Zibeline n°35 novembre 2010
Zibeline n°35 novembre 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°35 de novembre 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 96

  • Taille du fichier PDF : 8,7 Mo

  • Dans ce numéro : la création en danger.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 56 - 57  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
56 57
56 SPECTACLES COMŒDIA THÉÂTRE GOLOVINE GTP FOS Souvenirs, souvenirs Le Comedia à Aubagne ouvre sa saison jeune public avec une petite forme, Album photos, de la compagnie Belge Orange sanguine. Un conte d’une heure porté à bras le corps par l’auteur et comédienne Jeannine Gretler, éloquente, grimaçante et mimesque. Simplement vêtue d’une robe et d’un collant noirs, elle ouvre son album de souvenirs avec gourmandise sur quelques accords de guitare pour le refermer au son d’un violoncelle. Entre les deux, sa mémoire ne flanche jamais qui, bouleversant la chronologie dans un heureux désordre, se souvient de mille et une anecdotes, passe en revue sa famille, fait resurgir les situations les plus ordinaires : vacances au ski, visite chez les grands-parents, premier copain, rentrée des classes… Le spectacle projette les enfants à cent à l’heure dans le miroir grossissant de leur réalité Album photo Alice Piemme sans jamais les laisser décoller : la comédienne endossant tous les rôles, même celui du chien Pepsi !, sa performance scénique phagocyte tout échappatoire vers un ailleurs, une illusion, un imaginaire. Heureusement le mélange du français, du suisse allemand et de l’anglais donne du relief à cette évocation banale d’un quotidien banal mais malgré tout on ploie sous l’avalanche de paroles et de bruitages que rien ne semble arrêter. Pas même un silence ni quelques notes de musique live bien trop rares. M.G.-G. Album photos a été joué au Comœdia à Aubagne les 27 et 28 oct, et sera repris au Théâtre de Fos-sur-Mer le 18 janv Vous êtes des héros ! Christelle etYourik Golovine, comédiens, danseurs et fondateurs de la Cie Les Eponymes, ont créé Carnet de voyage en forêt enchantée, à partir des photographies oniriques d’Alexandra Merer. Un premier spectacle jeune public réussi, qui touche les enfants. Accompagnés par le danseur butô Emmanuel Sandorfi, les compères inventent une (petite) déambulation interactive sur fond de (petit) message écologique. En préambule, enfants et parents sont invités à revêtir robes de fée et capes de sorcier pour aider la Fée Éry à retrouver la mémoire. Les bouts de chou sont sous le charme de cette drôle de clochette qui les engage à « jouer ». De l’autre côté de la porte, dans la forêt, la gigantesque Lucy Ole a perdu la vue, l’ami Démuz n’a plus d’ouie, « a vu tant d’horreur que ses chansons sont des pleurs » (effectivement) et le Lutin Nô ne sent plus rien. Les enfants deviennent les « magiciens du présent », de véritables petits héros qui sont les seuls à les aider. Ils accomplissent leur mission en chantant et dansant, certains intimidés, d’autres plus téméraires, avec des étoiles dans les yeux. Un spectacle qui plonge les enfants au cœur du dispositif et qui distille avec finesse et modestie, un début de petite conscience écolo. Une aventure à voir avec des yeux d’enfants, pour ne pas sentir les limites naïves du discours « le monde est si joli, il faudrait mieux le regarder » : après tout, ils ont raison. DE.M. Carnet de voyage en forêt enchantée s’est joué du 23 au 26 oct au Théâtre Golovine, Avignon, dans le cadre d’une programmation de « l’Eveil Artistique des Jeunes Publics » Carnet de voyage en foret enchantee X-D.R Contes à l’école Nasreddine Hodja, le sage du village s’avance entre les grillons et une légère darbouka. Malin, roublard, il sait tourner toutes les situations à son avantage ; seul son fils réussit à le prendre à son propre piège avec une délicieuse histoire de loukoums empoisonnés… Les yeux brillant de gourmandise, le public nombreux d’enfants (cinq centres aérés bénéficiaient de ce spectacle) est conquis, se passionne, s’intéresse, participe… Agnès Pétreau et Brigitte Quittet savent varier les rythmes, interprètent tous les personnages, créent un monde drôle, vivant, chatoyant, s’accompagnent d’instruments variés. Les histoires brèves et denses s’enchaînent en pirouettes légères. Un feu d’artifice qui sait tenir jusqu’au bout un public d’enfants peu habitué au théâtre. Car il y a là-dedans toute la sagesse des clowns… M.C. Contes sur les chemins de l’Orient par la Senna’ga Compagnie, a été joué à l’école La Mareschale, Aix le 27 oct De Retour chez Gripari Les 20, 21 et 22 nov Trets, Pourrières, Venelles www.sennaga.com
