Zibeline n°37 janvier 2011
Zibeline n°37 janvier 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°37 de janvier 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 7,0 Mo

  • Dans ce numéro : le partage des arts.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 74 - 75  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
74 75
74 HISTOIRE LE MUCEM Les deux derniers mardis du MuCEM s’attachèrent à envisager des solutions aux tensions méditerranéennes Sortir des conflits pour construire une civilisation En passant par l’Histoire Henry Laurens X-D.R 0 Pour introduire la rencontre avec l’historien Henry Laurens autour de son Rêve méditerranéen, Thierry Fabre proposa de s’intéresser aux échanges entre occident et orient méditerranéens à partir de 1798, date de l’expédition française d’Égypte. Moment charnière, loin d’être la première confrontation entre ces espaces : Laurens rappela qu’il s’inscrivait dans la logique géopolitique de la Révolution : au Nord, la question allemande, au Sud, la question arabe. La conquête de 1798, magnifiée par le talent publicitaire de Bonaparte, procédait du désir de partager le génie de l’Égypte, terre inventrice des sciences et des arts et de l’apprivoisement de la mort. Elle prolongeait le souci de régénération des hommes et des institutions voulu par la Révolution. La notion de civilisation, apparue au XVIII e siècle, pouvait se coltiner à la réalité. La civilisation n’est pas envisagée comme un état, mais comme un processus : pour Napoléon, qui acclimate la notion au domaine politique, il s’agit de faire croître le progrès sous l’horizon de l’Orient. Ces idées, qu’il servira sur l’autel de sa propre gloire en Espagne ou en Russie, lui sont soufflées par Volney, homme de lettres qui cherche à constituer une science globale recoupant tous les savoirs sur l’homme. Mais pour l’heure, le déferlement Français provoque terreur et exactions… et le pays subit une réorganisation administrative. Mehmet Ali, désigné pacha par la Grande Porte, reprendra l’héritage français : il veut s’insérer dans le mouvement du progrès. En adoptant la logique du modèle de civilisation, la rhétorique du retard à rattraper sur l’occident se met en place. L’échec des métissages Deuxième temps avec le XIX e siècle. La Méditerranée connaît une mutation en 1850 : le petit âge glaciaire s’achève. Les littoraux, inondés, insalubres, étaient réservés à la pâture des moutons tandis que les hommes s’installaient sur les hauteurs. Désormais triomphent l’anisette, la villégiature et les bains de mer. À l’est, c’est le moment levantin : le français, langue de culture, transcende les peuples qui s’assortissent dans des villes communautaires. 1914 sonne le glas de cette harmonie. Les rivages apaisés basculent dans la violence et l’exil. Le cortège des migrants se meut, de l’Arménie au Liban, et les élites cultivées disparaissent. La Palestine, terre de rien, s’enflamme sous la brûlure des religions, et s’embourbe dans l’étau de deux contradictions insolubles : les rescapés de la Shoah vivent en Israël dans l’insécurité d’un holocauste toujours envisagé ; les Arabes dans le moment colonial constamment répété, comme si seul ce pays ne pouvait s’en abolir. Chacun s’enferme dans son récit et sa propre mémoire. Comment sortir de cette impasse ? Pour Henry Laurens, l’indispensable tâche des historiens est de réinstaller les réalités. Car l’histoire est la part scientifique de la mémoire. Cette démarche permet de s’extraire du jugement. Plutôt que de chercher la pénalisation, et la punition des coupables, mieux vaut, comme ce fut le cas en Afrique du Sud, faire surgir la vérité et procéder à la réconciliation. Si la perspective n’est envisageable qu’à moyen terme, sa réalisation, sous le sceau d’un humanisme méditerranéen, exige une mise à l’écart des religions : il faut en finir avec ces oripeaux qui dissimulent les réels antagonismes sociaux, et avec les stigmatisations qui provoquent des conflits et invalident la civilisation. Pour le conférencier, qu’un musée maintienne vivant cet héritage semble indispensable. RENÉ DIAZ Reconnaissance mutuelle des mémoires Pour Kalypso Nicolaïdis, invitée un mois plus tôt, la Méditerranée doit éviter absolument le modèle de l’union européenne, qui oscille entre souverainisme et l’idée d’une grande nation commune. Elle doit refuser de reproduire un état, et doit en passer par une reconnaissance mutuelle des enjeux de mémoire. La politologue, professeur de relations internationales à Oxford et résidente à l’Imera, pense qu’il faut parvenir à reconnaître « les crimes des ancêtres ». Face à Thierry Fabre qui constate que le MuCEM se confronte aux groupes mémoriels elle parle de son expérience propre. Descendante des Grecs de Smyrne expulsés en 1922 elle entretient avec la Turquie des relations particulières, qui ne l’empêchent pas de voir qu’à l’horizon 2030 l’Europe vieillissante aura