Zibeline n°39 mars 2011
Zibeline n°39 mars 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°39 de mars 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 96

  • Taille du fichier PDF : 8,1 Mo

  • Dans ce numéro : la Marseillaise, un chant révolutionnaire ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 90 - 91  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
90 91
90 HISTOIRE ÉCHANGE ET DIFFUSION DES SAVOIRS GRÉASQUE TOULON Légendes indiennes o Charles Malamoud X-D.R. Charles Malamoud X-D.R. Est-il possible ou nécessaire de passer par la fiction pour connaître la vérité ? Invité du cycle d’Échange et diffusion des savoirs pour une conférence intitulée Vérité, fiction, connaissance : que nous dit L’Inde ?, Charles Malamoud répond à la question du rapport entre vérité et fiction en sondant les mythes de l’Inde ancienne. Selon lui, le récit de fiction ne s’oppose pas au réel, mais au récit du réel. Dans cette acception, l’histoire objective n’existe pas, et le roman historique « prend en compte le plus possible d’éléments concrets en y ajoutant des détails imaginaires, lesquels produisent un effet de réalisme puissant. » Le système de pensée indien est bâti sur une étymologie révélatrice : la mâyâ, du sanskrit « illusion » est ainsi une liberté, une énergie. « L’aptitude à créer le monde traversé de passion, couleur, mouvement qui est le nôtre dépend de la mâyâ. » La satya, vérité, s’oppose non pas au mensonge, mais plutôt au mot rita, qui signifie « ordre du monde ». Pour un indien, la non-vérité relève donc plutôt de la désorganisation. Lorsqu’un homme s’apprête à accomplir un rite, il doit prononcer la formule : « Je quitte le monde du faux pour entrer dans celui du vrai. » À la fin du sacrifice, la formule n’est pas symétrique ; il doit alors dire : « Je quitte le monde du vrai pour redevenir ce que je suis. » Ce qui sous entend, d’après Charles Malamoud, « Ce que je suis réellement, un homme différent de la réalité. » Il souligne que la devise adoptée par l’Inde lors de son accession à l’indépendance fût : « Satyameva jayate » (Seule la vérité triomphe). « Ce n’est pas la proclamation d’un but à atteindre, de valeurs que l’on s’efforce de faire vivre comme notre Liberté Egalité Fraternité. Non, c’est une constatation. » GAËLLE CLOAREC Conférence du 3 mars à l’Hôtel Départemental des Bouches-du-Rhône Racines de lignite et de terre Alors que le chômage ne cesse de dépasser des seuils successifs que l’on s’applique à qualifier d’historiques, le monde du travail devient, par un étrange retour, objet d’émoi. Comme tout élément détourné de sa fonction, l’histoire ouvrière s’autorise l’esthétique, les études sociologiques, les discours érudits, et établit avec elle-même un système de distanciation artistique et scientifique qui la place sur un étrange piédestal de souffrance, un brin christique. Ce qui aurait surpris ses pratiquants, qui considéraient leur travail sans doute davantage comme un facteur d’aliénation ! Ainsi, le dur labeur des mines s’expose, se virtualise, donne lieu à des ouvrages, des études, des sorties en plein air, des reconstitutions… Des moments de convivialité et d’entrain où l’on se distrait de façon militante, et pas sotte ! Le 19 mars à 15h30, la cité minière de Biver se visitera, généalogie cosmopolite, terrils cachés… Des stagiaires de l’Institut Supérieur de la Cadenelle (Frédéric Goyet et Cécile Ribaud) feront parler les bâtiments-clés de la vie sociale des mineurs de Biver. À 17h, la compagnie des Karnavires accueillera le public dans les anciennes douches des mineurs du puits Gérard (vidéo, extraits du spectacle Carnet de Migration, installation photos…). Le 20 mars, troisième édition de la marche populaire sur un parcours de 12 km agréé par la FFSP (Fédération Française des Sports Populaires), dans la forêt de Gréasque à la découverte des vestiges miniers. Des animations ponctueront le parcours. (Inscriptions au musée, départs de la Marche entre 8h et 14h). Enfin l’après-midi verra des visites commentées du Puits Hély d’Oissel (à 14h30 et 15h30 visites guidées du Musée par les mineurs). Un temps fort à noter dans vos tablettes. MARYVONNE COLOMBANI Musée de la mine de Gréasque 04 42 69 77 00 www.poleminier.com Le Puits Hély d’Oissel X-D.R.
La Marine en 20 escales MAUPETIT LIBRAIRE k]cpats ans au AcI-vice cks cC dc la C'u'rurc La Librairie de Tous les Savoirs 850 m2 d'ex poski ; i{7 li Porte de l'arsenal royal, entrée du musée de Toulon Musée national de la Marine - T.Honnorat Deux mois de travaux auront suffi à donner un coup de jeune au musée de Toulon qui s’est offert « un rafraîchissement plutôt qu’une réhabilitation » Pas de longue ni de coûteuse rénovation mais un léger lifting de printemps permet au Musée national de la Marine de Toulon d’espérer accroître sa fréquentation de 20%, déjà supérieure à 50 000 visiteurs par an depuis 2009. Des chiffres que Cristina Baron, conservateur-adjoint et administrateur, attribue aux actions de médiation, aux expositions temporaires et à la mise en place d’audio-guides. De quoi lui faire regretter l’étroitesse du lieu (1000 m²) et espérer un prompt déménagement dans l’ancienne Corderie attenante, longue de 402m, lieu potentiel de valorisation de la collection (200 objets). En attendant l’aboutissement de son projet, elle dévoile les récentes transformations : exit la circulation illisible, le parcours se décline désormais en 20 espaces distincts accompagnés d’une