Zibeline n°35 novembre 2010
Zibeline n°35 novembre 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°35 de novembre 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 96

  • Taille du fichier PDF : 8,7 Mo

  • Dans ce numéro : la création en danger.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 30 - 31  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
30 31
30 ARTS DE LA RUE PORT-SAINT-LOUIS ARLES LIEUX PUBLICS Sont pas frileux les artistes ! Pour sa deuxième édition, la manifestation Carrément à l’Ouest, toujours sous l’impulsion de Scènes et Cinés et du Citron Jaune, s’est installée dans le quartier Ambroise Croizat, entre pavillons, immeubles et surface commerciale. Malgré le froid (oui, il fait froid mioctobre !) et les annulations (la faute du vent pour le duo Hautes-pointures des Colporteurs et une blessure pour la cie Jeanne Simone) le public était au rendez-vous. Bravant le Mistral, le duo poétique Tarina des Colporteurs s’est élancé, funambules aussi virtuoses sur la terre ferme que sur leur filin composant leur structure en étoile qui semble flotter dans l’espace. Léger sourire aux lèvres Elle trottine, saute, natte ses cheveux comme si de rien n’était, tandis que Lui, plus sérieux, la regarde, et commence à la suivre… La rencontre se fera après quelques très beaux moments de poésie suspendue, de danse dans les airs, d’étreintes poignantes… À quelques pas de là attend la savoureuse Hélène Pirenne, alias Lorgnette, devant une palissade ingénieusement bricolée. On s’installe fissa, elle rigole pas Lorgnette. En apparence du moins… Les Colporteurs D.M. Avec force onomatopées, personnages de chiffon et gestes suggestifs, elle raconte Le Petit Chaperon rouge. Enfin, SON petit Chaperon rouge, une vision très personnelle et hilarante adoptée à l’unanimité ! Elle prend le temps de consulter le livre, faudrait pas se tromper dans l’ordre des saynètes, de fustiger la mère-grand qu’elle trouve au lit avec le chasseur, de balader le chaperon, et, surtout, d’enfiler le costume du loup qui lui va comme un gant. Jouissif ! Puis, en fin d’après-midi, Solita s’avançait avec, dans sa petite carriole, tout son univers d’exilée espagnole qu’elle exposait à ce pays d’accueil enfin trouvé. Sous une banderole de bienvenue elle se raconte : la guerre, « que mierda ! », sa famille, la religion, son amour, son pays, qu’elle chante et danse, ses espoirs… et l’Espagne, dont les poncifs appuyés par cette drôle de clown provoquent le rire malgré tout. On prend rendez-vous pour l’année prochaine ? DO.M. Carrément à l’Ouest a eu lieu à Port- Saint-Louis du 13 au 16 oct Juste pour rire ! D Droits dans leurs grandes chaussures de clowns, les Cousins vont se mettre au travail. En tous cas c’est ce qu’ils promettent, avant de partir faire autre chose bien sûr. Enfin du moins René le répète, « Au travail ! », parce que Julot, lui, aimerait bien se poser un peu, sur un coin de chaise par exemple, après avoir suspendu son pardessus sur le facétieux porte-manteau à bascule… Il y en a du travail dans ce numéro de clowns qui revisitent leurs classiques : gags basés sur l’accumulation, la répétition, le jonglage d’assiettes qui mène au carnage ménager, la malle à malice qui garde son mystère, les verres d’eau recrachés par cinquante jets brefs, les bretelles capricieuses, les ballons qui s’envolent… Rien n’est inconnu dans ce répertoire et pourtant tout semble frais et fin : en dignes héritiers des personnages les plus marquants d’une tradition circassienne un rien évaporée, ou de héros disparus du cinéma burlesque tels les Marx Brothers, Keaton ou Chaplin, René et Julot réinventent les gestes et les situations, jusqu’au concert interactif humide et maîtrisé de bout en bout ! DO.M. Ça va pas se faire tout seul a été joué au CDC de Saint-Martin de Crau dans le cadre de Cirque et Entresorts Vincent Muteau Quand la rue manifeste En ce contexte de conflit social Small is beautiful s’est poursuivi avec un peu moins de succès. Comme si l’art de la rue trouvait un prolongement naturel dans la contestation publique, qui du coup lui volait ses troupes… À Aubagne il y eut moins de monde qu’on aurait cru, à Martigues à peine plus, et la venue du Collectif Berlin, coproduite par le Merlan et les Rencontres d’Averroès, s’avéra peu spectaculaire : les dispositifs vidéos, environnés ou non de performances, emmenaient vers des portraits de villes très bien construits mais lointains, tandis que sur les trottoirs marseillais s’accumulaient les tas malodorants des reliefs de nos vies intimes, et que dans les manifs les gorges s’égosillaient, inventant des slogans anciens. La rue, occupée à se révolter, à s’engorger, à occuper l’espace, n’était plus attentive à ces petites choses qui, grâce à Lieux Publics, déstabilisent régulièrement son quotidien routinier… La Sirène du 3 déc fleurait encore cette révolte-là. La loi votée, les poubelles ramassées, les sirènes des bateaux bloqués retentissant moins fréquemment au lointain maritime, la vie banale semblait reprendre ses droits, et le rituel du premier mercredi du mois rassembla le public habituel… qui se trouva face à une manifestation de carton ! Des manifestants très réalistes, dessinés à l’échelle et affublés de pancartes aux slogans ravigotants, revigorants, métaphysiques, d’aphorismes drôles qui claquaient comme autant de trouées dans le réel, interrogeaient finement le rapport de la psyché au social. Le plus éclairant étant sans doute : Quand j’ai la tête dans le sac, mon surmoi est-il dedans ou dehors ? Ou (plus politique ?) Une chaussette propre est une chaussette qui ment. La performance qui visait à verbaliser tout cela, et à entraîner un mouvement collectif du public, fut moins heureuse que cette installation. C’est que la rue ne s’y trompe pas, et ne se laisse entraîner que dans ce qu’elle souhaite : décidément manifester n’est pas jouer. AGNÈS FRESCHEL Small is beautiful s’est déroulé jusqu’au 23 oct. La sirène de novembre a été proposée par les Cubiténistes le 3 nov. À venir La prochaine sirène est confiée à Nicolas Cante, qui va disposer 12 pianos désaccordés sur le parvis, et tenter de vous faire trouver un accord -non tempéré- avec la sirène d’alerte… qui sonne faux bien sûr ! Mekanik kantatik Le 1er dec à midi tapante Parvis de l’Opéra de Marseille www.lieuxpublics.fr
