Zibeline n°38 février 2011
Zibeline n°38 février 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°38 de février 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 7,6 Mo

  • Dans ce numéro : la culture au coeur des enjeux.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
14 THÉÂTRE LA MINOTERIE LE GYMNASE LES BERNARDINES O Nappy days Envie d’un spectacle qui décoiffe ? N’hésitez pas, foncez aux Bernardines. Mais dépêchez-vous, après le 18, il sera trop tard… D’abord, prenez le temps de flâner sous la tente du théâtre ; un marché des créateurs africains vous y accueille. Bijoux, spécialités à grignoter, le voyage commence déjà. Puis laissez-vous conduire jusqu’au théâtre. Eva Doumbia et sa compagnie y ont installé leur cabaret capillaire, un spectacle habilement tressé, entre humour et émotion. Sur des textes de Marie Louise Bibish Mumbu, des femmes parlent, chantent, dansent. Superbement. Durant plus de 2 heures (qu’on ne voit pas passer), on embarque avec elles pour un tour du monde de la coiffure black dans tous ses états, des loges à la salle de spectacle, de l’Afrique Drôle d’oiseau ! au Brésil en passant par la diaspora. Musique, chorégraphie, texte, vidéo, avec des formes aussi variées que celles des coiffures africaines, Doumbia réussitei En 1984 Beno Besson proposait une mise en scène de L’Oiseau vert que toutes les mirettes présentes ont gardé en mémoire. Magique, drôle, politique, sa lecture du conte de Gozzi était un chef-d’œuvre de théâtralité aboutie… Sandrine Anglade reprend en France la pièce avec une sérénité modeste, citant son glorieux aîné dans quelques effets de mise en scène, mais proposant une interprétation très différente : les jeunes gens n’y sont plus une force absolue qui doivent se délivrer des mirages spirituels, et des spectres et lourdeurs d’une société minérale. Ici la philosophie se heurte à la réalité du désir, idéalisme et matérialisme s’affrontent à travers des personnages symboliques… mais tout aussi drôles, colorés et vivants ! Les trois heures du voyage passent comme en un rêve par la grâce de la fable, le talent des comédiens, la caricature assumée d’un jeu irréaliste rimant parfaitement avec des costumes et des décors percutants, sans esthétisme fabulateur. Il en reste du plaisir, intelligent, qui renvoie à l’enfance mais construit aussi un parcours initiatique qui rapproche rois et enfants du peuple, malmène les liens du sang, et en appelle à une élévation spirituelle loin d’un matérialisme qui a viré à l’amour immodéré du matériel. Tout cela en chansons, dans une traduction nouvelle qui restitue une langue brutale et crue, de beaux clins d’œil contemporains, et un rythme sans faille… AGNÈS FRESCHEL L’Oiseau vert a été joué au Gymnase du 18 au 22 janvier Gilles Abegg Agnès Mellon un spectacle vibrant d’énergie et de fantaisie, bien dans l’esprit du cabaret. Et en posant la question du rapport des femmes noires avec leurs cheveux, elle suit le fil de son travail sur le métissage et les origines. Car tous ces défrisages, lissages et autres tressages sont autant de marques d’asservissement plus ou moins volontaire, et l’actuelle tendance nappy une désaliénation. Moi et mon cheveu inaugure avec talent Femmes and Black in the world, un cycle de spectacles transdisciplinaires écrits par des femmes noires de générations et de continents divers pour représenter l’Afrique et sa diaspora contemporaine. FRED ROBERT o Moi et mon cheveu, cabaret capillaire, conçu et mes par Eva Doumbia, est présenté en avant-première au théâtre des Bernardines jusqu’au 18 février. 04 91 24 30 40 Il sera créé pour le Festival de Marseille du 7 au 9 juillet Langues de chat...petits biscuits secs modérément oblongs, au nom tendre et légèrement ridicule dont il est prudent de se munir lorsque l’on doit gravir des sommets et surtout remonter au temps des copains... L‘un des six hommes [qui] grimpent sur la colline, en hypoglycémie (feinte), en déplore l’absence et cette réplique simplissime donne le ton d’une pièce découpée dans le carton de l’adolescence éternelle. La scène : des plans inclinés qui indiquent d’où l’on vient, où l’on va et à qui l’on parle, bordés sur le devant par une haie plus que verte, ostensiblement fleurie, comme au pays de OUI-OUI. Les personnages : y’a Bidom qu’est pas maigre, Banchard qu’est yéyé, Arnold le zinzin, Gromeux qui se la pète un peu et Poucet le ténébreux ; cinq vivants et Julot réduit en cendres dans sa boîte à chapeau, seul lien désormais et