Zibeline n°35 novembre 2010
Zibeline n°35 novembre 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°35 de novembre 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 96

  • Taille du fichier PDF : 8,7 Mo

  • Dans ce numéro : la création en danger.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 42 - 43  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
42 43
%II rip, l’univers mystérieux et fantastique de 42 MUSIQUE CONTEMPORAINE JAZZ L’arbre ne cache pas la forêt Musicatreize était sur les planches du Gymnase le 4 nov pour faire découvrir la très belle musique du compositeur contemporain finlandais Tapio Tuomela Sixième et avant-dernier conte musical commandé à un compositeur contemporain, Antti Puuhaara nous plonge dans 1714 : 4 1 Antti Puuhaara Hannu Vaisanen la forêt finlandaise. Déjà donné en partie en version concert, la représentation scénique est une réussite. Aurélie Hubeau joue sur une dualité du chœur, arbres prenant tour à tour l’identité d’un personnage. Manipulant lui-même sa marionnette de marchand riche et méchant, le comédien Olivier Boudrand projette sa voix avec clarté et en français à travers des images créant une atmosphère chimérique alors que le chœur de 12 solistes chante en finnois le monde magique et ténébreux de la forêt. Avec une écriture subtile, colorée et pleine d’effets vocaux et instrumentaux (accordéon, harpe, clarinette, violon, alto et violoncelle) sous la direction précise de Roland Hayrabedian, la quête du jeune Antti et son voyage vers des contrées hostiles a trouvé dans cet opéra de chambre proche du théâtre le terrain idoine à sa prospection vers l’idéal. En présence du compositeur, l’auditoire a su apprécier ce concentré scénique et musical qui emmène vers un univers lointain et plein de surprises. On souhaite donc à cette forme ensemble/chœur/marionnettes, qui a signé le succès La jeune fille aux Mains d’argent de Télémaque, de concourir sur de nombreuses scènes à la popularisation de la musique contemporaine. FRED ISOLETTA Berlin express Brecht et Dessau étaient les invités d’un cabaret allemand du 10 au 16 nov à La Criée Quand la mise en musique des textes de Brecht est évoquée, c’est tout de suite à Weill que l’on pense, reléguant au second rang la fructueuse collaboration qu’a entretenue le dramaturge avec le compositeur Dessau. C’est justement ce duo qui était à l’honneur, la comédienne Nada Strancar revisitant avec succès l’esprit du cabaret allemand sur des musiques tantôt populaires, tantôt avant-gardistes et musichall, Dessau ayant durant toute sa carrière exploré Vertigo Songs et Las Hermanas Caronni étaient en concerts le même soir au Forum de Berre… différents styles d’écriture. Accompagnée par un trio original composé de François Martin au piano, Jean-Luc Manca à l’accordéon et Guillaume Blaise aux percussions, notre Mère Courage pouvait placer la tessiture grave de sa voix, parfois proche du parlé dans l’esprit outre-Rhin sur des textes plus acerbes les uns que les autres, regorgeant d’humour, de métaphores et de double sens sarcastiques. Et même si elle est avant tout comédienne et non chanteuse, ce qui pourrait choquer quelques oreilles puristes, l’atmosphère créée n’est certainement pas si éloignée du cabaret berlinois des années 30… FRÉDÉRIC ISOLETTA Perrine Mansuy Dan Warzy Nada Strancar Christian Ganet Double Je Regards croisés, mixité des genres, double jeu singulier sous le regard d’Aphrodite : je, ce soir, était une femme. Ouverture de la soirée par le quartet Vertigo Songs de Perrine Mansuy : jeux d’ombres et de lumières entre la pianiste et les autres musiciens ; jeux de mots portés par la voix chaleureuse de Marion Rampal quand le texte devient matière, le sens devient son ; jeu de scène affirmé, plasticité de la gestuelle, quand ses mains invitaient le percussionniste -Jean-Luc Difraya- et le guitariste -Rémy Decrouy- à venir communier dans cet univers ouaté. Mais jeux de rôles aussi quand le clavier devient voix : mélodies colorées, harmonies modales entre un return to forever de Corea et le trio magique de Keith Jarrett ; un bel univers métissé bannissant les frontières stylistiques, pourtant un peu monochrome à la longue, posant trop souvent des gestes rituels érodés (jeu dans le piano, samples…). Entrée en scène des sœurs jumelles Caronni : « jeu mêlé » de celles nées sous le signe du tango dans une Argentine multiculturelle où les mélodies teintées de nostalgie vagabondent entre tangos et milongas. Deux voix à l’unisson, vibrantes et sensuelles, portées par la rondeur du violoncelle en conversation avec la clarinette, se nouent et se dénouent au gré des regards ; duo de femmes majuscules sous l’égide de la grâce et de la beauté. Le grand jeu, simplement, en toute féminité. CHRISTOPHE FLOQUET
ACTUELLES JAZZ MUSIQUE 43 Profession ? Diva du jazz ! Romero Lubambo et Russel Malone sont deux grands maîtres de la guitare qui symbolisent d’une certaine façon les Amériques. L’une, pour le jazz, le blues, et l’autre, pour la bossa-nova et les rythmes cubains. Ils sont les fidèles compagnons de route de la chanteuse Dianne Reeves lorsqu’elle se produit dans cette formation restreinte. Une introduction par les deux guitares démarre en dialogue rapide, rythme/chorus et vice-versa. La chanteuse entre en scène et instantanément sa présence charismatique subjugue le public. La main gauche bouge et semble placer la voix dans l’espace, des graves aux aigus, avec une aisance et une justesse remarquables. La couleur profonde de cette voix aux harmoniques riches explore le chant africain, cubain, brésilien, le blues, le jazz, avec une pointe de fado peut-être... Le répertoire de la grande dame est épatant de chaleur, d’humour aussi, et le public, inévitablement mis à contribution, tape des mains. Un concert très agréable qui a su instaurer un climat très intime, alors que la grande salle était comble ! D.W. Ce concert a eu lieu le 2 nov à l’Auditorium du Palais du Pharo à Marseille dans le cadre de la programmation de la Criée CD : When you know Label Blue Note EMI Diane Reeves Christian Lantry Le ton est donné Q, Le concert des High Tone au Cabaret Aléatoire s’est déroulé à guichet fermé le 6 nov, devant une jeunesse marseillaise en transe et captivée. Hypnotique, le collectif lyonnais a inondé la salle d’un dub puissant et efficace, flirtant par moments avec une jungle enivrante, emportant sur son passage un public tout en vibrations. Un cocktail électro réussi qui célèbre le dernier album du groupe et faisait vite oublier la longue attente à l’entrée. Servi par un visuel en adéquation avec cette musique urbaine parlant à la fois le langage de l’esprit et du corps, le concert entrait en résonance parfaite avec ce lieu, cette friche. Un triptyque de montages vidéo répétitifs très graphiques happait sans relâche dans ce monde virtuel, ce monde où le son et l’image, de concert, parlent directement au corps. PASCALE FRANCHI Elle est libre Jeanne Libre, taquine et douée assurément. Jeanne Cherhal est un électron qui s’est plongé une année en autarcie volontaire, pour enregistrer son nouvel album Charade (avec l’unique complicité de l’ingénieur du son YannArnaud). 