THEATRE DU CHÊNE NOIR DIRECTION G ERA RD GELA 5 SCENE D AVIGNON Contemporain Avec Traces, le collectif de cirque québécois Les 7 doigts de la main livre un cocktail à la croisée du cirque, de la danse, du dessin et de la musique. Un cirque ingénieux et original, à dimension humaine, qui régénère l’acrobatie traditionnelle en l’associant au meilleur de la culture urbaine : tout est OCDphoto prétexte à la performance, à la prise de risque, aux tours de forces acrobatiques entre mâts chinois, skateboard, ballon de basket dans un esprit résolument jeune et pétulant. Une pure énergie qui, en prime, jongle aussi avec la musique : de l’électro à la salsa, de Radiohead à Gonzalès. Traces Les 12 déc Théâtres en dracénie, Draguignan 04 94 50 59 59 www.theatresendracenie.com les 15 et 16 déc Théâtre de Nîmes 04 66 36 65 10 www.theatredenimes.com Regarde Zimmermann& de Perrot ont travaillé pour Chouf Ouchouf (regarde, regarde encore !) avec le groupe acrobatique de Tanger. Le résultat produit une merveille d’acrobatie et des étincelles de magie pure. Ancré dans la réalité du Maroc, le spectacle amène l’exploit acrobatique au plus près d’une émotion qui s’appelle poésie. Chant, danse, musique accompagnent les numéros d’équilibre de ces acrobates hors pairs qui revendiquent leur identité avec humour et virtuosité. Chouf Ouchouf Les 10 et 11 déc Théâtre La Passerelle, Gap 04 92 52 52 52 www.theatre-la-passerelle.eu ima9lemuRlmAelIa 44 80 33 31 U CREATION CHÉNE NOIR F EYD EAU MAIS N'TF PROMENE DONC PAS TOUTE NUE Mise en scène Gérard GELAS Avec Emmanuel BESNAULT QIivi FOREST Guillaume LANSON Marie PAGES 7 Brouillard Nebbia est le dernier spectacle de la Trilogie du Ciel, une production du Cirque Eloize et du Teatro Sunil. L’imagination du metteur en scène Finzi Pasca atteint des sommets poétiques. Les acrobates sont également acteurs, danseurs, chanteurs et musiciens. Dans un écrin de fantaisie et de lyrisme, les tableaux présentés sont toujours associés à un rêve. Pour rire, réfléchir et pleurer. Nebbia Du 3 au 5 déc Théâtre le Toursky 0820 300 033 www.toursky.org Virtuoses Accompagnée de trois solistes lyriques (soprano, baryton et haute-contre), la fanfare Les Grooms, bien connue des amateurs de festivals de rue, revisite l’opéra d’Henry Purcell, le Roi Arthur. Dynamitant tous les codes habituels de la représentation, les musiciens de la fanfare n’ont besoin ni de partitions, ni de décors, encore moins de chef d’orchestre pour réinventer la trame de l’opéra, jouant pour et avec le public cette histoire d’amour et de rivalité avec virtuosité et beaucoup d’humour. Un Roi Arthur Le 11 déc à 19h Théâtre de l’Olivier 04 42 56 48 48 www.scenesetcines.fr Du 18 NOVEMBRE AU 5 DÉCEMBRE Jeudis 19h - Vendredis et Samedis 20h Dimanches 16h (et representations sookaires) Théâtre du Chêne Noir 8bis rue Sainte - Catherine - AVIGNON www.chenenoir.fr LOC14TIOr+IS : 0490 8240 57 du mardi au vendredi de 14h â 18h En ligne : ohenenoir.fr FNAC ; 08 92 66 36 22 (0,M € rmn} - www.fnac,com gion PAC. V a:prs.iwR VAUCLUSE



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 1Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 2-3Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 4-5Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 6-7Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 8-9Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 10-11Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 12-13Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 14-15Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 16-17Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 18-19Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 20-21Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 22-23Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 24-25Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 26-27Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 28-29Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 30-31Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 32-33Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 34-35Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 36-37Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 38-39Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 40-41Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 42-43Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 44-45Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 46-47Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 48-49Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 50-51Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 52-53Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 54-55Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 56-57Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 58-59Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 60-61Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 62-63Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 64-65Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 66-67Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 68-69Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 70-71Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 72-73Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 74-75Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 76-77Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 78-79Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 80-81Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 82-83Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 84-85Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 86-87Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 88-89Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 90-91Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 92-93Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 94-95Zibeline numéro 35 novembre 2010 Page 96