Zibeline n°40 avril 2011
Zibeline n°40 avril 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°40 de avril 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 7,8 Mo

  • Dans ce numéro : menaces sur la culture... alerte !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 50 - 51  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
50 51
50 F#EfL GAIMAN NIC HkEL REkk`ES LIVRES Bonheur totalitaire La SF met souvent en scène des sociétés idéales qui programment le bonheur collectif, et y opposent l’émergence de l’individu, l’aspiration à une liberté qui n’est pas heureuse, mais atteint un accomplissement de l’être. De nombreux ouvrages abordent ces thèmes dans la littérature jeunesse, parfois avec une superbe profondeur. Ally Condie se plaît ainsi à nous entraîner vers un monde, le meilleur possible, dans lequel, grâce à une programmation parfaite de toutes les étapes de la vie, l’être humain est censé goûter au bonheur. Cité idéale, qui promet une existence sans encombres jusqu’à une mort programmée, sereine, à 80 ans, sans maladies, ni soucis… Mais ce beau système s’effrite lorsque la jeune Cassia découvre juste après la cérémonie du couplage (tout est programmé, même l’amour) un autre visage que celui de son promis (son ami de toujours, Xander). Erreur du système ? Le jeu est faussé. Le doute s’installe et lui donne de nouvelles clés pour déchiffrer le monde. Son cœur aussi, qui voit D’un monde l’autre Quand une quatrième de couverture annonce qu’un roman va nous entraîner à la suite d’un jeune lycéen dans des mondes parallèles, on se dit que ce type romanesque est usé jusqu’à la corde. Mais l’un des auteurs, Neil Gaiman, a écrit un très joli Coraline… et on apprend l’histoire de ce volume dans la postface : la rencontre avec Michael Reaves, scénariste chez Dream Works, le projet d’écriture d’une série télé, « l’œil vitreux de (leurs) interlocuteurs » en réaction… Les auteurs ont « poussé un grand soupir et sont revenus à leur existence », donnant aux seuls lecteurs le plaisir de suivre les aventures de Joey, à travers des mondes où la physique quantique jongle avec la fantaisie. Joey est un Marcheur l’émergence du sentiment amoureux… Pourquoi devient-on « Aberration » ? Que se passe-t-il dans les campagnes, pourquoi la guerre sévit-elle aux frontières ? Qu’a donc voulu lui transmettre exactement son grand père le jour de son banquet d’adieu ? Pourquoi n’a-t-on pas le droit de conserver des souvenirs matériels, baptisés « reliques » ? Une belle trilogie en perspective, avec un premier volume paru dans 15 pays le 7 avril, les suivants étant prévus en mars 2012 et mars 2013. Le sujet est porteur, il y a même un projet cinéma chez Disney ! Il faut dire que l’histoire est écrite avec allant, et invite à se défier des marchands autocrates de bonheur. Ça se lit (et se vendra !) comme un petit pain au chocolat. M.C. Promise Ally Condie Traduction Vanessa Rubio Barreau Gallimard Jeunesse, 18,50 € qui s’ignore. Marcher dans le roman Entremonde, signifie que l’on est doté de la capacité de passer d’un monde à l’autre. Mondes parallèles, vies aussi, car tous les Jo/e/y sont apparentés, échos plus ou moins lointains les uns des autres… Là, se livre une bataille sans merci entre technologie et magie, et l’équilibre est préservé par les marcheurs. Certes, on a tous les poncifs : mission, respect de l’autre, le faible qui devient fort, le Vieux maître caustique, les méchants vraiment moches et impitoyables…Mais, le style permet un décalage salvateur, avec les références au cinéma d’action ou d’aventures, une bonne dose d’ironie, une grande fraîcheur liée à la narration à la première personne. L’intrigue est bien ficelée, tout fonctionne à merveille. Un roman au rythme soutenu qui donne à réfléchir sur le sens de l’engagement. M.C. Entremonde Neil Gaiman, Michael Reaves Au Diable Vauvert, 18 € Toile encyclopédique Non, le papier et le virtuel ne s’opposent pas toujours. Ils savent se compléter avec harmonie parfois, c’est ce que La Grande encyclopédie de la collection Les Yeux de la découverte chez Gallimard démontre avec une belle maestria ! Classement thématique, Terre, Espace, Monde vivant, Technologie… facilement repérable par un jeu d’onglets, et de couleurs. Mise en valeur de l’essentiel, vocabulaire à la fois simple et précis, frises chronologiques, planches explicatives, cartes, jeux de