Zibeline n°45 octobre 2011
Zibeline n°45 octobre 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°45 de octobre 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 7,3 Mo

  • Dans ce numéro : dossier... débats et arrière-gardes.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
08 POLITIQUE CULTURELLE LE KLAP VELAUX KLAP, ça ouvre ! Les chorégraphes sont souvent taciturnes : ils aiment les corps, et peu les mots. Mais parler avec Michel Kelemenis vous fait immédiatement entrer dans son univers de partage. Prolixe, enthousiaste, pertinent, il a conçu sa Maison pour la danse comme un foyer qui lui ressemble : ouvert, pétillant et généreux Zibeline : Comment se présente ce nouveau bâtiment ? Michel Kelemenis : C’est à l’origine un ensemble de 5 hangars à camions et une teinturerie. La Ville de Marseille, qui est maître d’ouvrage, l’a rénové entièrement en conservant les façades anciennes, et leur cachet industriel. On a donc trois espaces dédiés à la danse, indépendants, plus les bureaux, les espaces techniques, et un foyer pour les danseurs. Le studio de 270m 2, qui est équivalent à notre équipement précédent (l’ancien Studio Kelemenis,ndlr) et peut accueillir 100 spectateurs, le petit Studio de 130m 2 plutôt destiné aux actions culturelles et, pour 240 spectateurs, la Salle de création. Qui a un magnifique plateau de 15m sur 15, un équipement technique à la hauteur, et une grande qualité acoustique et visuelle… Vous voulez dire que l’on verra enfin les pieds des danseurs ? Oui ! Et on sera assez près, sans avoir le nez dessus. En fait une salle conçue pour la danse ! On aura aussi un réseau câblé, la possibilité de projeter, d’avoir des cours de danse téléportés depuis l’Afrique en direct, et une médiathèque dématérialisée. Et on va lancer la Channel KLAP, en KLAP, le hall Agnès Mellon partenariat avec la Maison de la Danse de Lyon et le Centre National de la Danse. Quelle sera la teneur de la programmation ? L’axe reste celui que nous avons mis en œuvre depuis des années. Nous accueillerons toutes les compagnies marseillaises qui souhaitent bénéficier gratuitement du studio, et trouver une visibilité soit en donnant des cours, soit en ouvrant les répétitions. Nous allons continuer d’éplucher les actions culturelles envers les voisins, les scolaires, les classes de danse, les gens de tous les âges… Mais notre cœur d’attente reste l’élaboration des œuvres : le KLAP n’est pas une école, mais une maison de création. Avez-vous les moyens de faire véritablement de la programmation dans votre salle ? Pas vraiment ! En tous les cas certainement pas de produire ou coproduire des créations, en dehors d’apports en industrie (prêt du studio, communication…ndlr). Nous n’avons pratiquement pas de moyens financiers supplémentaires et si les collectivités nous ont aidés à construire ce lieu, seule la Ville a pour l’instant véritablement augmenté notre budget de fonctionnement. C’est donc la Cie Kelemenis, qui s’autofinance à plus de 50% 1, qui a entièrement la charge financière de la programmation du KLAP. Est-ce que le KLAP défendra une certaine esthétique de la danse ? La diversité culturelle est essentielle à Marseille. Il m’a été reproché de ne pas définir de ligne esthétique claire, mais c’est là justement mon propos. Je veux défendre le hip hop, la danse conceptuelle, théâtrale, voire néoclassique, et aussi les paroles balbutiantes ou incomplètes, avec la même énergie, au même niveau. Quant à ma compagnie, et à mon travail d’artiste, ils ont bien entendu une