Zibeline n°36 décembre 2010
Zibeline n°36 décembre 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°36 de décembre 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 8,8 Mo

  • Dans ce numéro : dossier... entreprises et culture.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 42 - 43  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
42 43
42 SPECTACLES La langue de Molière parle-t-elle encore à l’oreille des enfants ? Pas sûr ! Même mise en voix par des marionnettes poétiques, le Médecin volant passe à côté du jeune spectateur qui ne comprend goutte à son vocabulaire, aux quiproquos et au tourbillon d’actions qui pimentent cette comédie à l’italienne. Pourtant le Théâtre Mu a pris soin d’« édulcorer » la pièce en taillant dans le déroulement originel (16 scènes) et le nombre des personnages (7). Ne retenant à gros traits que l’intrigue, les acteurs-manipulateurs jouent le théâtre dans le théâtre avec générosité et une technique exemplaire, mettant à vue des pans entiers du décor escamotable, déballant accessoires et costumes non sans une certaine ingénuité. Même l’accordéoniste et le régisseur ont leur propre marionnette sur le ventre, les jambes coincées dans les baskets ! Tous les ingrédients de la farce sont respectés - situations comiques et satire de la médecine, stratagèmes et coup de théâtre - mais TOURSKY PÔLEJEUNEPUBLIC PAR LES VILLAGES Questions de vocabulaire ? Théâtre de pays Une quatrième édition enracine en coutume d’automne le sympathique festival Par les villages. Cette démarche qui unit troupes professionnelles et amateurs, toutes ancrées sur la région, permet de décentraliser la culture, la gratuité des spectacles les rend accessibles à tous, les salles sont Molière semble, hélas, à des années lumière des histoires des cours de récré. À l’inverse, le public est en phase avec le vocabulaire technique développé par la Cie Médiane dans sa nouvelle création Les Ariels : images vidéo en mouvement, images photos fixes, outils informatiques d’ailleurs combles. De telles initiatives permettent aux zones rurales de se réapproprier la culture, qui est l’apanage des villes. Mais les productions ne connaissent pas toutes le même bonheur. On gardera en coup de cœur Et toi tu marcheras dans le soleil d’Isabelle Bloch Delahaie (voir Zib’27) à La Roque d’Anthéron, le festif Festen par la compagnie amateur Le théâtre de la grimace à Châteauneuf le Rouge et De Retour chez Gripari à Trets, par la compagnie Sennag’a. Histoires délicieusement racontées où l’on voit des chaussures amoureuses (n’oubliez pas, si un jour vous trébuchez, ce sera sans doute dû aux amours de vos sandales ou de vos bottes !) puis un marchand de fessées retors et sadique et sa bienheureuse conversion. La douceur est toujours gagnante au bout du compte/conte ! M.C. Agnes Petreau dans De retour chez Gripari X-D.R Par les villages 2010 s’est déroulé du 12 au 28 nov dans le Pays d’Aix X-D.R Magie Pô-étique son et lumière. Pourtant les rêves de la mariée qui transformait sa traîne et sa robe virginale en écrans éphémères, sautillait, esquissait quelques pas de danse juchée sur ses échasses, n’ont fait rêver personne. L’embrasement sonore de l’espace tout entier, les éclairs de lumière irradiant jusqu’au plafond et les phrases virtuelles n’y ont rien fait : on demeurait à la marge du spectacle. On aurait préféré s’immerger dans une installation multimédia et déambuler librement entre les écrans transparents, picorant une image furtive, une virgule musicale, un bruissement d’étoffe. Bref, on aurait vraiment vécu le « spectacle ». M.G.-G. o f Le Médecin volant a été joué les 25 et 26 nov, Les Ariels a été créé les 7 et 8 déc au PôleJeunePublic et sera joué au Théâtre Massalia du 4 au 7 janv Dernier spectacle de la Trilogie du Ciel, Nebbia, « le brouillard », apporte ses ombres trompeuses, ses confusions, ses ambiguïtés sur la scène du Toursky. Le cirque Eloïze, mêlé avec bonheur au Teatro Sunil sous la houlette magique de Finzi Pasca, nous entraîne à sa suite, dans une rêverie acrobatique et subtile au cœur des brumes d’un hiver qui s’installe sur les rives du Pô. Tableaux de genre, pastels impressionnistes ou peinture réaliste d’une boucherie à la Soutine, abritent des numéros qui Nebbia, Cirque Eloise 2009. Productions Nebbia-Valerie Remise ne cessent de renouveler et d’épurer les usages des agrès traditionnels. Petite merveille que ces gymnastes sur trampoline, suscitant une ambiance aquatique et bleue… Leur fluidité naturelle laisse pantois. Pas de roulement de tambour, tout semble si limpide et simple : respiration des gestes, beauté des costumes, intelligence des transitions. L’ensemble s’enroule en un rythme sans cesse soutenu, sans cesse surprenant. Quelle richesse d’invention, de registres ! Ils recherchent certes la perfection formelle, mais chargée d’émotion, de rire aussi. Rien ne semble impossible à ces artistes qui jouent, dansent, chantent, se livrent aux acrobaties les plus incroyables avec une aisance qui rend tout évident… MARYVONNE COLOMBANI Le Cirque Eloize et Teatro Sunil se produisaient au Toursky les 3, 4, et 5 déc
