Zibeline n°36 décembre 2010
Zibeline n°36 décembre 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°36 de décembre 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 8,8 Mo

  • Dans ce numéro : dossier... entreprises et culture.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 60 - 61  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
60 61
60 LIVRES MUSIQUE Avant-garde arrière… Jean-Noël von der Weid complète son encyclopédie de la musique du siècle passé (parue en 2005 alors chez Hachette Littératures), riche en bouleversements esthétiques et dont la synthèse est difficile à réaliser tant les courants sont divers, voire opposés. En deux grands chapitres divisant le siècle à partir de 1945, sur un plan organisé par nations, il présente les principaux courants, du sérialisme à la musique électronique, et les grands figures de musiciens : des avant-gardes initiales (Debussy, Schoenberg, Stravinsky, Bartok, Varèse..) aux désormais « classiques » (Messiaen, Schaeffer, Boulez, Cage…). Un ouvrage qu’on abordera avec tolérance pour ne pas sombrer dans l’intolérance de ses commentaires subjectifs et méprisants, du type « La voix humaine (1958 ; texte de Jean Cocteau) est une manière d’Erwartung à la française - ratée ». Il ne cite Gershwin que pour sa « niaiseuse Rhapsody in Blue (1924) » et parle du « marigot mystique d’un John Taverner ou d’un Arvo Pärt » ! Dommage que l’auteur néglige hautainement les préfixés « néo » ou « post » et biffe de son essai (c’est finalement commode mais fort paradoxal pour une collection intitulée « Pluriel » !) des compositeurs comme Ravel, Richard Strauss, Prokofiev… JACQUES FRESCHEL La musique du XX e siècle Éd. Fayard, 19,90 euros Jeune musique ancienne Josquin Desprez (on trouve diverses orthographes de ses nom et prénom) était le plus grand compositeur de son temps. Né au milieu du 15 e siècle, le musicien a effectué une carrière « classique » pour l’époque, en grande partie en France avant son retour à Condé-sur l’Escaut à la fin de sa vie en 1521 (il est l’exact contemporain de Léonard de Vinci). Il n’existe qu’un seul portrait de lui, sujet à controverse, et les détails biographiques le concernant sont assez épars : du coup les études universitaires le concernant sont peu nombreuses. Jacques Barbier prend le parti d’en établir des jalons, en tenant compte des dernières données de recherches musicologiques. La partie la plus captivante, à l’usage d’étudiants, de musiciens, chefs de chœur ou de purs curieux désirant se plonger dans un univers passionnant de l’histoire des arts, est consacrée à l’analyse de son œuvre, immense - hors celle supposée apocryphe 18 Messes, une soixantaine de Motets, près de 80 pièces profanes - mais encore sous-enregistrée par les spécialistes de musiques anciennes. Un incontournable ouvrage de référence dans un domaine encore à défricher ! J.F. Josquin Desprez Bleu nuit éditeur, 30 euros Blues du businessman Pascal Nègre est aujourd’hui un personnage « médiatique », surtout depuis ses apparitions dans quelque émission promouvant (en sus de divers produits loués à coup d’interminables spots pub lacérant le programme TV) de jeunes interprètes dits autrefois « de variété ». L’homme, à l’orée de la cinquantaine, président depuis 1994 d’Universal Music France, a acquis une expérience unique dans le domaine de la production discographique. Il livre son aventure, à la première personne, dans un style simple qui se lit d’une traite. On se laisse porter par son ascension, de ses premières affinités musicales dans les années 70 aux débats sur la loi Hadopi, et nombre d’anecdotes sur les célébrités que le businessman a côtoyées. S’il prend ici la souris, c’est pour « répondre aux questions sur son métier », dire ses vérités sur la réalité des gains enregistrés par les artistes et les majors, le téléchargement illégal, la crise du disque et le futur de ses maisons, au gré de chapitres sur Johnny et ses affaires, la « Star Ac’ » et de croustillants caprices de stars… J.F. Sans contrefaçon Éd. Fayard, 19 euros Bienvenue au cirque électrique Johnny Allen Hendrix dit Jimi Hendrix aimait de la scène saluer ses fans avec cette maxime stimulante. Hélas, après seulement trois années d’une carrière aussi fulgurante que détonante, le voilà entré à tout jamais aux côtés de Jim Morrison, Brian Jones, Janis Joplin et plus tard Kurt Cobain dans le fameux « 27 Club », nécropole dorée d’anges musiciens (et oiseaux de nuit…) s’étant brûlés les ailes bien trop tôt, à peine âgés de 27 ans. Cela fait justement quarante ans et des poussières que Jimi Hendrix a été retrouvé mort dans un hôtel londonien. L’occasion pour Frédéric Martinez de rendre hommage à cette figure de légende, pape noir de la religion rock’n roll. Dix-sept chapitres jalonnent à rebours cet ouvrage précieux pour permettre de découvrir sous un angle bouleversant et passionnant le petit garçon bègue devenu la référence absolue en matière de guitare heroe, mais aussi du fameux adage sex, drug & rock’n roll. FRÉDÉRIC ISOLETTA Jimi Hendrix Frédéric Martinez Éd. Tallandier, 12 euros J4aAi-Nocl von du'Wad La musiquu du xxe sikle Pluriel.q Bi3&Ek
DISQUES 61 Éloge du développement Longtemps Leonard Bernstein s’est posé la question : « Qu’est-ce qui fait une symphonie ? ». Le chef d’orchestre, pianiste et compositeur américain avait d’ailleurs consacré l’un de ses légendaires Young People’s Concerts (émission télévisée à caractère pédagogique qu’il présenta dès 1958) à ce sujet. Une symphonie se définit-elle au nombre d’instrumentistes qui composent l’orchestre, à l’ordre ou aux dimensions de ses mouvements ? Est-elle une excroissance de la sonate classique ? Pour Bernstein, c’est la section centrale d’un mouvement, entre l’Exposition et la Réexposition des thèmes qui fait la symphonie : soit le Développement. Du coup pour lui : la symphonie c’est la vie ! Le Développement en musique c’est « la même chose que ce qu’il signifie dans la vie. Les grandes œuvres musicales ont leur propre existence, qui se déroule du début jusqu’à la fin du morceau. Et pendant cette période, tous les thèmes, toutes les mélodies et les idées musicales qu’a eues le compositeur, si petites soient-elles, grandissent et se développent Tout savoir ? Le concept digest importé des States « For Dummies » (« Pour les Nuls ») a abordé le domaine de la musique classique en 1997 chez Wiley Publishing Inc. Treize ans plus tard EMI/Virgin