Zibeline n°36 décembre 2010
Zibeline n°36 décembre 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°36 de décembre 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 8,8 Mo

  • Dans ce numéro : dossier... entreprises et culture.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 48 - 49  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
48 49
(48 LIVRES Bonheurs de papiers Des livres à lire, à toucher, à jouer… il y a un peu de tout cela dans les « popup » que les éditions Gallimard offrent aux enfants. Reprise d’œuvres connues et appréciées, comme les délicieuses aventures du héros de Pef, Le Prince de Motordu. Le Château de ces « belles lisses poires » surgit d’entre les pages, la Princesse Dézécolle glisse des mots multicolores et propose dans les marges qui sont autant de petits livrets cachés de se lancer dans la fabrication de petites billes et de petits glaçons… Au plaisir des mots s’ajoute celui de leur quête avec des surprises, des feuillets qui se déplient… Aux textes déjà connus de Pef, on peut ajouter les aventures du Prince de Motordu au pays des insectes, dans l’album de facture plus classique Motordu et Rikikie… Grand texte classique aussi que Moby Dick, traduit et adapté par Philippe Jaworski, les illustrations en linogravure de Joëlle Jolivet lui accordent une poésie étrange, avec une police de caractères variée, reprenant celle des vieux journaux, titres, chapeaux, articles, qui accordent au texte un éclairage dramatique neuf, avec la mise en relief de formules percutantes, d’accroches incisives, qui dessinent cadre et portraits, « bouillonnement laiteux du grain », « aspect funèbre », « turban d’une blancheur éclatante » … Au bas des pages court la narration, rapide, alerte. On peut ainsi lire ce bijou à différents niveaux, dont le plus spectaculaire prend volume et profondeur, comme un théâtre de papier, avec ses ombres inquiétantes, des silhouettes sombres, la tempête, le déchaînement des vagues et des hommes, grâce à l’ingénierie papier de Gérard Lo Monaco. Livre jeunesse certes, mais dans lequel les grands aimeront aussi retrouver l’atmosphère houleuse et dramatique du roman de Melville. Autre petite merveille de sculptures fragiles, d’élancements délicieux de papier, d’éclatements colorés, aux formes complexes et enchevêtrées ou lumineusement simples, comme de fragiles ailes d’écume. Là-dessus, tendez l’oreille… crissements légers, frôlements infimes, grincements délicats, se mêlent aux explosions, aux tourbillons, aux lances qui s’échappent du livre. Un parfum de liberté, une initiation artistique d’une qualité et d’une inventivité rares. L’ébauche d’une approche synesthésique où le toucher et la vue se confondent et ce dès la première de couverture, avec son soleil blanc échoué sur la page comme le sable qui garde les empreintes de la mer. Bruit Blanc, une idée à la Rimbaud, à regarder, à entendre, à rêver. En popup aussi, la reprise en édition jeunesse du merveilleux livre de Jean Giono, (il nous a quittés il y a déjà 40 ans) L’homme qui plantait des arbres, avec les très belles images de Joëlle Jolivet, et toujours les volumes de Gérard Lo Monaco. Une bonne occasion de replonger dans cette fable humaniste. Pour ceux qui préfèrent se laisser bercer par les voix, le CD de l’ouvrage, dit avec bonheur par Jacques Bonnaffé, les attend. MARYVONNE COLOMBANI Bruit Blanc, David A. Carter 22 euros Moby Dick, Philippe Jaworski d’après Melville Joëlle Jolivet, Gérard Lo Monaco 25 euros La belle lisse poire du prince de Motordu Pef, Popup, 20 euros Motordu et Rikikie Pef, 10 euros L’homme qui plantait des arbres Jean Giono, Joëlle Jolivet 11,90 euros CD L’homme qui plantait des arbres lu par Jacques Bonnaffé 12,90 euros Tous les albums sont édités chez Gallimard Jeunesse Un album à dévaler Otto part au ski avec son papa. Sur la route, il croise de surprenants véhicules : un tricycle aux pneus « good year, bad year », un camionciterne à tétine, des transports de sel, poivre, allumettes et chocolat, et de petits personnages aussi finement dessinés qu’humoristiques. Au chalet, sur les pistes, tout est à l’unisson : très peu de texte, mais une foison de détails poétiques, parfois psychédéliques, toujours chaleureux. Le rythme guilleret invite à tourner et retourner l’ouvrage à la recherche des subtiles trouvailles de Tom Schamp, entraînant petits et grands lecteurs sur un parcours