signalétique chromatique, de bâches informatives qui occultent les baies vitrées et de textes pédagogiques à l’entrée des salles. Dès l’entrée, l’immersion est immédiate avec le parc d’Artillerie, les panneaux pédagogiques sur l’histoire de l’Arsenal depuis l’Antiquité à nos jours et les peintures de Joseph Vernet 1, commandes de Louis XV qui témoignent de l’apogée des activités portuaires à cette époque. Se déclinent ensuite les thématiques, autour du patio central dédié aux animations et flanqué du vaisseau Le Duquesne et de la frégate La Sultane : entre autres « L’Arsenal de Vauban » en service en 1692 et pouvant accueillir une quarantaine de vaisseaux ; « L’atelier de sculptures », qui comptait dans ses rangs les meilleurs décorateurs de tableaux de poupe et de figures de proue ; « Galères et bagne », quand la suppression de l’une donna naissance à l’autre… jusqu’à Toulon à l’ère de la révolution industrielle. À l’étage, un siècle d’histoire du porte-avion nous conduit… jusqu’à la base navale aujourd’hui. La navigation entre les espaces est aisée, tous conçus sur le même principe : quelques maquettes et modèles prestigieux, des bas-reliefs, des photographies et peintures d’époque, un choix d’objets significatifs qui viennent documenter le propos. Un ensemble d’une grande clarté et attractif même pour les néophytes ! Bref, un « avant/après » peu dispendieux (50 000 € financés par l’Établissement public du musée) qui illumine le musée autrefois poussiéreux et invite à la déambulation. En attendant des jours meilleurs à quelques mètres de là… MARIE GODFRIN-GUIDICELLI 1 les peintures originales sont au Palais de Chaillot à Paris Musée national de la Marine, Toulon 04 94 02 02 01 www.musee-marine.fr !. Librairie IvIAL:PETLT'142 La CanebitrT - Ir4alxi]le 111. 04 91.36 513 51.1 - Fax ; U4 91 3.6 50 74 site ; ; maupetirgLacres-suci,ir o ; Vcrc dii lundi au sanudi drlUhUü'k] S'hU0 20)0 Hâtwl du 4lcparrtcmcnr savoirs Vérité con naissance éc hanu ; e v ; qlf - tksloT1 CONFERENCES LES OEUDIS A 1.9H45 ENTREE LIME DANS LA LIMIiE DES PLACES DISPONIBLES 2r. s 2011 Métarrlclrphrases du coTps hurrlai rI 5yiwiane Agatineki, hlasopha 07 avriL 20 -11 La fiction au secours du droit aernard ËdelmaM, juriS Le 14 avril 2011 La Th eori e des conies est-elle L [ne vraie s ci e noe ? GahrieLe Veneriana, physicien 21 avriL 2011 Le rôLe de l individu nécessite et contingence en temps de crise Paul 3orian, ant ropalogue] wFIJS K rRoc ; Rfi V F E (; HJINGE ET QIFFI IS[[IA'IlE$.5A41OlR T. Lti4 46 11 24 50 C4ntart@des-SaYD1TS.arg -woYri.{g13,fr, CONSEIL GE2EI ? 1.11



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 1Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 2-3Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 4-5Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 6-7Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 8-9Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 10-11Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 12-13Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 14-15Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 16-17Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 18-19Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 20-21Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 22-23Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 24-25Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 26-27Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 28-29Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 30-31Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 32-33Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 34-35Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 36-37Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 38-39Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 40-41Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 42-43Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 44-45Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 46-47Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 48-49Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 50-51Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 52-53Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 54-55Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 56-57Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 58-59Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 60-61Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 62-63Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 64-65Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 66-67Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 68-69Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 70-71Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 72-73Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 74-75Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 76-77Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 78-79Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 80-81Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 82-83Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 84-85Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 86-87Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 88-89Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 90-91Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 92-93Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 94-95Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 96