Zibeline n°33 septembre 2010
Zibeline n°33 septembre 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°33 de septembre 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 96

  • Taille du fichier PDF : 7,4 Mo

  • Dans ce numéro : théâtre... le Off d'Avignon, une manne économique ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 66 - 67  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
66 67
66 raTu)ri, I, ARTS VISUELS ART-O-RAMA MAV PACA'1/4ntltuta Notre Salon expérimental Pour sa 4 e édition, Art-O-Rama monte en puissance dans l’espace agrandi et rénové de la Cartonnerie à la Friche de la Belle de Mai. Pour le bénéfice des œuvres et du public Depuis sa création en 2007, Gaïd Beaulieu et Jérôme Pantalacci ont su faire mûrir à chaque édition leur petit format de salon d’art contemporain international. Art-0-Rama 2010 démontre que ces jeunes collaborateurs de la regrettée galerie Roger Pailhas étaient en mesure de créer leur propre projet : un évènement maîtrisé d’ambition internationale. Preuve s’il en faut : autour de l’évènement se fédèrent chaque année d’autres structures marseillaises liées à la création contemporaine, et les partenaires publics et privés impliqués depuis les origines (voir p 10). Et suscitent l’intérêt des collectionneurs. Par la commande de la fondation d’entreprise Vacances Bleues, Boris Chouvellon propose avec Small Illusions et un certain humour acidulé d’allier performance et lit à baldaquin (les montants en bois sont remplacés par des empilements de trophées en forme de coupes). Artiste invité, Pascal Martinez a bénéficié des compétences du Cirva (Centre international de recherche sur le verre, installé à Marseille). Une centaine de blocs de verre translucides renferment entre deux plaques de mica les secrets inscrits sur un bout de papier par des amis. Sa Bibliothèque des secrets De l’inconsistance Olivier Ansellem a exploré pendant deux années le littoral de La Ciotat aux Saintes Maries-de-la-Mer pour en extraire sa poétique du borddésenchantée. D’apparence décevantes, déceptives selon la récente terminologie, ces photographies de Lieux sans sublime rappellent les froides procédures iconiques de l’école de Düsseldorf et évitent scrupuleusement le pittoresque de carte postale lié au genre du paysage. Les Calanques et la Camargue n’ont donc pas été retenues. Quant aux autres sites, il s’agit plutôt d’une forme de portraits. De portraits d’espaces où toute présence humaine est physiquement absente mais trahie par ses aménagements hasardeux et imparfaits (bordure orpheline, terrain presque vague, restaurant absurde, palissade idiote entre deux vides, installations industrielles immobiles, cabanons improvisés…). Cadrés systématiquement dans de grands formats horizontaux (seule concession académique), les souffre un peu du dispositif didactique (exposition des objets qui ont servi à l’écriture) et de n’avoir pas assez exploité les possibilités plastiques du verre pour asseoir chacun de ces secrets. Une des œuvres marquantes du salon est sans conteste Floating Garden de Motoi Yamamoto présenté par la galerie parisienne L MD. Vaste installation éphémère constituée uniquement de linéaments de sel blanc déposés au sol. Une forme d’expression peu rencontrée jusqu’à maintenant dans le éléments de l’image se présentent frontalement sans hiérarchie, sans effet de pathos, couleurs contenues, contrastes réduits, lumière étale. Les choses sont là, comme ça, sans motif el Sculpture installation de SandroDella Noce pour le show room, 2010C. Lorin/Zibeline Motoi Yamamoto, Floating garden, sel, installation pour Art-0-rama, 2010, galerie L MD, ParisC. Lorin/Zibeline évident : un littoral que nous ne voyons plus, livré sans qualités (à la différence de sa précédente série, Variations modernes, sur la Villa Noailles et la côte varoise). « Ca ne m’intéresse pas Sans titre, 2010 Olivier Ansellem salon. Par contre, certaines propositions passent un peu inaperçues ou manquent de présence malgré les questionnements retenus : M. Rosler/J.Meckseper/B.Owens (les violences aux Etats-Unis), Lincoln Tobier, Fabrice Samyn (critique sociale), l’exposition de groupe proposée par Triple V très formaliste. Mais on n’échappe pas à Selkirk’s Black Box structure hétéroclite et poétique du collectif belge Projet Diligence ! Cette 4 e édition gagne en maturité pour se rapprocher du format des foires d’art contemporain, tout en perdant en retour un peu de ce qui faisait l’identité d’origine d’Art-O-Rama : un grain plus brut et expérimental, qu’elle conserve néanmoins, et qui ne lui interdira pas de grandir encore. CLAUDE LORIN Artorama Salon international d’art contemporain jusqu’au 19 septembre À voir également à la Friche L’exposition Exposée Astérides a réuni des œuvres qui interrogent la présentation et la transmission de l’art contemporain jusqu’au 16 octobre nocturnes durant les Journées du patrimoine La Cartonnerie, Friche de la Belle de Mai 04 95 04 95 36 www.art-o-rama.fr de sublimer. Je suis dans un engagement politique, pour revaloriser les codes : je me bats contre le manque de culture de ces espaces ». Avec Olivier Ansellem, même l’inconsistance est photographiable. La poétique du bord s’inscrit dans un programme de création photographique et patrimoine avec le soutien du Conseil général des Bouches-du- Rhône, coordonné par Le Factotum. L’ouvrage éponyme est édité chez Funny Bones. CLAUDE LORIN m La poétique du bord Olivier Ansellem jusqu’au 9 octobre Maison de l’Architecture et de la Ville Paca, Marseille 04 96 12 24 10 www.ma-lereseau.org/paca http://lefactotum.blogspot.com