questions, problématiques qui invitent à aller plus loin, anecdotes aussi, comme celle de la république de Kiribati traversée jusqu’en 1995 par la ligne du changement de date (!), et les « WAOUH ! » qui s’émerveillent du monde. Les illustrations, nombreuses et variées accordent une belle dynamique de mise en page, jamais monotone. Elles contribuent au plaisir d’apprendre, de se laisser aller à la délicieuse errance d’un intérêt renouvelé. Ajoutez à cela un jeu de symboles clairs, un excellent glossaire, un index bien référencé… cela suffirait à faire apprécier cet ouvrage. Mais il s’échappe du cadre de papier pour glisser aussi des ramifications sur la toile. Il est rendu possible avec des mots clés de chercher d’autres informations sur le net cette fois. Orientation vers des sites judicieux, mises en garde contre les séductions de cet outil dangereux et fascinant à la fois… une belle éducation à la recherche, un guide sûr dans le foisonnement des sites (tapez « couleur » par exemple, le bleu du ciel n’aura plus de secrets pour vous !). Un ouvrage remarquable, pas seulement pour les ados ! M.C. La grande encyclopédie Gallimard Jeunesse, 19,95 € Le grand A Il est des couples en littérature qui perdurent même lorsque l’un s’en va. Le projet d’écriture, A comme Association, est né d’une envie commune de Pierre Bottero et Erik L’Homme. Puis entre leurs deux éditrices. La capacité de ces auteurs à rassembler, unir, ne se fait jamais au détriment de l’autre, de ce qu’il est, profondément. Jeu, bonheur d’écrire, ensemble, un monde dans lequel les histoires se recoupent, se nourrissent d’échos, lancent des passerelles, se provoquent et se tissent… 13 volumes étaient prévus lorsque la disparition de Pierre survint. Erik L’Homme s’est retrouvé seul, et a pris la décision de poursuivre. Le résultat, huit tomes, dont quatre encore à venir, les derniers, sans Pierre, sans son personnage, Ombe, et sa moto noire tragiquement prémonitoire. Les deux premiers volumes, les fidèles de Pierre Bottero les ont déjà lus. En guise d’introduction d’Erik L’Homme touche par sa sincérité, sa simplicité. Dans les quatre premiers tomes les histoires se croisent avec jubilation, avec des jeux de mots bêtes, des auto-citations, des noms de rues qui renvoient à d’autres auteurs, des titres distordus, Le Capitaine qui fracasse, L’immonde Ewillan…. La fête du langage établit une complicité immédiate avec le lecteur, dans le genre foisonnant qu’est celui de la fantaisy. Les trolls, les vampires, les êtres fantastiques pullulent. Heureusement, L’Association emploie des « paranormaux », c’est-àdire des gens normaux mais avec des pouvoirs particuliers, pour réguler les relations entre notre monde et le leur. Nous suivons deux héros, tous deux stagiaires de l’Association, Jasper, jeune sorcier, et Ombe, la belle guerrière dont il est amoureux. Chaque ouvrage correspond à une mission, narrée par le menu à mademoiselle Rose, la secrétaire de l’organisation secrète. La mise en abîme est un feu d’artifice. À ces paillettes ajoutez l’infinie poésie des titres… Les auteurs ne meurent jamais. MARYVONNE COLOMBANI A comme Association La pâle lumière des ténèbres ; L’étoffe fragile du monde par Erik L’Homme Les limites Obscures de la magie ; Le subtil parfum du soufre par Pierre Bottero Gallimard/Rageot, 9,90 € chaque ouvrage
Voyages autour du conte Il était une fois en Roumanie, en Corée, en France, au Brésil ; il était une fois au Maroc, à Madagascar, en Bulgarie, au Congo et en Irak des conteurs qui célèbrent les merveilles du printemps. Par la voix de Mario Urbanet, conteur et poète, neuf contes « d’un peu partout » prennent des couleurs sous les coups de crayon d’un collectif d’illustrateurs. Mario Urbanet a puisé dans un répertoire de contes traditionnels quelques histoires qu’il a façonnées à sa manière « en veillant à faire partager la richesse et la diversité de notre langue ». Ce qui réserve quelques transpositions hasardeuses, comme dans le conte congolais Une dispute mémorable où il évoque « brouillards et flocons », « petites giboulées » et « soupe au lait dans soupière » … Ou des adaptations cocasses, imagées, qui parleront à coup sûr aux enfants : dans le conte malgache La création du printemps le premier homme est un « lourdaud, un grand dadais » et « un malotru » ! Les illustrations, dans leur alternance de chaud et de froid selon