Zibeline n°41 mai 2011
Zibeline n°41 mai 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°41 de mai 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 96

  • Taille du fichier PDF : 7,6 Mo

  • Dans ce numéro : chantiers... construire face à la mer.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 92 - 93  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
92 93
92 SCIENCES ET TECHNIQUES LA THÉORIE DES CORDES Cordes raides ; = -h. ; - ; I " 1 1.. I _a. 6 Tonkin Prod Pas dans mes cordes Le 14 avril, Échange et Diffusion des Savoirs programmait une conférence intitulée La Théorie des cordes est-elle une vraie science ? présentée par le pape papa de la susdite Théorie : Gabriele Veneziano. Ce très original cycle de conférences « grand public » du CG13, nous a habitué à l’éclectisme de sujets d’actualité scientifique souvent passionnants bien que parfois ardus. Les conférenciers invités mettent un point d’honneur à adapter leur exposé au large et nombreux auditoire que l’intérêt de cette initiative culturelle attire. Complexité exceptionnelle du sujet ou difficulté pour l’orateur d’adapter son discours ? Sur le ring de la critique, cette conférence, poussée dans les cordes, est à compter « out ». Propos abscons pour un auditeur normal moyen, l’orateur lui-même convenait que sa théorie était trop complexe pour trouver une explication voire une illustration hors du champ de modèles mathématiques extrêmement complexes (théorie des champs, fonction eulerienne… pfut !). On peut se demander ce qui avait motivé la programmation d’un objet aussi spécialisé et controversé dans le petit milieu des cosmologistes à particule. Doit-on y voir une volonté d’exhiber dans la programmation « une sommité internationale » de la physique, membre de multiples académies de science, Professeur au Collège de France, multi-lauréat et médaillé de très nobles et respectables institutions ? C’est ainsi en tout cas qu’il fut présenté au public nombreux qui comptait (ce qui nous fut précisé) un nombre respectable de « pointures locales » de la discipline dont, par exemple, Carlo Rovelli, auteur du livre que nous recommandions au Zibelecteur : Anaximandre de Milet ou la naissance de la pensée scientifique (Dunod, 2009). En conséquence de quoi les questions qui suivirent tournèrent plus au débat d’école et de spécialiste laissant ainsi le vulgum pecus sur les rivages déserts de la vulgarisation. Une seule question dans mes cordes émergea du public : « La Théorie des cordes est-elle volonté de représentation de la matière ou simplement un développement sur les représentations mathématiques complexes elles-mêmes » ; hélas, aucune réponse ne lui fut… accordée. Accorder la théorie à la pratique Comme le montrent un certain nombre d’ouvrages (M. B. Crawford, R. Halleux) dont nous avons déjà parlé dans Zibeline, la théorie évolue souvent à partir des aléas de la pratique humaine. Henri Becquerel découvre en 1896 « par accident » son « hyperphosphorescence ». Ce n’est pas « par hasard » qu’il étudie la fluorescence de sels d’uranium. Il est fils et petit-fils d’éminents physiciens du Muséum d’Histoire Naturelle de Paris et « baigne » dans l’expérimentation scientifique depuis son plus jeune âge. C’est cette situation particulière qui le met en présence du phénomène qui sera appelé par Marie Curie « radioactivité ». Cette découverte révolutionne totalement le domaine de la physique théorique. Les « modèles classiques » ne peuvent expliquer ce nouveau phénomène concret matériel. C’est partiellement de cette contradiction que naîtra la « mécanique quantique » [MQ]. Cette théorie émerge au début du XX e siècle en parcellisant la matière sous forme de particule ou grain. Ainsi chaque forme matérielle correspond (dans la représentation physique) à une particule spécifique. L’énergie lumineuse est imaginée comme un « train de grains lumineux » ou « photons » ayant par définition la vitesse de la lumière. La MQ se donne pour objet de décrire ces particules dans leur mouvement et leurs interactions. Mais cela ouvre encore à une contradiction puisque les phénomènes lumineux et radiatifs répondent aussi à un modèle ondulatoire électromagnétique. Émerge la théorie de la relativité qui tente de résoudre le paradoxe selon lequel la vitesse de la lumière a une valeur limite constante quel que soit le référentiel inertiel dans lequel se déplace la particule en mouvement. Cela signifie que le photon, qui « est » la particule de lumière, est sans masse. Les physiciens théoriciens ont une fâcheuse tendance à « avoir foi » en leur modèle au point qu’ils espèrent toujours que la matière s’y conformera. Cette distorsion entre réel théorique (représentation) et réalité pratique (expérimentale) tient sans doute à la complexification énorme des modèles mathématiques utilisés dans ces descriptions. De ce décalage théorique et des progrès de la physique des particules servie par la construction d’accélérateurs colossaux émerge, à la fin du XX e siècle, le mythe de la réconciliation théorique des « deux natures » de la matière. La quête du Graal des théoriciens : trouver la « particule gravitationnelle » [Boson de Higgs], et par là même réconcilier la mécanique quantique et la relativité générale dans une « théorie du tout ». La pratique noue la corde La théorie des cordes avance l’hypothèse selon laquelle une particule aurait la double nature vibratoire et corpusculaire qui s’apparenterait à une corde vibrante (un peu comme une corde de guitare). La mathématique extrêmement complexe qui permet de décrire un tel modèle emprunte à l’ensemble des différents domaines théoriques de la physique. Et si Gabriele Veneziano « a foi en les lendemains » de sa théorie, il n’en reste pas moins vrai qu’elle est souvent dénoncée comme non prédictive (non susceptible de modifier la pratique expérimentale) et non falsifiable (n’ouvre à aucune observation ou expérience susceptible de la vérifier ni de l’invalider). Mais si l’on admet que la matière n’est pas intrinsèquement contradictoire et que la pratique humaine nécessite l’outil opératoire logique (le réel) de la contradiction expérimentale pour investiguer la réalité, alors l’équation pratique théorie-expérience est sans résolution définitive. La pratique de connaissance devient alors un éternel recommencement et… le boson de Higgs en est le moteur, la quête. YVES BERCHADSKY
