Zibeline n°34 octobre 2010
Zibeline n°34 octobre 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°34 de octobre 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 9,6 Mo

  • Dans ce numéro : Avignon... à fond les saisons !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 58 - 59  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
58 59
58 ARTS VISUELS PARCOURS MARSEILLAIS Généreux Courez à la rencontre des œuvres et des artistes ! Tel est le mot d’ordre donné par Mouv’art, Ouvertures d’Ateliers d’Artistes et Portes Ouvertes Consolat : l’art contemporain généreusement Pfou ! Faut pas être mou du g’nou ces jours-ci ! Petits livrets en guise de vademecum en poche, plans dépliés largement sous ses yeux ébouriffés, surligneur en main, café refroidi abandonné sur le bord de la table trop étroite du bar d’à-côté… l’aficionado doit batailler ferme avec ce qui lui est offert de voir de l’art contemporain à Marseille. Dans la même période ont lieu trois évènements qui ravissent nos mirettes : Mouv’art pour le plus récent, Portes Ouvertes Consolat et Ouvertures d’ateliers d’artistes pour les plus vénérables ont en commun d’offrir généreusement la rencontre avec les artistes. Plus de 120 tout compte fait ! Là, physiquement disponibles, les œuvres au mur chez eux ou installées dans l’espace public. Gratos. L’atelier ou la maison sont ouverts, avec quelques petites réjouissances à grignoter un verre à la main. Tout le plaisir est pour nous. Nous tous. La rencontre est facile : les gens sont dans la rue, pas besoin de pousser la porte, elle est ouverte. Alors on entre même dans des containers. Pas question de jouer au guide étoilé de l’art contemporain marseillais : un nom, un lieu plus recommandable ? Z’avez qu’à y’aller. Mais de bien belles découvertes : Guillaume Gattier (résidence prometteuse aux Ateliers Boisson), Hervé Proby (ses dernières plaques d’acier ouvragées), Clara Feder (mise en installation vertueuse de Paul et Virginie), la maison-atelier-tout-est-art de Frank Garam. Être accueillant par respect pour les Julie Darribere Saintonge dans son atelier avec Martine Robin, Ouvertures d'ateliers d'artistes 2010C.Lorin/Zibeline ay,. artistes et les organisateurs, tous ceux et celles qui se lèvent l’âme pour quelques centaines d’euros de salaire seulement et de grosses inquiétudes souvent, pour que ça existe. Et ça existe. Mais j’apprends que la Tangente va fermer. Certains s’interrogent : verra-t-on cette année les élus à la culture et responsables publics ? Hors fonction éventuellement. Pour constater ce qui est fait in situ. Contrairement aux idées reçues, les subventions ne sont pas fatalement vécues comme une manne (une aumône ?) bien recueillie des artistes ou des porteurs de structures dédiées à l’art contemporain : il s’agit de faire vivre un projet et de partager… D’autres Enchères De leur côté Mouv’art et le Château de Servières ont aussi programmé une vente aux enchères. Maître Cornette de Saint Cyr (qui officia cet été dans les Alpilles pour le festival Ap’art) descend sur le cours d’Estienne d’Orves à l’invitation d’Emmanuelle Saint Denis. La quatrième édition de À vendre se fera au 24 de la rue Montgrand dans un immeuble prêté pour l’occasion par la Ville de Marseille. Le principe est souvent le même : les artistes (encore eux) offrent une œuvre, la mise à prix devant être des plus accessibles, parfois moins de cent euros. Une part revient à l’artiste, l’autre à l’organisateur ; de l’ordre de vingt pour cent qui seront réinjectés dans les projets l’année suivante précise Martine Robin pour Château de Servières, pour partie dans le partenariat avec le Portugal initié l’année dernière suite à l’invitation marseillaise. Ouverture d’ateliers d’artistes a désormais son équivalent lisboète avec la création de l’association Castelo d’if. Cent artistes dont une Mouv’art Agnès Mellon demandent : avez-vous rencontré des collectionneurs ? Quelques mécènes ? D’autres réclament la création de nouveaux ateliers d’artistes dans la ville (1). Indécent ? Et dire que je n’ai encore pu voir cet atelier, découvrir les trucs de tel collectif, mettre enfin un visage sur une invitation. (1) collectif Art 13 http://marseillequel avenircultureenv.hautetfort.com délégation marseillaise en invitée d’honneur seront les 20 et 21 novembre prochains dans le quartier de Graça. Vous suivez ? CLAUDE LORIN Mouv’art, Portes Ouvertes Consolat et Ouvertures d’ateliers d’artistes ont eu lieu jusqu’au 10 oct Association Portes Ouvertes Consolat 04 91 95 80 88 www.assopoc.org Mouv’art 06 20 97 63 01 www.mouvart.fr À vendre du 15 au 17 oct Association Château de Servières 04 91 85 42 78 www.chateaudeservieres.org
FRAC CCIMP ARTS VISUELS 59 S’asseoir sur le white cube Pour sa dernière exposition avant réinstallation en 2012 dans ses nouveaux murs à la Joliette, le FRAC propose une exposition qui interroge… l’exposition Prendre la porte et faire le mur invite à expérimenter l’exposition comme un lieu de réflexion sur le médium exposition et ses composants. Troublant parcours proposé par la commissaire invitée, Florence Ostende. Dans ce white cube il y a peu et plus à voir, à entendre, à comprendre au risque de la confusion sur la nature des choses et d’interprétations fortuites. Que faire de ce cube de bois peint en blanc : siège ou œuvre ? (Le Belvédère, Saadâne Afif). Qu’éclaire dans l’angle de la salle le faisceau lumineux du projecteur de scène posé au sol ? (Poursuite en angle, mi-rasante, mi-frontale, Michel Verjux). Que fait cet homme bien réel assis devant un ordinateur ostensiblement muet à vos interpellations ? (Instant Narrative, Dora Garcia). Comment ces deux rectangles sombres suspendus au mur s’inventent-ils comme tableaux pendant qu’ils diffusent des paroles en sourdine ? (La peur des anges, Philippe Parreno). Pourquoi ces grands panneaux transparents placés de façon labyrinthique servent-ils à accrocher trois fois rien ? (Brain 1, Simon Dybbroe