Zibeline n°39 mars 2011
Zibeline n°39 mars 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°39 de mars 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 96

  • Taille du fichier PDF : 8,1 Mo

  • Dans ce numéro : la Marseillaise, un chant révolutionnaire ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
12 POLITIQUE CULTURELLE LIVRE ET CINÉMA EN RÉGION La Région aux côtés de l’exploitation ! Le 16 février s’est tenue à la Maison de la Région la conférence territoriale sur le soutien régional à l’exploitation cinématographique en PACA, qui a réuni la plupart des exploitants des salles de cinéma de la région, tous très concernés. En effet, on assiste aujourd’hui à une révolution technologique : la projection numérique dématérialise la distribution des films, les films compressés et numérisés par les distributeurs sont envoyés aux salles sur disque dur et, à terme, ils seront acheminés par satellite ou fibre optique. Le serveur de la salle décode le fichier numérique transmis, après activation par l’opérateur d’une clef de sécurité, et communique au projecteur les données à lire. Bientôt, plus de bobines, plus de copies 35mm ! Mais l’équipement est coûteux, plus de 70 000 euros par écran, ce qui est impossible à assumer pour l’exploitation indépendante. Les dispositifs existants 1 ne permettront pas à tous les cinémas de s’équiper, ce qui risque de fragiliser les petites salles. Actuellement, un tiers seulement des salles françaises sont numérisées. La région Paca est en dessous de la moyenne : sur les 189 cinémas comptant 418 écrans sur 125 communes, 39 cinémas sont équipés d’au moins un projecteur numérique ; il s’agit en fait de 120 écrans numériques, qui sont concentrés dans les multiplexes… Face à cette situation qui à terme risquerait de voir la disparition d’un nombre important de salles, la Région a affirmé « sa volonté qu’aucune salle ne soit laissée dans l’incapacité d’être numérisée » et met en place, en concertation avec le CNC, un dispositif d’accompagnement des salles de cinéma vers le numérique, qui peut prendre en charge jusqu’à 90% de l’équipement dans certains cas. Sont concernées les salles de 1 à 3 écrans, n’appartenant pas à un circuit de plus de 50 écrans, soit une soixantaine de salles. Un investissement coûteux, mais indispensable au maintien de la diversité culturelle et artistique. Un certain nombre de questions subsiste : quid des établissements qui ont plus de 3 écrans et dont la TSA (Taxe Spéciale Additionnelle) ne suffirait pas à financer l’équipement ? Quid de la pérennité de ces équipements numériques ? Quid du métier de projectionniste ? L’avenir est incertain, mais il n’est plus impossible… ANNIE GAVA Photo du tournage de La fille du puidatier de Daniel Auteuil Region Paca 1 Le VPF, pour « Virtuel Print Fee » ou « frais de copie virtuelle » permet d’assurer la prise en charge d’une part conséquente de l’investissement des cinémas par les distributeurs de films. Le système des tiers-investisseurs propose des solutions fondées sur la collecte de ces VPF à travers des sociétés qui font le lien entre les droits de copie et les salles. …et de l’édition La Région Paca intervient sur la chaîne du livre à plusieurs niveaux : le Conseil Artistique à la Création aide les projets éditoriaux, en particulier les auteurs, mais diverses manifestations artistiques telles que les Correspondances de Manosque et le Salon du Livre de Toulon, ou les centres tels que le CiPM ou le Centre International de la Traduction Littéraire (Arles) reçoivent également son soutien financier. 4.5 M € sont ainsi alloués au fonctionnement de la filière du livre et de la lecture, mais aussi aux investissements des bibliothèques et médiathèques, en particulier pour la numérisation de leurs fonds. Ces dispositifs sont complétés par des aides à l’emploi et à la professionnalisation (postes ADAC), mais surtout par des actions très volontaristes envers les lycéens et apprentis, à travers le Prix du Livre, les chèques lecture (1.5 M €) et le fonds régional pour l’achat des manuels scolaires (9 M €). Comme dans le domaine du cinéma, la Région aide également des sociétés privées, en particulier des librairies, Etienne de Malglaive - AFP - Salon du livre de Paris 2010 dans le cadre de sa politique de développement territoriale : « le fait qu’il y ait à Gap des librairies et des cinémas indépendants relève de nos missions », affirme Laurent Sterna, directeur de la Culture et du Patrimoine. Faire salon La Région est également attachée, depuis 31 ans, c’est-à-dire sa création, à participer au Salon du Livre de Paris (du 18 au 21 mars). Elle y tient un stand important en surface et en nombre d’exposants : cette année 28 éditeurs 1, qui s’acquitteront pour la première fois d’un modique droit de participation (de 100 à 600 €), seront présents dans un stand de 375m 2, pour présenter leurs fonds et leurs auteurs, participer à des rencontres, des échanges et des temps de réflexion, se faire connaître nationalement. Si le budget alloué cette année à cette présence régionale est diminué de 30%, la réduction, d’après Patrick Mennucci, ne devrait « priver personne de visibilité ». Car « développer et