CAVAILLON FOS CORNILLON-CONFOUX BERRE L’ÉTANG SPECTACLES 43 Trapézistes de l’amour Créé en 2009 avec l’ensemble artistique du Théâtre de la Ville que dirige Emmanuel Demarcy-Mota, Wanted Petula est le 3 e volet des aventures de Bouli Miro. Un personnage sorti de l’imagination de Fabrice Melquiot, qui lui valut l’honneur en 2002 d’être la première pièce « jeune public » invitée à la Comédie Française. Ce Bouli Miro est désormais un ado, toujours dodu (110 kg tout de même) et myope, amoureux fou de sa cousine Pétula (Clark) qui a disparu dans l’espace « à force de ne plus manger ». Une cousine bien plus rassurante que tous les adultes, complètement azimutés, qui accompagnent le gamin dans son épopée pour la retrouver. Les scènes s’enchaînent sur un rythme de cartoon, les couleurs tonitruent, les comédiens jouent à fond la carte de l’humour décalé, les accessoires sont d’une inventivité joyeuse, la bande son est un personnage à elle seule. Tous les ingrédients sont réunis, même l’envers du décor et les ficelles des effets spéciaux, pour que le spectacle n’échappe pas au public jeune auquel il est destiné. Mais sous la forme enlevée Melquiot et Demarcy-Mota ouvrent aussi des espaces de réflexion et de dédramatisation. La famille recomposée, les parents négligents, la mort et le manque, la littérature comme point d’ancrage, « les petits accidents de la vie qui donnent envie de faire la grève aux humains ». Et bien sûr, l’amour… « qui n’est pas une ligne droite ». Un message final tout simple, après tant de péripéties poétiques et Slips inside Matti Salmi o de folles rencontres (mention spéciale au Petit Prince made in Taïwan). DE.M. Wanted Pétula s’est joué les 23 et 24 nov à Cavaillon Ils sont clowns mais attention, sans nez rouge ni grandes chaussures, c’est dépassé … Pierrot et Marcel (Benoît Devos et Xavier Bouvier, les deux farfelus d’Okidok) sont plutôt du genre acrobates, en slip king size très discrets. Et comme deux stars se préparant à étaler leurs nombreux talents et leurs incroyables qualités physiques, les voilà se mesurant du regard, sinon des muscles, assénant par quelques borborygmes leur fraternelle rivalité. Foin du ridicule ! les numéros se succèdent, les deux compères faisant se répondre, en miroir, mimes, cascades, chamailleries de gamins et portés parfaitement maîtrisés. Sans autre propos que le plaisir de jouer, entre eux mais aussi avec le public. Avec une liberté de ton, un humour primaire (la plaisanterie scatologique est-elle nécessaire ?) presque sans limites, qui fait pouffer malgré lui le plus récalcitrant des spectateurs. Petit bémol ? un poil plus resserré le spectacle aurait gagné en drôlerie, le comique de répétition a aussi ses limites… DO.M. Slips inside a été donné à Berre l’Etang le 26 nov Wanted Petula Jean-Louis Fernandez C’était culotté ! Jeune pousse Helene Dattler Le temps est un fil rouge Sur le plateau, le décor de liège, chanvre, bois, carton est en morceaux, de grandes pièces d’un puzzle que les danseuses vont assembler au long du spectacle. Peu à peu tout va s’assembler, former un jardin sur lequel se dresse un arbre. Sur ce parterre imaginaire les deux danseuses, Louisa Amouche et Adriana Alosi, vont commencer à évoluer, racontant chacune avec ses mots et son interprétation le temps qui passe. Tel ce fil rouge qui traverse le décor, dans lequel elles s’entortillent et avec lequel cette histoire de Jeune Pousse se tisse, le temps prend tout son sens : il rythme les saisons, permet d’appréhender la patience qu’il faut pour attendre que la plante sorte de terre, fait aussi « pousser » l’enfant qui prend peu à peu conscience du monde qui l’entoure… La scénographie d’Hélène Dattler permet la circulation d’un élément à un autre, l’eau, la terre venant parfaire la connaissance de chacun, la compréhension d’un avenir commun, et sert le texte militant de France Cayet. Jusqu’au départ de chaque enfant avec une graine à planter dans son jardin… DO.M. Jeune Pousse a été joué les 20 et 24 nov à Fos, et à Cornillon-Confoux



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 1Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 2-3Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 4-5Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 6-7Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 8-9Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 10-11Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 12-13Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 14-15Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 16-17Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 18-19Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 20-21Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 22-23Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 24-25Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 26-27Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 28-29Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 30-31Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 32-33Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 34-35Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 36-37Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 38-39Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 40-41Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 42-43Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 44-45Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 46-47Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 48-49Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 50-51Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 52-53Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 54-55Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 56-57Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 58-59Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 60-61Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 62-63Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 64-65Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 66-67Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 68-69Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 70-71Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 72-73Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 74-75Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 76-77Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 78-79Zibeline numéro 36 décembre 2010 Page 80