SCIENCES ET TECHNIQUES 93 Micro cosmos À deux pas de l’Harmas Jean-Henri Fabre, le Naturoptère à Sérignan-du-Comtat accueille des expositions consacrées à Jean-Henri Fabre, à la Nature, aux insectes et à la biodiversité. Toute l’année, il propose des animations pour le public scolaire (sur réservation) et, pendant les vacances scolaires, pour tous les publics. Il est possible d’acheter un billet groupé avec l’Harmas. Dans lieu de 1000 m² vaste et accueillant, il vous propose des espaces d’expositions ludiques et de bonne qualité scientifique. Jusqu’au 25 mai, ce naturel zélé revient à tire d’aile et s’attelle aux plantes mellifères. Comment inviter les pollinisateurs ? Quelles sont les plantes qui les attirent ? À travers cet atelier, vous pourrez découvrir les plantes à fleurs et comment favoriser la biodiversité grâce à elles. Ateliers 18 et 25 mai à 14h30 04 90 30 33 20 www.naturoptere.fr Au Programme Macro cosmos Pesco Luno, association d’astronomie de l’Isle sur la Sorgue (84), propose le 10 juin à 18h30 au Centre de loisirs St Jean une conférence d’AlessandroBoselli intitulée À la découverte des galaxies. Ce Chargé de Recherche au CNRS ose le galactique : « Malgré leur complexité, nous avons aujourd’hui une assez bonne compréhension de la nature des galaxies, de leur évolution et des phénomènes physiques qui les affectent. » La conférence emportera le public curieux, même non averti, dans la galaxie du savoir d’Alessandro. Cette association luno-pêchue emmènera aussi le public le 15 juin à partir de 21h à une pêche à l’éclipse totale de Lune, observation cash d’un cache-cache lunaire et poétique au Naturoptère « jusqu’à 14° audessus de l’horizon... et jusqu’à sa sortie de l’ombre, qui dévoilera son limbe ouest et l’océan des tempêtes. » http://astrosurf.com/pesco-luno Cosmos Sulfureus 2011 a été proclamée Année Internationale de la Forêt par l’Assemblée Générale des Nations Unies. Son but est de sensibiliser à la gestion, la conservation et le développement de tous les types de forêts. À cette occasion, le Muséum d’Histoire Naturelle d’Aix-en-Provence organise une Fête de la Nature au Parc Saint-Mitre, manifestation organisée également dans la commune de Trets le 22 mai. Cette manifestation, permettra de rassembler tous les partenaires associatifs, institutionnels, universitaires sur le thème de la forêt. Cet événement sera marqué d’animations, conférences/débats, projections de films. Ouvert à tous, il comportera notamment un programme d’ateliers pédagogiques les 19 et 20 mai, accessibles sur inscription par téléphone. 04 42 27 91 27 L s féeries du Pion f Animation 5- 6 portir de 19h00 3-4 10-11 17-18 Noumea'{R ÉdTI L}h1 xIMFRESSiONS:4 PAS GH{}UPE. RÉSERVEV I 4 4 * DES MAINTENANT VOTRE 3. ; SOIRÉE l'EX.EPTI k,.L WWW,pI}IYiD1.10,40li_Fk TAtkI F R&M 1E5 A6.1tP N ES DU `IT4', M 1. : Blvtlrrir : wvw.poIdupo'd.rF Pei-* de V ro t ; e Gcrn kur. 1.7.4. ; r11. h+ago ! F9.1 — alr PORT DU GARD PA— UMOINE DE L'HUn{,kN. = GHANC SITE DE ; FLANC E* i4Ff:rFl5li i4 t 1 {if4jll}



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 1Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 2-3Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 4-5Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 6-7Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 8-9Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 10-11Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 12-13Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 14-15Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 16-17Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 18-19Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 20-21Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 22-23Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 24-25Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 26-27Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 28-29Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 30-31Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 32-33Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 34-35Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 36-37Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 38-39Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 40-41Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 42-43Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 44-45Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 46-47Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 48-49Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 50-51Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 52-53Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 54-55Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 56-57Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 58-59Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 60-61Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 62-63Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 64-65Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 66-67Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 68-69Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 70-71Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 72-73Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 74-75Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 76-77Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 78-79Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 80-81Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 82-83Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 84-85Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 86-87Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 88-89Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 90-91Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 92-93Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 94-95Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 96