identité esthétique forte (et reconnue ! ndlr), mais celle-ci n’a d’intérêt que dans un champ varié, dans le creux de ce terrain garant d’une lecture complète du corps. Et par où allez vous commencer ? Nous avons pré-ouvert avec la reprise d’Henriette et Matisse, ma dernière pièce jeune public programmée en collaboration avec le Massalia. Les 21, 22 et 23 oct c’est notre grande ouverture : deux jours de cours, deux soirées de spectacles amis qui s’invitent (Ex Nihilo, Ballet d’Europe, Grenade, Sekwati Mantsoe, BNM, Ballet du grand théâtre de Genève,ndlr). Et puis juste après les questions de danse débutent. Aux Bernardines pour les petites formes (voir p22), et dans les deux espaces publics chez nous… ENTRETIEN RÉALISÉ PAR AGNÈS FRESCHEL 1 50% de subventions publiques, 35% de recettes propres, 15% de mécénat privé (BNP Paribas), proportions très rares dans la création contemporaine,ndlr KLAP, Maison pour la danse 5 avenue Rostand, Marseille 3 e 04 96 11 11 20 www.kelemenis.fr Ulysse, Groupe Grenade Leo Ballani Super Nova Né de la volonté du maire de Velaux, résultat d’une étude serrée des besoins, le complexe de l’Espace NoVa avec une salle modulable d’une capacité de 500 places, séduit par la beauté et la qualité de ses équipements. La programmation, ambitieuse pour une première année, est conçue pour séduire différents publics. Personne ne doit être oublié ! Les succès des deux premiers spectacles confirment la nécessité d’une telle structure. Ainsi, 15 jours après la cie des Farfadais, Ulysse, du Groupe Grenade, enchantait une salle bien remplie. Les 14 jeunes danseurs de Josette Baïz laissent pantois par leur rigueur. Un ensemble parfait jusque dans les saluts, une grâce jusqu’au bout des doigts, un sourire radieux, un bonheur de danser communicatif, et par-dessus tout cela une fraîcheur délicieuse. On étrenne le tapis de danse de la salle, les sons connaissent de nouveaux réglages. Naissance d’un monde fêtée par l’enthousiasme de l’enfance. Du nouveau, déjà indispensable ! M.C. L’Espace NoVa a ouvert sa saison avec Mana de la Compagnie des Farfadais le 24 sept, puis a présenté Ulysse le 8 oct
RENCONTRES D’AVERROÈS LA RÉPLIQUE CAVAILLON POLITIQUE CULTURELLE 09 La liberté ou la peur ? La 18 e édition des Rencontres d’Averroès, ayant pour thème L’Europe et l’Islam, la liberté ou la peur, se propose pour « penser la Méditerranée des deux rives », de « penser le côte à côte et les interactions entre cultures qui font le monde méditerranéen. » Avant le grand temps fort que sont les tables rondes les 18 et 19 nov, le programme artistique Sous le signe d’Averroès propose une approche sensible de la problématique abordée. L’ouverture se fait désormais avec une exposition emblématique : cette année La Méditerranée des sept dormants, coproduite par Espaceculture et l’association Ermes, revient sur le mythe de ces saints communs au Christianisme et à l’Islam, qui Tariq Ali SteveForrest auraient dormi plusieurs siècles avant de se réveiller miraculeusement. C’est l’auteur et anthropologue cheurs face à des comportements dictés depuis des s’interrogeront sur le positionnement des cher- Manoël Pénicaud qui a progressivement forgé ce décennies par des régimes autoritaires (Les projet (du 20 oct au 24 nov au Centre d’art Les Pénitents Noirs à Aubagne, vernissage le 20 oct à 19h). Le 19 nov à 21h au Parc Chanot, un concert excep- Chercheurs entre liberté et peur). Parmi les autres rendez-vous à ne pas manquer (il tionnel clôturera les tables rondes, mettant sous le y a une trentaine