Zibeline n°35 novembre 2010
Zibeline n°35 novembre 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°35 de novembre 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 96

  • Taille du fichier PDF : 8,7 Mo

  • Dans ce numéro : la création en danger.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 66 - 67  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
66 67
66 ARTS VISUELS NOUVEAUX LIEUX À MARSEILLE De nouveaux lieux à Marseille ! Alors que certains ont déjà baissé le rideau (Rlbq, Insulaire), jouent sur le fil (Buysellf ?), ou envisagent la délocalisation (Bonneau-Samames ?) un ailleurs se crée. Ou se réinvente… Où ça ? Une première 1897. Nadar, l’emblématique maître de la photographie, installe au 77 de la Canebière un studio, dont a hérité la famille Detaille. Jusqu’à aujourd’hui l’établissement commercial exposait ponctuellement de la peinture. Dans l’espoir d’une éventuelle conversion de l’atelier en musée, et tout en poursuivant la valorisation du richissime fonds familial de Nadar, Gérard et Hélène Detaille ont fait le pari d’ouvrir aujourd’hui une galerie indépendante dédiée à la photographie. L’ancienne fabrique d’allumettes du quartier Périer accueillera pour son premier évènement une sélection de 70 tirages de Sabine Weiss couvrant la période des années parisiennes à aujourd’hui. Cette grande figure de la photographie humaniste avec Doisneau, Isis, ou encore Willy Ronis, sera présente lors de l’inauguration le 25 nov, à partir de 18h30.C.L. Galerie Detaille 5-7 rue Marius Jauffret, Marseille 8 e 04 91 53 43 46 www.detaille-photo.fr Exposition inaugurale de la galerie Stammegna en cours d'accrochage Claud Lorin/Zibeline Anciens et Modernes L’enseigne réputée de Marc Stammegna glisse de la rue Breteuil pour se rapprocher du quartier des antiquaires. Dans ce nouvel espace de 500m 2 entièrement rénové avec le concours de l’architecte Chantal Costamagna, le galeriste poursuivra ses activités de vente et expertise spécialisées dans l’École provençale et Monticelli, les bronzes (Barye, Bugatti) et objets décoratifs. « Je veux aussi développer le département art moderne avec des artistes comme Zao Wou-Ki, Hartung, Buffet, César qui seront présentés dans l’exposition d’ouverture ». Des valeurs sûres pour une clientèle déjà acquise ou à conquérir installée entre les Alpilles et Nice pendant que 60% du chiffre d’affaire de la galerie se réalise à l’étranger. L’art contemporain est accueilli à la Fondation Monticelli (Klasen jusqu’au 19 déc). Cette année marquera aussi une étape importante pour l’entreprise marseillaise qui représentera en région la première maison de vente aux enchères française, Artcurial. La galerie s’offre ainsi une visibilité agrandie à l’échelle nationale et internationale.C.L. Galerie Stammegna-Artcurial Associé 18-22 rue Edmond Rostand, Marseille 6 e 04 91 37 46 05 www.galerie-stammegna.fr Paris, 1952, photographie de Sabine Weiss exposee a la galerie Detaille, novembre 2010 Sabine Weiss Tous ensemble Promouvoir l’art contemporain à Marseille n’étant pas une sinécure, mieux vaut jouer la carte du collectif. Après l’expérience Vol de Nuits (Confrontation[s] 1), Mireille Batby poursuit son travail de réflexion de croisement des genres et des pratiques collectives contemporains. Espace d’accueil (derniers jours pour l’exposition Mélanie Terrier avec les Instants Vidéo), Grands Terrains (Labelmarseille, m2k13, VillesAllantVers, DesignTheFutureNow) se veut un vivier de pensée et de conception de projets implanté dans le quartier de la Plaine. Un lieu où interviendront photo, vidéo, musique expérimentale, culture numérique, sciences, intégration des publics amateurs et spécifiques. La saison 2010-2011 se développera sous le signe de l’Intrus. Parmi les prochaines propositions : Anonymatx avec l’École d’art d’Aix, les Trobaïritz sur la question de la parité, et Confrontation[s]2. CLAUDE LORIN Installation et objets video de Melanie Terrier aux Grands TerrainsC. Lorin/Zibeline Les Grands Terrains 8 rue Vian, Marseille 6 e 09 54 20 15 85 http://grandsterrains.fr
ART-CADE ATELIERS DE VISU ARTS VISUELS 67 Bord à bord « D’un rivage, en effet, il y a toujours un autre rivage. Une rive appelle l’autre rive. Un bord renvoie à un autre bord » … et si cet autre bord était le Maghreb « généralement associé à l’immigration et à l’identité » ? Dépassant cette vision réductrice, Seloua Luste Boulbina a conçu l’événement Autre bord #1 où s’entrecroisent des rêves d’ailleurs à travers la photographie et la vidéo, les deux vecteurs les plus pertinents pour rendre compte de la création contemporaine en Afrique du Nord. Directrice de programme au Collège international de Philosophie, la commissaire d’exposition a également souhaité faire entendre la parole de penseurs et d’écrivains, invités parfois au coeur des dispositifs comme le dramaturge algérien MohamedKacimi qui fit le 4 nov une lecture piquante de L’Orient après l’Amour (Éd. Actes Sud) sur fond de vidéo de Kader Attia… une fois la bande son éteinte ! Kader Attia, figure internationale installée à Berlin, développe ici une nouvelle série des Rochers carrés, parallèle troublant entre le béton des cités parisiennes et la plage de son enfance à Alger, et une vidéo o Coup de sirocco intimiste, Couscous aftermaths, en hommage aux femmes de son pays. Geste rituel autour d’un couscous improbable, où les fragments de miroirs et les sacs poubelle remplacent la graine de couscous et les plats traditionnels en terre… Sur le même bord de la Méditerranée, le monde peut lui aussi changer, et les points de vue des artistes aussi. Mouna Karray, un pied en France l’autre en Tunisie, jette sur les murs abandonnés de Sfax un regard distancié : dans un style classique irréprochable