Zibeline n°38 février 2011
Zibeline n°38 février 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°38 de février 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 7,6 Mo

  • Dans ce numéro : la culture au coeur des enjeux.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 46 - 47  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
46 47
46 MUSIQUE ACTUELLE Correspondances spirituelles Blind-Test au Roll’Studio Les rigueurs de l’hiver n’altèrent pas le côté chaleureux du Roll’Studio qui a accueilli le Trio Tentik composé de Fabien Genais aux saxophones, Jean Michel Troccaz à la batterie et Renaud Matchoulian à la guitare et banjo alto, pour une soirée aux musiques très diverses et réappropriées de façon créative, avec brio. Standards du jazz de Manu Dibango ou Dave Brubeck, mais aussi Brel ou encore le répertoire de musique traditionnelle d’Europe de l’Est. Le public a même joué le jeu pour retrouver titres et noms des compositeurs. Fabien Genais a montré un réel talent d’improvisateur en démontant les mécanismes mélodiques et harmoniques de chaque pièce jouée. Avec sa formation Méandres, il a été lauréat du Tremplin Jazz à Porquerolles en 2010. Tous nos vœux de succès l’accompagnent ! D.W. Ce concert a eu lieu au Roll’Studio le 25 janvier www.myspace.com/fabgenais Fabien Genais Dan Warzy Lui avec eux Ils jouaient ce programme très émouvant, issu du projet Bach-Coltrane qui a fait leur succès, pour la dernière fois en concert : Michel Rossi conduit le nouvel orgue numérique de l’église St Michel de Cassis (finis les tuyaux !), accompagné de Raphaël Imbert à la clarinette basse et aux saxophones, Jean-Luc Di Fraya aux percussions et voix, Pierre Fenichel à la contrebasse. Pourquoi unir Bach et Coltrane, deux musiciens si éloignés dans le temps ? Raphaël Imbert explique les liens, le mysticisme des deux musiciens, leur art des cadences si proche, leur génie commun de l’improvisation, terreau de leurs univers respectifs. Puis il lance de brillants arpèges qui interrogent l’essence même du monde. Une partita de Bach s’orchestre à l’orgue, une rythmique de bossa se greffe, les mondes se juxtaposent puis se fondent. Car c’est un choral luthérien du XVI e qui scella la rencontre des musiciens au Conservatoire, les amena à mêler jazz et baroque, à faire le bœuf autour de la basse continue de l’orgue… Les morceaux sont développés en choral, contrepoint et inévitablement en improvisation. Quelque m Un événement que ce programme musical, issu du CD French Suite de Thomas Savy ! Une grande maturité transparaît chez ce jazzman à la clarinette basse. Deux acolytes sont avec lui pour ce concert : Fabien Moreau, batteur au toucher fin et aux Près de l’âme Venue des USA où elle vit désormais, Alexandra Grimal (saxophones) nous a offert quelques heures de grâce. Manolo Cabras (contrebasse), João Lobo (Batterie), Giavanni Di Domenico (piano) complètent son 4tet. Dès les premiers sons émis, une atmosphère étrange envahit la salle. Un langage hors du commun s’articule, se développe, jamais à court d’arguments. On songe aux paysages brumeux du Grand Meaulnes ! Alexandra Grimal passe d’un saxo à l’autre pour maintenir un flux musical dense, changer la couleur, rester en alerte, entretenir le mouvement. Durant les moments de respiration la saxophoniste porte son instrument amoureusement contre son corps, et c’est son âme que l’on voit. D.W. Ce concert a eu lieu au Moulin à Jazz le 5 février CD Seminare Vento Free Lance/CD Ghibli Label sans bruit² Thomas Savy Dan Warzy Claude Riviere Alexandra Grimal Dan Warzy chose de très aérien