importe l’idée en France. Au gré d’un livret d’une centaine de pages, on suit par ordre chronologique quelque 147 jalons de l’histoire musicale occidentale. Six disques balaient le Moyenâge, la Renaissance et le Baroque, le style Classique, l’essor et l’apogée du Romantisme, l’esprit des Nations et ouvre sur la Modernité. Un moyen d’acquérir Samson retrouvé Samson François est mort subitement il y a quarante ans, en 1970, après, seulement, un quart de siècle de carrière. Il avait 46 ans, dans la poche un concours Marguerite Long acquis à 19 ans, une vie de fumée de cigarettes dans les poumons, des nuits passées à fréquenter les boîtes de jazz, dormir le jour… Que de magnifiques pianistes français sont nés depuis sa disparition ! Mais dans la foulée de Cortot, Samson François n’a pas d’épigone. Il fut l’archétype du pianiste romantique, soliste roi, une personnalité qui jouait avec la liberté d’un dandy rebelle et qui, tel Musique au Chœur Couronné à trois reprises dans les années 2000 Ensemble de l’année aux Victoires de la Musique, le Chœur Accentus fondé par Laurence Equilbey en 1991 est l’invité régulier du Grand Théâtre de Provence. Outre ses succès au concert, Accentus a rencontré l’adhésion du grand public grâce à ses enregistrements de Transcriptions ou un somptueux Requiem de Fauré mariant sobriété et lyrisme, des lumières diaphanes à un indispensable pathos expressif. On retrouve ces disques associés à une galette thématique autour de la Nativité. Ce qui fait la force de ce chœur est sa texture propre. En effet, la chef apporte un soin subtil au choix des quelques repères indispensables à l’écoute de must du répertoire, et d’écouter de grands interprètes de la firme discographique. De là à répondre à la formule, risible tant l’océan de savoir en la matière est insondable, « Vous saurez tout, en toute décontraction ! » … Une vie, heureusement, n’y suffit pas. Et si le fonds d’EMI est considérable, d’autres maisons aussi conservent la mémoire de la musique… J.F. Poulenc, se situait entre le moine et le voyou. Star de son temps - si l’on excepte les dernières années où, surmené, il s’écroulait parfois durant les concerts - il enregistra beaucoup : Chopin avant tout (qui constitue près de la moitié de cette intégrale), Debussy bien sûr et Ravel, Franck, Fauré, Schumann, Prokofiev… Tout y est, en 36 CDs, du studio (voire en 78 tours) et de ses enregistrements publics à Londres, Besançon, au Japon, à Pleyel… Du piano d’exception ! J.F. voix, au mixage des timbres qu’elle modifie selon le répertoire abordé. Les deux tiers des chanteurs ont une technique vocale traditionnelle : « des voix bien homogènes qui peuvent chanter la mélodie française ou le Lied allemand avec des belles lignes, un beau galbe, une belle souplesse, un certain type de vibrato bien contrôlé… ». C’est la base d’un nuancier vocal savamment dosé, de timbres plus ou moins légers, lyriques, vibrés ou « droits ». Tout y est question d’équilibre ! J.F. pour former des œuvres pleinement abouties, exactement comme les bébés grandissent pour devenir des adultes ». Durant des années à la tête du New York Philharmonic, Bernstein en a fait l’expérience… Un magnifique coffret, hors normes (réunissant 60 disques !) témoigne de son activité de titan entre la fin des années 50 et le début des années 70 (ce qui a nui hélas à son immense talent de compositeur). On y trouve tout Beethoven, Brahms, Mahler, Schumann, Sibelius, Tchaïkovski ou Bernstein… et tant de chefs-d’œuvre de Berlioz, Bizet, Bruckner, Haydn, Hindemith, Ives, Copland, Franck, Nielsen… Une lumineuse idée de cadeau ! Nécessaire, parce qu’une symphonie ne peut s’écouter en digest, par plages de 3 minutes comme l’impose internet… ou les compilations diverses ! JACQUES FRESCHEL The Symphony Edition Leonard Bernstein Box 60 CD grand format Sony Classical, 56 euros La musique classique pour les nuls Coffret 6CD EMI Music France, 20 euros Samson François Coffret 36CD EMI Classics, 70 euros Accentus/Equilbey Coffret 4CD, Naïve 18 euros



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 1Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 2-3Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 4-5Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 6-7Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 8-9Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 10-11Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 12-13Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 14-15Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 16-17Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 18-19Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 20-21Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 22-23Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 24-25Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 26-27Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 28-29Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 30-31Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 32-33Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 34-35Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 36-37Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 38-39Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 40-41Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 42-43Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 44-45Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 46-47Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 48-49Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 50-51Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 52-53Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 54-55Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 56-57Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 58-59Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 60-61Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 62-63Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 64-65Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 66-67Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 68-69Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 70-71Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 72-73Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 74-75Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 76-77Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 78-79Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 80