Zibeline n°42 juin 2011
Zibeline n°42 juin 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°42 de juin 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 96

  • Taille du fichier PDF : 10,2 Mo

  • Dans ce numéro : théâtre... cap sur l'Égypte.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 58 - 59  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
58 59
58 MUSIQUE Poétique du Oud OLLIOULES MIM GRIM AUTOUR DES CLAVIERS LES FESTES Mahmoud Darwich, le poète engagé pour la cause palestinienne, reste après sa disparition le ferment d’inspiration de nombreux artistes, dont les trois frères Joubran, joueurs d’oud issus d’une longue lignée de luthiers et musiciens de Palestine. Leur collaboration avec Darwich était toute naturelle, et aujourd’hui encore ils donnent leur voix, « douleur du cœur et de l’âme » pour la Palestine : l’aîné et initiateur Samir, Adnan, le cadet, et Wissam, formé à l’école de lutherie Stradivarius de Crémone est celui qui crée de ses mains les instruments que le trio utilise. Aujourd’hui, un nouvel hommage est rendu au poète avec ce spectacle qui rencontre un grand succès. Le dialogue des trois ouds s’établit par des motifs et dans les modes de la musique traditionnelle arabe, retrouvant ses rythmes et ses mélodies qui s’agrémentent sans rupture de modernité, pendant que L’intuition de l’instant MIM. Sous l’acronyme un laboratoire, un groupement d’artistes mus par une même fièvre créatrice à la recherche d’un ailleurs. Derrière le palindrome, l’expression et le désir de mettre en regard, en écho, différentes formes d’expression artistique. Le thème du concert : l’attente. Six pièces pour symboliser cet arrêt du temps, frontière invisible entre un passé révolu et un futur à venir. Deux œuvres pour piano, Cinque variazione de Berio et Ballade de Frémiot servirent de marqueur temporel à la soirée. Souvenirs du geste musical des années soixante : éclats de notes, fragmentation de l’espace, temps éclaté, musique plastique sous les doigts agiles de Jacques Raynaut. Entre ces brisures du temps, Immémorial de Pascale Weber pour dispositif multimédia ; l’enfance : scories d’un monde évanoui, échographie de moments lointains, mémoire s’élève la voix retrouvée de Mahmoud Darwich, dont la traduction est assurée par Elias Sanbar. Comme un poème individuelle de chacun sous fond d’images floutées. Régression totale avec Dolomythe de Nicolas Bauffe : immersion dans le monde sonore, entre ordre et chaos, dans un temps avant l’Histoire. Stance. Contresens de Claude et Jean-Pierre Moreau : instant de poésie pure où le texte se dépouille de son signifié, formant avec la vidéo la bande et l’accordéon un univers syncrétique concrétion d’images de verbe et de son. Puis S’en va le temps, création de Lysey et Solange Baron, univers nostalgique bercé par le souffle d’une éolienne. Puis le Théâtre et chansons (Aix) qui servit pour l’occasion de salle « d’attentes » put reprendre le cours normal de son existence… CHRISTOPHE FLOQUET Concert donné le 30 mai par le laboratoire de Musique et Informatique de Marseille Trio Joubran X-D.R. Immemorial de Pascale Weber X-D.R d’amour à la femme aimée et à la Palestine qui se confondent : «...Je suis le voyageur et le chemin... J’exerce mon cœur pour qu’il contienne les roses. Avec sept coussins remplis de nuée légère. Attends-la... » Le trio Joubran entre alors en conversation musicale et en communion parfaite avec un extraordinaire percussionniste Youssef Hbeisch. Un spectacle envoûtant ! DAN WARZY Ce concert a été donné au CNCDC de Chateauvallon à Ollioules le 21 mai CD+DVD A l’ombre des mots Le concert de Ramallah 2009 CD AsFâr 2011 Label World Village/Harmonia Mundi Des Skeletons de l’espace Invité par le Grim, le trio new-yorkais a offert aux Marseillais une part de sa créativité Pierre Gondard D On ne s’étonne plus des audacieuses surprises de la programmation du Grim, à Marseille. Fermé pour travaux, c’est donc hors les murs, au Poste à Galène, que la scène musicale de Montévidéo, a exporté le concert des Skeletons. Le trio new-yorkais y a offert un concert racé, poly-rythmé où afro-funk, free jazz, grunge, électro et autres bruitages domestiques ont rivalisé dans un univers fantastique aux effluves psychédéliques. C’est lorsqu’ils étaient encore étudiants que le chanteur Matt Mehlan et les multiinstrumentistes Jason McMahon et Jonathan Leland ont rassemblé leurs ossements pour former ces squelettes aux mélodies défragmentées. Le vaisseau Skeletons a le gaz à tous les étages et plane dans une atmosphère déjantée, où la notion d’espace et de temps n’a plus lieu d’être. Et même lorsqu’un de leurs morceaux dure vingt minutes, comme c’est le cas sur leur dernier album People, ils ne prévoient pas d’escale. Une soirée à la palette sonore infinie, qui avait d’ailleurs bien commencé avec les riffs électriques au goût de sable du phocéen Johnny Hawaï, avec en guest Kid Francescoli aux claviers et Oh ! Tiger Mountain à la guitare. THOMAS DALICANTE