pas pour longtemps entre ces hommes qui ont été des amis, avant dispersion. Gilles Granouillet, auteur associé à la Comédie de Saint-Etienne met dans leur bouche de petites choses vraies, sans éclat, à l’aune de leurs sentiments, pas très élevés, vite fatigués ; rien de ce qu’ils disent ne nous est étranger ; l’hommage funèbre se transforme illico en pique-nique Tupperware et l’ascension majestueuse en débandade aigre-douce. Le metteur en o Laurence Fragnol scène Eric Leconte affuble les acteurs de la Compagnie La Naïve de fauxnez et d’accessoires dérisoires, les fait évoluer sur un espace minuscule au bord d’un gouffre de 20 centimètres, entre bouffonnerie et cynisme tendre ; le jeu est juste dans le meilleur sens du terme, n’échappant pas toujours à l’étriqué. Grimpette mélancolique contenue tout entière dans le dernier geste d’Arnold seul en scène, lançant un avion en papier qui vient piquer du nez aux pieds des spectateurs… MARIE-JO DHÔ Six hommes grimpent la colline, mise en scène d’Éric Leconte pour la Compagnie La Naïve a été donné à La Minoterie du 18 au 22 janvier
Du 24 au 26 Février 2011 D Cs que jrattand$ TAinzeltJue4eni44mPirri` r$mrA.l 2 pièces clerfigraphF#Iles â partir de 13 ans airs 2011 ETITM.1 n_l F rL'a TIU Danse,theatte a partir de 3 ans Dui B au26 mars 2ü11 u T'Pu'i` F L'ENTREPRISE - COMPAGNIE MINOIS MYM1'CS Riche la e6116 dia mai 41 +ue Johlr4 i2 rue FaeoÇ9ie Sknan, MPlBeille 3 meaaallagtheskrgrnaseslrel.çorn mer 9 mars 20 : 30 musique Thétre a partir da 11 alts R:servations 04 95049570 6 SPECTACLES DÉCALÉS, LOUFOQUES, SAUGRENUS.., ET FRANCHEMENT DÉRAISONNABLES ! DU 10 MARS AU 30 AVRIL 2011 Le rire, arme puissante, pacifique, audacieuse, satulaire et Lh Dun eura u Merlan 1 Si rire est un art, de quelles manières l'art du spectacle peut-IL vous mener sur Les chemins de l'humour et de ta dérision 7 Alles, courage... il n'est plus temps de fuir 1 EL puisqu'il n'est pas de rire solitaire, nous Vous imitons e partager ces moments décalés au fil de queLques éclats_.VEN 11 1 SAM 12 MARS AUH3:] au merlan 1973 MASSIMO FURLAN MER 16 VEN 131 SAM 19 MARS A 231130 au merlan CHEVAL ANTOINE U EFOO RT &JULIEN FOUR NET Ila.0 1 osty vun " Les * s Scène Natiana le de Martigues 04 42 49 02 00 wwwLfkf:tv,e-day-,4a/fns.fir é g i on s k de u r i u r e r aU 10 AU 25 MARS en vagabondage du Vallon des Auffes à St Henri... RONAN TABLANTEG SÉBASTIEN BARRIER MAR 22 I MER 23 I JEU 24 MARS Â 20H30 au merlan LA MOUCHE, [ARCHANGE...VIVIANE DE MUYNCKsi CHRISTINE CORDAY JEU 141 VEN 151 SAM 16 AVRIL 1n 20H31 au Baki Ung ZIGGY STARDUST RENAUD COJO SAM 30 AVRIL A 711H311 au merlan L'ART DU RIRE JOS HOUBEN LE MERLAN SCÈNE RATIONALE A MARSEILLE INFI]kMAIIONS I RI-SI-RVAIIONS 04 91 11 14 20 WWW.h1ERLAN.ORG



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 38 février 2011 Page 1Zibeline numéro 38 février 2011 Page 2-3Zibeline numéro 38 février 2011 Page 4-5Zibeline numéro 38 février 2011 Page 6-7Zibeline numéro 38 février 2011 Page 8-9Zibeline numéro 38 février 2011 Page 10-11Zibeline numéro 38 février 2011 Page 12-13Zibeline numéro 38 février 2011 Page 14-15Zibeline numéro 38 février 2011 Page 16-17Zibeline numéro 38 février 2011 Page 18-19Zibeline numéro 38 février 2011 Page 20-21Zibeline numéro 38 février 2011 Page 22-23Zibeline numéro 38 février 2011 Page 24-25Zibeline numéro 38 février 2011 Page 26-27Zibeline numéro 38 février 2011 Page 28-29Zibeline numéro 38 février 2011 Page 30-31Zibeline numéro 38 février 2011 Page 32-33Zibeline numéro 38 février 2011 Page 34-35Zibeline numéro 38 février 2011 Page 36-37Zibeline numéro 38 février 2011 Page 38-39Zibeline numéro 38 février 2011 Page 40-41Zibeline numéro 38 février 2011 Page 42-43Zibeline numéro 38 février 2011 Page 44-45Zibeline numéro 38 février 2011 Page 46-47Zibeline numéro 38 février 2011 Page 48-49Zibeline numéro 38 février 2011 Page 50-51Zibeline numéro 38 février 2011 Page 52-53Zibeline numéro 38 février 2011 Page 54-55Zibeline numéro 38 février 2011 Page 56-57Zibeline numéro 38 février 2011 Page 58-59Zibeline numéro 38 février 2011 Page 60-61Zibeline numéro 38 février 2011 Page 62-63Zibeline numéro 38 février 2011 Page 64-65Zibeline numéro 38 février 2011 Page 66-67Zibeline numéro 38 février 2011 Page 68-69Zibeline numéro 38 février 2011 Page 70-71Zibeline numéro 38 février 2011 Page 72-73Zibeline numéro 38 février 2011 Page 74-75Zibeline numéro 38 février 2011 Page 76-77Zibeline numéro 38 février 2011 Page 78-79Zibeline numéro 38 février 2011 Page 80