elle s’interroge sur les transformations irrémédiables du paysage urbain, les murs érigés (série Murmurer) qui sont autant de frontières entre les espaces de vie. Produite pour l’occasion l’installation multimédia de Dora Dhouib, Muslimofmydream.com, réagit à un phénomène social nouveau : celui du public musulman pris comme cible de l’Internet avec l’émergence de sites de rencontres communautaires. Déployés aux quatre coins du monde, ils cherchent l’âme sœur, parlent arabe, français, anglais, se dévoilent sous le voile ou derrière une photo volée. Ils sont tous différents. o Accueillie en 2001 à l’Atelier de visu avec Rives, la photographe Dolorès Marat revient avec une série récente, inédite et toujours en cours : Sirocco. Un tour des paysages, des architectures et des hommes du pourtour méditerranéen, particulièrement des villes mythiques où le temps semble s’être définitivement arrêté. Petra en Jordanie, Rome l’antique ou le grand désert blanc balayés par ce vent venu de terres chaudes. Figés, les rives et les Rochers Carres, 2009, serie photographique, courtesy Kader Attia, Sharjah Art Foundation, galerie Christian Nagel (Berlin & Cologne) N’est-ce pas le fondement même de la manifestation que de souligner toutes les subjectivités qui habitent ces rivages ? M.G.-G. L’Autre bord #1, projet réalisé avec les Rencontres Place Publique, Les Rencontres d’Averroès, l’École supérieure des Beaux-arts de Marseille et l’École d’art d’Aix-en-Provence jusqu’au 7 décembre Galerie des Grands Bains douches de la Plaine et galerie Montgrand, Marseille Art-Cade 04 91 47 87 92 www.art-cade.org visages sont intemporels, fixés à leur tour par un objectif que l’on imagine discret… Dolorès Marat marche, regarde et photographie comme pour révéler l’intériorité des choses qui l’entourent : scènes insolites, fragment de mur, traces animales. De cette mosaïque d’images furtives naissent d’apaisantes sensations, des formes évanescentes et des visions abstraites. Des photographies couleur comme des tableaux, un paysage de Millet, les cieux de Turner, dont le grain velouté est la marque de Palmyre Dolores Marat fabrique : la photographe utilise depuis toujours, et exclusivement, le procédé de tirage Fresson (charbon) qui donne à ses images cette densité étonnante. Le regard y pénètre, s’enfonce, se perd, imagine de multiples scénarios face à une œuvre débarrassée de toute fonction descriptive. Sirocco n’est pas une cartographie de plus du monde méditerranéen mais bien une restitution subjective de ses propres émotions. Dolorès Marat sera présente à l’Atelier de visu du 28 nov au 5 déc pour animer un workshop ouvert à tous, dans la limite des places disponibles. Projection des travaux le 4 déc à l’issue de l’atelier. M.G.-G. Sirocco Dolorès Marat jusqu’au 3 décembre Atelier de visu, Marseille 6 e 04 91 47 60 07 www.atelierdevisu.fr



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 1Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 2-3Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 4-5Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 6-7Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 8-9Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 10-11Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 12-13Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 14-15Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 16-17Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 18-19Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 20-21Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 22-23Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 24-25Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 26-27Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 28-29Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 30-31Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 32-33Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 34-35Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 36-37Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 38-39Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 40-41Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 42-43Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 44-45Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 46-47Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 48-49Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 50-51Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 52-53Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 54-55Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 56-57Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 58-59Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 60-61Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 62-63Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 64-65Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 66-67Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 68-69Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 70-71Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 72-73Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 74-75Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 76-77Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 78-79Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 80-81Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 82-83Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 84-85Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 86-87Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 88-89Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 90-91Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 92-93Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 94-95Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 96