Zibeline n°36 décembre 2010
Zibeline n°36 décembre 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°36 de décembre 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 8,8 Mo

  • Dans ce numéro : dossier... entreprises et culture.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 74 - 75  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
74 75
74 RENCONTRES Libraires du sud/Libraires à Marseille - 04 96 12 43 42 Rencontres avec Katherine Pancol pour son livre Les écureuils de Central Park sont tristes le lundi (Albin Michel), le 15 déc de 15h à 18h30 à la librairie Charlemagne (Toulon). Avec Yvan Cadiou pour son livre Yvan cuisine sa Provence (Editions Gramond), le 18 déc de 15h à 18h à la librairie Charlemagne (Toulon) Avec Florent Chavouet auteur de Tokyo Sanpo, à l’occasion de la sortie de son nouvel ouvrage Manabeshima (éditions Philippe Picquier), le 18 déc à partir de 14h30 à la librairie Le Greffier de Saint- Yves (Marseille) Rencontre autour de Offshore, roman de Pénélope Fitzgerald, publié en 1979 et remportant le Booker Prize cette même année, le 16 déc à la librairie Book in Bar (Marseille). Itinérances littéraires : rencontre avec Lionel Salaün pour son premier roman Le Retour de Jim Lamar (éditions Liana Lévi 2010), animée par Agnès Gateff, libraire, le 19 jan à 19h à la librairie L’Attrape Mots (Marseille), le 20 jan à 18h à la librairie Au Poivre d’Âne (Manosque) et le 21 jan à 18h à la librairie Eveils (Apt). AIX Bibliothèque Méjanes – 04 42 91 98 88 Dans le cadre des 200 ans de la Méjanes, exposition de la photographe Marie-Pierre Florenson, Des visages et des livres. Jusqu’au 30 déc. ARLES Musée Arlaten – 04 90 93 58 11 Programmation hors les murs : Ethno’balade au stade Vélodrome avec Christian Bomberger, ethnologue à l’Université de Provence et Franck Peyronel, secrétaire du club de supporters des South Winners, le 21 déc à 14h30. Musée Réattu – 04 90 49 37 58 À pied d’œuvre, plan rapproché sur… un objet du désir. Jusqu’au 31 déc. AUBAGNE Ateliers Thérèse Neveux – 04 42 03 42 10 Exposition Ma Belle santonnière, Thérèse Neveux : 1000 pièces témoignent de 50 ans de création. Jusqu’au 22 mai. AVIGNON Office de Tourisme – 04 32 74 32 74 Exposition Ponts : 44 artistes ont répondu à l’invitation de peindre leur vision, leur idée, leur image du pont. Jusqu’au 30 juin au Palais des Papes et au Pont Saint Benezet. BAUDUEN Edition Parole – 04 94 80 76 58 La soupe aux livres : trois manifestations en une : dire, lire, conter, chanter de 17h30 à 19h, partage d’un bol de soupe de 19h30 à 21h, reprise à 23h pour la suite et fin. La prochaine aura lieu le 19 déc à Entrevennes (04) avec une Spéciale « L’homme semence ». GAP Galerie du Théâtre La Passerelle – 04 92 52 52 52 Exposition Nothing Special de Martin Kollar. Du 18 jan au 5 mars. MARSEILLE Librairie Maupetit – 04 91 36 50 50 Au rayon jeunesse, rencontre et signatures avec Ramona Badescu et Guillaume Guéraud, le 18 déc à 11h, et avec Raphaële Frier et Ghislaine Herbéra le 18 déc à 15h. Espace Bargemon – 04 91 14 64 95 Les éditions Gallimard, Culturesfrance, l’association Marseille-Provence 2013 et le Conseil Culturel de l’Union pour la Méditerranée lancent l’anthologie Les Poètes de la Méditerranée (coll. Poésie/Gallimard), le 16 déc à 15h, en présence du poète arabe Adonis. Oft La Friche – 04 95 04 95 70 Dans le cadre de la 7 e édition de Laterna Magica, exposition de Noémie Privat, Carnets du théâtre dessiné, jusqu’au 24 déc aux Grandes Tables de la Friche. ABD Gaston Deferre - 04 91 08 61 00 Trajets d’écriture : manifestation proposée par l’association ACELEM avec exposition, atelier d’écriture à la manière de Grorges Perec, cadavre exquis graphique, contes arméniens… Du 15 au 18 déc. Exposition des photographies de Driss Aroussi, En chantier, du 14 jan au 9 avril. Rencontre avec Driss Aroussi, avec la participation de Jean Cristofol, enseignant à l’école des Beaux-Arts d’Aix, le 18 jan à 18h30. Dans le cadre du cycle Marseille la Méditerranée, mobilités, échanges et frontières, rencontre avec Gilbert Buti, historien, sur Marseille et la traite négrière. Le 13 jan à 18h30. BMVR Alcazar – 04 91 55 90 00 Exposition Quand l’architecture se livre avec… Claude Ponti, jusqu’au 15 janvier. Dans le cadre du cycle Portraits littéraires projection du film réalisé par Carmen Castillo, José Saramengo, le temps d’une mémoire (2003), le 6 jan à 16h. Mucem – 04 96 13 80 90 Rencontre avec Henri Laurens, professeur au Collège de France sur Méditerranée, questions d’histoire, le 11 jan. HENRY LAURENS Le rêve méditerranéen La Réserve à bulles – 04 91 53 28 91 Rencontre-dédicace avec Guillaume et Olivier Mariotti pour leur album Le fils de son père (éd. Les enfants rouges, 2010), le 15 déc à 17h30. ESBAM – 04 91 82 83 10 Fabrice Pincin invite le designeur Mathieu Lehanneur, le 