Zibeline n°38 février 2011
Zibeline n°38 février 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°38 de février 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 7,6 Mo

  • Dans ce numéro : la culture au coeur des enjeux.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 54 - 55  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
54 55
54 LIVRES Fin du cycle Ivoirien Déjà le sixième volume des aventures de Aya de Yopougon et toujours la même verve. Les histoires s’enchâssent avec brio, sans misérabilisme ni sensiblerie, avec un ton juste et frais, une narration resserrée et intelligente, un graphisme d’une belle efficacité. Ce dernier volume voit la résolution des nombreuses intrigues mises en place dans les cinq précédents. On rit beaucoup, la langue est savoureuse, avec des expressions cocasses, « la poule ne se L’art des baguettes Les éditions Picquier cultivent le domaine asiatique. Surprenant et drôle, un petit manuel de cuisine chinoise, d’une esthétique plutôt vieillotte, mais avec des baguettes en bois livrées dès la deuxième de couverture (d’un inclassable vert amande) ! C’est du sérieux, avec des recettes expliquées simplement aux enfants : du chou pakchoi à la sauce d’huîtres au poulet aigre-doux en passant par les Fourmis grimpant à l’arbre, les enfants s’évaluent, se testent, apprennent les proverbes chinois qui émaillent chaque recette, lisent des légendes chinoises, comme celle du sel ou du génie du foyer. Et si « les fantômes ont faim », on peut les faire patienter avec des plats très spéciaux. Combien de plats à réussir pour obtenir les baguettes d’or ? On se plaît à reprendre quelques mots de mandarin, ni hao (bonjour), qing (s’il vous plaît), on s’entraîne à jouer des Choc des civilisations Leur navire stellaire s’écrase sur une planète inconnue. Ils ont fui leur planète, Onyx, à la technologie raffinée, dominée par les intelligences artificielles et se retrouvent sur Opale, royaume moyenâgeux, peuplé d’êtres étranges aux pouvoirs déroutants. Le roman de Bénédicte Taffin évoque le choc de ces civilisations qui se rencontrent. Les mondes créés prennent chair avec une belle précision, s’animent dans toute la complexité de leurs rouages savants. Les caractères des personnages sont fouillés, intéressants, vraisemblables dans cette œuvre de science-fiction/fantaisy. Les intrigues se croisent, les points de vue se multiplient, posent la question de l’appréhension de l’autre. Des zones d’ombre sont savamment cultivées pour donner des allures fantastiques, et apprendre au passage aux jeunes à se défier des préjugés, à penser la liberté, le consumérisme. Ainsi, les héros d’Onyx quittent une planète sur laquelle tous les désirs matériels, tous satisfaits, n’existent plus ! Eh bien non, ce n’est pas forcément le rêve ! Les personnages se découvrent des aspirations qui dépassent le cadre de leur prison dorée… Un premier roman qui fait preuve d’une belle maîtrise, avec un style fluide, aisé. La fin très ouverte laisse la possibilité d’une suite… M.C. Les yeux d’Opale Bénédicte Taffin Gallimard Jeunesse, 19,50 € lave pas et cependant son œuf est blanc » … Entre Paris et Yopougon on voyage, on s’émeut aussi, le propos se fait grave, mais jamais pesant. La vivacité de l’ensemble nous entraîne à la suite des différentes histoires. Un régal, que l’on va bientôt retrouver au cinéma. M.C. Aya de Yopougon Marguerite Abouet et Clément Oubrerie Gallimard, Bayou, 17 € baguettes, on découpe un haricot ficelle, on s’initie aux emplois du gingembre qui plaisait tant à Confucius… on reproduit des idéogrammes, on déguste le durian, « roi des fruits » au parfum de fromage pourri ! Bref on s’exotise avec délectation entre une tasse de thé et une sagesse toute chinoise : « si la pierre tombe sur l’œuf, malheur à l’œuf, si l’œuf tombe sur la pierre, malheur à l’œuf » … Un petit ouvrage plus riche qu’il n’y paraît ! MARYVONNE COLOMBANI Je cuisine Chinois Maït Foulkes, Marianne Nicolas Picquier jeunesse, 14,50 € } Âmes-sœurs La littérature jeunesse sait parfois replonger dans l’humus commun, retrouver les mythes, les modeler, les fondre à propos, pour façonner des récits qui emportent le jeune lecteur tout en lui accordant la possibilité de décrypter certaines sources… Myrihandes évoque des personnages tout droit sortis d’un rêve platonicien : les âmes sœurs lorsqu’elles se retrouvent, sont capables de fusionner en un seul être aux pouvoirs extraordinaires ! Le seigneur Kryom les