Zibeline n°42 juin 2011
Zibeline n°42 juin 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°42 de juin 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 96

  • Taille du fichier PDF : 10,2 Mo

  • Dans ce numéro : théâtre... cap sur l'Égypte.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 90 - 91  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
90 91
Les Ateliers de la candidature Le point de vue de l’entrepreneur Raymond Vidil est président de Marfret, compagnie maritime familiale fondée en 1951, aujourd’hui un des armateurs et transporteurs maritimes les plus actifs du Port de Marseille. Mais Raymond Vidil est également Vice Président de Mécènes du Sud, et aime à se définir comme « un armateur d’art » ! Il pense qu’une entreprise ne peut « se définir par son seul objet social », et qu’elle doit « participer à l’attractivité de son territoire, tout en apportant de la créativité à ses collaborateurs ». Ainsi il s’est engagé très tôt dans la candidature de Marseille Provence 2013, accueillant dès 2008 Marie Reinert dans son entreprise. Où elle a pu prendre le pouls des machines, et en restituer les vibrations mécaniques. En y apportant un supplément d’âme ! Précurseur des Ateliers de l’EuroMéditerranée, le projet des Ateliers de la candidature a été profondément déterminant dans le choix de la ville lauréate car il garantit la pérennité, au-delà de 2013, des réalisations engagées dès 2008 et que son concept original s’appuie sur une idée forte, sans équivalent en Europe : l’affirmation et le développement de la dimension nord-sud des échanges culturels et artistiques, des rencontres des créateurs, de leurs projets et de leurs œuvres grâce à la mobilisation du monde économique. Dès 2008, avec le concours de leurs salariés, des entreprises se sont engagées auprès des artistes en leur proposant in situ des lieux de résidence, des studios de travail et de répétition ; entreprises auxquelles se sont ajoutés, en 2009, des laboratoires de recherche et des pôles de compétitivité. Si le projet initial a évolué (dimension workshop accrue), les fondamentaux demeurent identiques ; l’artiste invité au cœur de l’entreprise est soutenu dans la production et la création d’une œuvre qui, selon sa nature et sa pertinence, pourra être présentée dans la programmation 2013. Les premières expériences témoignent par leur diversité, justement, de cette politique spécifique de commandes dédiées aux nouvelles écritures artistiques : entre l’ensemble Symblêma Percussions qui pose ses instruments chez Cabus & Raulot pour faire jouer ses salariés, Suzanne Hetzel qui photographie le personnel de l’Hôtel Pullman pendant que Tanguy Moyet lui dispense des cours de magie ; entre Michèle Sylvander qui réinvente la vie d’Isadora Duncan sur pellicule à l’invitation de la boutique Marianne Cat et le studio Quadrissimo qui partage son savoir-faire avec Robert Bilbil, Vincent Castellin, Guillaume Vinrich et Guillaume Kaercher. Ou encore Marie Reinert immergée dans la société de transport maritime Marfret pour des traversées au long cours… MARIE GODFRIN-GUIDICELLI Marie Reinert, lauréate 2008 Mécènes du Sud, vit à Berlin ; de 2008 à 2010 elle fut accueillie en résidence par Marfret pour des périodes de 4 à 6 semaines. Repérages, exploration de la réalité portuaire et de l’entreprise, expérimentation de 4 traversées Marseille-Alger, rencontres avec les salariés hors de l’entreprise : après sa longue immersion dans l’univers clos des navigants, la plasticienne a réalisé le film Roll-On, Roll-Off, plongée poétique aux mouvements obsessionnels qui collent à la respiration mécanique des porte-containers Ro-Ro et à la rudesse du travail de l’équipage. Roll-On, Roll-Off a été présenté au Festival de Marseille 2010 en collaboration avec le FRAC Paca. M.G.-G. www.mariereinert.com Extrait de Roll-On, Roll-Off Marie Reneirt 3
Percussif et festif L’ensemble Symblêma Percussions (lauréat 2007 Mécènes du Sud) a été la première structure culturelle à participer au dispositif des Ateliers de la Méditerranée lancé dans le cadre de la candidature de Marseille en 2008. Le cadre : l’entreprise Cabus & Raulot. L’objectif : faire découvrir aux salariés inscrits à l’atelier les différentes façons d’aborder les percussions dans toute leur diversité (instruments à peau, claviers et autres objets usuels détournés de leur fonction première pour devenir instruments de musique). Le tempo : un atelier hebdomadaire de mai à novembre animé par deux percussionnistes. Cette expérience inédite et ludique autour de la découverte et de la pratique de la musique contemporaine a entrainé les salariés à devenir eux-mêmes les acteurs d’une performance musicale et publique au cœur de l’entreprise. Au vu du succès remporté par cette double aventure humaine et artistique, l’ensemble Symblêma Percussions était invité en novembre 2010 à « rythmer » la signature d’une convention de partenariat entre la Société Marseillaise de Crédit, l’association Marseille-Provence 2013 et la CCIMP… au siège de la SMC ! M.G.