Deux d’un coup ! Les enfants ont été gâtés au GTP lors de la matinée du 17 oct. Roland Hayrabédian, qui affirme son goût pour les contes, reprenait deux pièces que l’on connaît bien dans la région, dans lesquelles un récitant (François Castang) explique et raconte ce que disent les instruments. Une première partie truculente et enlevée, la superbe Revue de Cuisine du compositeur tchèque Bohuslav Martinu, « ballet pour instruments », (texte de Christophe Garda) dans laquelle les amours tendres de monsieur Chaudron et madame Couvercle sont perturbées par les manigances de la coquette mademoiselle Moulinette qui cherche à impressionner le mauvais garçon qu’est Torchon… Monsieur Balai remet de l’ordre… tout cela avec des airs des années folles, charleston, tango, jazz…Visiblement, les instrumentistes s’amusent, les facéties des ustensiles réjouissent la salle, le public enfantin est conquis… il en va de même avec Le Petit Tailleur de Tibor Harsanyi, hongrois, qui fit partie avec Martinu de l’École de Paris au début du XXe. On retrouve les aventures rocambolesques du petit tailleur si fier d’avoir tué sept mouches d’un coup et qui devra affronter des géants, un sanglier digne de celui des travaux d’Hercule et une licorne pour obtenir la main de la princesse… Un moment musical de toute beauté, les sept instrumentistes s’en donnant à cœur joie. Et la preuve une fois de plus que les enfants ont le droit de prétendre à la qualité dans des spectacles qui enrichissent et affinent leur goût. On se prend à rêver que les générations ainsi formées échapperont aux soupes médiatiques ! MARYVONNE COLOMBANI Le Petit Tailleur et La Revue de cuisine ont été donnés au GTP le 17 oct Francois Castang, recitant Radio France, Ch. Abramowitz LIVRES/DISQUES 57 Mother Marie ! Les éditions Bleu nuit lancent une nouvelle collection de livresdisques qui racontent la musique à travers des anecdotes liées à la vie des grands compositeurs. Avec Marie Drucker comme narratrice, mais aussi comme auteur… Zibeline : Comment avez-vous été amenée à réaliser ce projet d’ouvrage pour la jeunesse ? Marie Drucker : C’est simple… Jean-Philippe Biojout m’a contactée pour les éditions Bleu nuit, sachant que je suis une passionnée de musique classique. J’ai été intéressée par ce projet d’accession à la musique, avec la nostalgie que j’ai des ouvrages que j’écoutais moi-même, enfant, comme Le Petit Ménestrel… J’ai été séduite par ces histoires originales de musiciens, mais j’ai néanmoins tenu à m’impliquer directement dans la co-direction artistique. C’est ainsi que j’ai soumis une réécriture des histoires avec ma touche personnelle. Enfin il y a les illustrations de Valérie Lenoir qui a un talent fou ! Avez-vous des souvenirs précis d’ouvrages pour enfants qui vous ont marquée ? Oui, une histoire en 33 tours que j’aimerais bien retrouver qui s’appelait Peter Elliot et le Dragon : cela me fascinait. D’où vient votre passion pour la musique classique ? Mon père était vice-président de RTL et j’ai eu la chance d’avoir ainsi accès à de nombreux disques. J’ai écouté un peu toutes les musiques, mais suis venue à la musique classique par le rock ! avec les Beatles, les Stones, les Clash… Quelles sont les premières musiques classiques qui vous ont procuré des émotions ? Je crois que comme un peu tout le monde c’est d’abord Mozart qui m’a fascinée. Parlez-nous un peu de ces ouvrages ! Les deux premiers sont consacrés à Haydn et Ravel. Quatre autres sont en projet. Ce sont des histoires loufoques et anachroniques où l’humour prime. Je voudrais que cela plaise aussi aux parents… comme aux grands frères. Vous êtes vous-même narratrice. C’est nouveau pour vous ce rôle de comédienne ? Souvenirs à partager Qui ne connaît les aventures facétieuses du petit Nicolas ? Le succès en est tel que le livre a inspiré film et série animée, et certaines caricatures… Les éditions Gallimard ont repris par tranches, en format poche les tribulations inédites du petit héros (IMAV éditions 2006). Le septième volume paraît comme un avant-goût des fêtes, Le Petit Nicolas, c’est Noël ! On y retrouve avec plaisir de délicieuses bouffées de jeunesse, la prose légère de ces confidences, justifications, chantages, problèmes de bonbons et d’arithmétique, lettre