traque, et comme on s’en doute, des héros vont devoir vaincre les forces du mal… Par delà le caractère plus que classique du sujet, avec des scènes et des monstres qui évoquent certains jeux du type World of Warcraft, le récit est vif et bien mené, l’écriture claire, efficace, la construction des épisodes remarquablement agencée. La fantaisy ne relève donc pas que de la production anglo-saxonne ! Les éditions du Diable Vauvert savent repérer de jolis talents et ont le mérite de publier des auteurs qui vivent dans la région. Le plaisir tactile des reliefs de la couverture et du papier épais, légèrement granuleux, comme celui d’un manuscrit ancien que l’on décrypte, ajoutent au bonheur simple de l’intrigue… M.C. Myrihandes Le secret des âmessœurs Guilhem Méric Au Diable Vauvert, 18 € Du rose et des ailes Fille jusqu’au bout des ongles, cette série des Twini ! Étui tendu de tissu rose pailleté, cheveux bonbon pour l’héroïne… De quoi heurter toute sensibilité féministe ! Le livre au départ peut hérisser ! Cependant, Twini est un personnage attachant. Montée sur sa souris Noisette, elle entre à l’école des fées pour sa première année. Appréhensions, amitiés et inimitiés, difficultés inavouées la rendent proches de ses jeunes lectrices. Et malgré les apparences, le livre n’est pas du tout gnangnan ! C’est drôle, plein d’invention, et les soucis de Twini rappellent ceux que les enfants rencontrent. Le récit comme une fable leur montre que l’amitié, la franchise, la ténacité sont de belles qualités qui permettent de surmonter beaucoup d’obstacles. L’échec n’est pas insurmontable, l’erreur peut être corrigée… Un charmant petit livre pour lecteurs débutants. M.C. Twini apprend à voler Tatiana Woods Gallimard, Folio cadet, 4,90 € J
\Elle s’appelle Louise La Cie Les Racines du vent a plus d’un tour dans son sac ! Stéfanie James est auteure et conteuse, Jean-Christophe Defer musicien et Lola Pôl illustratrice : tous trois participent au voyage au long cours de Tête de lune, spectacle de conte et musique créé en 2006 aujourd’hui publié aux éditions Le Bonhomme vert. Mais qui est Tête de lune au profil délicat sur la couverture rouge ? C’est Louise, dont la vie est bouleversée « un matin d’automne comme tous les autres matins d’automne » quand elle se réveille totalement chauve ; Louise qui « avec un crâne tout neuf, rond comme un œuf » essuie les quolibets des copains d’école, se replie dans sa bulle et croise sur son chemin d’étranges personnages : la sorcière et sa pomme magique, le grand meunier du monde et son moulin à vent miniature, la fileuse du temps et son fil de vie… Redescendue sur terre, c’est-à-dire dans la cour de récréation, Louise est déconnectée de la réalité, la tête pleine de questions sur le temps ou l’infiniment petit. Le texte toujours oscille entre histoire contemporaine, conte et comptines enfantines, glisse d’une illustration à l’autre grâce au dessin épuré et léger comme une bulle, et se termine comme au théâtre dans le clap « (Noir) Fin ». MARIE GODFRIN-GUIDICELLI Tête de lune Stéfanie Janes et Lola Pôl Le Bonhomme vert, 14 € Superstitions et carabistouilles Petit Pierrot et Monsieur l’Escargot sont inséparables. Leur vie en couple a démarré sur un blog avant d’être un album publié dans des tons sépia monochromes. Nées sous la plume du dessinateur et scénariste portugais Alberto Varanda, les aventures des deux compères sont toujours tendrement drôles ! Surtout quand le gastéropode le rappelle à l’ordre (« n’en fais pas trop tout de même ! »), lui souffle à l’oreille des mots tout distordus (« superstitions et carabistouilles, tout ça ») ou le suit jusque dans ses rêves les plus fous et ses pires cauchemars. C’est que Monsieur l’Escargot a du mal à faire redescendre sur terre ce petit garçon rêveur qui préfère les chimères et les livres à la dure réalité, et se demande comment devenir immortel… Alors, quand l’auteur croise Jules Verne, Méliès et Hergé avec les lois de la physique, le désarroi d’un jeune pubère interdit de séjour au cabaret La lune friponne avec des considérations d’actualité (« dis ! c’est quoi l’émigration ? c’est un arbre déraciné ! et l’immigration ? c’est une bouture ! »), on n’hésite pas une seconde à vouloir nous aussi décrocher la lune. M.G.