Zibeline n°38 février 2011
Zibeline n°38 février 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°38 de février 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 7,6 Mo

  • Dans ce numéro : la culture au coeur des enjeux.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 32 - 33  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
32 33
32 DANSE AVIGNON DRAGUIGNAN Un concentré d’Amériques Après l’Afrique en 2010, le Festival des Hivernales visite du 24 février au 5 mars le continent américain, du Nord au Sud. Une 33 e édition (la seconde pour le successeur d’Amélie Grand Emmanuel Serafini, voir Zib 27) qui offre un panorama léché, entre figures historiques et découvertes, de la danse d’aujourd’hui. 22 compagnies occuperont pendant 10 jours les scènes avignonnaises et alentours. Figure majeure de la postmodern dance, Trisha Browndébarque à l’Opéra avec 3 pièces (sinon rien ?), dont l’un de ses chefs-d’œuvre, Set and Resetet sa dernière création l’Amour au théâtre. Mathilde Monnier présentera un hommage à Merce Cunningham avec Un américain à Paris. À Cavaillon, c’est l’occasion de découvrir la chorégraphe Brésilienne Lia Rodrigues, avec un spectacle attendu, Pororoca (voir p30), en co-réalisation avec la Scène nationale. Brésil toujours avec Claudio Bernardo, qui fêtera les 15 ans de sa compagnie et présentera Usdum sur la scène belge du théâtre des Doms. Et puis, Josette Baïz pour un petit tour à la Gare Centrale (voir Zib 37) et dans un hommage à Trisha Brown avec 23 jeunes danseurs du Groupe Grenade (le 24 en entrée libre sur réservation). À cette occasion, les élèves du conservatoire d’Avignon auront l’occasion de démonter leur savoir faire néoclassique en dansant le répertoire du plus russe des américains, Balanchine. Le jeune chorégraphe qui monte, Jonah Bokaer, créera pour le Festival Filter, une variation sur les Demoiselles d’Avignon et jouera le solo Three cases of Amnesia, confrontant son corps aux nouvelles avancées technologiques. Il faudra également compter sur le renouveau de la danse contemporaine cubaine, avec Susana Pous qui clôturera le Miniatures, Jose Navas Mickael Slobodian Festival et, dans le cadre de l’année du Mexique, sur Johanne Saunier dans Line of Oblivion. Abandonnant le nouveau monde, les Hivernales se tourneront vers des rives plus proches, présentant deux pièces de chorégraphes tunisiens : Ce que nous sommes de Radhouane El Meddeb et le solo à deux, Kawa d’Aïcha M’Barek et Hafiz Dhaou. Autres soli à retenir : Cédric Andrieux par Jérôme Bel, le mexicain Jorge Arturo Vargas dans Amarillo, le canadien José Navas avec Miniatures, le cubain Abel Berenguer qui partagera la représentation avec Yourik Golovine et Jean-Sébastien Lourdais. La pratique amateur reste ancrée au cœur du Centre de Développement Chorégraphique. Avec 16 stages dont une master-class exceptionnelle de Peter Goss, du hip hop avec Vanilton Lakka, du yoga avec Régine Chopinot, du théâtre avec Jean-François Matignon, du tango argentin, du butô… Les HiverÔclites reprennent également du service avec 3 jours de scènes ouvertes aux jeunes talents, du 3 au 5 mars. Avec pour commencer, toujours dans l’idée de transmission, un colloque sur l’enseignement dans les conservatoires organisé à l’Amphithéâtre Mozart. La destination 2012 ? L’Asie. Mais avant, prenons le temps d’entrer dans la danse des Amériques. DELPHINE MICHELANGELI Les Hivernales Du 24 février au 5 mars Avignon, Cavaillon 04 90 25 61 84 www.hivernales-avignon.com La danse se lève à Draguignan Le chaud et le froid soufflent sur Les Vents du Levant, à Draguignan. En ouverture, place à l’un des temps forts de l’année France-Russie 2010, Suivront mille ans de calme, fruit prestigieux de la rencontre du Ballet Preljocaj avec le Théâtre du Bolchoï (11 mars). Puis le vent du désert balaye sur son passage toute la programmation ! La compagnie chorégraphique marocaine Anania offre dans Madame Plaza (15 mars) un pur moment de langueur sensuelle et de liberté incarné par les Aïtas, chanteuses de cabaret indomptables et