soutenir l’édition régionale » représente pour le viceprésident en charge de la Culture une réelle priorité. Si cela vous dit d’aller faire un tour au Salon, sachez que la SNCF a mis en place des tarifs spéciaux… et que cette année 5 axes sont à l’honneur : les écritures nordiques, les auteurs ultra marins, Buenos Aires, ainsi que les serial-lecteurs dévoreurs de millenium, et le suspense (thriller et polar). Des thèmes rassembleurs, pour un salon visité chaque année par plus de 200 000 personnes… A.F. 1 Picquier, Le mot et le reste, Agone, le Bec en l‘air, Analogues, Vis-à-vis, le CiPM, l’Ecailler du Sud, Rouge Safran… Seront également présents, hors du grand stand de la Région, d’autres éditeurs comme Actes Sud ou Vents d’ailleurs www.livre-paca.org www.regionpaca.fr www.salondulivreparis.com
ENTRETIEN AVEC PATRICK MENNUCCI POLITIQUE CULTURELLE 13 Lors de la conférence de presse de Marseille Provence 2013 (voir p10) nombre de responsables de manifestations culturelles semblaient inquiets. Certains parce que la Ville de Marseille diminue ses subventions. D’autres parce que l’État ne s’engage plus sur leurs projets. Et d’autres enfin parce que le montant 2011 de leur subvention régionale venait de tomber… À l’heure où Bernard Latarjet parle de la « faisabilité » financière comme d’un critère pour retenir in fine les projets pressentis, qu’en sera-t-il si les subventions courantes diminuent ? Patrick Mennucci répond à ces inquiétudes en assumant ses choix Bonnes pratiques Depuis 2007 la région PACA a soutenu par le dispositif AGIR plus de 800 projets qui s’engageaient à maîtriser la consommation énergétique. Un fonds d’innovation de 70 M € pour aides sur 4 années communes, entreprises, professionnels du tourisme, associations… à s’engager pour un développement « durable » en consommant mieux et en s’équipant sans couter à l’environnement. Ce dispositif est prolongé durant 4 ans (pour 60 Md’ €) pour des actions Un budget qui prend l’eau… Zibeline : Le budget global que la Région alloue à la culture est-il en baisse ? Patrick Mennucci : Le budget prévisionnel de fonctionnement, oui. La Région consacrait l’an dernier 45M d’ € à ce poste. Cette année, dans le budget prévisionnel nous sommes à 43M, soit une baisse d’un peu plus de 4%. Cela ne veut pas dire que cette baisse sera effective au bout de l’année, et cela ne concerne que le fonctionnement. Les investissements, en particulier dans le cinéma et le livre, sont considérables. Sans parler de la préparation de 2013, où nous sommes de tous les chantiers. Pourquoi cette baisse, même si elle est relative, alors que la Région avait promis lors de son engagement pour Marseille-Provence 2013 qu’elle ne toucherait pas aux subventions courantes des associations ? Parce que le gouvernement nous y oblige ! Il prive la région PACA de 176 millions de recettes sur 4 ans, soit 40 millions par an ! La culture est très peu touchée par les baisses de budget, qui sont bien plus importantes ailleurs. On vient toujours nous voir, parce que nous sommes là et que nos portes sont ouvertes, pour se plaindre de la baisse des subventions. Mais qu’en est-il du Ministère ? Et de la suppression des CAE qui va mettre en grande difficulté un nombre considérable de petites associations culturelles ? Nous sommes comme elles victimes de la politique actuelle de l’État. Certains choix budgétaires sont faits pourtant, comme de donner 10 millions pour couvrir le stade vélodrome, plus 10 millions encore pour le stade de rugby et les piscines municipales. Monsieur Gaudin, lors de ses vœux annuels, a déclaré qu’il n’en espérait pas tant de Monsieur Vauzelle… La majorité a voté à l’assemblée régionale, je ne suis pas responsable de ces choix-là. Mais solidaire ? De la majorité régionale ? Bien sûr ! Comment avez-vous ordonné ces baisses de budget ? Uniformément ou en ciblant certains postes, en infléchissant des choix précédents… Nous avons essayé, avec la Direction de la culture, de faire des choix intelligents. De supprimer notre aide à des associations obsolètes, comme le Chœur Régional, qui est un regroupement d’amateurs, et qui ne correspond plus aux orientations de la Région. Nous avons aussi remis en cause la conven-tion de partenariat avec France 3 de 300 000 euros, et baissé notre participation au Festival de Cannes, qui n’a pas besoin de nous. Mais qui a mis en place des actions envers les lycéens… Nous ne touchons pas à ces budgets, qui sont spécifiques, mais à la subvention générale. Les 40 000 € pour les actions envers les lycéens sont intégralement maintenus. Vous diminuez aussi les subventions du Festival de Marseille, du Ballet National de Marseille Oui, mais légèrement. Ce sont de gros budgets, pilotés l’un par la volonté de la Ville l’autre par la volonté de l’État. Ils n’ont pas autant besoin de nous que d’autres… Si nous voulons aider à la création de manifestations nouvelles, et nous croyons que le territoire en a besoin, il faut bien que nous touchions au budget des autres. Du moins dans le contexte actuel de forte diminution de nos ressources ! Les concernant plus particulièrement l’équipement culturel des lieux, financés en partie au niveau du chauffage et des