à découvrir en boucle. L’auteur dédicace ce livre à son père, « qui lui a appris à skier ». Apparemment il a appris bien d’autres choses, et notamment à prodiguer son imagination graphique avec générosité ! GAËLLE CLOAREC Vive la neige ! Tom Schamp Éd. P’tit Glénat, Coll. Vitamine, 13 euros Découvrir la vie Qu’est-ce que la philosophie demande Gwack Jae-gu à l’orée de son roman d’apprentissage… À travers les aventures de son moineau qui parle, l’écrivain coréen aborde toutes les questions que peuvent se poser de jeunes enfants : l’apprentissage de la vie, la différence, la solitude, l’amitié, l’amour, la mort… Chickou qui vit à Séoul avec son père Chipou le Vagabond, apprend à voler et part à la découverte du monde. Il rencontre l’amitié et l’amour, vit de nombreuses aventures, comprend qu’il doit lutter contre les AL éperviers, les chasseurs, la ville, organiser la résistance. Et réaliser son rêve, trouver la Grande Prairie, le paradis des oiseaux et de tous les animaux… Un livre que les parents liront avec plaisir avec leurs enfants, qui apprécieront les belles illustrations de Lee Hyéri. ANNIE GAVA ciomicKt, morello mono Chickou, pionnier de la Grande Prairie Gwack Jae-gu Traduit du coréen par Lim Yeong-hee et Françoise Nagel Éd. Picquier Jeunesse, 16 euros
Préservons les visions Katella des visions. Cela l’a prise pendant une partie de cache-cache dans le jardin ; depuis, elle peut rester des heures immobile à « voir des choses ». Évidemment, les autres ne comprennent pas. Ses cousins sont déçus de « son attitude antijeu », son père pense qu’elle devient « zinzin », sa mère réduit cela à de banales « histoires de filles ». Bref, Katell reste seule avec ce qu’elle ne sait plus définir : un don ? une malédiction ? Une chose bien à elle en tout cas, qu’elle apprendra à cultiver dans la solitude de son jardin secret… La fable de Sciences prout Les Éditions du Ricochet sortent deux nouveaux albums dans leur collection Ohé la Science ! Qui est-ce ? un ouvrage dit de mathématique sur la notion d’ensembles et Ils ont du ressort ! prétendant ressortir de la physique. Ils sont rédigés et illustrés tous deux par des coréens, se déclarent À saisir dès 5-6 ans et à cultiver jusqu’à 8-9 ans et sont suivis d’une note documentaire, complément utile aux adultes. Le propos sur les ensembles est basé sur une intrigue sécuritaire caca-prout : un gamin masqué sauve un vieillard lâchement agressé par des « bandits en mobylette » en… leur pétant dessus. Le directeur de l’école enquête pour démasquer le héros pétomane. Le développement pédagogique sur la notion d’ensemble et les illustrations qui le soutiennent sont un cours sur le principe d’incertitude. L’album qui Du bleu à l’âme Christophe Honoré et Gwen Le Gac éclate de couleurs. Sur des feuilles souvent flashy, l’illustration à droite reprend un détail du texte de gauche, à la façon des papiers découpés, tandis que de somptueuses doubles pages ponctuent l’album, faisant la part belle aux visions de la fillette. Une bonne idée de cadeau pour de jeunes rêveuses… FRED ROBERT traite de « l’élasticité » met en scène des personnages inquiétants (en particulier le chat) aux dessins caoutchouteux et s’intéresse avec grande poésie aux propriétés élastiques des slips et chaussettes. Les fiches techniques finales sont là pour montrer que les auteurs connaissent le sujet. Bref, ces livres ont la vertu d’interroger sur la différence entre vulgarisation scientifique et vulgarité chiantifique. YVES BERCHADSKY L’album La petite fille nue offre des doubles pages débordantes de couleurs ponctuées ça et là de quelques lignes poétiques. Et alarmistes. Car il éveille le jeune lecteur à de vraies questions écologiques, et l’interroge sur son désir d’être au monde. Sans long discours ni rhétorique, Gilles Colleu choisit des mots limpides qui vont droit au cœur : « D’une larme de rosée la petite fille nue naquit en son île, posée là par les ancêtres pour rêver le monde ». Et Ahuura Supply - née en Polynésie française - sature les pages de peintures et de papiers découpés pour évoquer le pays de la petite fille nue, son pays lointain à la nature exubérante mais menacée. De quoi s’agit-il ? D’une vision idyllique d’un paradis perdu où l’homme et la nature coexistaient pacifiquement, d’une douceur de vivre entamée par l’irruption des avions, des navires, de l’industrialisation et des villes galopantes : dans cet Eden en mutation, la petite fille nue disparaît des pages quand les grillons se taisent, quand les cieux s’assombrissent… et ce glissement du paradis à l’enfer est magnifiquement évoqué par les nuages aux formes crochues qui mangent les dessins d’étranges signes et chiffres (le cours de la Bourse !). M.G.