fières. Plus au sud, Franck Micheletti et le Collectif Kubilaï Khan Investigations ont jeté l’ancre à Accra, capitale du Ghana, pour créer avec des danseurs africains leur nouvelle partition chorégraphique, musicale et vidéo, Archipelago, dont le festival nous réserve la surprise (25 mars). Plus au sud encore, direction Johannesbourg en compagnie de Robyn Orlin dont la pièce subversive Daddy (29 mars) lui a valu une pluie de récompenses, mais aussi le surnom d’enfant terrible de la danse sud-africaine. Car Daddy tourne en dérision le ballet classique, figure de l’« importation coloniale soutenue durant l’Apartheid par le gouvernement blanc nationaliste ». Un vent de rébellion qui emportera peut-être dans son tourbillon les danseurs du Ballet de Lorraine partis à la rencontre de chorégraphes africains en prise avec les Désirs : Boyzie Cekwana d’Afrique du Sud, les Tunisiens Aicha M’Barek et Hafiz Dhaou et les Burkinabés Seydou Boro et Salia Sanou (5 avril). MARIE GODFRIN-GUIDICELLI Daddy John Hogg Les Vents du levant, 5 e édition Du 11 mars au 5 avril Théâtres en Dracénie, Draguignan 04 94 50 59 59 www.theatresendracenie.com
AU PROGRAMME DANSE 33 Emancipation La chorégraphe montpelliéraine Anne Lopez et sa compagnie Les gens du quai, offrent une réponse à Duel, pièce chorégraphique pour cinq hommes créée l’année dernière. Feu à volonté reprend la notion (masculine) de duel et place l’honneur (féminin) au centre d’une arène à l’intérieure de laquelle les cinq danseuses, comédiennes et performeuses vont évoluer, répondant de leur singularité et de leur différence. Où comment redonner leur place aux femmes dans la société. Feu à volonté Les 17 et 18 fév Théâtre de Nîmes 04 66 36 65 10 www.theatredenimes.com Multiformes Pour sa dernière création, Garry Stewart, l’époustouflant chorégraphe de l’Australian Dance Theatre, a notamment travaillé avec l’agence d’architectes new-yorkais Diller, Scofidio + Renfro pour créer une scénographie mêlant danse, multimédia, écriture et design. Be Your Self s’apparente à une expérience sensorielle qui s’interroge sur le « moi » et le « je », creusant les méandres de l’identité. Be Your Self Les 15 et 16 mars Théâtre des Salins, Martigues 04 42 49 02 00 www.theatre-des-salins.fr Métissé C’est une rencontre avec l’Afrique, un rendez-vous que le chorégraphe français Hervé Koubi a eu avec des danseurs ivoiriens, et inversement, et qui a nourri cette chorégraphie particulière. Un « essai chorégraphique » pour 7 danseurs ivoiriens, basé sur une écriture contemporaine faite de mouvements traditionnels ivoiriens décomposés, une forme nouvelle portée par de la musique baroque en écho aux pas traditionnels. En 1 re partie seront proposés des travaux d’amateurs composés lors des deux résidences de la cie à Istres. Un rendez-vous en Afrique Le 12 mars Théâtre de l’Olivier, Istres 04 42 56 48 48 www.scenesetcines.fr Florent Hamon Mazouté Le solo accompagné de Joseph Nadj ouvre une béance dans le réel et l’humanité. L’homme offre son corps à l’emprise de cet oiseau de mort et de cauchemar, à sa noirceur, à ses lignes, dans une émouvante performance, au sens plastique du terme. C’est brut et étouffant comme un diamant noir. Akosh S, au saxo et à divers instruments, est bien plus qu’un accompagnateur : un créateur d’esprit et un cri déchirant. Les Corbeaux Le 17 fev Théâtres en Dracénie, Draguignan 04 94 50 59 59 www.theatresendracenie.com Sensuelles Dans une atmosphère moite comme les hammams, les corps se meuvent à la vitesse d’une infusion de menthe, poses alanguies, têtes renversées, pieds en l’air, ondulations imperceptibles. Soudain les femmes lâchent leur énergie contenue, les chants s’élèvent, rauques, les rires se déploient… Madame Plaza est une pièce de corps et de voix, d’effleurements et de chuchotements, créée par Bouchra Ouizguen en hommage aux Aïtas, figures de la culture traditionnelle marocaine. Libres et truculentes. Madame Plaza Les 8 et 9 mars Pavillon Noir, Aix-en-Provence 0811 020 111 www.preljocaj.org Les 11 et 12 mars Théâtre de Grasse 04 