moyens de transports, et les éco-festivals qui s’engagent à ne pas abimer le cadre de leurs événements. C’est le cinéma qui préoccupe particulièrement la région : l’équipement des salles, mais surtout les tournages. Deuxième région de France en terme de lieux de tournage (après Paris), PACA s’engage sur une activité culturelle particulièrement énergivore : les éclairages de plateaux sont donc repensés, les transports des productions, le recyclage des batteries, les groupes électrogènes… La notion de tournage et de festival éco-responsables fait son chemin ! A.F Charte d’engagement et dossiers de demande (jusqu’au 31 mars). www.regionpaca.fr/notreregion/energie-agir/agir-plus.html subventions allouées ne peuvent pas être automatiquement reconduites, ou augmentées, d’une année sur l’autre. Tout simplement parce que le budget n’est pas en croissance. Et la Pensée de midi ? Oui. Là la baisse est importante, puisque la Région se désengage complètement. Mais c’est une revue éditée par Actes Sud, que la Région a soutenue pendant dix ans, dont la réputation n’est plus à faire -on l’a vu d’ailleurs au nombre de ses soutiens dans la presse nationale ! - et qui doit pouvoir aujourd’hui survivre sans nous. Mais pourquoi une coupe aussi brutale, alors que Thierry Fabre semblait avoir anticipé la baisse, et tablé sur un désengagement progressif ? Parce que la Région n’a pas vocation à être le principal financeur d’une revue, qui doit au bout de dix ans parvenir à un équilibre budgétaire d’un autre ordre. Nombre de publications indépendantes aimeraient pouvoir bénéficier d’un tel soutien durant dix ans ! ENTRETIEN RÉALISÉ PAR AGNÈS FRESCHEL STAGES LONGUE D11REE POUR ECIAAEQIENS Nléthode d'r3natoly tira5siliev Forrnotrcirn : fiJ^xandrr{7r13rrvrl Mind Lailwua IIls5ie5 N119 b4rIlau 5 mat:'3 MdrsPA-E Liberté et rigueur Ana,Vsc dc Jaction du tcxtc, r trrspççt aes regJrsrt ra +ibr:nrinndet mum Sragc canvcntiom9c ; , ifdas Un clown ers mud ! : mineur f orrnislricr.s : Cie-au-ice FInuplain et Claudine Hu irault [Sû riiiil bu F4 01.141 201 1 rharRille AtfeJrndre une 4c Jture corporelle et textueJre partir de r'expérience choisie, du crown et derdlc, sab4c, edr is fnfirMar. re prernksre - texte♦ art étr4rç et intégrailité (°Acre A'de ! `aeteudmisimpun I NSCRI 41 106 c-untart@larcpli € {ucrorg www,l arrpliqur.nrg



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 1Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 2-3Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 4-5Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 6-7Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 8-9Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 10-11Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 12-13Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 14-15Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 16-17Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 18-19Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 20-21Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 22-23Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 24-25Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 26-27Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 28-29Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 30-31Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 32-33Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 34-35Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 36-37Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 38-39Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 40-41Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 42-43Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 44-45Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 46-47Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 48-49Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 50-51Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 52-53Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 54-55Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 56-57Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 58-59Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 60-61Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 62-63Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 64-65Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 66-67Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 68-69Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 70-71Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 72-73Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 74-75Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 76-77Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 78-79Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 80-81Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 82-83Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 84-85Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 86-87Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 88-89Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 90-91Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 92-93Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 94-95Zibeline numéro 39 mars 2011 Page 96