, dans ces allers-retours entre réalité et fiction, ancien et contemporain, qui mettent en évidence autant de paradoxes. Pierre Loti, imprégné d’Orient se déguise en Ramsès II, en cheik et en bédouin, reconstitue un salon marocain à Rochefort ; croquis, portraits et paysages idéalisés, exécutés en atelier ou réinventés d’après photos ; carnets de notes et photos sur le vif à l’occasion notamment de voyages anthropologiques. Des œuvres à l’iconographie riche, reflets d’une société révolue, qui ont notablement influencé l’histoire de l’art. En contrepoint, plus percutants, les regards contemporains des deux rives. Points de vue de l’américain Jason Dodge, installé à Berlin, qui anoblit de ses métaphores la couverture traditionnelle en poils de chameau ; de l’écossais Douglas Gordon fasciné par les charmeurs de serpents de Marrakech qui « chorégraphie » leur danse ; du pakistanais Idris Khan, aujourd’hui à Londres, qui photographie les pages du Coran en les décontextualisant. Points de vue de femmes : New Yorkaise née en Iran, la photographe et réalisatrice Shirin Neshat recouvre les visages et les mains des femmes voilées « de messages de paix ou de guérillas courageuses » ; la Libanaise Mona Hatoum, « révolutionnaire avant l’heure » réalise en verre soufflé une Nature morte aux grenades… Bombe à retardement ou trait d’union entre Orient et Occident ? M.G.-G. Voyage en Orient, De Pierre Loti à Nan Goldin jusqu’au 29 janv Galerie d’art du Conseil général, Aix 04 13 31 50 70 www.culture-13.fr Sa planète… Gérard Macé tisse depuis 1974 une œuvre littéraire féconde mais c’est à l’âge de 50 ans qu’il passe des mots à la pratique photographique. Jusqu’à allier images et écrits dans des livres illustrés, notamment La photographie sans appareil, Mirages et solitudes, Kyôto, un monde qui ressemble au monde. Doux mariage qui explique, peut-être, une photographie narrative plus que documentaire, onirique plus que descriptive même quand il s’agit de raconter le monde… On l’accompagne en Ethiopie, au Japon, au Mali à travers quatre thématiques singulières : « Costumes, coutumes » ou l’art de s’attacher à l’ornement pour dire la vérité d’un portrait ; « Fantômes et fantasmes », images spectrales qui cachent et révèlent à la fois ; « Comme dans un miroir » saturées d’images dédoublées, de reflets, d’informations superposées ; « Pierres de rêves, Rêves de pierre », cartographie macroscopique d’un vaste monde. Du noir et blanc, rien que de noir et blanc profond, immaculé, contrasté, d’une grande précision dans les contours, avec un grain poudré qui adoucit sa perception. Changement radical à Erevan en Arménie en 2009 avec de troublantes représentations d’un paysage que l’on croirait truqué. Décor figuré, fausses ressemblances, et pourtant tout n’est que réalité ! Paradoxalement, c’est la seule série en couleurs de l’exposition alors même Gérard Macé que paraît La couleur est un trompe l’œil aux éditions Le Temps qu’il fait. On ne saurait mieux dire. MARIE GODFRIN-GUIDICELLI Photographies 2000/2010 Gérard Macé jusqu’au 31 déc Pavillon de Vendôme, Aix 04 42 91 88 75 www.mairieaixenprovence.fr/Pavillon-Vendome À Lire Gérard Macé, La couleur est un trompe l’œil Préface de Georges Monti Co-édition Le Temps qu’il fait et La Photographie à Aix-en-Provence
MAC INSTANTS VIDÉO ARTS VISUELS61 L’homme de fers (à béton) Le [mac] offre sa première exposition personnelle à Boris Chouvellon. Une belle occasion de rencontrer les œuvres d’un artiste qui manie le fer et le béton avec désenchantement F w Boris Chouvellon, Reconstruction style, elements en beton, dimensions variables, 2009, installation pour le Mac de Marseille, 2011C. Lorin/Zibeline En proposant une exposition monographique à un jeune artiste marseillais, Thierry Ollat, directeur du [mac], maintient en cette période de vaches maigres (voir p.6) la raison d’être d’un musée d’art contemporain : donner à voir la création la plus actuelle. Running on empty (pourquoi passer par l’anglais pour dire « tourner à vide » ?) présente une vingtaine d’œuvres réalisées depuis 2005, dont certaines pour l’évènement. Cette mini-rétrospective compile sculptures, vidéos, photographies et installations mettant en scènes le désenchantement de ce monde producteur d’objets dérisoires. Certaines sont des réinterprétations refaçonnées ou récréées de pièces déjà connues (Ma ruine avant la vôtre, Détournements de fonds, Reponcer le monde). D’autres ont été construites pour l’occasion avec les matériaux emblématiques, fer et béton. Ainsi, désignés anonymement Sans titre, 2011, les échelles incohérentes dans la cour mais surtout à l’intérieur les gradins décharnés sont atteints par la déchéance physique, fonctionnelle et symbolique. À l’opposé des prouesses monumentales de Vincent Ganivet, les constructions de Boris Chouvellon jouent le double de ruines inversées (par différence avec le genre rocaille) et de ruines par anticipation, à l’instar des entropies de Robert Smithson exposées au [mac] dès 1994. Dans le hall, Reconstruction Style (2009/2011) justement