Zibeline n°41 mai 2011
Zibeline n°41 mai 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°41 de mai 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 96

  • Taille du fichier PDF : 7,6 Mo

  • Dans ce numéro : chantiers... construire face à la mer.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 64 - 65  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
64 65
64 LIVRES Sans dents, sans sport Les enfants qui n’aiment pas lire sont « comme des crocodiles sans dents » : on s’inquiète pour leur survie, et leur avenir. Samuel et ses copains sont dans ce cas, même si leurs parents pensent qu’ils doivent lire de « bons » livres. Alors ils entrent en résistance et prennent d’assaut la bibliothèque qu’ils mettent à sac ! Il leur faudra réparer, ranger les livres qu’ils ont détériorés. La dernière page suggère qu’un jour, peut-être, l’envie de lire viendra. Mais en attendant ce récit de Rachel Corenblit ne risquet-il pas d’être pris au premier degré ? Les jeunes lecteurs seront-ils convaincus de l’intérêt de la lecture ? L’enquête vaudrait d’être menée... Quant aux dessins à l’encre et au crayon de Julie Colombet, ils occupent généreusement les pages et stimulent l’imaginaire. Autre préoccupation des parents : le sport du Apprendre à voler « Mon truc, c’est voler dans les airs. Beaucoup aimeraient voler mais n’y arrivent pas. Il faut avoir des ailes. Moi, j’en ai. J’ai mon skate. Si tu veux voler, il ne faut pas avoir peur. Moi, je n’ai pas peur ». C’est Viima, 13 ans, qui s’exprime ainsi, avant de raconter son histoire. Une histoire dramatique, qui lui a coûté son skate chéri, a bien failli lui couper les ailes à jamais, mais dont il est sorti vainqueur. Grâce à son courage, à sa ténacité, grâce aussi à son sens de la juste révolte. En donnant la parole à son jeune héros fugueur et a-scolaire, la Finlandaise Seita Parkkola s’inscrit dans la mercredi ! La maman de Zouz lui fait essayer plusieurs sports, mais il s’essouffle et rien ne lui plaît ; la mère se désespère, le fils sombre dans la déprime... Jusqu’au jour où Zouz se retrouve dans un cours avec un ballon qui n’est pas fait pour marquer des buts mais pour communiquer avec les autres. Alors Zouz s’épanouit et trouve du plaisir à s’exprimer : il a découvert le théâtre. Réjouissant, le récit de Thomas Gornet provoquera, on l’espère, tradition du récit d’apprentissage. Mais le ton, loin de l’enjouement picaresque, est souvent glaçant, à l’instar de l’univers dans lequel évoluent les personnages. Le monde des adultes et de l’École de la Dernière Chance, où vient d’être inscrit Viima, pétrifié dans des règles absurdes ou cruelles, multiplie brimades et humiliations à l’égard de quiconque n’entre pas exactement dans le moule (c’est le cas de Viima évidemment, de Enfin des filles ! Elles savent manier l’épée, et ne sont plus les potiches d’histoires où les garçons connaissent de palpitantes aventures ! Elles sont quatre, ces Demoiselles de la vengeance, et n’ont pas froid aux yeux. Dans la France du 17 e siècle, elles se libèrent des tabous avec une belle énergie. On les voit combattre de terribles pirates, mais apprendre aussi à ne pas s’enfermer dans les préjugés inhérents à leur condition… Mesdemoiselles de la vengeance emporte le lecteur dans un tourbillon d’aventures. Le cadre historique est brossé avec justesse, les personnages bien campés. Le rocambolesque des romans de cape et d’épée se développe dans une construction parfaite, scandée par le rythme des marées (l’action se déroule sur les côtes de Charente) et les mouvements de la grande histoire. La plume de Florence Thinard, agile comme les fines lames de ses héroïnes sait moduler au gré des personnages, leur accordant à chacun une identité, un vocabulaire, un ton particulier : la rudesse vulgaire du Commodore, le redoutable pirate, la délicatesse un peu surannée de la douce Olympe, baronne de Haussy, le franc parler d’Agathe, experte au jeu de l’épée, les mots sans détours et pourtant tout de retenue de Nagîna, princesse du désert, le parler paysan et imagé de la vigoureuse Sylvine… Une réussite ! M.C. Mesdemoiselles de la vengeance Florence Thinard Folio Junior, 6,70 € sa mère également, trop excentrique pour être honnête), casse et exclut les insoumis, tandis qu’on force les autres à espionner et à trahir. Aux confins de cet univers orwellien, la jungle d’une usine désaffectée où les enfants perdus (Peter Pan n’est pas loin) trouvent refuge entre deux raids sur les centres commerciaux voisins. Entre SF, chronique sociale et conte de fées (avec méchante marâtre et êtres l’empathie des jeunes lecteurs. CHRIS BOURGUE Ceux qui n’aiment pas lire Rachel Corenblit, Julie Colombet Le Rouergue, coll. ZigZag, 6 € Mercredi, c’est sport Thomas Gornet, Clothilde Delacroix Le Rouergue, coll. ZigZag, 6,50 € quasi surnaturels), la fable trace les