de manifestations artistiques et signe de la concorde et du partage les musiques du culturelles !) : deux rencontres avec le romancier monde avec Titi Robin et son triptyque Les Rives d’origine pakistanaise, figure de l’extrême gauche pour lequel il sera entouré de Murad Ali (vielle anglaise, Tariq Ali à l’occasion de la parution de indienne), Sinan Celik (flûte populaire turque), son roman La Nuit du papillon d’or (Sabine Francis Varis (accordéon) et Ze Luis Nascimento Wespieser ed), le 6 nov à 18h à l’IEP d’Aix et le 7 (percussions). Enfin les Rencontres croisent sur leur nov au cinéma Utopia à Avignon ; à la chapelle du route Les Instants vidéos (voir p 46), le festival Méjan, à Arles le 15 nov à 18h30, la rencontre Les Dansemet ses Miniatures Officinae (voir p 22), les Peuples et leurs révolutions réunira l’historienne et conférences du MuCEM (voir p 69)… journaliste franco-tunisienne Sophie Bessis et un DO.M. auteur proposé par Actes Sud autour des interrogations que suscitent les récentes révolutions au 18 e édition des Rencontres d’Averroès sein des pays arabes ; à la Maison des Astronomes, Du 20 oct au 3 déc à Marseille le 10 nov de 17h à 19h, les historiens Divers lieux, région PACA R. Ilbert, R. Bader, M. Ben Miled, le sociologue N. 04 96 11 04 61 Beyhum et les politologues K. Mohsen et F. Siino www.rencontresaverroes.net Les fous et l’art Un Truc de fou !, première édition des Exclamations initiées par la scène nationale de Cavaillon est une incursion osée sur les chemins ardents de la folie. Sujet tabou, abordé par une immersion progressive dans la profusion de la création artistique que le thème a induit, accompagné de colloques, films et débats pour percevoir la déraison autrement. Des expositions gratuites (du 10/11 au 10/12) avec Les Choeurs multiformes de Mâkhi Xenakis (chapelle du Grand couvent et au théâtre de 11h à 18h du mercredi au samedi) ou les Mystiques de l’immanence du photographe marseillais Matthias Olmeta à la Cathédrale (aux heures ouvrables, sauf dimanche) : son prodigieux travail à l’Ambrotype, vieux procédé qu’il modernise de façon troublante, l’a conduit des hôpitaux psychiatriques aux bordels d’Amérique du Sud. Les œuvres des artistes de l’atelier Marie Laurencin et de l’atelier Peau d’âme du centre Hospitalier de Montfavet seront visibles au théâtre et dans des vitrines de magasins de Cavaillon. Le 10/11, le théâtre des Lucioles et Leslie Kaplan présenteront Louise, elle est folle, une exploration de la folie dans une langue proche de l’obsession. Les 11 et 12/11, le colloque Entre rêve et création, le fil rouge de l’infantile ? par le Point de Capiton sera clôturé par une Conférence déjantée et délirante d’Emma la Clown et Catherine Dolto. Aux mêmes dates, dans le centreville, le Begat Theater présentera Les Demeurées, Estelle, 2010, 33x31 cm, Ambrotype, collodion humide sur altuglass, piece unique de Matthias Olmeta Anniversaire La Réplique, Centre des ressources des métiers de l’acteur installé à la Friche (formation continue des comédiens professionnels, promotion du professionnalisme du réseau régional auprès des employeurs potentiels), fête son trentième anniversaire le 4 nov. L’occasion « d’interpeller, se surprendre, d’amuser et de questionner autour du travail d’acteur qui, au-delà de sa dimension artistique et culturelle, est aussi une entreprise de citoyenneté. ». Des temps forts annonceront l’événement en octobre : lecture d’un texte de Dieudonné Niangouna par Eva Doumbia (le 14 au Merlan) ; lecture du texte