Zibeline n°38 février 2011
Zibeline n°38 février 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°38 de février 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 7,6 Mo

  • Dans ce numéro : la culture au coeur des enjeux.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 70 - 71  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
70 71
70 LIVRES/DISQUES L’année Liszt commence… avec quelques publications et enregistrements nouveaux, Le Pèlerin Les Années de Pèlerinage constituent une œuvre monumentale que le jeune Franz Liszt entreprit de composer lors de sa fuite amoureuse avec la pianiste et future romancière Marie d’Agoult. De cette cavale de cinq ans naquirent trois enfants et l’ossature de l’opus (Album d’un voyageur), en particulier pour les deux premières « années », Suisse et Italie, dont La vallée d’Oberman ou Après une lecture de Dante demeurent des têtes de programmes de récitals. C’est à l’âge mûr que Liszt mit un point final à cette architecture pianistique unique dans l’histoire de la musique avec son troisième volet : Rome. Le compositeur ayant connu une autre Flamboyant Lorsqu’elle enregistre en 1996 ces Études de concert pour la firme dirigée par les Gambini, Mûza Rubackyté est peu connue dans l’hexagone. Débarquée en France depuis la chute de l’Empire soviétique, la Lituanienne a rapidement étonné le public occidental par sa fougue exubérante au clavier. C’est que, depuis son entrée au Conservatoire Tchaïkovski (1976) et son Grand Prix à Budapest (1981), on l’avait surtout entendue à l’Est ! Rigutto 91 Ce disque a été gravé il y a vingt ans par Bruno Rigutto, pianiste français qui fut l’un des rares disciples de Samson François et lauréat en son temps des concours « Marguerite Long » et « Tchaïkovski ». Cet enregistrement est une « référence » de la maison d’édition Lyrinx qui, depuis de longues années, s’évertue à placer sous les feux de la rampe des pianistes de talent. Le choix de pièces de Franz Unité ? Les mots de Robert Schumann « Sa propre vie est dans sa musique » apportent un éclairage manifeste à l’œuvre singulière de Franz Liszt (1811-1886). On connaît finalement assez mal, en dehors des sentiers convenus, l’œuvre monumentale (plus de mille partitions) de ce musicien majeur du courant romantique. Il écrivit dans tous les domaines, du piano virtuose, Lieder, poèmes symphoniques, aux grandes fresques religieuses… Jean- Yves Clément, nommé Commissaire général de l’Année Liszt en France, livre sa contribution à la collection biographique de Classica. Il synthétise ce qui, dans la vie Officiel Cette biographie a été sélectionnée pour La Folle Journée de Nantes 2011. Comme à son habitude la collection Horizons (25 titres disponibles) propose des ouvrages bien réalisés, synthétiques, comprenant des éléments biographiques académiques, une iconographie conséquente, des analyses succinctes de partitions, tableau synoptique, bibliographie et discographie sélectives… Le Franz Liszt d’Isabelle Werck se structure selon trois périodes : de l’enfance prodige à la période brillante du pianiste nomade, les années majeures à Weimar, et celle femme fascinante, la princesse Carolyne Wittgenstein, ajouta Venezie e Napoliz à sa fresque, puis, l’exaltation mystique prenant le pas sur la vie amoureuse, il reçut les ordres mineurs. La pianiste lituanienne Mûza Rubackyté possède naturellement, dans son jeu flamboyant, les qualités techniques propres à l’interprétation des morceaux de bravoure du Hongrois. Son jeu d’une grande clarté demeure infaillible dans les pages virtuoses. Son cantabile est fluide, fin et profond, doublé d’une expression qui gomme tout pathos excessif. Une belle interprétation qui retrace, avec justesse, un voyage initiatique conduisant Avec à propos, la maison d’enregistrement marseillaise pensa que les voltiges digitales et flamboyantes de Liszt lui iraient comme un gant. De fait, quinze ans après, on redécouvre avec bonheur les tierces et sixtes, gammes, arpèges, trémolos et variations d’après Paganini, glisser des noires aux blanches comme en lutinant sur un tapis de velours. J.F Liszt résonne, sous les doigts de Rigutto, avec une rare profondeur. Son jeu ardent rayonne dans les pages de jeunesse, lorsque le compositeur partait à la conquête de l’Europe (Sonnets de Pétrarque), s’assombrit à souhait dans Funérailles, La Notte ou Lugubre gondole n°1, s’enflamme (Méphisto-Valse) ou se dépouille (Nuages gris, En