-G Petit Pierrot, Décrocher la lune Alberto Varanda Soleil productions, 17,50 € r 7ème ciel ! Nous voilà au cirque sous un grand chapiteau. Un Monsieur Loyal à la belle moustache annonce un saltimbanque exceptionnel, Jim Pop. On l’applaudit bien fort. Son numéro est unique au monde : il s’enferme dans un canon et va être propulsé dans un filet à 100 mètres comme un gros ballon de foot. 3, 2, 1... Pop ! C’est parti ! Les grandes pages du livre s’emplissent de confettis multicolores. Mais voilà que Jim change sa direction et s’envole dans le ciel pour un super voyage au-dessus des océans et des montagnes, voilà qu’il fait le tour du globe terrestre ! Monsieur Loyal imagine son périple et les dessins survolent les paysages… Enfin Jim revient en plein dans le mille, dans le filet ! A-til vraiment fait le tour du monde ? Le public est aux anges... L’auteur-illustrateur Tom Henni signe ici son 1er album pour la jeunesse. Ses dessins très simples et très colorés jouent sur les couleurs primaires et le vert. Les pages de garde offrent de grandes images éclatantes, idéales pour apprendre et reconnaître les nuances et les confrontations. Un album très attractif. CHRIS BOURGUE Jim Pop, l’incroyable numéro du célèbre homme-canon Tom Henni Le Rouergue, 14,90 € LIVRES 55 Sans bulles ! Les 2 BD de la sélection du Prix littéraire de la Région Paca sont de styles extrêmement différents mais d’un égal attrait La saison des flèches est un récit d’une grande inventivité. Les dessins aquarellés de Guillaume Trouillard et le scénario imaginé en commun avec Samuel Stento projettent le lecteur dans un univers fou. Imaginez un peu : vous pouvez acheter des indiens en conserve ! Vous ouvrez la boîte : une famille s’installe chez vous sous son tipi et démonte vos meubles pour construire son canoë... Présenté comme le journal manuscrit de la famille d’accueil, l’album regorge de trouvailles : livre sur la conserve d’indien avec rappel du rôle des cow-boys, arbre à flèches, élevage... Ça se gâte quand débarquent les chercheurs d’or et que l’appartement est déclaré « réserve naturelle » !... On plonge avec délices dans ces loufoqueries. De jeunes auteurs-artistes-éditeurs dont on attend impatiemment la prochaine publication ! Sans texte ni bulles Fabrica est un récit muet et sombre, en noir et blanc, sous une éclatante jaquette rouge. De son graphisme très personnel Nicolas Presl dessine une société qui hait les artistes et préfère les canons : on y arrête les musiciens, on brûle leurs instruments et les livres ceux qui ne sont pas dans le droit-chemin, qui ont 6 doigts à leurs mains. Un ouvrier cache dans son usine un petit pianiste, enfant à 6 doigts, et vole pour lui des livres. Sans texte on comprend tout. Un récit poignant, troisième tome d’une œuvre à découvrir absolument. CHRIS BOURGUE La saison des flèches Stento etTrouillard La Cerise (Bordeaux), 20 € Fabrica Nicolas Presl Atrabile, 21 €



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 38 février 2011 Page 1Zibeline numéro 38 février 2011 Page 2-3Zibeline numéro 38 février 2011 Page 4-5Zibeline numéro 38 février 2011 Page 6-7Zibeline numéro 38 février 2011 Page 8-9Zibeline numéro 38 février 2011 Page 10-11Zibeline numéro 38 février 2011 Page 12-13Zibeline numéro 38 février 2011 Page 14-15Zibeline numéro 38 février 2011 Page 16-17Zibeline numéro 38 février 2011 Page 18-19Zibeline numéro 38 février 2011 Page 20-21Zibeline numéro 38 février 2011 Page 22-23Zibeline numéro 38 février 2011 Page 24-25Zibeline numéro 38 février 2011 Page 26-27Zibeline numéro 38 février 2011 Page 28-29Zibeline numéro 38 février 2011 Page 30-31Zibeline numéro 38 février 2011 Page 32-33Zibeline numéro 38 février 2011 Page 34-35Zibeline numéro 38 février 2011 Page 36-37Zibeline numéro 38 février 2011 Page 38-39Zibeline numéro 38 février 2011 Page 40-41Zibeline numéro 38 février 2011 Page 42-43Zibeline numéro 38 février 2011 Page 44-45Zibeline numéro 38 février 2011 Page 46-47Zibeline numéro 38 février 2011 Page 48-49Zibeline numéro 38 février 2011 Page 50-51Zibeline numéro 38 février 2011 Page 52-53Zibeline numéro 38 février 2011 Page 54-55Zibeline numéro 38 février 2011 Page 56-57Zibeline numéro 38 février 2011 Page 58-59Zibeline numéro 38 février 2011 Page 60-61Zibeline numéro 38 février 2011 Page 62-63Zibeline numéro 38 février 2011 Page 64-65Zibeline numéro 38 février 2011 Page 66-67Zibeline numéro 38 février 2011 Page 68-69Zibeline numéro 38 février 2011 Page 70-71Zibeline numéro 38 février 2011 Page 72-73Zibeline numéro 38 février 2011 Page 74-75Zibeline numéro 38 février 2011 Page 76-77Zibeline numéro 38 février 2011 Page 78-79Zibeline numéro 38 février 2011 Page 80