Product de Mark Ravenhill par Julie Zenker (le 24 au Merlan) ; projection d’un film de Mati Diop issu des Ateliers Courts de la Réplique (le 28 à la Maison de la Région) ; une rencontre débat avec Jean-Pierre Vincent, metteur en scène et président d’honneur de la Réplique, sur l’utilité du théâtre dans la société (le 2 nov à La Criée). Le 4 nov, tout au long de la journée, le public aura accès à une expo interactive, des projections, des performances artistiques, avant de participer à un débat autour des enjeux citoyens de la pratique de l’acteur, en présence, entre autres, de Jean-Pierre Vincent ; puis aura lieu le lancement de l’opération de parrainage d’acteurs « 50 chefs d’entreprise pour 50 acteurs ». DO.M. La Réplique, La Friche la Belle de Mai 04 91 50 56 84 www.lareplique.org une expérience intime et poétique de 21 mn à la rencontre des femmes du roman de Jeanne Benameur. Le 13/11, deux regards sur Camille Claudel : le duo dansé Boléro 2 d’Odile Duboc suivi d’une lecture des Correspondances de la sculptrice par Françoise Sliwka. Le 17, rendez-vous avec le Libertin d’Eric Emmanuel Schmitt et le 18, au Grenier, Jean-Marc Bourg nous délivrera Une phrase pour ma mère de Christian Prigent. Le 19, toujours au Grenier, un spectacle en forme de documentaire musical à partir d’entretiens en hôpital psy recueillis par Julie Rey et Arnaud Cathrine. Autre film documentaire programmé au théâtre à 16h, Un monde sans fous de Philippe Borrel sur la place que notre société réserve à la folie, en ouverture du Forum l’Appel des 39 contre la Nuit Sécuritaire sur le nouveau projet de loi sur la psychiatrie (gratuit sur réservation). DELPHINE MICHELANGELI Un truc de fou ! Exclamation°1 Du 10 nov au 10 déc Théâtre de Cavaillon 04 90 78 64 64 www.theatredecavaillon.com



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 45 octobre 2011 Page 1Zibeline numéro 45 octobre 2011 Page 2-3Zibeline numéro 45 octobre 2011 Page 4-5Zibeline numéro 45 octobre 2011 Page 6-7Zibeline numéro 45 octobre 2011 Page 8-9Zibeline numéro 45 octobre 2011 Page 10-11Zibeline numéro 45 octobre 2011 Page 12-13Zibeline numéro 45 octobre 2011 Page 14-15Zibeline numéro 45 octobre 2011 Page 16-17Zibeline numéro 45 octobre 2011 Page 18-19Zibeline numéro 45 octobre 2011 Page 20-21Zibeline numéro 45 octobre 2011 Page 22-23Zibeline numéro 45 octobre 2011 Page 24-25Zibeline numéro 45 octobre 2011 Page 26-27Zibeline numéro 45 octobre 2011 Page 28-29Zibeline numéro 45 octobre 2011 Page 30-31Zibeline numéro 45 octobre 2011 Page 32-33Zibeline numéro 45 octobre 2011 Page 34-35Zibeline numéro 45 octobre 2011 Page 36-37Zibeline numéro 45 octobre 2011 Page 38-39Zibeline numéro 45 octobre 2011 Page 40-41Zibeline numéro 45 octobre 2011 Page 42-43Zibeline numéro 45 octobre 2011 Page 44-45Zibeline numéro 45 octobre 2011 Page 46-47Zibeline numéro 45 octobre 2011 Page 48-49Zibeline numéro 45 octobre 2011 Page 50-51Zibeline numéro 45 octobre 2011 Page 52-53Zibeline numéro 45 octobre 2011 Page 54-55Zibeline numéro 45 octobre 2011 Page 56-57Zibeline numéro 45 octobre 2011 Page 58-59Zibeline numéro 45 octobre 2011 Page 60-61Zibeline numéro 45 octobre 2011 Page 62-63Zibeline numéro 45 octobre 2011 Page 64-65Zibeline numéro 45 octobre 2011 Page 66-67Zibeline numéro 45 octobre 2011 Page 68-69Zibeline numéro 45 octobre 2011 Page 70-71Zibeline numéro 45 octobre 2011 Page 72-73Zibeline numéro 45 octobre 2011 Page 74-75Zibeline numéro 45 octobre 2011 Page 76-77Zibeline numéro 45 octobre 2011 Page 78-79Zibeline numéro 45 octobre 2011 Page 80