15 déc à 11h, amphithéâtre. La GAD – 06 75 67 20 96 Exposition de Matthieu Clainchard, Hivernage. Du 7 au 12 jan. L’Atelier des Arts – 04 91 33 61 13 Exposition des œuvres de Pauline Vial, du 5 au 21 jan. La Pensée de midi – 04 42 52 40 00 Rencontre débat Figures du Palestinien à l’écran, organisée par le Pôle Image/Sons et pratiques numériques en SHS, avec Maryline Crivello (Telemme), Jérôme Bourdon et Stéphanie Latte- Abdallah. Le 17 déc. Théâtre La Criée – 04 91 54 70 54 Dans le cadre des représentations de Sale Août de Serge Valletti, lecture-spectacle Le Massacre des Italiens avec Virginie Aimone, comédienne, à 15h, et débat avec Gérard Noiriel, historien, directeur d’étude à l’EHESS à 17h, le 18 déc. MIRAMAS Centre d’Art Contemporain – 04 42 55 17 10 Exposition Les 4 temps de la fiction, du 12 au 30 jan. SAINT-RÉMY Site archéologique de Glanum – 04 90 92 35 07 Visite de la cité de Glanum au rythme des fêtes célébrées dans l’Antiquité et confections de présents en argile et goûter pour finir la journée, les 21, 23, 28 et 30 déc à partir de 13h30. SIMIANE-COLLONGUE OMC – 04 42 22 81 51 Concours de nouvelles sur le thème L’enfance, un droit ? 3 critères à développer : l’art descriptif, l’art du dialogue et l’art de faire passer des émotions et son ressenti. Forme libre, ouvert aux non professionnels. Exposition des textes et remise des prix le 14 mai lors de la Fête des tout-petits. Date limite d’inscription : le 6 mars. SALON Ville – 04 90 56 98 62 Exposition permanente, Des Hommes, une Ville, les maires de Salon de la Révolution à nos jours, inaugurée le 14 déc (en écho à la loi du 14 décembre 1789 sur la création des municipalités).
APPROCHES CULTURES ET TERRITOIRES HISTOIRE 75 L’immigré Approches, cultures et territoires poursuivait le 9 déc aux Archives départementales son cycle sur les migrations, en focalisant sur le statut de l’étranger durant l’ancien régime Jean Boutier, directeur à l’EHESS*, rappela que les sociétés d’ancien régime vivent avec un État faible : contrôler l’individu n’est pas une priorité. Si les circonstances l’exigent, le roi demande des certificats de baptême ou de bonne vie et mœurs… La chose est rare, car l’identité de l’individu n’est pas primordiale. Pour l’étranger, l’identification se fait au travers de la langue, des vêtements, des pratiques alimentaires ou de son insertion dans l’espace public. Compte surtout la façon dont il s’intègre à la vie sociale au travers des métiers, des confréries... Dans un port en pleine croissance comme Marseille, les étrangers, venus de la Méditerranée ou du nord de l’Europe, se fondent dans la population. Aussi, plus que leur origine c’est leur situation sociale -du jardinier au marchand- qui les identifie. Dans leur rapport au pouvoir, ils ont d’abord affaire avec l’État. Capable, tôt, d’expulser les indésirables juifs ou lombards, le roi, en 1697, légifère, à nouveau, par une grande ordonnance. Son but, à l’heure où les caisses sont vides, est de leur faire repayer les exemptions contenues dans les « lettres de naturalité ». La définition identitaire est donc bien absente. Dans la cité, c’est l’organisation municipale qui compte : habitant, on possède ou non le droit de citadinage. Si l’on peut obtenir ce privilège par héritage ou achat, l’appartenance aux métiers ou aux confréries religieuses, le mariage et la réputation sociale sont primordiales pour se fondre dans la population de la ville. Déterminante aussi pour la cohabitation, dans des sociétés déterminées par le confessionnalisme, la religion. Elle requiert l’attribution de privilèges pour résider ou pour pratiquer des activités économiques. Ainsi le Grand Duc de Toscane met-il en place une politique favorable aux juifs sépharades au XVII e siècle (étrangers à l’Italie) pour bénéficier de leur réseau commercial et faire fructifier la place de Livourne. De même à Marseille voit-on deux cousins, venus de Toscane, bénéficier de lettres de citadinage et jouer un rôle essentiel pour l’approvisionnement de la ville pendant la révolte de la Ligue. Comme les Arméniens installés au début du XVII e siècle, qui seront à l’origine de l’introduction du café. On notera enfin que dans la cité, du fait des captifs musulmans réduits en esclavage pour le service des galères, existe un emplacement spécifique au cimetière et, apparemment, une mosquée. définit pas par principe, mais au gré des événements qui surviennent. RENÉ DIAZ *EHESS : École des hautes études en sciences sociales Le cycle Marseille la méditerranéenne, mobilités, échanges et frontières se poursuit aux Archives départementales, Marseille, sur le thème « Ethnies et religion entre coexistences et préjugés » Image de l’autre Jean-Baptiste Xambo chercha quant à lui à éclaircir la réalité des conditions de vie des étrangers à Marseille. Il insista sur la représentation