Zibeline n°34 octobre 2010
Zibeline n°34 octobre 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°34 de octobre 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 9,6 Mo

  • Dans ce numéro : Avignon... à fond les saisons !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 60 - 61  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
60 61
60 ARTS VISUELS BANDOL FABRIK89 ARTOTHÈQUE Nouvelle vague À l’heure où la 7 e édition de L’œil en Seyne bat son plein (jusqu’au 7 nov), Bandol lance son premier festival de photographies Horizon vertical. Une « photoïncidence » surprenante, légitimée par l’installation de Louis Lumière à Bandol de 1935 à 1948 et la volonté de la Ville de dérouler le fil rouge de la mémoire. L’inauguration se déroulant d’ailleurs en présence de ses petits-enfants… Sauf que la posture est résolument contemporaine grâce à un commissariat co-signé avec l’association Art&A et une carte blanche offerte à la galerie parisienne Esther Woerdehoff. Au Centre culturel, à la galerie Ravaisou et au parc du Canet (en plein air), 24 photographes français et internationaux dessinent « un périple Odysséen » composé de bords de mer, d’architectures du littoral et d’environnement. 30 ans et déjà deux prix ! La Bourse du talent #40 et la Mission jeune artiste 2010, et l’adoubement de la Bibliothèque nationale de France qui vient d’intégrer à sa collection une œuvre de sa série Artefact. Le jeune photographe Julien Lombardi se sent « encouragé sur le chemin qu’il s’est choisi » après ses études d’anthropologie à la MMSH d’Aix et une année vagabonde au Maghreb et en Afrique de l’Ouest. Une parenthèse qui fut aussi une révélation alors même qu’il « fait des images » depuis ses 7 ans et lui fit préférer l’épanouissement de son imaginaire aux travaux de recherche. À la galerie Fabrik 89, les épreuves d’Artefact frappent par leur matité (« une texture qui absorbe la lumière et évite les reflets »), leur étrangeté (impression de jamais vu) et le protocole mis en œuvre. Solitaire, Julien Lombardi aime plus que tout explorer au volant de sa voiture, la nuit, le territoire alpin pour offrir un portrait en creux d’uneei Un état des lieux tantôt distancié - les discothèques inanimées de Christophe Mauberret -, historique - les vestiges de bunkers de Philippe Calandre -, ou poétique avec Loan Nguyen. Au Centre culturel, la sélection se caractérise par une Déclic nocturne o certaine unicité de tons (sentiment d’inachevé) et de thèmes (nature déshumanisée). Dans son prolongement, la proposition de la galerie Esther Woerdehoff opère une cassure stylistique en multipliant les points de vue et les sujets : activités population rurale qui, en principe, est en train de dormir ! Une façon d’interroger les hommes par leur absence, de n’en conserver que leurs empreintes, de faire surgir du noir absolu la trace de leur passage : deux pompes à essence, des meules de foin, des fanions colorés, une construction inachevée… Des photos pensées comme une « mise en scène de la théâtralité du monde » nées au cours d’un long travail de repérage, tout feux allumés. Inconsciemment, peut-être, Julien Lombardi inscrit son œuvre dans la photographie plasticienne tout en ne perdant jamais de vue le travail de collecte à la rigueur toute scientifique. M.G.-G Artefact Julien Lombardi jusqu’au 27 novembre Fabrik 89, Marseille 7 e 04 91 55 58 29 www.fabrik89.com Artefact Julien Lombardi Bunker, France, 2002 Philippe Calandre Art tôt nautiques, bâti, industries, ailleurs… Comme s’il s’agissait d’ouvrir encore l’horizon sur le Grand large avec, notamment, le traitement perturbateur de la couleur chez David Koenig, bleu vif circonscrit à un carré incrusté dans le noir et blanc. Une irruption qui pourrait donner le ton à un événement que d’aucuns attendaient dans cette paisible cité balnéaire. MARIE GODFRIN-GUIDICELLI Horizon vertical jusqu’au 14 novembre Centre culturel (Horizon vertical), galerie Ravaisou (Grand large), parc du Canet (en plein air), Bandol 04 94 29 22 70/04 94 29 37 35 www.bandol.fr o Le 6 oct, l’Artothèque du lycée Artaud vernissait l’exposition de ses vingt ans d’activité. La structure est née autour d’un groupe d’enseignants et d’élèves qui voulaient « favoriser la rencontre de l’art contemporain par le jeune public, apporter aux lycéens un complément de formation par l’éducation du regard et l’approche des disciplines artistiques ». La Proviseure dans son allocution a rappelé l’originalité et la singularité de cet héritage, qui passe commande à des artistes (elle possède un fonds de près de 400 œuvres), prête son fonds aux adhérents, édite des cahiers monographiques, expose des artistes majeurs. Pour son 20 ème anniversaire, l’Artothèque a donc publié le troisième volume de ses portfolios (voir Zib 31) qui réunit les œuvres de 45 des 61 artistes qui y ont réalisé une exposition personnelle depuis sa création. Le document de très belle facture a été tiré à 190 exemplaires numérotés, vendus au prix de 200 euros. Les premières planches du portfolio ainsi que celles des deux précédents documents sont l’objet de l’exposition, présentée ce soir là par les élèves de terminale : un panorama pointu et pertinent des plus intéressants artistes de notre région. Car connaître l’art tôt, à l’artothèque, permet de côtoyer les plus grands… YVES BERCHADSKY X-D.R www.lyc-artaud.ac-aix-marseille.fr/artotheque