-G. www.symblema.free.fr Symblêma chez Cabus & Raulot MP2013 - Contes des marais Le Phun, compagnie toulousaine d’arts de la rue, a été accueillie en résidence de longue durée par Le Citron Jaune/Ilotopie Centre des arts de la rue pour la réalisation d’un projet croisant installation plastique et spectacle/rencontre publique dans le cadre de l’un des premiers Ateliers de l’EuroMéditerranée. C’est le domaine de La Tour du Valat, organisme scientifique pour la préservation des zones humides, qui en est le terrain d’expérimentation depuis une année et demie. La création contemporaine s’est emparée depuis bien des années de la nature et des questions environnementales. Land Art, art des jardins, éco-conception architecturale, les créateurs Hans Haacke, Andy Goldsworthy, Nils Udo, Erik Samakh, Gilles Clément entre autres... Les collaborations entre les artistes et les institutions scientifiques mènent aussi à des projets originaux comme ces Pheuillus venus d’un autre monde en Camargue. Mannequins anthropomorphes constitués de feuilles séchées contenues dans une structure de grillage, les quatre vingt Pheuillus valent moins par leurs qualités plastiques que par leur rôle de drôles d’objets transitionnels. Disséminées en différents points du domaine, dans l’étang du Verdier près du Sambuc et laissées aux aléas naturels, ces sculptures d’apparence primitive font partie d’une mise en parcours théâtralisée par les comédiens de la compagnie. Support d’échanges ouverts avec des publics variés, visiteurs occasionnels, habitants alentour, jeunes scolaires, scientifiques, ils sont les sujets de fictions amenées et construites avec l’auditoire dans la spontanéité du moment. Entre affabulations et vérités scientifiques, rien n’est vraiment sûr. L’incertitude, c’est justement le thème générique des Envies Rhônements 2011. Les Pheuillus y font escale pour trois dates de rencontres insolites théâtralisées. Chaque soirée sera suivie d’une conférence « Ciel ! Ma Camargue » de Jean Roché qui a photographié la Camargue vue d’en haut, et pourra être prolongée avec les installations de Jean-Pierre Brazs au domaine de la Palissade aux Salins de Giraud et Guillaume Laidain dans les marais du Vigueirat près de Mas Thibert. CLAUDE LORIN La Tour du Valat : Centre de recherche pour la conservation des zones humides méditerranéennes, fondation privée créée en 1954 par Luc Hoffmann. Réservée à la communauté scientifique, la Tour du Valat ouvre ponctuellement ses portes au public extérieur lors de journées particulières. Les Pheuillus en Camargue les 28, 29, 30 juillet en soirée Tour du Valat, Le Sambuc 04 90 97 20 13 www.tourduvalat.org www.lephun.net Le Citron Jaune 04 42 48 40 04 www.lecitronjaune.com Cie Le Phun, Les Pheuillus, Tour du Valat, Camargue, 2010/2011 Jean E. Roché 4



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 1Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 2-3Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 4-5Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 6-7Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 8-9Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 10-11Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 12-13Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 14-15Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 16-17Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 18-19Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 20-21Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 22-23Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 24-25Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 26-27Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 28-29Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 30-31Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 32-33Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 34-35Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 36-37Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 38-39Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 40-41Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 42-43Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 44-45Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 46-47Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 48-49Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 50-51Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 52-53Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 54-55Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 56-57Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 58-59Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 60-61Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 62-63Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 64-65Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 66-67Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 68-69Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 70-71Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 72-73Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 74-75Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 76-77Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 78-79Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 80-81Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 82-83Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 84-85Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 86-87Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 88-89Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 90-91Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 92-93Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 94-95Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 96