des étrangers, déterminante pour leur accueil. Utilisant le témoignage d’un protestant envoyé aux galères, Jean Marteilhe, il révèle la solidarité qu’il peut y avoir entre musulmans et protestants contre un oppresseur catholique, ennemi commun. Cette tolérance doit être tempérée par le distinguo entre « Turcs africains » et « Turcs fins » qui sépare les musulmans : les uns sont laids et voleurs, les autres, blancs, beaux et bons… Représentation encore avec les Bohémiennes. Au XV e siècle, ces populations sont intégrées au panorama du royaume. Mais, en 1614, les Bohémiens sont chassés, localement, par le parlement d’Aix. Le stigmate prend le dessus. Avec les crises agricoles, des campagnes voisines arrive, à Marseille, un flot de migrants. Pauvres et ambulants apparaissent comme une menace. Ricochet de ces représentations, les Bohémiennes sont particulièrement stigmatisées. Objet d’une ordonnance municipale, on les enferme dans la vieille charité et on les punit pour vols ou prostitution. On les rase, on les passe au carcan ou on les bannit. Menace et atout On l’aura compris, l’étranger représente la menace en temps de crise. Les représentations que l’on s’en fait permettent de l’exclure. Mais, apport utile pour la collectivité où il est installé, il peut, aussi, être protégé. Dans tous les cas, l’Ancien Régime ne le À noter Théâtre, Histoire et Politique Journée autour du spectacle Sale août Le 18 déc au Théâtre de La Criée Lecture-spectacle Le massacre des italiens à 15h Après Chocolat, poursuivant ses expériences théâtrales, l’historien Gérard Noiriel, directeur d’études à l’EHESS, participe au travers de ses recherches à de nouvelles formes d’expression culturelle. Ce sont les événements d’Aigues Mortes, en août 1893, qui sont au centre de Sale août la pièce écrite par Serge Valletti (voir p 10), mais aussi de cette lecture-spectacle de son livre paru chez Fayard. Manifestation de nationalisme, cette affaire a aussi des ressorts locaux que Gérard Noiriel a su très bien analyser dans cette étude. Cet événement longtemps oublié, exhumé avec peine, qui est pour nous tous un objet de réflexion inestimable. Cette lecture spectacle sera suivie à 17h d’un débat Théâtre, Histoire et Politique animé par Martine Derrier, en partenariat avec l’Institut culturel italien. Sale août sera ensuite joué à la Friche à 20h. R.D. 2013 : une année sabbatique info@editionsparentheses.com



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 1Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 2-3Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 4-5Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 6-7Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 8-9Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 10-11Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 12-13Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 14-15Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 16-17Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 18-19Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 20-21Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 22-23Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 24-25Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 26-27Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 28-29Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 30-31Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 32-33Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 34-35Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 36-37Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 38-39Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 40-41Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 42-43Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 44-45Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 46-47Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 48-49Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 50-51Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 52-53Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 54-55Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 56-57Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 58-59Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 60-61Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 62-63Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 64-65Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 66-67Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 68-69Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 70-71Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 72-73Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 74-75Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 76-77Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 78-79Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 80