Zibeline n°36 décembre 2010
Zibeline n°36 décembre 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°36 de décembre 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 8,8 Mo

  • Dans ce numéro : dossier... entreprises et culture.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 76 - 77  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
76 77
76 SCIENCES ET TECHNIQUES LA DÉMOGRAPHIE AU PROGRAMME Encore démos, toujours démos… À défi démographique, réponse démocratique ! S 000 000 00 7 000 000 00 6 000 000 00 5 000 000 00 4 000 000 00 3 000 000 00 2 000 000 CO 1000 000 00 POPULATION MONDIALE (LIN) fl 500 1000 1500 2000 2500 Fête de la natalité Noël ! Noël ! En 2009-2010, les Restos du cœur, dont la campagne d’hiver a débuté, ont accueilli 830 000 personnes - soit une hausse de 20% en deux ans - et distribué 103 millions de repas. Roselyne Bachelot rassure, elle se « battra » pour que les subventions européennes aux Restos du Cœur ne soient pas suspendues. Merci de défendre ce qui met en évidence l’impéritie d’un gouvernement qui ne garantit plus les besoins élémentaires de son peuple. Pourtant sous nos tropiques hautement libéralisés la population stagne alors que, dans le reste d’un monde de plus en plus pauvre, elle explose littéralement. L’« environnement » est désormais au centre de toutes les préoccupations humaines, comme l’ont montré symptomatiquement les 17 e Rencontres d’Averroès (voir p72). L’évolution des macro-systèmes planétaires ne peut être que corrélée aux spécificités des croissances démographiques. Comme l’ont fait remarquer la plupart des intervenants, le pourtour méditerranéen compte actuellement environ 480 millions d’habitants avec une très grande diversité de densité et surtout de niveau de vie. On estime que dans 20 ans cette population avoisinera les 600 millions d’âmes. De plus c’est dans les zones les plus pauvres et les plus arides que cette croissance sera la plus marquée. Mais il n’y a qu’en mathématique qu’on imagine une fonction infiniment croissante, et les phénomènes matériels trouvent toujours la limite de leur propre croissance… + mInimurr t maximurr La grosse bête qui monte… L’explosion démographique mondiale est un phénomène concret colossal et catastrophique au sens théorique du terme (le mathématicien René Thom a défini la catastrophe comme un « phénomène discontinu émergeant spontanément à partir d’un milieu continu »). Les estimations approximatives montrent qu’à son aube, il y a environ 100.000 ans, l’humanité comptait autour de 500.000 de nos sages ancêtres. Leur population évolue lentement pour atteindre une vingtaine de millions, 5000 ans avant notre ère. La naissance des civilisations anciennes marque un saut démographique. La population mondiale passe, d’environ 200 millions aux débuts de notre ère, à 600 millions au milieu du XVIIIe. Il est évident que c’est l’industrialisation qui marque le premier choc démographique. Toutefois, il reste relatif jusqu’aux années cinquante, puisque la population de 1,2 milliards en 1800 n’a fait que doubler en 1955. Aujourd’hui nous sommes plus de 6 milliards 800 millions et serons 7 milliards 200 millions dans 5 ans. Le phénomène d’ordre catastrophique a donc débuté il y a seulement une cinquantaine d’années. Il obéit à une fonction mathématique de type exponentiel complexe. C’est-à-dire d’un modèle mathématique qui opère sur une variable (ici le temps) et donne la forme évolutive d’une seconde variable (ici la population) en fonction de la première (là encore le temps). Ce domaine des mathématiques est appelé « analyse fonctionnelle » (rien à voir avec Freud). Simplement le Zibelréfractaire-aux-maths doit savoir qu’une « fonction exponentielle » tend vers l’infini quand x, ici le temps, tend (c’est tentant !) inexorablement vers l’infini. Ça s’écrit : [population] y = f(t) = et Des monstres actions Si la question du vieillissement des populations est largement développée par le pouvoir libéral pour liquider les régimes de retraite, celle posée par l’évidente catastrophe démographique est passée sous silence. En effet le libéralisme et son cortège d’inégalités structurelles qui engendrent des gaspillages colossaux ne peuvent répondre efficacement à un phénomène qui nécessite d’une part sa maîtrise par l’éducation de masse et d’autre part d’en assumer temporairement les conséquences immédiates. Certains experts pensent que la Terre peut nourrir jusqu’à 5 fois sa population actuelle mais dans les conditions d’existence minimale des indiens les plus pauvres. On peut penser que la civilisation Rolex aurait bien du mal à renoncer à ses privilèges par nécessité humaine. En 1875 Marx et Engels éditaient leur Critique de Malthus. Ils prônaient une « économie-politique » collectiviste qui devait effacer les craintes malthusiennes sur la croissance démographique. Certes la question du choc démographique se pose désormais d’une façon infiniment plus aiguë qu’au temps de Marx où la croissance n’était exponentielle que localement, dans les pays en cours d’industrialisation. Ce qui devient désormais critique, c’est que l’humanité ne pourra pas assumer son type de développement dans le système libéral actuel : les « enjeux » (mot très galvaudé par les politiques) démographiques ne peuvent trouver de solutions, ne serait-ce que momentanées, que dans une répartition strictement économe - au sens noble du mot -, égalitaire et démocratique des matières premières. Or le système économique mondial met en œuvre une économie-politique de gaspillage et de pillage qui de surcroît va à l’encontre des plus élémentaires égalités… Croissance de vieille lune Ainsi une solution à la crise serait le retour à la « croissance ». Mais la croissance démographique suffit bien à être motrice du développement ! La croissance libérale, c’est la croissance du profit d’un petit nombre sur les besoins élémentaires du plus grand. Au temps de Malthus, il existait sans doute des solutions locales, nationales ou même continentales à la crise structurelle du profit capitaliste naissant, ne serait-ce que la guerre ou l’impérialisme colonial. Aujourd’hui le choc démographique est mondial, la crise économique et financière aussi et sans aucune commune mesure avec les phénomènes locaux étudiés par Marx. Non seulement la crise économique actuelle n’est pas derrière nous mais elle n’en est qu’à ses premiers soubresauts spéculatifs. Elle ne devrait pas tarder à toucher l’économie réelle, celle qui nourrit les humains, au moment même où explosent ces besoins. YVES BERCHADSKY