besoin de 70 millions de migrants, et que la Turquie est non seulement son « viagra », mais encore la seule plate-forme qui puisse stabiliser ses frontières : « le modèle Turc est devenu désirable pour les pays Arabes, et la question de savoir si l’Islam est soluble dans la démocratie passera certainement par la laïcité turque, et ses progrès démocratiques actuels. » Qui passe par la reconnaissance des expulsions et massacres qu’elle a commis pour s’édifier. D À Thierry Fabre qui lui demande si son principe de reconnaissance mutuelle n’est pas « une potion magique incantatoire », elle répond qu’il s’agit d’accepter le point de vue de l’autre sans l’adopter, et en évitant d’exporter des modèles. Ce qui serait la seule solution pour régler de vieux antagonismes symbiotiques, comme ceux de la France et de l’Algérie, ou les relations d’oppression sans mutualité, comme Israël et la Palestine : lorsque Vaclav Havel s’est excusé de l’expulsion des Allemands en 1945 il n’était pas question de reconnaissance mutuelle, mais de sa reconnaissance de la mémoire de l’autre. Selon elle la Méditerranée, et l’Europe, ne seront en paix qu’à cette condition préalable. AGNÈS FRESCHEL Prochain Mardi du MuCEM Voir l’Islam dans les sociétés européennes Nilüfer Göle Le 8 fév à 18h30 L’Alcazar, Marseille
1.(,.r,di Sh stb.t:a,c..w.F.(s... {ron # Ir=firh. so.rredl. 2/6 5tnt,on k7% Scat:on v.x-Fr Comprendre les civilisations entre Méditerranée et Europe février Voir dans les sociétés europeertirties I : al" fiilü#er SOLE -..irdo141.1t}H.:30,41'kLCd2AR. LLiAwJ4IIONFiLtiIOHsl.t GI. - @I:OS I.i LLtiJNC= — a-'17-20 Fey. Pam ChanotMARSFILLF ç (-. Jr2.. Wm" Edition Des voitures en libre service Des voitures en I € brelerwice dispo ; ibles prés de chez voue 2lh'24r 7j17 04 91 OD 32 94 - www.autopartaga-prowltrtica.conT A crtoPartaqe -, -r. +_".a- <11111W. Frrrnre. ç EÜNFEREYELS I Iirtei du département cchan - -ifiision savoirs Jil Vrll +x J.t COnI1a1SSanCe'Tat' ; 99sa 01't CONFERENCES LES JEUDIS A faH45 ENTREE LIBRE DANS LA LIMITE IDES PLAIES DISPONIBLES 27 iartvipr 2011 Qu'est-ce que ta vérité judiciaire ? Denis SALAS, magistrat 03 février 2011 La crise de la raison cartographique Franco FARINELLI, qngraphe Le rendez-vous des C'teatives WO exposants. ateliers,rnatïerres prernreres. dL}rrlrrrrstrrrtïrl PIS, expositions... wwwt.en danc.es- Cre ii (iv es. CO kY1 =Nr05 & PROGRAME ECKAhGE ET DIFFUSION riES SAb'OIRS Târ- O4. 96 11 7'4 S0 cantactP d es-savoirs.org CONSEIL GENERAL BOUE H EL-OU RHONE



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 1Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 2-3Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 4-5Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 6-7Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 8-9Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 10-11Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 12-13Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 14-15Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 16-17Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 18-19Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 20-21Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 22-23Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 24-25Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 26-27Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 28-29Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 30-31Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 32-33Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 34-35Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 36-37Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 38-39Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 40-41Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 42-43Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 44-45Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 46-47Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 48-49Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 50-51Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 52-53Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 54-55Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 56-57Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 58-59Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 60-61Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 62-63Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 64-65Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 66-67Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 68-69Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 70-71Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 72-73Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 74-75Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 76-77Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 78-79Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 80