Møller). Tiens ! des textes projetés sur le mur blanc d’à côté se déroulent… que disent-ils ? Ils décrivent des gens… ils parlent de cette personne en rouge qui rit dans la pièce d’à côté… d’un homme à lunettes qui se rapproche et se met à lire les textes projetés sur le mur (Instant Narrative, Dora Garcia). Repenser l’œuvre d’art, les lieux de monstration, le rapport à l’œuvre, les modalités d’implication du public, évoquent bien des tentatives historiques : Futuristes, Duchamp, art sociologique, happenings, Fluxus et autres propositions non muséales. On sait depuis longtemps que l’art n’est plus seulement délectation esthétique. Faut-il faire sienne la déclaration clouée à l’entrée par Simon Dybbroe Møller invitant le visiteur à renoncer aux conventions passées. Mais entre qui ? Mais lesquelles ? Celles qui nous lient à l’art, évidemment. CLAUDE LORIN Prendre la porte et faire le mur jusqu’au 11 décembre FRAC, Marseille 2 ème 04 91 91 27 55 www.fracpaca.org Alain Rivière, Comment j’ai fait certaines de mes expositions, 1997-2004 FRAC Paca Alain Rivière L’art a la côte D Qu’est-ce qui fait courir la Chambre de commerce et d’industrie Marseille Provence ? Permettre aux mondes de l’entreprise et de l’art de se rencontrer, comme en témoigne sa collection permanente dont les premières archives datent de 1599 (plus de 80000 ouvrages, des peintures, aquarelles, affiches, photographies, cartes et plans, instruments de navigation…). Dès lors l’idée de créer un concours artistique en direction de la création actuelle se justifie pleinement : « Il ne s’agit pas d’un prix, souligne Gérard Traquandi, président du jury, les artistes gagnent le fait que la CCI achète leurs pièces ». La dotation d’achat se montant à 30 000 euros, qui se répartissent cette année entre Cari Gonzalez-Casanova (accueillie aux Ateliers d’artistes de la ville de Marseille de 2005 à 2007), Denis Prisset (fondateur des Éditions P à Marseille) et Mathieu Schmitt (diplômé de la Villa Arson à Nice) sous la forme d’une acquisition ou d’une commande. Avant de « décrocher le gros lot », les artistes ont été présélectionnés par un comité constitué par la CCI Marseille Provence, puis choisis par un jury professionnel. Leurs travaux sont exposés au Palais de la Bourse avec 7 autres artistes qui ont fait mouche parmi les 78 dossiers de candidature récoltés émanant du territoire et au-delà (66 en 2009). Un intérêt croissant qui s’explique par l’enjeu financier et la visibilité, mais également par la souplesse de la CCI vis-à-vis du thème central : l’économie du territoire intègre l’ensemble géographique des communes d’Arles, d’Aix-en-Provence et de Toulon. On est alors en droit de se demander comment des artistes vivant à l’étranger peuvent s’emparer de ce Denis Prisset, photo extraite de son diaporama D. Prisset territoire. Ce que Gérard Traquandi clarifie simplement : « Il n’y a pas de malentendu entre nos choix et le thème de la CCI car elle est, par définition, ouverte sur l’Europe et la Méditerranée. On a préféré s’intéresser à une réflexion autour de l’économie, de cet espace-là ». D’où la présence de Cari Gonzalez- Casanova qui travaille avec une entreprise de Château-Gombert, Aurélie Masset et Malik Ben Messaoud qui produisent des écofauteuils design ou Sandra Aubry et Sébastien Bourg qui évoquent le GPS à travers un ouvrage marqueté de tradition artisanale. MARIE GODFRIN-GUIDICELLI 3 e Concours artistique de la CCI Marseille Provence jusqu’en janvier 2011 Palais de la Bourse, Marseille 1er 0 810 113 113 www.ccimp.com



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 1Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 2-3Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 4-5Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 6-7Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 8-9Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 10-11Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 12-13Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 14-15Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 16-17Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 18-19Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 20-21Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 22-23Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 24-25Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 26-27Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 28-29Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 30-31Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 32-33Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 34-35Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 36-37Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 38-39Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 40-41Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 42-43Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 44-45Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 46-47Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 48-49Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 50-51Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 52-53Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 54-55Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 56-57Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 58-59Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 60-61Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 62-63Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 64-65Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 66-67Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 68-69Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 70-71Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 72-73Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 74-75Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 76-77Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 78-79Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 80