Zibeline n°34 octobre 2010
Zibeline n°34 octobre 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°34 de octobre 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 9,6 Mo

  • Dans ce numéro : Avignon... à fond les saisons !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
Bruno Vion - flag'MC Soma 16 THÉÂTRE AU PROGRAMME Dékanté Ils viennent de Nancy mais ce n’est pas l’origine qu’ils interrogent. Odile et Michel Massé, l’une à l’écriture et au jeu, l’autre à la mise en scène, ont conçu un délire poético métaphysique essentiellement burlesque. C’est-à-dire reposant sur des interrogations primaires (dans le genre qui sommes-nous et suis-je moi, où tout cela mène-t-il et faut-il se demander pourquoi), celles qui ne peuvent conduire qu’à s’esclaffer, parce que le cœur fondamental est forcément dérisoire… Bon, partout où elles passent, Odile Massé, sa comparse et leurs gorilles mous déclenchent le rire. Philosophique bien sûr, mais surtout teinté de cette Folie sans laquelle on n’interroge rien. Folisophie Du 16 au 20 nov Le Gyptis, Marseille 3 e 04 91 11 00 91 www.theatregyptis.com Rock Mais oui, le rock est assez vieux pour qu’on écrive son histoire, qu’on s’y penche sérieusement, qu’on fasse même de son évolution un spectacle. L’Atelier du possible tourne My GGGeneration avec un succès qui ne se dément pas. La recette : une véritable analyse musicologique et sociologique, une trame dramatique, et… d’excellents musiciens emmenés par Jean-Luc di Fraya, autour d’un répertoire qui les décalent juste ce qu’il faut : de Bill Haley au rock progressif, ça vous ramènera forcément vers les sons de votre enfance… My GGGeneration Les 21 et 22 oct Le Gyptis, Marseille 3 e 04 91 11 00 91 www.theatregyptis.com e < X-D.R GoldonHirsh Voilà que notre Argante national emprunte les traits d’Ottavio, son cousin italien… Robert Hirsch incarne le vieux bourgeois pris d’un retour de verdeur, qui a épousé une coureuse de dot et déshérité son fils, et sera sauvé par sa servante dévouée… Bien sûr Goldoni a abondamment pillé Molière, qui ne se gênait pas non plus pour emprunter aux canevas italiens. Mais les élans de sa servante sont plus ambigus, la verdeur de son vieillard assez défendable, les prétentions de l’épouse pas si délirantes, et le fils n’est pas très clair… Clémentine Célarié et Claire Nadeau entourent le patriarche de leurs dévotions plus ou moins sincères. En costumes bien sûr, et décors pas si damassés. La Serva amorosa Du 9 au 20 nov Le Gymnase, Marseille 1er 0 820 000 422 www.lestheatres.net Boulevard Bernard Murat met en scène Faisons un rêve de Sacha Guitry, avec Pierre Arditi dans le rôle du séducteur plein d’esprit, cabot et charmeur… Une pièce drôle, spirituelle et inventive de Guitry, dont les trois caractères de base que sont le mari, la femme et l’amant illustrent à merveille les jeux de la séduction, de l’amour et du mensonge ! Faisons un rêve Du 21 au 23 oct à 21h Théâtre Toursky, Marseille 3 e 0 820 300 033 www.toursky.org le 15 oct à 20h30 Théâtre de l’Olivier, Istres 04 42 56 48 48 www.scenesetcines.fr Laboratoire Reprenant à son compte l’analogie fructueuse des années 70, qui comparait la création artistique à la recherche scientifique, les Bancs publics défendent des formes expérimentales d’art spectaculaire (ou non) : des projets croisés, étapes de travail, écritures participatives qui trouvent leur « festival » tous les ans lors des Rencontres à l’échelle. Au programme de cette 5 e édition, des auteurs contemporains algériens particulièrement intenses : Thierry Niang et Julie Kretshmar, Hamid Ben Mahi (le 10 nov à l’Olivier d’Istres), Geoffrey Coppini, Kheireddine Lardjam se sont emparés des textes de Mustafa Benfodil, Hamid Skif, Mourad Djebel et Ryad Girod pour proposer des formes inattendues, théâtrales et/ou dansées, projetées en diatribe… À coté de ces écritures algériennes des projets croisés (Emile Lesbros avec un violoniste algérien le 13 nov) et du cinéma documentaire de réalisatrices qui parlent d’amnisties impossibles, en Syrie et en Algérie. Rencontres à l’échelle Du 10 au 27 nov Bancs Publics, Marseille 3 e 04 91 64 60 00 http://bancspublics.free.fr www.lesrencontresalechelle.com v MC Soma Véridique Dans le cadre de la saison russe en Pays d’Aix, la cie moscovite Perspective, dans une mise en scène d’Aliona Galkina, monte Dessin de lumière, spontanéité du dialogue d’après La guerre n’a pas un visage de femme de Svetlana Alexievitch, ouvrage basé sur des témoignages de jeunes femmes engagées volontaires