envahit et subjugue l’auditoire à partir de grilles harmoniques simples qui sans cesse s’enrichissent. La voix, le son des vents, la basse qui s’obstine et l’orgue qui éclate nous emmènent aux anges, vers l’harmonie des sphères. Nous comprenons ainsi en quoi les lignes et les couleurs de Coltrane et de Bach se répondent. Nouveau projet à suivre : Mozart/Duke Ellington... le 5 avril au Grand Théâtre de Provence ! DAN WARZY ET MARYVONNE COLOMBANI Ce concert a eu lieu en l’Eglise Saint Michel à Cassis le 23 janvier CD : Bach-Coltrane Raphaël Imbert Project ZZT080101 illustrations contrastées, et Stephane Kerecki à la contrebasse, qui distille une grande émotion. Le trio se démarque par une expressivité singulière. Les emballements se déploient, la tension monte, les sons cheminent du très grave aux extrêmes aigus. D’un écoulement turbulent on tend vers l’accalmie, en conservant toujours un très grand lyrisme. La clarinette basse est dévoreuse d’énergie mais Thomas Savy en a à revendre... Un concert exceptionnel ! DAN WARZY Ce concert a eu lieu le22 janvier au Moulin à Jazz de Vitrolles CD French Suite Thomas Savy/Scott Colley/Bill Stewart-PlusLoinMusic Harmonia-Mundi
Racines À l’origine le travail d’un photographe, Thomas Heuer, fou des arbres la nuit ; ses clichés argentiques, aux longs temps de pose, personnifient des végétaux nimbés de lune, inspirant à Santu Massiani et Dominique Colonna des poèmes concis, que le groupe l’Alba ont mis en musique. Les amers de l’île sont d’abord évoqués : I fanali (les sémaphores), chant sobrement accompagné à la cetera, (le cistre), instrument traditionnel. Suivent les accents tziganes d’un violon qui, avant le très dépouillé Di l’Alba, aux mélismes teintés d’Orient, dans lequel le timbre de la guitare, arpégée dans un style arabo-andalou, semble celui d’une viole d’amour. Retour au cantu sacru, avec un Libera me chanté à cinq qui permet d’apprécier a cappella les voix d’une rare qualité d’un jeune groupe qui ne craint pas de s’ouvrir à des influences diverses : ainsi, dans le chant A Mane Aresu (Matin rasant), la voix haut perchée du chanteur, comme dans le flamenco, s’appuie sur une bassebourdon continu et un violon aux accents hispaniques. Batelli (Navires) s’achève sur une mélopée lancinante, répétée à l’infini, qui semble vouloir emporter les spectateurs dans son sillage… ce qui d’ailleurs adviendra avec le superbe Sta Mane dont la voix solo, calée sur la rythmique du Kyrie des polyphonistes, conduit à l’apothéose ! JEAN-MATHIEU COLOMBANI Atemporel Rapprocher dans un même concert Monteverdi et Piazzolla peut sembler étrange. Plus de trois siècles les séparent ! Mais le baroque tient une place privilégiée parmi les sources savantes du tango, et ces deux compositeurs ont connu des cheminements parallèles en renouvelant profondément le genre musical dans lequel ils évoluaient. La salle comble du théâtre de Dracénie s’emplit d’une voix nue. Essence du tango, le phrasé à peine voilé de Diego Flores tisse entre le quotidien et l’art d’intimes résonances. Les instruments traditionnels du tango esquissent leur première cadence, pulsations lentes où le corps des danseurs rêve, hersant l’espace scénique de ces pas codifiés paradoxalement porteurs d’une étonnante liberté. Au baryton répond le superbe soprano de Mariana Flores. Un son ample, colonne nuancée, qui se joue des clichés avec humour : ironie des mélismes, et Concert donné le 21 janvier à Ventabren CD : Radiche Suprane L’Alba MUSIQUE 47 X-D.R Le livre de Thomas Heuer est publié aux Editions Alain Piazzola à Ajaccio Monteverdi Piazzolla