au père Noël, aide diligente à maman (qui s’en passerait bien !), distribution des prix… et puis, il y a les camarades du petit Nicolas, Alceste et son éternel goûter, Agnan, le chouchou de la maîtresse, Clotaire, X-D.R Oui ! et c’est un bon souvenir ! Jean-Philippe qui est un artiste lyrique m’a bien aidée. C’est lui aussi qui s’est principalement chargé du choix des musiques. Avez-vous personnellement une pratique de la musique ? Je voudrais me remettre à la guitare. J’ai joué du piano et c’est un regret pour moi de ne plus pouvoir travailler la musique faute de temps. Je me console en allant aux concerts. On vous voit chaque année aux Victoires de la Musique, cérémonie qui offre à un public large un accès à la musique classique. Cet aspect pédagogique vous tient-il à cœur ? Je n’osais pas aborder ce sujet, mais je pense effectivement que l’art doit être mis à la portée de chacun, et que l’éducation musicale de la jeunesse doit se faire le plus tôt possible. ENTRETIEN RÉALISÉ PAR JACQUES FRESCHEL Marie Drucker sera à Marseille pour une dédicace de La Perruque de Joseph Haydn, premier livre disque de la « Collection Les histoires musicales imaginaires » à la Fnac Bourse le 26 nov à 17h et 20h Geoiffroy, Eudes, Rufus, Joachim, Maixent, réunis par exemple dans une inénarrable partie de rugby : les All Blacks ont intérêt à bien se tenir ! C’est drôle, vivant, un délicieux parfum d’enfance que l’on retrouve avec plaisir. M.C. Le Petit Nicolas, c’est Noël ! Sempé/Goscini Éd. Gallimard, Folio Junior 6 euros Le Petit Nicolas, c`cst Nod !.. }



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 1Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 2-3Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 4-5Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 6-7Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 8-9Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 10-11Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 12-13Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 14-15Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 16-17Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 18-19Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 20-21Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 22-23Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 24-25Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 26-27Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 28-29Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 30-31Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 32-33Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 34-35Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 36-37Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 38-39Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 40-41Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 42-43Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 44-45Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 46-47Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 48-49Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 50-51Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 52-53Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 54-55Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 56-57Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 58-59Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 60-61Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 62-63Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 64-65Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 66-67Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 68-69Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 70-71Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 72-73Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 74-75Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 76-77Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 78-79Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 80-81Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 82-83Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 84-85Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 86-87Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 88-89Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 90-91Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 92-93Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 94-95Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 96