dans l’Armée Rouge pendant la seconde guerre mondiale. Spectacle en russe et français. Dessin de lumière, spontanéité du dialogue Le 26 oct à 20h30 Théâtre Vitez, Aix 04 42 59 94 37 http://theatre-vitez.com Désillusions Russie toujours, avec Endroit sec et sans eau, pièce autobiographique d’Olga Pogodina mise en scène par Tatiana Frolova du théâtre KnAM. Sur le thème de l’illusion, ou des désillusions d’un peuple russe fatigué, le texte se penche sur les relations entre un frère incarcéré et sa sœur libre qui lui envoie ce dont il a besoin, les croyances en une Russie omnipotente, le régime marxiste et la démocratie… Spectacle en russe surtitré. Endroit sec et sans eau Le 5 nov à 20h30 Théâtre Vitez, Aix 04 42 59 94 37 http://theatre-vitez.com Vivants Coprogrammé avec les ATP d’Aix, Ensorcelés par la mort est lui aussi un spectacle tiré d’entretiens menés par Svetlana Alexievitch. L’écrivaine et journaliste biélorusse a recueilli les paroles de trois anciens membres du parti communiste d’URSS ayant tenté de se suicider parce qu’ils croyaient à l’avènement d’un monde meilleur, au changement radical, à l’utopie… en vain. Ensorcelés par la mort Les 9 et 10 nov Théâtre Vitez, Aix 04 42 59 94 37
THÉÂTRE 17 Huis clos Devant un rideau de fer, c’est ainsi que Marguerite Duras souhaitait que l’on représente L’Amante anglaise. La Cie Cavalcade, elle, a choisi de se concentrer exclusivement sur le moment de l’interrogatoire de Claire Lannes accusée d’avoir tué sa cousine Marie-Thérèse Bousquet, sourde et muette. Une scène stupéfiante qui signe le second mouvement du texte où la présumée coupable est frustrée, perdue et suppliante. Pourquoi l’avez-vous tuée ? répète inlassablement l’interrogateur lors « de ce jour très long » … Avec une économie de moyens, Sylvia Bruyant fait entendre l’écriture Durassienne. L’Amante anglaise Le 16 oct Théâtre Durance, Château-Arnoux 04 92 64 27 34 www.theatredurance.com Désespérés Bastian est vissé à sa webcam et Laetitia se filme en permanence. Ces deux adolescents enfermés dans leur bulle vont bientôt cesser d’être des enfants… en se rapprochant inéluctablement de la mort. Dépassant les clichés sur la crise adolescente et les méfaits des jeux vidéo, Fabrice Murgia écrit une pièce juste et met en scène des acteurs à l’interprétation troublante. Il joue avec les codes du théâtre et de la représentation pour trouver un bel équilibre entre monde réel et fiction et évoque, sans jugement ni discours moralisateur, le chagrin des ogres. Le chagrin des Ogres Le 16 nov Théâtre Durance, Château-Arnoux 04 92 64 27 34 www.theatredurance.com Écolo Taxe carbone, bonus, parachutes dorés, crises économiques et menaces environnementales ? Cela ressemble à une journée banale d’un grand patron de l’industrie pétrolière… Mais qu’adviendra-t-il lorsqu’une catastrophe écologique en Alaska remettra en cause le système mondial ? Prenant prétexte de l’actualité, la Cie Artefact signe une fable écologique et explore une nouvelle hybridation des langages (texte, jeu, danse, musique, images et sonorisation) pour nous transporter dans un Alaska virginal dont l’homme serait le grand absent. Alaska Forever Le 9 nov Théâtre Durance, Château-Arnoux 04 92 64 27 34 www.theatredurance.com Le 20 nov Le Carré, Sainte-Maxime 04 94 56 77 77 www.carreleongaumont.com Olivier Gendrin Nostalgique Une nuit d’été, dans les collines du Piémont, des jeunes femmes reviennent du bal et jouent à se faire peur, des hommes se promènent en conversant… Rêves et réalité, à la croisée de l’intime et de l’Histoire, se mêlent dans ce texte d’Eugène Durif écrit en écho à l’univers de l’écrivain turinois Cesare Pavese dont il apprécie particulièrement « l’écriture à hauteur d’homme ». Ce monde, habité par la nostalgie et le lyrisme, a séduit le metteur en scène italien Pietra Selva qui s’en empare à son tour dans une distribution franco-italienne. Loin derrière les collines Les 4 et 5 nov La Passerelle, Gap 04 92 52 52 52 www.theatre-la-passerelle.eu < Authentique Avec Joël Pommerat, le public est toujours sur le fil, bluffé par sa maîtrise stupéfiante de la lumière, de la dramaturgie et la puissance évocatrice de son théâtre. Sa dernière création, Cercles/Fictions n’échappe pas à cette règle : il assemble par magie les morceaux épars d’un puzzle (des fragments de vie), entrecroise les récits, convoque ses propres souvenirs en une succession de tableaux tantôt drôles, parfois rudes. On y entre sur la pointe des pieds en voyeur d’une histoire qui nous concerne aussi. Cercles/Fictions