le style des dessinateurs et l’écho qu’ils donnent aux textes, donneront envie de parcourir l’album au gré des évocations oniriques ou réalistes. MARIE GODFRIN- GUIDICELLI Contes et merveilles du Printemps Adaptation Mario Urbanet Illustrations Vincent Mathy (couverture), Yating Hung, Quentin Duckit, Louise Pianetti, Antoine Marchalot P’tit Glénat, 14 € GALERIES NOMADES EXPOSITIONS I ATELIERS PARTICIPATIFS J RENCONTRES I DÉBATS J LARORATOIRE ARTISTIQUE/DU SAMEDI 2 AVRIL AU SAMEDI 28 MAI 2011 PARKING JEAN JAURES 121 BOULEVARD DE SAINT-MARCEL 13011 MARSEILLE UN PROJET MENÉ PAP LE COLLECTIF ARCH1ST I ALIT + ARCHITECTURE + PAYSAGE] "ART- CADE Pour taus renseignements complémentaires : Association art-cade I Ga lerie des GraiA 5 iairis Enuches 0033(0)4 91 47 87 92 - cantacta art-cade.org htv ; ? 1a+,}+mart-cade,arg - 35 bit me de le Bibliothèque -13041 Marseille Changez d’échelle… Titre discret, chanson légère, Presque rien, et pourtant quel charmant exercice ! L’album de Pierre Gueyrard nous entraîne dans un univers où les petites choses acquièrent une importance, le brin d’herbe qui pousse dans le sentier, la goutte d’eau échappée d’un cumulo-nimbus, la plume, ce bout d’oiseau, le flocon de neige ou de soie, un monde qui se dessine dans un bol de café… Et sa poésie du quotidien qui a l’humour tendre déplore la dure vie du sucre ! Un très joli moment, à savourer en câlin avec ses enfants : l’album se décline entre morceaux choisis et enregistrements publics, certains font penser à des chansons de Melchionne. On peut suivre les paroles sur le livret qui accompagne le CD, reconnaître les instruments joués, inventer de sauvages chorégraphies sur le Mambo Chachacha… Et l’envie vous prend d’assister à un concert. Presque rien, sans doute, mais nourri de bonheur. MARYVONNE COLOMBANI Presque rien Pierre Gueyrard Éd. Bout d’Homme, 12 € lig11érient Art contemporain arréma 31rau 131 I. MAI â 18h30 s OUVERTURE DE L'EVENEMENTntref.iJfTUrY'1 rVlarÇO Pagnol, FOS S'A" Mer 6 MAI â partir de 18h s PARCOURS IMAGES TRANSVERSALES Vernissar ; e de l'exposition Je me fars man oln4rnanntrr d'art contr m para In intrrrn m mu na 1, kt res J5+é e drrh Poloal due Intercommunal - CI n6ln a Le Coluche - 0h30 : TABLE Rom L1E = TheStre de l'Olivier, 15U-el ; IxroJcii iti's dZm eph1güë's.micnurrc.dï g spii € ib iiaiit d'univers a4S5i Singulier$ que ceufl de Lynch, Sank5y 4u Ritaçhpgck re art ; ste, installa : F b- vidéo ou séries photographiques, fève nomersales - developpe l'é helle intercommunale dark escirkemas, du te Theatre de l'olivier a Istres, les Centres culturels R. Hossein de Grans et Marcel Pagnol de Fos-sur-Mer, le musée archëolagique et au Centre d'art contemporain intercommunal, Istres.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 40 avril 2011 Page 1Zibeline numéro 40 avril 2011 Page 2-3Zibeline numéro 40 avril 2011 Page 4-5Zibeline numéro 40 avril 2011 Page 6-7Zibeline numéro 40 avril 2011 Page 8-9Zibeline numéro 40 avril 2011 Page 10-11Zibeline numéro 40 avril 2011 Page 12-13Zibeline numéro 40 avril 2011 Page 14-15Zibeline numéro 40 avril 2011 Page 16-17Zibeline numéro 40 avril 2011 Page 18-19Zibeline numéro 40 avril 2011 Page 20-21Zibeline numéro 40 avril 2011 Page 22-23Zibeline numéro 40 avril 2011 Page 24-25Zibeline numéro 40 avril 2011 Page 26-27Zibeline numéro 40 avril 2011 Page 28-29Zibeline numéro 40 avril 2011 Page 30-31Zibeline numéro 40 avril 2011 Page 32-33Zibeline numéro 40 avril 2011 Page 34-35Zibeline numéro 40 avril 2011 Page 36-37Zibeline numéro 40 avril 2011 Page 38-39Zibeline numéro 40 avril 2011 Page 40-41Zibeline numéro 40 avril 2011 Page 42-43Zibeline numéro 40 avril 2011 Page 44-45Zibeline numéro 40 avril 2011 Page 46-47Zibeline numéro 40 avril 2011 Page 48-49Zibeline numéro 40 avril 2011 Page 50-51Zibeline numéro 40 avril 2011 Page 52-53Zibeline numéro 40 avril 2011 Page 54-55Zibeline numéro 40 avril 2011 Page 56-57Zibeline numéro 40 avril 2011 Page 58-59Zibeline numéro 40 avril 2011 Page 60-61Zibeline numéro 40 avril 2011 Page 62-63Zibeline numéro 40 avril 2011 Page 64-65Zibeline numéro 40 avril 2011 Page 66-67Zibeline numéro 40 avril 2011 Page 68-69Zibeline numéro 40 avril 2011 Page 70-71Zibeline numéro 40 avril 2011 Page 72-73Zibeline numéro 40 avril 2011 Page 74-75Zibeline numéro 40 avril 2011 Page 76-77Zibeline numéro 40 avril 2011 Page 78-79Zibeline numéro 40 avril 2011 Page 80