MuCEM i 1.04 made ! o ! s Li'IWILAYiaxs WHOP ! mNIITGRew.n e Il n’est pas de tradition de bûcher à Noël et de tartiner notre foi grasse de culture technique et scientifique. Le menu pour ces fêtes se réduira donc à la portion congruente. Joyeux Nobel, quand même ! Au Programme Défense de tirer des marrons aux dindes L’exposition Biodiversité débutée le 24 nov au Muséum d’Histoire Naturelle de Marseille (Palais Longchamp) se prolonge jusqu’au 4 sept 2011 ! Une bonne occasion de se taper une bonne brochette d’animaux naturalisés et vivants, dioramas, photographies et audiovisuels, panneaux explicatifs et animations pédagogiques. Cette exposition emmène petits et grands à la découverte de la diversité du vivant, de ses splendeurs, de son rôle indispensable pour le bien-être de l’homme, mais aussi de son extrême fragilité face à une exploitation irraisonnée des ressources naturelles. Le parcours muséographique invite tout d’abord le visiteur à découvrir les richesses de la biodiversité à l’échelle planétaire, pour ensuite le conduire jusqu’aux paysages plus familiers de la Provence. L’exposition est coproduite par les muséums d’histoire naturelle d’Aix-en-Provence, Marseille et Avignon et l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD) en partenariat avec le Grand Site Sainte-Victoire. Muséum d’Histoire Naturelle, Palais Longchamp, Marseille 4 e 04 91 14 59 50 www.museum-marseille.org Bêcher à Noël ? C’est pas de la tarte ! Si vous voulez vous taper la cloche avant les rameaux, tout en vous cultivant jardin et calebasse, vous pouvez, en famille, passer une journée épicurienne à Epicurium. Il s’agit du premier musée en Europe consacré aux fruits et légumes. Situé à proximité d’Avignon, au cœur de la Provence, c’est un musée vivant, c’est-à-dire un lieu de découverte sensorielle qui propose une approche culturelle et ludique des fruits et légumes. La visite, adaptée aussi bien aux enfants qu’aux adultes, comprend un espace muséographique interactif et des jardins (potager, verger, serre, bassin) sur près de 8000m². C’est une idée de sortie originale en famille ou entre amis, pour quelques heures ou bien sur la journée (un espace pique-nique ombragé est à disposition). Des cours de cuisine et de jardinage y sont aussi organisés tout au long de l’année, pour favoriser une approche concrète et conviviale des fruits et légumes sous toutes leurs formes. Epicurium est situé au sein de la Cité de l’Alimentation, à Montfavet (Avignon) 04 90 31 58 91 www.epicurium.fr Beau bar sans bobard Buvons un coup, buvons en deux à la santé… du Bar des Sciences qui continue sa saison de conférences conviviales tous les seconds jeudis du mois à 18h30 à la Brasserie les Danaïdes à Marseille, 1 er. La conférence du 13 janv s’intéressera à la Criminologie et donc à la police scientifique. www.barsdessciences-marseille.no-ip.fr les ardis du MuCEM REW,.00 Vi NO-DE Comprendre les civilisations entre Méditerranée et Europe I janvier Méditerranée, questions d'histoire par Henri LAURENS LE2'mMAR[11UEGHAQ ISÀ7H31IÀL'ALCAIAR, RIR LiGEOl1 FH E ❑E MARSEILLE P.V ❑ O EGIGNAiE 5BCDüRSBELSl1NCEr,wx SAISON 2.010. CflYFEREFICES Hcitel du dëpartement éCilangedlffi uslon irs saroirs ATerpte connaissance CONFERENCES LES IEUDIS A 181445 ENTREE LIBRE DANS LA LIMITE DES PLACES DISPONIBLES 27 ianvier 2011 Qu'est-ce que ta vérité judiciaire ? Denis SALAS, magistrat 03 février 2011 La crise de la raison cartographique Franco FARINELLI, géographe INFOS & PROGRAME [CHANGE ET DIFFUSION DES SAVOIRS Tél, 04 46 11 24 50 contact@des-savoirs.org wwty-r.g U-k f r 1-CONSEIL ff



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 1Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 2-3Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 4-5Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 6-7Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 8-9Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 10-11Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 12-13Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 14-15Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 16-17Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 18-19Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 20-21Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 22-23Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 24-25Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 26-27Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 28-29Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 30-31Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 32-33Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 34-35Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 36-37Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 38-39Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 40-41Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 42-43Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 44-45Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 46-47Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 48-49Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 50-51Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 52-53Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 54-55Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 56-57Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 58-59Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 60-61Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 62-63Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 64-65Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 66-67Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 68-69Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 70-71Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 72-73Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 74-75Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 76-77Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 78-79Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 80