Les 15 et 16 oct CNCDC Châteauvallon, Ollioules 04 94 22 02 02 www.chateauvallon.com < Elisa Zaniro En miroir D’un côté les photographies de Michel Graniou, de l’autre les mots de Gilles Granouillet écrits à partir de son interprétation personnelle. La pièce Un endroit où aller se situe dans cet aller-retour aléatoire entre le travail d’un artiste vu par un autre artiste, portrait sensible et cocasse d’un jeune couple qui nous invite à sa table et déroule le fil de leur rencontre, de leur histoire. Portrait en creux d’une époque révolue dont le photographe a conservé les traces en traquant en noir et blanc quelques objets. La Passerelle en donne judicieusement un aperçu dans sa galerie avec l’exposition Les âges de la mémoire (jusqu’au 23 nov). Un endroit où aller Les 9 et 10 nov La Passerelle, Gap 04 92 52 52 52 www.theatre-la-passerelle.eu Complice Des mots, des signes : deux langages pour la comédienne Anne de Boissy et la danseuse Géraldine Berger qui imaginent un conte inspiré d’histoires vraies, Double moi, mélange d’ingrédients inattendus. Ensemble elles ont pétri leur récolte où se fondent un paquet de kleenex, des talons aiguilles, un doudou, une bague… elles ont malaxé leurs bouts d’enfance pour raconter finalement une seule histoire et inventer une troisième langue. Celle de la scène, visuellement forte, née du mélange des deux grammaires et du plaisir du jeu. Double moi Le 5 nov Le Cadran, Briançon 04 92 25 52 52 www.theatre-le-cadran.eu Elisabeth Carecchio Catharsis Ces Inepties volantes sont aussi furieuses à voir qu’à entendre ! Dans cette partition à deux voix, Dieudonné Niangouna se bat pour domestiquer la douleur sur le rythme des chuchotements et des cris de l’accordéon de Pascal Contet : la rage au ventre, il se lance « à bride abattue dans le récit de trois guerres civiles qui ont mis à feu et à sang son pays natal, le Congo-Brazzaville ». Une énergie électrique court entre ces deux hommes qui s’accordent à faire resurgir les souvenirs. Même les plus douloureux. Les Inepties volantes Le 16 nov CNCDC Châteauvallon, Ollioules 04 94 22 02 02 www.chateauvallon.com



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 1Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 2-3Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 4-5Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 6-7Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 8-9Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 10-11Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 12-13Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 14-15Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 16-17Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 18-19Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 20-21Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 22-23Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 24-25Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 26-27Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 28-29Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 30-31Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 32-33Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 34-35Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 36-37Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 38-39Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 40-41Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 42-43Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 44-45Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 46-47Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 48-49Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 50-51Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 52-53Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 54-55Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 56-57Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 58-59Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 60-61Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 62-63Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 64-65Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 66-67Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 68-69Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 70-71Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 72-73Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 74-75Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 76-77Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 78-79Zibeline numéro 34 octobre 2010 Page 80