contours d’une époque où il ne fait pas bon vivre lorsqu’on est différent. Elle pointe aussi avec justesse le désarroi des adolescents face à des parents qui ne jouent plus leur rôle. FRED ROBERT Une dernière chance Seita Parkkola Actes-Sud junior, 14,80 € Seita Parkkola était présente au Salon du Livre de Paris, parmi les auteurs des Lettres Nordiques, à l’honneur cette année L’éléphante de Dresde Une fois de plus Michael Morpurgo offre à ses lecteurs - à partir de 10 ans, ad libitum ! - une très belle histoire. Le cadre ? la fin de la deuxième guerre mondiale, la ville de Dresde, les bombardements alliés, l’arrivée des troupes russes et la progression des troupes américaines ; les derniers points de résistance nazis, l’hiver, rude et enneigé. Là-dessus, une famille, le père mobilisé, la mère seule avec ses deux enfants… banal, certes, mais Mutti, la mère, travaille au zoo de la ville et s’est attachée à la jeune éléphante, Marlène, qu’elle a élevée au biberon. Lorsque les animaux seront tués le 13 février 1945, lors du premier lâcher de bombes, la famille de Mutti gardera Marlène et l’entraînera dans sa fuite. Un récit d’humanité, de solidarité, malgré les circonstances tragiques, les trahisons. De superbes personnages apparaissent, comme cette comtesse qui offre abri et protection à une foule de réfugiés dans son château. Un récit de l’hiver des hommes qui fait chaud au cœur, ponctué par les superbes illustrations de Michael Foreman. M.C. Loin de la ville en flammes Michael Morpurgo, Michael Foreman Gallimard Jeunesse, 13,50 €
LIVRES 65 Philo pour tous La philo comme la chouette se lève à la tombée du jour soufflait Nietzsche, mais il n’est pas d’heure pour commencer à réfléchir laisse entendre la collection Chouette penser ! Ses volumes courts, joliment illustrés, savent allier une belle densité des références et du propos à une grande simplicité dans la formulation et la présentation. Les deux derniers volumes, Vivre avec l’étranger par Marie Gaille et Un lieu à soi par Anissa Castel constituent chacun une somme de réflexions passionnante. Le premier ouvrage offre un panorama large, allant de la découverte de l’autre à des notions d’anthropologie, de politique. Kant, Sophocle, Camus, Schütz, Montesquieu, une kyrielle d’auteurs, de penseurs, se répondent en échos… Si la formule rimbaldienne « je est un autre » creuse des abîmes, la réflexion renvoie aussi à cet inconnu familier auquel nous ne cessons de nous confronter… Vivre avec l’étranger, n’est-ce pas déjà s’accepter soi-même ? En des temps où l’on ne cesse de nous parler d’identité, il est des réflexions nécessaires ! Dans la même veine, Un lieu à soi interroge notre Se jeter à l’eau ! Un album jubilatoire pour petits et grands ! En ces périodes bientôt estivales Claire Franek (scénario) et Marc Daniau (illustrations) proposent un effeuillage collectif... Attirés par les vagues et les senteurs d’iode petits et grands, gras et maigres, jeunes et moins jeunes se dépoilent avec désinvolture et naturel, seuls ou en groupes pour le plaisir de se jeter à l’eau, ignorant complexes ou inhibition. Couches du bébé, képi du gendarme, baguette du magicien, chaussures et lingerie sont jetés au 4 coins avec une sorte de frénésie Chaque double page présente à gauche une Une nouvelle matière scolaire a vu le jour, l’histoire des arts, avec son lot d’hésitations … Pour aider parents ou professeurs, un charmant ouvrage vient de naître Escapades en famille qui axe ses visites autour des programmes scolaires, du CP à la 3 ème ! Plus de 200 lieux sont ainsi répertoriés selon un découpage de la France en six grandes zones, chacune représentée par une carte. Fiches simples et claires, détermination de l’intérêt pédagogique, informations mode d’habitation, sédentaire, nomade. Que signifie habiter quelque part ? Développer sa culture, n’estce pas multiplier nos racines ? Suivant Diogène, le philosophe cynique qui méprisait les richesses matérielles, n’est-ce pas essentiel de se sentir citoyen du monde ? Ou bien, à la mode de Pérec, peut-on affirmer que vivre, c’est « passer d’un espace à un autre en essayant le plus possible de ne pas se cogner » ? Les pistes se multiplient, accompagnées de dessins épurés, de pages consacrées à une citation marquante, de notes biographiques sommaires mais très claires à propos des auteurs cités. Le tout contenu dans un format de poche au papier épais, qui invite aux poses, à la réflexion. Dernière pensée, à savourer : « être un livre, ne serait-ce pas enfin avoir le don d’ubiquité ? ». MARYVONNE COLOMBANI plage colorée avec l’injonction « À poil ! » suivie de la désignation du personnage qui se déshabille sur la page de droite. Le dessin est à la fois réaliste et flouté par un contour imprécis, et l’on devine la matière de la gouache et de la craie grasse. Rien de mieux pour apprendre aux enfants les différences et les ressemblances des corps et leur faire pressentir le plaisir de l’eau sur un corps nu. CHRIS BOURGUE Un lieu à soi Anissa Castel, dessins Emmanuel Polanco Tous à poil ! Claire Franek et Marc Daniau Le Rouergue, 14,80 € Histoire des arts et tourisme pratiques, coups de cœur… tout est mis en œuvre pour rendre la tâche aisée. Vacances et intérêt studieux se conjuguent avec bonheur, dans les lieux les plus connus comme le musée d’Orsay ou le château de Fontainebleau, mais aussi par des découvertes pour les Ella est là,.