rêve)…J.F et l’œuvre révolutionnaire du Hongrois, grand voyageur européen, pourrait sembler dispersé, mais qui génère, en fait, une improbable unité. J.F Franz Liszt Jean-Yves Clément Actes Sud/Classica, 18 € de l’abbé vieillissant. Des chapitres analytiques s’intercalent avec à propos dans cette chronologie suivant trois axes musicologiques relatifs à ses œuvres pour piano, symphoniques et vocales. J.F. Franz Liszt Isabelle Werck Bleu minuit éditeur, 20 € un homme, ayant vaincu ses passions premières, vers les voies de la spiritualité et du divin. JACQUES FRESCHEL _ar. 11._.11III Frt(nz Lis'r.t Coffret 3CD (SACD) Lyrinx LYR 2216 CD Lyrinx LYR 156 CD Lyrinx LYR 112
ou réédités ! Credo « Il faut donc bien le constater : malgré la belle tenue des études lisztiennes, la gêne est partout palpable en ce qui concerne la question religieuse. Rien d’étonnant : le sentiment religieux qui se trouvait déjà en contradiction avec le temps de Liszt, l’est plus encore avec le nôtre ». Alain Galliari pose en ces termes les bases d’une approche biographique peu abordée dans la vaste production musicologique sur le pianiste, compositeur qui se fit abbé la cinquantaine venue (provoquant des commentaires sarcastiques). L’auteur dépasse la contradiction apparente d’une vie duelle : une jeunesse galante éloignée de l’idée de vertu défendue par l’église, au regard d’une vieillesse toute de contrition charitable. De fait, l’auteur défend l’idée que le désir qu’éprouvait Liszt de se donner à Dieu ne l’avait jamais quitté depuis sa jeunesse « quoique sa vie d’artiste l’eût amené sur un chemin tout autre ». L’ouvrage chronologique est très argumenté : il s’appuie sur des textes historiques, témoignages, manuscrits (son « testament » de 1860 en particulier), revient sur une vocation précoce, avortée à l’age de 17 ans. Il se nourrit des deux grandes passions féminines qui influencèrent le musicien (Marie d’Agoult et Carolyne Wittgenstein), mais aussi du monde des idées qui ébauchèrent sa pensée : de Saint-Simon à Lamennais ou la franc-maçonnerie… Débordant du cadre musical, Galliari commente certains thèmes de la croyance de Liszt : l’amour de la Croix, le mystère de la mort, le péché et la sainteté, jusqu’au Bon Larron… Éclairant ! JACQUES FRESCHEL Franz Liszt et l’espérance du Bon Larron Alain Galliari Fayard, 22 € 2011, année Tomasi Il y a quarante ans disparaissait Henri Tomasi (1901-1971). Depuis, grâce à l’obstination de proches, musiciens, journalistes, musicologues, son œuvre lumineuse retrouve les feux de plateaux qu’elle n’aurait pas dû quitter. En même temps que le radicalisme avant-gardiste de la seconde partie du 20 e siècle passe de mode, on redécouvre des factures certes plus classiques, mais nondénuées d’expression, de savoir-faire et de talent. 2011 fournit donc l’occasion d’entendre derechef des opus du musicien corse adopté par Marseille. Ainsi le 5 février à l’Opéra de Marseille (voir p 36) a-t-on ouï des pièces de sa musique de chambre. Le 6 e Concours de Quintette à Vent lui est également dédié (du 21 au 25 fév à la Cité de la Musique de Marseille). Cette commémoration est couronnée par un concert de l’Orchestre de Radio-France (dir. Wyung-Whun Chung) à Paris où l’on entend son Concerto pour trompette (le 4 mars à Pleyel) quand, à l’Opéra de Marseille, Emmanuel Rossfelder Rossini napolitain Sur la quarantaine d’opéras composés par Rossini, seule une poignée est couramment représentée, avec pour figure de proue Le Barbier de Séville. Nombre d’entre eux ont disparu du répertoire depuis la moitié du 19 e siècle, peut-être à cause de la virtuosité technique, des tessitures larges qu’ils exigent, pour les mezzos et ténors qui ont pris le pas, à la fin du 18 e siècle, sur les voix baroques. C’est à Naples, où neuf des ses opéras ont été montés entre 1815 et 1822, que Rossini a connu une troupe extraordinaire de chanteurs emmenés par la Colbran. Paul- André Demierre ouvre des perspectives historiques et Et maintenant le chaos Les Monstroplantes contre DR Larsen ? Non, ce n’est pas un film de série Z ou le retour du dessin animé Jayce et les conquérants de la lumière (on croisait ces espèces mi-végétales mi-animales sorties d’un laboratoire…) mais bien d’un objet sonore non identifié. Ils ont débité comme une fanfare brûleuse de planches mais désormais le collectif lyonnais agrège des musiciens d’univers divers et variés, et visiblement les Monstroplantes sont