93 40 53 00 www.theatredegrasse.com > o Hibou photography Mythique La guitare d’Alfredo Lagos, la voix de David Lagos et les pieds d’Israel Galván font resurgir l’âge d’or (La Edad de Oro) du chant et de la danse flamenca, cette époque dorée de la fin du XIX e siècle jusqu’aux années 30 qui brille encore aujourd’hui. Dans cette petite forme comme dans toutes ses chorégraphies, Israel « galvan-ise » le public qui voit en lui le maître du flamenco contemporain, singulier dans son style, rageur dans son zapateado (claquement des pieds pointe-talon). La Edad de Oro Les 11 et 12 mars CNCDC Châteauvallon, Ollioules 04 94 22 02 02 www.chateauvallon.com Aglae Bory Agathe Poupeney Vital q. 4 Nacera Belaza est l’une des voix les plus singulières de la jeune génération de chorégraphes (Prix de la révélation chorégraphique 2008) qui pousse la danse vers l’art contemporain. Avec des pièces « abstraites », une gestuelle minimaliste, une puissance magnifique, une exigence sans failles car « tout ce qui est mis sur le plateau porte sa parole ». Le Cri ne déroge pas à cette posture de résistance. Le Cri Les 11 et 12 mars Pavillon Noir, Aix-en-Provence 0811 020 111 www.preljocaj.org o Frontière En collaboration avec les Hivernales, la Chartreuse de Villeneuve reçoit le spectacle Line Of Oblivion, titre qui évoque la frontière entre Mexique et États-Unis. Une création qui s’appuie sur un récit tiré du roman La Frontière de verre de Carlos Fuentes. L’occasion de découvrir avec la danseuse Johanne Saunier, ce qu’il se passe du côté de la danse sud-américaine, pendant le Festival des Hivernales. Line of Oblivion Le 1er mars Chartreuse de Villeneuve-les-Avignon 04 90 25 61 84 www.hivernales-avignon.com Flamenco Écrit pour la danseuse Stéphanie Fuster par Aurélien Bory, Questcequetudeviens ? est une errance à trois temps : d’un flamenco rêvé à un travail forcené pendant 8 ans à Séville, puis la danseuse progresse vers un authentique don de soi dans une ultime désolation. Aurélien Bory sculpte dans l’espace ce que Stéphanie Fuster rapporte de sa propre histoire : un rêve, du labeur, du talent et des doutes. José Sanchez et Alberto Garcia l’accompagnent à la guitare et au chant. Questcequetudeviens ? Le 17 février Scène Nationale, Cavaillon 04 90 78 64 64 www.theatredecavaillon.com >



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 38 février 2011 Page 1Zibeline numéro 38 février 2011 Page 2-3Zibeline numéro 38 février 2011 Page 4-5Zibeline numéro 38 février 2011 Page 6-7Zibeline numéro 38 février 2011 Page 8-9Zibeline numéro 38 février 2011 Page 10-11Zibeline numéro 38 février 2011 Page 12-13Zibeline numéro 38 février 2011 Page 14-15Zibeline numéro 38 février 2011 Page 16-17Zibeline numéro 38 février 2011 Page 18-19Zibeline numéro 38 février 2011 Page 20-21Zibeline numéro 38 février 2011 Page 22-23Zibeline numéro 38 février 2011 Page 24-25Zibeline numéro 38 février 2011 Page 26-27Zibeline numéro 38 février 2011 Page 28-29Zibeline numéro 38 février 2011 Page 30-31Zibeline numéro 38 février 2011 Page 32-33Zibeline numéro 38 février 2011 Page 34-35Zibeline numéro 38 février 2011 Page 36-37Zibeline numéro 38 février 2011 Page 38-39Zibeline numéro 38 février 2011 Page 40-41Zibeline numéro 38 février 2011 Page 42-43Zibeline numéro 38 février 2011 Page 44-45Zibeline numéro 38 février 2011 Page 46-47Zibeline numéro 38 février 2011 Page 48-49Zibeline numéro 38 février 2011 Page 50-51Zibeline numéro 38 février 2011 Page 52-53Zibeline numéro 38 février 2011 Page 54-55Zibeline numéro 38 février 2011 Page 56-57Zibeline numéro 38 février 2011 Page 58-59Zibeline numéro 38 février 2011 Page 60-61Zibeline numéro 38 février 2011 Page 62-63Zibeline numéro 38 février 2011 Page 64-65Zibeline numéro 38 février 2011 Page 66-67Zibeline numéro 38 février 2011 Page 68-69Zibeline numéro 38 février 2011 Page 70-71Zibeline numéro 38 février 2011 Page 72-73Zibeline numéro 38 février 2011 Page 74-75Zibeline numéro 38 février 2011 Page 76-77Zibeline numéro 38 février 2011 Page 78-79Zibeline numéro 38 février 2011 Page 80