-G. riTie (for i eachc-cachc marrez io roman ar µ c wrtiz LIVRES La règle d’or du cache-cache Christophe Honoré et Gwen Le Gac Éd. Actes Sud Junior, 18 euros Noir et mystérieux 49 Pas terrifiés pour un sou par la stature écrasante de H. G. Wells, l’auteur de La Guerre des mondes, le scénariste Jean-Pierre Kerloc’h et l’illustrateur Gaëtan Dorémus réussissent l’exploit de donner formes et couleurs à L’homme invisible. Ou les aventures d’un savant qui découvre la formule de l’invisibilité, la vengeance et la haine d’un être humilié, le mépris des hommes pour l’étranger, l’inconnu, celui qui dérange et qui fait peur. Dès la première page, l’insaisissable homme invisible apparaît : il porte un chapeau, des lunettes violacées et un nez rouge. Difficile de passer à côté sans le voir d’autant que des bandages recouvrent son visage. À peine débarqué dans le bourg d’Iping il se fait attaquer par un chien, pourchasser par les habitants, dérober ses économies. Les villageois ont peur, qui est-il : un espion ? un bandit ? un voleur ? La chasse à l’homme invisible est ouverte ! Le fantastique, le mystère et l’absurde, scénarisés sur un rythme tonitruant, sont amplifiés par les dessins qui bordent le texte, l’envahissent ou le ponctuent d’éclats de couleurs. Une histoire effrayante qui tient le lecteur en haleine, mais que les plus jeunes auront du mal à oublier si tôt les yeux fermés. M.G.-G. L’homme invisible Scénario de Jean-Pierre Kerloc’h, illustrations de Gaëtan Dorémus Éd. P’tit Glénat, Coll. Les histoires phares, 12 euros La petite fille nue Texte de Gilles Colleu, illustrations de Ahuura Supply Éd. Vents d’ailleurs, 15 euros



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 1Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 2-3Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 4-5Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 6-7Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 8-9Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 10-11Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 12-13Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 14-15Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 16-17Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 18-19Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 20-21Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 22-23Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 24-25Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 26-27Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 28-29Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 30-31Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 32-33Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 34-35Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 36-37Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 38-39Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 40-41Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 42-43Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 44-45Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 46-47Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 48-49Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 50-51Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 52-53Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 54-55Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 56-57Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 58-59Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 60-61Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 62-63Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 64-65Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 66-67Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 68-69Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 70-71Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 72-73Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 74-75Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 76-77Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 78-79Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 80