11 chansons reliées par un fil conducteur, une charade en quatre étapes, écrites, composées et entièrement interprétées par cette jeune pousse qui dépoussière la variété française. Pour passer de la galette à la scène, elle s’est entouré des 4 musiciens de la Secte Humaine (ex-little Rabbits sur la tournée de Philippe Katerine) qui apportent un son pop rock incontestable et parviennent tout juste à faire le poids contre le flot de féminité que déverse la chanteuse. Si l’homme est le sujet central de ses charades, exit le prince charmant, elle évoque sans complexe les nondits de l’amitié homme-femme (En toute amitié), ses doutes sur le mariage (Lorsque tu m’as), les ruptures amoureuses (Hommes perdus), les angoisses de la vie quotidienne. Les « obsessions » d’une « girly » devenue femme qui assure le show, usant et abusant de jolis jeux de jambes pour séduire un public à l’évidence sous le charme. Des textes qui se diluent parfois mais ouvrent aussi de beaux espaces notamment avec Le Tissu ou la métamorphose d’une « femme fantôme, linceul et monochrome » et Un trait : danger qui rappelle son engagement pour les sanspapiers. Une Jeanne Cherhal un poil vampirisante, mais absolument talentueuse. DE.M. Ce concert a eu lieu le 5 nov à Cavaillon Elle se produit aussi le 8 déc à 20h30 Théâtre des Salins, Martigues 04 42 49 02 00 www.theatre-des-salins.fr Tania et Vincent Showman explosif Dans un Cabaret Aléatoire chauffé par une foule au diapason, Jazz en Ville accueillait le 11 oct Aloe Blacc, auteur du célèbre I Need a Dollar. Show à l’américaine, soul and r’n’b aux influences variées, l’ex-rappeur d’Emanon est devenu aujourd’hui un chanteur multi-instrumentiste et qui rappelle Keziah Jones… dont il aurait pris le meilleur. Repéré aux États-Unis avec son titre-phare par la série How i Meet Your Mother et en France par le générique du Grand Journal, le Californien n’en est pas à son premier coup d’essai ! 2 albums solo et 11 opus avec les rappeurs d’Emanon. Le public de la Friche le retrouvait dans la même configuration que 4 ans auparavant, dans une ambiance électrisée par le groupe TY (Special Kind Of Fool) qui a offert en première partie un show de grande qualité malgré quelques problèmes de réverbération. JULES PIGNOL Vie à deux Avec quatre représentations par semaine (du jeudi au dimanche), Vis à Vies va investir la scène marseillaise, en l’occurrence celle du nouveau Théâtre des Chartreux. Le spectacle (déjà reconnu) qui s’intitule Récréation sera perméable aux invitations surprise piquantes... On peut effectivement dire que Clef de Scène a mille fois raison de soutenir la pétillante chanteuse Myriam Daups et son acolyte compositeur et multi-instrumentiste Gérard Dahan pour un voyage musical et poétique plein d’humanité surfant entre humour et émotion. D’ici là, n’hésitez pas à découvrir ce duo vivifiant sur la scène de la Manare à Sainte-Mitre-les-Remparts (27/11) avec leur nouveau spectacle Au Coin de la Rue, une avant-première avant la tournée de 2011. F.I. Récréation du 2 au 31 déc Théâtre des Chartreux, Marseille 04 91 50 18 90 www.visavies.fr ID



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 1Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 2-3Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 4-5Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 6-7Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 8-9Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 10-11Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 12-13Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 14-15Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 16-17Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 18-19Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 20-21Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 22-23Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 24-25Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 26-27Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 28-29Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 30-31Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 32-33Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 34-35Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 36-37Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 38-39Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 40-41Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 42-43Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 44-45Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 46-47Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 48-49Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 50-51Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 52-53Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 54-55Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 56-57Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 58-59Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 60-61Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 62-63Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 64-65Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 66-67Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 68-69Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 70-71Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 72-73Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 74-75Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 76-77Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 78-79Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 80-81Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 82-83Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 84-85Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 86-87Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 88-89Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 90-91Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 92-93Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 94-95Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 96