+ - UN LIEU Â SOI ri4'Vivre avec l’étranger Marie Gaille, dessins Alexis Beauclair Gallimard Jeunesse, Coll. Chouette penser !, 10 € le volume i1I91E ANC II-TRAINER Le nouvel opus de la collection Jeunesse Musique de Gallimard (pour les 6-10 ans) est consacré au jazz et à la figure mythique d’Ella Fitzgerald. Les bambins entendent la voix sombre et chaloupée, virevoltante et swinguée de la diva dans des standards incontournables : Lullaby of Birdland, Mack the Knife en compagnie de Duke ou d’autres ensembles : des extraits qui s’étalent sur trente ans de carrière. Avant une partie documentaire classique, les enfants suivent l’ascension de la vedette (texte de Stéphane Ollivier) racontée par Elise Caron, au fil d’illustrations stylisées de Rémi Courgeon et s’identifient peutêtre à la jeune fille jouant au base-ball et rêvant de devenir… danseuse ! J.F. Livre + CD Gallimard jeunesse visiteurs de telle ou telle région, comme la Galerie européenne de la forêt et du bois à Dompierre-les-Ormes en Bourgogne, l’abbaye de Noirlac à Bruère- Allichamps dans le Cher… Curiosités, sites d’exception, démarches originales, sont présentées avec discernement. Chacun offre au public des parcours spécifiques, des dossiers, des jeux de piste, des charades, des animations, (costumes, dégustations, créations…) qui amènent à s’instruire en s’amusant… M.C. Escapades en famille (du CP à la 3 ème) Karine Filhoulaud Magnard, 13,90 €



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 1Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 2-3Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 4-5Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 6-7Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 8-9Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 10-11Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 12-13Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 14-15Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 16-17Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 18-19Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 20-21Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 22-23Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 24-25Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 26-27Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 28-29Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 30-31Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 32-33Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 34-35Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 36-37Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 38-39Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 40-41Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 42-43Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 44-45Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 46-47Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 48-49Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 50-51Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 52-53Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 54-55Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 56-57Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 58-59Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 60-61Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 62-63Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 64-65Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 66-67Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 68-69Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 70-71Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 72-73Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 74-75Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 76-77Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 78-79Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 80-81Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 82-83Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 84-85Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 86-87Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 88-89Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 90-91Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 92-93Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 94-95Zibeline numéro 41 mai 2011 Page 96