Zibeline n°39 mars 2011
Zibeline n°39 mars 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°39 de mars 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 96

  • Taille du fichier PDF : 8,1 Mo

  • Dans ce numéro : la Marseillaise, un chant révolutionnaire ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
20 THÉÂTRE LA FRICHE LENCHE Chiant comme la mort ! Ceci n’est pas un spectacle. Ceci est une pièce de théâtre sur la dilatation de l’espace entre un texte « intimement lié aux corps » et l’histoire des acteurs, sur l’ambiguïté relationnelle entre un metteur en scène et ses acteurs. À sec de François-Michel Pesenti revêt les habits de la peinture expressionniste allemande dans l’âpreté de sa représentation, glaçante comme la lame d’un couteau, sans décor ni musique, où seuls les acteurs comptent. Et les mots, d’une crudité parfois blessante qu’il lance depuis son pupitre aux visages d’Henriette Palazzi, comédienne âgée totalement nue (« le sein néanmoins amaigri et la fesse tombante »), de Marcelle Basso, Eric Feldman, Marianne Houspie, Emmanuèle Stochl et Pierre Palmi, fidèle parmi les fidèles qui signe l’un des moments forts de la pièce. Dernières minutes durant lesquelles il tranche dans le vif, sanguin Foire d’empoigne Manifestement Baraque de foire est politiquement incorrect ! Jérémie Beschon « brûle de concert les manèges de l’éducation, de l’entreprise, de l’industrie du spectacle » dans un texte aux méandres incertains… Difficile de suivre le cheminement tortueux de sa pensée, parfois opaque, qui joue à saute-moutons : d’une parodie de cérémonie de jeu télévisuel à une séance de management entrepreneuriale, de l’apprentissage scolaire qui stigmatise les tentatives désespérées des élèves à mémoriser un texte inepte à la justification cynique d’un mercenaire de la Françafrique… jusqu’au bouquet final : un coup de griffe désopilant sur les politiques culturelles plus préoccupées de rentabilité et de chiffres que de sens et de signes. Dans cette partie d’échec où l’on ne sait plus très bien qui est le roi adverse (sur un plateau parsemé de cubes noir et blanc), Virginie Aimone tire son épingle du jeu avec talent. En un clin d’œil et une variation de lumière, un effet de smoking et un sourire carnassier (troublante ressemblance avec Joker dans Batman), elle endosse tous les rôles avec aisance, plus Madame Loyale que jamais ! M.G.-G. Baraque de foire a été joué du 1er au 5 mars au Mini-Théâtre du panier/Théâtre de Lenche X-D.R Jumeaux inversés Abel et Bela a 30 ans, et est toujours aussi savoureux. Le prétexte du texte de Robert Pinget est simple ; deux comédiens au chômage, un pessimiste et un optimiste, tentent de s’écrire une pièce et élaborent des synopsis et des répliques qui les mèneront du boulevard au dialogue philosophique, en passant par le trash, l’introspectif et l’absurde. Un panorama gentiment caustique des écritures dramatiques se dresse ainsi, tout en abyme, permettant au passage d’évoquer la mort, de réfléchir à l’essence de l’écriture dramatique, et de laisser la place à quelques numéros d’acteurs au cœur d’un système de reprises et variations bien huilé par l’auteur dans ses romans. La mise en scène d’Eric Louviot confie d’ailleurs totalement la barre aux comédiens : deux chaises, deux mannequins et des ronds de lumière suffisent à évoquer les espaces imaginaires que seuls leurs mots mettent en place. Roland Peyron et Maurice Vinçon interprètent les deux anagrammes en leur donnant de la chair : un peu trop visible et énergique pour l’optimiste, plus retenue et secondaire pour Maurice Vinçon. Une petite heure de théâtre nu qui fait agréablement confiance au texte… A.F. Francis Blaise Christiane Robin et charnel, éructe, aboie, miaule à l’aube de sa mort et nous jette à la figure « je ne veux pas être enterré ! ». Car tout ici questionne notre finitude, nos derniers désirs et nos derniers rêves. Tous lancent un ultime cri de guerre contre la débâcle annoncée. Une fois encore François-Michel Pesenti éprouve l’intégrité de ses acteurs, faisant art de la décrépitude des corps et des sentiments dans ce qu’elle a d’inéluctable : sa réduction au néant. Avec le talent d’un chef d’orchestre despotique et paradoxalement tendre, un sens aigu des déplacements, des diagonales des corps dans l’espace. Attitude perverse ou posture subversive, la question demeure tant il façonne ses acteurs à la manière du peintre son modèle, décidant leur mise en lumière comme leur mise à mort. Notre silence signifie-t-il notre acceptation ? notre caution ? En guise d’absolution on feint d’être au théâtre et que cela n’affecte en rien leur vie, la nôtre, car cette partie d’échec humaine interroge la nécessité d’une distanciation entre le théâtre et la vie… MARIE GODFRIN-GUIDICELLI À sec a été joué du 17 au 24 février à la Friche Belle de mai À venir Abel et Bela, créé le 8 mars au Théâtre de Lenche, y est joué jusqu’au 26 mars. 04 91 91 52 22 www.theatredelenche.info
RaxK i= ti_w s 6k4411 THÉÂTRE NATIONAL DE 5HA1[E5PfARE + FRANC415E (WAIT 1. 15 NUiRS nl l'MIL 2E11 v sç v L Eugene Labiche Jean-Louis Benair 8 au 27 mars 10 au 19 mors Brach/Yves Beaunesne 30/03 ON IRA VOIR LA MER, _02/011. Cie l'Ensemble Ai Nouveaurner i+gli - Jeu, ven & sam r 2ah 15/04 MARSEILLE OBJECTIF ->16/04 nANKF Laurent Pichaud/Barhara Sarreau ven & sam 2411 Jacn-f rancois Sivodier 6 au 9 avril 12 ara 16 avrïl Jérbrrie Destkomps 3, Ma. Makeieff Lai n of r1 THEAiRE bELik JOLIETTE'19-I1 RUE D'HdZIER'1344 MARSEILLE T ; 0491 904794'TAPE R. 21 UII ; WW44,hhINQTERIE_ORR ; RÉSERVATIONS 04 91 54 70 54



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 1Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 2-3Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 4-5Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 6-7Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 8-9Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 10-11Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 12-13Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 14-15Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 16-17Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 18-19Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 20-21Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 22-23Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 24-25Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 26-27Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 28-29Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 30-31Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 32-33Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 34-35Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 36-37Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 38-39Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 40-41Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 42-43Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 44-45Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 46-47Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 48-49Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 50-51Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 52-53Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 54-55Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 56-57Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 58-59Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 60-61Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 62-63Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 64-65Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 66-67Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 68-69Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 70-71Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 72-73Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 74-75Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 76-77Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 78-79Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 80-81Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 82-83Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 84-85Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 86-87Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 88-89Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 90-91Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 92-93Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 94-95Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 96