imbibés de SF, version Comics ! Au nombre de neuf si l’on compte le préposé aux sons en tous genres d’une musique véritablement mutante, les membres de ce groupe omnivore présentent douze titres, un remix et un inédit live dans une ambiance funky soul Check point « Chanter dans différentes langues est un premier pas quant à l’intégration culturelle ». La charismatique chanteuse Sista K explique tout naturellement le choix de Radio Babel, nouvel album des cosmopolites Watcha Clan. La musique a le pouvoir de passer à travers les frontières, et les quinze titres (+ une vidéo) corroborent ce pouvoir du son et des mots à outrepasser les cloisons culturelles, de l’Orient proche à l’Est européen en passant par le sud de l’Europe, sans oublier de se ressourcer à certains fonds électro très bien pensés (Fever is rising). Avec le concours du génial oudiste Mehdi Haddab, le casting multiculturel prend son envol et laisse à point nommé son documentées sur les représentations théâtrales au San Carlo, ainsi que sur l’art vocal, orchestral, l’interprétation et le chant rossinien. J.F. Aux éditions Papillon www.editionspapillon.ch DISQUES joue son Concerto de guitare à la mémoire d’un poète assassiné, Federico Garcia Lorca (le 14 mai)... Comme on n’est d’ordinaire que peu prophète en son pays, c’est en Allemagne (Trio d’anches d’Hambourg, German Strings dirigés par Olivier Tardy) qu’on exhume ses trois magnifiques Concertos pour hautbois (Nicolas Thiébaud), basson (Christian Kunert) et clarinette (Rupert Wachter), ainsi que le Divertimento Corsica. Tout un langage immédiatement abordable, nourri par la Méditerranée, un lyrisme sensuel au chant naturel, à l’harmonie opulente, la texture orchestrale étincelante… et qui vise le cœur ! JACQUES FRESCHEL CD Farao classics B108062 survitaminée et pleine d’énergie rythmique. Jazzy à souhait avec une section cuivres omniprésente, mais les scratches et les boucles ne sont pas en reste. Ils concoctent un surprenant revival arachnéen avec Spiderman VS les Monstroplantes funky pur et dur où le déhanché fait office de dogme ! FRÉDÉRIC ISOLETTA Les Monstroplantes/Épisode N°1 empreinte dans un registre qui a besoin de renouveau. La présentation de ce petit joyau à l’Affranchi le 25 fév et un mois plus tard (le 26 mars) sur la scène du bien nommé Babel Med Music aux Docks des Suds donnera l’opportunité de découvrir en live son énergie effervescente. F.I. Radio Babel Watcha Clan Piranha –Free Promo Disc 71 Tout sur Euromedinfo@ed itionsparentheses.com Brigitte Bertonœello,. Jérdme Dubois Marseille Euroméditerranée, accélérateur de métropole 16.5 x 24 cm. 272 p.. cartes, nOrnbre'SeS illus:rations en Couleurs, 2D10 221E



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 38 février 2011 Page 1Zibeline numéro 38 février 2011 Page 2-3Zibeline numéro 38 février 2011 Page 4-5Zibeline numéro 38 février 2011 Page 6-7Zibeline numéro 38 février 2011 Page 8-9Zibeline numéro 38 février 2011 Page 10-11Zibeline numéro 38 février 2011 Page 12-13Zibeline numéro 38 février 2011 Page 14-15Zibeline numéro 38 février 2011 Page 16-17Zibeline numéro 38 février 2011 Page 18-19Zibeline numéro 38 février 2011 Page 20-21Zibeline numéro 38 février 2011 Page 22-23Zibeline numéro 38 février 2011 Page 24-25Zibeline numéro 38 février 2011 Page 26-27Zibeline numéro 38 février 2011 Page 28-29Zibeline numéro 38 février 2011 Page 30-31Zibeline numéro 38 février 2011 Page 32-33Zibeline numéro 38 février 2011 Page 34-35Zibeline numéro 38 février 2011 Page 36-37Zibeline numéro 38 février 2011 Page 38-39Zibeline numéro 38 février 2011 Page 40-41Zibeline numéro 38 février 2011 Page 42-43Zibeline numéro 38 février 2011 Page 44-45Zibeline numéro 38 février 2011 Page 46-47Zibeline numéro 38 février 2011 Page 48-49Zibeline numéro 38 février 2011 Page 50-51Zibeline numéro 38 février 2011 Page 52-53Zibeline numéro 38 février 2011 Page 54-55Zibeline numéro 38 février 2011 Page 56-57Zibeline numéro 38 février 2011 Page 58-59Zibeline numéro 38 février 2011 Page 60-61Zibeline numéro 38 février 2011 Page 62-63Zibeline numéro 38 février 2011 Page 64-65Zibeline numéro 38 février 2011 Page 66-67Zibeline numéro 38 février 2011 Page 68-69Zibeline numéro 38 février 2011 Page 70-71Zibeline numéro 38 février 2011 Page 72-73Zibeline numéro 38 février 2011 Page 74-75Zibeline numéro 38 février 2011 Page 76-77Zibeline numéro 38 février 2011 Page 78-79Zibeline numéro 38 février 2011 Page 80