Le poète parle… Duchâble au sommet de son art, dans un lieu d’exception… C’est dans une ancienne église reconvertie en atelier de peinture par l’artiste François Aubrun, que s’ouvrit le 5 e festival Autour des claviers. Dans ce lieu englouti par les collines boisées du Tholonet, François-René Duchâble et Alain Carré proposèrent un concert épistolaire autour d’œuvres et écrits de Franz Liszt. Plus de deux heures d’immersion dans le XIXe, entre lettres, poèmes de Lamartine et musique de Chopin, Schumann, Beethoven ! Sous le regard des toiles de lumière, le temps se mua en instant, métamorphose du verbe en son et du son en verbe. Les premières notes liquides de l’étude Les gammes de Liszt, distillées par le pianiste, perlèrent sur l’auditoire médusé, prodrome d’un concert à venir d’anthologie. Sans rupture, les mots s’enchaînèrent aux sons pour ne plus former qu’une guirlande de signes. Le comédien, tantôt assis à son bureau éclairé par un candélabre ou debout, jetant des éclats de vers à l’assemblée, habita l’espace de sa présence. Et que dire de ce moment de poésie pure, hymen d’un extrait de texte de Lamartine et d’une pièce empreinte de mysticisme du maître hongrois ? Rien Francois-Rene Duchable et Alain Carre X-D.R. de l’ordre du dicible, juste l’expression de l’ataraxie de la solitude. Violenté par la musique dionysiaque de la Méphisto Valse ou cajolé par la douceur apollinienne de La Lorelei, le public ressortit du lieu envoûté par la prestation de Duchâble, la tête dans les étoiles et le corps en lévitation à l’image de la dernière pièce du concert Saint François de Paul marchant sur les flots. Unique ! CHRISTOPHE FLOQUET À noter Autour des claviers se poursuit jusqu’au 19 juin 04 42 96 96 96 www.autourdesclaviers.com CHARLIE JAll FESTIVAL vitro ties HAÏUOUTI BRKESIAR MEANURES + Cerf MARIS Charles LLYOB New Guerillal. vendredi 1 juillet RÉikOYISEUR HA-ÎUdUTI 6RKESiAR 1C1kH N, EEIiICAS, LOPEZ MaJld BEIIKAS Sextet a Mekenba samodi 2 juillel SIDDNY ROT BANDA DU BOCK MUSICA HUOA dimanr.he 3 julllél Airs de Festes Grand choeur des Festes d'Orphee X-D.R D L’ensemble baroque Les Festes d’Orphée livre un programme éclectique en ces mois de mai juin : le 31 mai, des œuvres de Monteverdi pour Grand chœur, solistes et basse continue, donné en l’église du Saint-Esprit. Expressivité de la soprano Laure Bonnaure dans les plaintes de la fille de Jephté (Carissimi), souples enchaînements des « lamentamini » de la déploration du chœur… Belles articulations, diction juste, délicatesse du Pianto della Madonna, entrain du Venite e videte. Un Jacques Losse en grande forme, un chœur enthousiaste, avec une circulation fluide des thèmes entre les pupitres, une vraie fête baroque où l’on goûte avec plaisir le Grand Motet (Lauda Jerusalem) et des extraits du premier acte de l’Orfeo de Monteverdi… Le 4 juin, place était laissée à la société de Musique Ancienne de Nice en la Chapelle du Sacré Cœur pour un concert dédié à Jean Sébastien Bach. Alternance de concertos (Brandebourgeois, BWV 1052), extraits de la messe en la majeur et de passages solistes avec des Cantates. Les célèbres Ich habe genug ou Deine Sachsen, dein bestürztes Meißen étaient portées par la voix bien placée, toute de nuances de Claire Gouton, flûtes au jeu délié et aérien, violon virtuose de Flavio Losco qui dirige aussi l’ensemble. Un spectacle d’une grande qualité. M.C. Concerts donnés le 31 mai par les Festes d’Orphée, dirigée par Guy Laurent et le 4 juin par la Société de Musique ancienne de Nice renseignements 04 42 7S 63 fib www.charheJaxxfesiiret.com F'a 02a ia,fl # 30- ULet ; ii kg.. 101 4+ —"- 111



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 1Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 2-3Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 4-5Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 6-7Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 8-9Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 10-11Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 12-13Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 14-15Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 16-17Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 18-19Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 20-21Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 22-23Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 24-25Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 26-27Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 28-29Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 30-31Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 32-33Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 34-35Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 36-37Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 38-39Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 40-41Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 42-43Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 44-45Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 46-47Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 48-49Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 50-51Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 52-53Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 54-55Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 56-57Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 58-59Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 60-61Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 62-63Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 64-65Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 66-67Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 68-69Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 70-71Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 72-73Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 74-75Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 76-77Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 78-79Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 80-81Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 82-83Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 84-85Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 86-87Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 88-89Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 90-91Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 92-93Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 94-95Zibeline numéro 42 juin 2011 Page 96