AU PROGRAMME ARTS VISUELS 61 I Fusionnel Le musée Ziem poursuit son approche de la peinture de paysage et s’attache ici au « paysage abstrait » avec l’œuvre peint d’Olivier Debré (1920 –1999), notamment ses Signes-Paysages. Loin de vouloir témoigner d’une réalité objective, Olivier Debré s’était engagé dans une représentation sensible et sensuelle du paysage. Quasi fusionnelle… M.G.-G. Signes-Paysages Olivier Debré du 20 octobre au 23 janvier Musée Ziem, Martigues 04 42 41 39 60 www.ateliermuseal.net Borderline La série de photographies de Geoffroy Mathieu Extension urbaine et les photographies, vidéo et installations de Barbara Sarreau La ville avance - Le cube sont les deux faces d’une même expérience : un jeu d’allersretours entre Marseille, Tanger et Tétouan vécus par les deux artistes en mai 2010. Ce projet s’inscrit dans une thématique que Vol de Nuits développe cette saison avec Aurore Valade et Laetitia Bianchi (Plein air), Till Roeskens (À propos des certains points de l’espace) et Martine Derain (L’Étrange demeure). M.G.-G La ville avance Geoffroy Mathieu/Barbara Sarreau jusqu’au 25 novembre Vol de Nuits, Marseille 04 91 47 94 58 www.voldenuits.com L’aventure surréaliste Jacques Herold participa à l’aventure surréaliste aux côtés de Tanguy, Breton, Brauner… Le musée Cantini rend hommage à cet artiste qui vécut à la villa Air-Bel à Marseille de 1940 à 1943 et réalisa, notamment, le Jeu de cartes de Marseille, un ensemble de Cadavres exquis et de Dessins collectifs qui figurent dans le fonds permanent du musée. L’exposition monographique présente également un ensemble conséquent de bronzes, dessins et toiles. M.G.-G. Jacques Hérold (1910-1987) et le surréalisme jusqu’au 11 janvier Musée Cantini, Marseille 6 e 04 91 54 77 75 www.marseille.fr Jacques Hérold, La maison de crystal, 1938 ADAGP, Paris, 2010 Contre nature En écho à sa collection photographique (150 œuvres sélectionnées pour l’occasion), le Musée d’art de Toulon présente le travail de l’artiste allemande Karen Knorr issu de son étrange série Fables. Une recherche sur le rapport de l’homme à l’animal et la figure métaphorique de l’animal qui prend la forme de tableaux mis en scène dans un décorum muséal : leur séduction ambiguë tient peut-être au trouble qu’ils suscitent ? M.G.-G. Fables Karen Knorr du 16 octobre au 30 janvier Musée d’art, Toulon 04 94 36 81 01



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 1Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 2-3Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 4-5Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 6-7Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 8-9Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 10-11Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 12-13Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 14-15Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 16-17Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 18-19Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 20-21Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 22-23Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 24-25Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 26-27Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 28-29Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 30-31Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 32-33Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 34-35Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 36-37Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 38-39Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 40-41Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 42-43Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 44-45Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 46-47Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 48-49Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 50-51Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 52-53Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 54-55Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 56-57Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 58-59Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 60-61Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 62-63Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 64-65Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 66-67Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 68-69Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 70-71Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 72-73Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 74-75Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 76-77Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 78-79Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 80