Ambronay B. Pichene de l’emphase de certaines notes tenues, mais aussi tension subtile des émotions. Monde d’échos, les musiques se saluent, se contaminent, les instruments glissent de l’une à l’autre, téorbe ou guitare électrique pour cet air baroque, piano ou orgue pour ce tango ? Merveilleuse dynamique où les volutes du baroque s’enlacent aux pulsations du tango : même lorsque la voix raconte, simplement, se pressentent déjà les accords futurs… Les époques se rencontrent en des instants suspendus d’éternité. M.C. Monteverdi/Piazzolla Angel & Demonio s’est donné le 11 février à Draguignan Traditionnel d’ici Aubagne, terre de Pagnol et des crèches, accueillait galoubets, tambourins, la chorale l’Escolo de la Ribo et l’incontournable André Gabriel, mestre tambourinaire. L’Escandihado, un groupe jovial aux costumes provençaux, proposait une marche napoléonienne, des Noëls de Saboly, et la Chorale entonnait chants issus de la Pastorale Maurel, sans oublier la célébrissime Mazurka souto li pin, avec un effectif manquant hélas de voix d’hommes. Gabriel et ses deux jeunes compères survolaient les difficultés d’un Air à variations de Pascal Arnaud, et un menuet endiablé, de 1800. Les Tambourinaires du Pays d’Aubagne interprétaient o danses de salon, rigaudons, cotillons du Roy aux sonorités puissantes, rythmées par des tambourins aux rythmes réguliers. Et le concert se clôturait avec la Coupo Santo de Frédéric Mistral, coupe que la Catalogne offrit à la Provence, sœur de langue. Des choristes, dont certains ont quatre-vingt ans, habitent ces chants et ces jolies mélodies, dirigés par Jean Martin, patriarche enthousiaste. Des fragilités vocales bien sûr, mais une musique qui a la Provence comme capitale : pourquoi seules les musiques traditionnelles d’ici seraient-elles regardées comme ringardes ? YVES BERGÉ Yves Bergé



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 38 février 2011 Page 1Zibeline numéro 38 février 2011 Page 2-3Zibeline numéro 38 février 2011 Page 4-5Zibeline numéro 38 février 2011 Page 6-7Zibeline numéro 38 février 2011 Page 8-9Zibeline numéro 38 février 2011 Page 10-11Zibeline numéro 38 février 2011 Page 12-13Zibeline numéro 38 février 2011 Page 14-15Zibeline numéro 38 février 2011 Page 16-17Zibeline numéro 38 février 2011 Page 18-19Zibeline numéro 38 février 2011 Page 20-21Zibeline numéro 38 février 2011 Page 22-23Zibeline numéro 38 février 2011 Page 24-25Zibeline numéro 38 février 2011 Page 26-27Zibeline numéro 38 février 2011 Page 28-29Zibeline numéro 38 février 2011 Page 30-31Zibeline numéro 38 février 2011 Page 32-33Zibeline numéro 38 février 2011 Page 34-35Zibeline numéro 38 février 2011 Page 36-37Zibeline numéro 38 février 2011 Page 38-39Zibeline numéro 38 février 2011 Page 40-41Zibeline numéro 38 février 2011 Page 42-43Zibeline numéro 38 février 2011 Page 44-45Zibeline numéro 38 février 2011 Page 46-47Zibeline numéro 38 février 2011 Page 48-49Zibeline numéro 38 février 2011 Page 50-51Zibeline numéro 38 février 2011 Page 52-53Zibeline numéro 38 février 2011 Page 54-55Zibeline numéro 38 février 2011 Page 56-57Zibeline numéro 38 février 2011 Page 58-59Zibeline numéro 38 février 2011 Page 60-61Zibeline numéro 38 février 2011 Page 62-63Zibeline numéro 38 février 2011 Page 64-65Zibeline numéro 38 février 2011 Page 66-67Zibeline numéro 38 février 2011 Page 68-69Zibeline numéro 38 février 2011 Page 70-71Zibeline numéro 38 février 2011 Page 72-73Zibeline numéro 38 février 2011 Page 74-75Zibeline numéro 38 février 2011 Page 76-77Zibeline numéro 38 février 2011 Page 78-79Zibeline numéro 38 février 2011 Page 80