Zibeline n°37 janvier 2011
Zibeline n°37 janvier 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°37 de janvier 2011

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 7,0 Mo

  • Dans ce numéro : le partage des arts.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 56 - 57  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
56 57
56 ARTS VISUELS GALERIEOFMARSEILLE VIDÉOCHRONIQUES SAFFIR Vingt sacs Picasso griffonnait sur les nappes en papier. Pierre Boderiou pour sa part a choisi de dessiner sur des sacs en papier kraft de supermarché. Sa dernière série, Drive in pour une partie de campagne est punaisée aux cimaises de la Galerie Saffir. Vivre à la campagne n’est pas une sinécure. Surtout lorsque dans son environnement, un hameau classé du XVIIe, il faut supporter l’emprise grandissante de douteuses zones pavillonnaires. Forcément ça prend les nerfs. Pourtant Pierre Boderiou est plutôt du genre paisible mais lorsque la bétonnière est pleine, c’est le dessin qui est appelé à la rescousse. Devant cette frénésie sans gloire de l’accession à la propriété, le remède est de s’emparer 0 Quitte ou double Dès les années 80 l’artiste suisse Raoul Marek imagine des événements sensibles et conviviaux où le public fait partie intégrante de ses œuvres, inscrivant alors son travail dans une démarche « d’esthétique relationnelle ». Installations ou photos, repas ou rencontres, éditions d’objets ou vidéos, toutes ses propositions mettent en œuvre des notions d’hospitalité mais aussi de rituels. Plus provocatrice, Vivre ou mourir est une exposition-installation qui place le galeriste dans une vraie position marchande et le spectateur dans une posture d’acteur. Devenu partenaire complice d’un enjeu, il paye sa quote-part, parie aux courses de chiens, trinque au comptoir et espère rafler la mise… des multiples et des cartes de jeu avec gravé en lettres d’or le logo Winner ! Dès l’entrée, le galeriste derrière sa guérite invite à pénétrer dans son lieu d’art transformé en lieu de perdition. Après deux vidéos de scènes de courses projetées en miroir, voici la cabane des paris, faite de bouts de ficelle et de matériaux de récupération, recouverte des célèbres cabas Tati, Dior ou Gucci ! En contrepoint, sur le mur du fond, une troisième projection fixe le mouvement d’un oiseau qui va et vient dans un cercle rouge, déplacement ininterrompu qui agit comme un leitmotiv lancinant. Si le vernissage demeure un momentclef de l’acte artistique pendant lequel l’artiste, le galeriste et le spectateur sont au coude à coude le temps du « jeu », le dispositif antimétaphori-que permet de rejouer la scène en s’interrogeant, comme Raoul Marek, sur l’état psychologique actuel de notre société : « gagner ou perdre serait devenu une situation sociale aussi intense que celle de vivre ou mourir » ? M.G.-G. Vivre ou mourir Raoul Marek jusqu’au 12 février Galerieofmarseille, Marseille 2 e 09 53 10 15 26 www.galerieofmarseille.com o Vue d’ensemble exposition Raoul Marek, Vivre ou Mourir, Galerieofmarseille 2010 X-D.R Pierre Boderiou, Sans titre, Mine de plombsac de papier kraft, 2010 X-D.R d’un des objets emblématiques du consumérisme : le sac. En papier kraft brun de préférence, plus écolo. Délaissant pour un moment sa technique à l’aquarelle hyperréaliste (voitures de police, armes à feu) l’artiste indigné trace minutieusement à la craie noire (une technique de dessin traditionnelle aux rendus charbonneux) des représentations plus ou moins évanescentes, un peu ombreuses, incertaines. Issue de transferts photographiques pris en maraudant dans les chantiers de construction, cette imprécision s’oppose à l’exactitude du dessin technique ou des vues publicitaires flatteuses vantant des habitations rêvées mais stéréotypées. On devine des perspectives d’intérieurs en D’abord en Russie puis à Vidéochroniques, Catherine Melin a conçu Point d’appui comme une exposition globale que le regardeur doit expérimenter par ses propres déplacements physiques. Cette artiste lilloise, installée depuis un an à Marseille, s’intéresse à l’idée du mouvement des corps, même mentalement, face à l’immobilisme du bâti (aire de jeux, mobilier urbain) et à la attente de finition, imparfaits et impersonnels qui contrastent avec la platitude du support, un contenant marronnasse, maigre et vide. Les images d’indignation de Pierre Boderiou évoquent l’effroi de Maupassant qui déplorait déjà à la fin de son siècle une campagne déflorée par les outrages des industries envahissantes. Le bonheur n’est pas forcément dans le pré, ni la belle affaire dans le sac.C.L. Drive in pour une partie de campagne Pierre Boderiou jusqu’au 19 mars Saffir, galerie nomade saffirgalerienomade.blogspot.com Points de bascule ID Vue de l’exposition Point d’appui, Catherine Melin Vidéochroniques/Frédéric Gillet dépersonnalisation des zones périphériques (arrière-cours d’immeubles, espaces de repos, parkings). Elle pose sa caméra, son appareil photographique, intègre lignes de fuite et lignes de force architecturales pour déployer ensuite, par analogies, ses données visuelles et sensibles en Wall Drawing, sculptures tubulaires modu-lables, vidéos, création son et installations. Dans les espaces ouverts de Vidéochroniques, chaque pièce adoube l’autre, tout aussi singulière et unique, pour composer un ensemble cohé-rent qu’elle nomme Montagnes russes, et produire un paysage optique et sonore en mouvement, un parcours dynamique que l’espace mental doit reconfigurer. Car les combinaisons échafaudées par Catherine Melin dédoublent les formes à l’infini, repoussent les limites de l’es-pace, décuplent les perspectives par le jeu de dessins au fusain sur les murs et les poutres, désolidarisent les architectures du sol (sans socle, les « obstacles » sont en apesanteur). Quand elles ne nous placent pas en total déséquilibre à la manière d’un culbuto. M.G.-G. Point d’appui Catherine Melin jusqu’au 5 février Vidéochroniques, Marseille 2 e 09 60 44 25 58 www.videochroniques.org