n’en a aucun : ni édifice, ni objet, ni sculpture, ni vestige, ces mornes panneaux préfabriqués de palissade ajourée et atteints d’achromatisme, multipliés et amoncelés ont perdu de leur valeur fonctionnelle et éventuellement plastique. Boris Chouvellon réussit à reconstruire une non-forme, une hyperréalité insensée, la ruine du sens. Et pour suivre Anne Cauquelin dans son Petit traité d’art contemporain (Le Seuil, 1996) : « …si cet art déçoit, c’est l’époque qui veut ça ». Nous manque un beau catalogue critique pour appréhender plus finement chaque perspective ouverte par Chouvellon, comme le [mac] a pu le faire par le passé. Il est encore des cas où le coût a un sens. CLAUDE LORIN Running on empty Boris Chouvellon jusqu’au 8 janv [mac] musée d’art contemporain de Marseille 04 91 25 01 07 www.marseille.fr Adelante ! Les propositions marseillaises des Instants Vidéo sont closes, mais vous pouvez poursuivre votre exploration des formes non conventionnelles des images électroniques jusque dans les faubourgs… Devant une programmation si profuse (plus de 150 films pour Marseille) quelques frustrations surgissent lors des éditions des Instants Vidéo. Une dispersion (mais aussi un rayonnement !) dans et hors la cité, des programmations uniques, des horaires limitatifs, restreignent l’accès du public au plus grand nombre d’œuvres. D’autant qu’il faudrait pouvoir assister aux rencontres, débats et conférences aux thèmes les plus attrayants ! Les conditions climatiques n’ont fait que rajouter aux difficultés de présentation à la Friche. Les projets de rénovation laissent cependant espérer un accueil plus favorable des visiteurs dans le futur (voir p.5). Car les formes particulières portées par la création vidéo nécessitent souvent des mises en vue et d’écoute spécifiques entre le visionnement intime et le déploiement des installations. Comme les révolutions dont il était question lors de cette édition 2011, des évolutions deviennent indispensables pour cet évènement unique, d’autant que l’équipe prépare une célébration exceptionnelle pour le 50 e anniversaire de la naissance de l’art vidéo, et une rétrospective internationale à l’occasion de Marseille 2013. Pour patienter, suite et fin à Vitrolles avec installations, projections, lecture poétique de Denis Dragon de Michel Jaffrenou, invite d'honneur des Instants video 2011 X-D.R Lapparent, cinéma, médiathèque et bibliothèque, jusqu’au 20 nov ; à Port-de-Bouc, au cinéma le Méliès le 26 nov, programmation internationale sur le thème du portrait ; à Martigues au Musée Ziem, jusqu’au 26 fév, Dark Continent de Marylène Negro (2010) et Âmes fleurs de Kacha Legrand (2007/2011), installations vidéo et le 24 nov à 17h30, Images mouvements et images fixes, conférence et projections par Marc Mercier. Et un poil plus loin à Nice, Moyen-Orient/Moyen- Occident, en janvier 2012, à la Villa Arson. CLAUDE LORIN www.instantsvideo.com



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 46 novembre 2011 Page 1Zibeline numéro 46 novembre 2011 Page 2-3Zibeline numéro 46 novembre 2011 Page 4-5Zibeline numéro 46 novembre 2011 Page 6-7Zibeline numéro 46 novembre 2011 Page 8-9Zibeline numéro 46 novembre 2011 Page 10-11Zibeline numéro 46 novembre 2011 Page 12-13Zibeline numéro 46 novembre 2011 Page 14-15Zibeline numéro 46 novembre 2011 Page 16-17Zibeline numéro 46 novembre 2011 Page 18-19Zibeline numéro 46 novembre 2011 Page 20-21Zibeline numéro 46 novembre 2011 Page 22-23Zibeline numéro 46 novembre 2011 Page 24-25Zibeline numéro 46 novembre 2011 Page 26-27Zibeline numéro 46 novembre 2011 Page 28-29Zibeline numéro 46 novembre 2011 Page 30-31Zibeline numéro 46 novembre 2011 Page 32-33Zibeline numéro 46 novembre 2011 Page 34-35Zibeline numéro 46 novembre 2011 Page 36-37Zibeline numéro 46 novembre 2011 Page 38-39Zibeline numéro 46 novembre 2011 Page 40-41Zibeline numéro 46 novembre 2011 Page 42-43Zibeline numéro 46 novembre 2011 Page 44-45Zibeline numéro 46 novembre 2011 Page 46-47Zibeline numéro 46 novembre 2011 Page 48-49Zibeline numéro 46 novembre 2011 Page 50-51Zibeline numéro 46 novembre 2011 Page 52-53Zibeline numéro 46 novembre 2011 Page 54-55Zibeline numéro 46 novembre 2011 Page 56-57Zibeline numéro 46 novembre 2011 Page 58-59Zibeline numéro 46 novembre 2011 Page 60-61Zibeline numéro 46 novembre 2011 Page 62-63Zibeline numéro 46 novembre 2011 Page 64-65Zibeline numéro 46 novembre 2011 Page 66-67Zibeline numéro 46 novembre 2011 Page 68-69Zibeline numéro 46 novembre 2011 Page 70-71Zibeline numéro 46 novembre 2011 Page 72-73Zibeline numéro 46 novembre 2011 Page 74-75Zibeline numéro 46 novembre 2011 Page 76-77Zibeline numéro 46 novembre 2011 Page 78-79Zibeline numéro 46 novembre 2011 Page 80-81Zibeline numéro 46 novembre 2011 Page 82-83Zibeline numéro 46 novembre 2011 Page 84-85Zibeline numéro 46 novembre 2011 Page 86-87Zibeline numéro 46 novembre 2011 Page 88-89Zibeline numéro 46 novembre 2011 Page 90-91Zibeline numéro 46 novembre 2011 Page 92-93Zibeline numéro 46 novembre 2011 Page 94-95Zibeline numéro 46 novembre 2011 Page 96