Zibeline n°39 mars 2011
Zibeline n°39 mars 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°39 de mars 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 96

  • Taille du fichier PDF : 8,1 Mo

  • Dans ce numéro : la Marseillaise, un chant révolutionnaire ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
18 THÉÂTRE LE GYMNASE LA CRIÉE Le théâtre et la fête Jean-Pierre Vincent et Bernard Chartreux ont déniché un formidable défenseur du théâtre populaire : Marivaux ! Contempteur de Rousseau et de ses terribles positions pour la fête de village contre le spectacle, le plus subtil de nos dramaturges campe le plus épais de nos philosophes en une bourgeoise de campagne à l’horizon intellectuel limité, l’opposant d’un côté à la solide sagesse populaire de ses gens, et de l’autre aux subtils jeux intellectuels, un peu pervers, de la noblesse parisienne. La provinciale s’en sort fort mal, et le théâtre triomphe ! Jean-Pierre Vincent met en scène cette pièce composite, étonnante, didactique par endroits puis subtilement sadienne, en la confiant o o pour l’essentiel à de formidables jeunes acteurs formés dans nos écoles d’État, et sans recourir à des têtes d’affiche. Un pied dans la farce… …et un pied seulement dans le crime, chez Labiche on n’est jamais totalement un assassin ! Peu importe l’intrigue d’ailleurs, une histoire de relations de voisinages empoisonnées, l’essentiel est ailleurs : dans le portrait féroce des petits-bourgeois du Second Empire, dans la caricature d’une vie morne et plate, dans la peinture au vitriol de caractères plus ou moins pitoyables. La galerie est artificielle mais drôlement efficace : un polisson (inénarrable Dominique Pinon), une vieille rosse (Philippe Torreton plus vrai que nature), un fourbe (admirable Jean-Pol Dubois), une dame du monde (la piquante Valérie Keruzoré)… Rien ni personne n’est épargné, pas plus les mœurs que la politique, ou les petites mesquineries qui rendent ces philistins finalement très humains. Entre deux rebondissements, trois quiproquos, pléthore de sous-entendus et d’inventions cocasses entrecoupées de rares silences dramatiques et de parties chantées reprises en chœur par le public, la pièce file à vive allure. C’est que Jean-Louis Benoît fonce bille en tête dans le burlesque, la parodie et rebondit avec allégresse sur la partition de Labiche, sa démesure, son outrance et son réalisme ! Les dialogues pétaradent, les chaises tombent, les voix s’échauffent, les visages grimacent, les perruques s’ébouriffent, les faux nez rougissent, c’est l’apocalypse sur le plateau… Emportés dans ce tourbillon pendant plus de deux heures, les acteurs excellent, virevoltent, transpirent, offrent leur talent généreux à un public chauffé à bloc par la joie de se retrouver au Grand théâtre de La Criée fermé depuis trois ans. On ne pouvait espérer meilleur divertissement -dont Labiche s’est fait le chantre- pour faire la fête au Théâtre ! MARIE GODFRIN-GUIDICELLI À venir Un Pied dans le crime se joue jusqu’au 27 mars à La Criée Brigitte Enguerand Pascal Victor Le public est là, comprend, s’amuse. On peut s’étonner du choix scénographique d’une arrière-cour, de pommes Femme debout Vienne, début du XX e siècle ; on en reconnaît la vague rumeur « moderne » du tram dans la rue et la rousseur fauve des cheveux -coupe Egon Schielede Zerline/Marilù Marini ; une chambre en ville, gris impeccable et lit défait au pli près. Un jeune locataire va servir d’oreille inattentive puis franchement lassée au récit de la servante vieillissante mais fougueuse ; un non-personnage qui en fait sans doute trop avec ses mines effarouchées, sa robe de chambre à carreaux et son air niais. Du récit au quasi monologue, la parole de Zerline convoque tout une époque, une société de frus-trations, d’hypocrisie instituée au cœur de l’ordre bourgeois supposé immuable : l’épouse adultère enfante en silence la bâtarde, la servante se fait prendre fur-tivement les seins et tout s’achève au pavillon de chasse. Confort pourrissant d’un siècle qui va imploser : le plafond de la chambre a craqué le premier, béance voilée, poche de lumière et de mémoire qui va faiblement éclairer la bouffée verbale crue, féroce et cynique de la femme qui a osé ! De Maeterlinck à Claudel, Yves Beaunesne aime les beaux textes qui font vivre des personnages singuliers à l’aigu des sentiments et à l’abri des jugements ; Marilù Marini, égérie d’Alfredo Arias, « femme assise » de Copi, endosse un rôle marqué par l’interprétation Guy Delahaye en bois, de foin, d’un réalisme sans distance et sans ironie ; mais le théâtre populaire triomphe, et en sortant on s’étonne des projecteurs inutiles braqués sur le ciel marseillais pour signaler que « Marseille accélère ». Depuis 1760, on n’a guère avancé dans la réflexion sur la culture, et les « piquets couronnés de fleurs » (voir p 11) que Marivaux raille philosophiquement continuent de tenir lieu d’appel à la fête, et de camoufler notre commune aspiration à l’art… AGNÈS FRESCHEL Les Acteurs de bonne foi ont été joués au Gymnase du 15 au 19 février de Jeanne Moreau ; le monde que cette dernière, impavide, convoquait de loin et de haut, elle le broie, vibrante, de ses mots carnassiers, avec sa voix un peu cassée et son accent qui redouble les grincements de cette parole libre ; la sécheresse cassante de son anathème « bastringue des sentiments ! » ravale tout le reste du décor et de la mise en scène au rang d’accessoires ! MARIE JO DHÔ À venir Le Récit de la Servante Zerline, tiré des Irresponsables d’HermannBroch, mise en scène de Yves Beaunesne est donné à La Criée jusqu’au 19 mars 04 91 54 70 54 www.theatre-lacriee.com
Les O S130.8 Iot1 s5 e SCEfIE 6 I,E5 OUEST p'ûVEIYCE 1 Lac 8anau GNOS AI{RAM KHAN COMPANY Samedi 2 avril 10h30 Mardi 12 avril 20h30 4.S C M S- Kâtâk, COi7u`6 ! rfYJii i4 i79.3it di) 7ïa.fC d..9 1717 dr7.756 u0r)1677,9-nf31)115 igv.t ! k ; f7ü@rfir 9-p. f iEj`,.çv ! Arm : THÉÂ RE DE L'I I LIUIER ISTR S Rësarvatiors 04 42 56 48 48 www.scenesetcines.ir oideEt Frrnrenae thât r ir7 t1> : FYFrJ



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 1Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 2-3Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 4-5Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 6-7Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 8-9Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 10-11Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 12-13Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 14-15Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 16-17Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 18-19Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 20-21Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 22-23Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 24-25Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 26-27Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 28-29Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 30-31Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 32-33Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 34-35Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 36-37Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 38-39Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 40-41Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 42-43Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 44-45Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 46-47Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 48-49Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 50-51Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 52-53Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 54-55Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 56-57Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 58-59Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 60-61Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 62-63Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 64-65Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 66-67Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 68-69Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 70-71Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 72-73Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 74-75Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 76-77Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 78-79Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 80-81Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 82-83Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 84-85Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 86-87Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 88-89Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 90-91Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 92-93Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 94-95Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 96