AU PROGRAMME ARTS VISUE 57 Figures spontanées Avec Fanny @arrabès, l'idée de galerie de portraits sonne juste : il y a Les Pas contents et Les Habitants (aquarelle et stylo), il y a aussi Les Autres (pigments et encre de chine), sans compter les Écritures automatiques. Un univers plastique habité parla figure humaine et sa rencontre avec L'écriture spontanée. quand le « texte se pose, comme s'il venait à la rencontre de la forme ». M.G.-G. t7 Famy $arraGPs Tout cet amour... sans regret Fanny Barrabas jusqu'au 12 février Théâtre national La Criée, Marseille 704 91 54 70 54 ww#. theatre - lacri ee. co m Au jardin A l'occasion de la parution de Métamorphoses dans un jardin d'ombres et de lumières, Danièle Ubéda suspend une quinzaine d'oeuvres réalisées sur papier et papier marouflé sur toile. L'ensemble explore « non pas le jardin ou le paysage mais les relations sensorielles qui s'établissent entre l'artiste et son environnement, ainsi que le rapport intérieur/extérieur ». L'ouvrage est édité à vingt exemplaires, en sérigraphie couleur et papiers de soie découpés sur papier pur chiffon.C.L Métamorphoses dans un jardin d'ombres et de lumières jusqu'au 5 mars Atelier Vis-â-Vis. Marseille 3'Lihrairie-galerie Paradigme 04 91 33 20 80 vrww-ateliervisavis.com Danieli-... 1PG ICorresponoances & Dialogues, Franck U... L'oeil de L'Est IL observe les petites théâtralités quotidiennes à travers son viseur amusé et doucement acidulé. Européen [surtout de l'Est !, globe-trotter impénitent et pince sans rire. Martin lKollar s'intéresse aux effets et gestes de ses contemporains saisis de préférence dans des situations cocasses, frisant parfois l'absurde. Des images tout en couleurs juste belles comme il faut pour ne pas séduire. La série Nothing Special est parue en livre chez Actes Sud en 2008.C.L. Nothing Special Martin Kollar jusqu'au 5 mars Galerie du Théâtre de la Passerelle, Gap tiwwtheatre-la-passerelle-eu Sena Nothing Special k7 Martin Kollar Pièces jointes Du fin fond de l'archipel des Vesteralen, en Norvège. Franck Dubois a durant 6 mois échangé des courriels avec 12 artistes de son choix. éparpillés, comme lui, tout autour de la planète. Une correspondance exclusivement visuelle sous format Jpeg. lisible en premier lieu sur Internet. aujourd'hui diffusée en tirages photographiques à la galerie du Tableau. M.G4. JPG/Correspondances & Dialogues Franck Dubois du 24 janvier au 5 février Galerie du Tableau, Marseilte 6'04 91 57 05 34 h ttpJlgale rie dutab tea u -f ree.fr



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 1Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 2-3Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 4-5Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 6-7Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 8-9Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 10-11Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 12-13Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 14-15Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 16-17Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 18-19Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 20-21Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 22-23Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 24-25Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 26-27Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 28-29Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 30-31Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 32-33Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 34-35Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 36-37Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 38-39Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 40-41Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 42-43Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 44-45Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 46-47Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 48-49Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 50-51Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 52-53Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 54-55Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 56-57Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 58-59Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 60-61Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 62-63Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 64-65Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 66-67Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 68-69Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 70-71Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 72-73Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 74-75Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 76-77Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 78-79Zibeline numéro 37 janvier 2011 Page 80