ISTRES AVIGNON ARTS VISUELS 67 Simulacres Les sculptures équivoques de Laurent Perbos ont envahi le Centre d’art contemporain d’Istres. Les œuvres récentes ouvrent sur de nouvelles formes de court-circuitage Comme nombre d’artistes contemporains Laurent Perbos retravaille les mythologies populaires, leurs artefacts, tout en instillant des références plus nobles comme les mythes anciens. Il nous avait habitués à ses détournements de matières (les parpaings en caoutchouc ou en inoxydable, les souches en tuyau d’arrosage…). On retrouve ici ces objets disséminés un peu partout - ce qui dilue malheureusement le propos - et des œuvres nouvelles utilisant toujours des matériaux/objets banals (sandows, crayons…) mais d’une autre facture, marquant peut-être un virage vers d’incertaines figurations. Son Calydon (sanglier mythique) rejoint aussi bien le fantastique des dragons asiatiques que la Tarasque ou le Cheval de la Saint Eloi (Muséon Arlaten) ; dans Questionnement porteur et d’actualité (l’environnement, l’écologie) la nature passe à la question de l’art contemporain avec une sélection intéressante et variée, même si l’ensemble laisse un sentiment mitigé, par manque d’œuvres décisives. Comment prendre le dessus face à un domaine très présent tant par son site qu’à travers son histoire ? Ici la nature est naturellement partout, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur. Le château est à lui seul une ode à la nature (boiseries, décorations, tentures, ferronneries…) à laquelle répondent avec plus ou moins de bonheur les pièces de design (M. Lehanneur, E. Fouin) et plusieurs œuvres aw% aft I II Ell MR III IIleiune posture humaine rampante il pourrait bien s’agir par ailleurs d’une tournure de Saint Sébastien. Mais de quels maux nouveaux nous protègerait cette forme prophylactique percée de javelots ? D’une certaine forme d’imbécillité matérialisée par une autre de ses dernières créations : un Weebles gigantesque, clinquant, crémeux et dégoulinant, habillé d’astrakan et oscillant pâteusement en culbuto idiot. Dans l’art du réemploi et de l’assemblage Perbos cultive tout autant l’énigme de la représentation confuse : tube métallique, potence de vélo, grip, crayons de couleur rechignent à construire un objet au sens cohérent. Le cartel apposé à côté désigne cependant une chose connue, mais d’une autre nature : « Sans titre (Yucca) 2010 ». Cela va sans dire. CLAUDE LORIN Tout l’univers Laurent Perbos jusqu’au 13 novembre Petite maison dans la prairie D’après nature… les œuvres de 27 artistes et designers se confrontent au domaine du Château d’Avignon. Des propositions singulières, parfois très discrètes Didier Petit, Les époux, installation pour l'antichambre, 2010C.Lorin/Zibeline peu accessibles (Garouste et Bonetti,L. Aegeter) ou trop discrètes (L. Pelen, P.Navarro). C’est dans leur relation à l’intime qu’elles imposent leur prégnance poétique - certaines conçues en correspondance des lieux - (A.L. Sacriste, D. Petit, B. Bauer, M. Ducaté). Dans les bâtiments techniques, les propositions de P.J. Chaussonnet etL. Suchy en restent au jeu alors que Le Chardon, drame filmique de S. Ristelhueber impose sa rugosité sur les pierres lustrées du lavoir. Les vastes espaces du parc ont été peu exploités hormis les installations de Nicolas Boulard, Gilles Desplanques et Richard Nonas (voir p.75). Quand ce dernier poursuit une esthétique minimaliste datée (deux longs alignements de pierres taillées blanches du Lubéron jalonnant le sous-bois soulignent l’idée de passage), Gilles Desplanques propose un ovni surprenant entre émergence et disparition dans la grande prairie. Marée Haute est conçue en rapport avec l’omniprésence de l’eau (l’herbe comme inondation ?) et interroge plusieurs relations esthétiques et sociales en regard de la demeure du XVIIIe et de son parc paysager : végétal/bâti, château/maison de lotissement, matériaux nobles/pauvres, bourgeois/populaire, luxe/bon marché, parc/jardinet, beau/laid… et achevé/inachevé : les quatre murs de parpaing brut sans toiture à mihauteur d’élévation surgissent-ils du pré, menaçant de défiguration la beauté des lieux par l’esthétique pavillonnaire, ou à l’inverse, son enfoncement dans le sol désigne-t-il une ruine récente promise à l’abandon ? Marée haute serait une vanité moderne… CLAUDE LORIN co D’après nature jusqu’au 31 octobre Domaine départemental du château d’Avignon 04 90 97 58 60 www.cg13.fr Laurent Perbos, Calydon, 2010, structure metallique, sandows, javelots X-D.R aux klïtïans Parenthëses Centre d’art contemporain Intercommunal, Istres 04 42 55 17 10 www.ouestprovence.fr Laurent Perbos expose également à Marseille, VIP Art galerie jusqu’au 13 octobre _N../T _- Lt perdmlrs de" 1 terles dtrT3nae r praposd dars x Iwng de lr+henieuc.lerriorkaisc Ith&ar4deHagjed dr CIna â Isianhut, de drskrauth s fret ! -nr{r. Rarb a iiouc{l, T : -ire F'espac.ert le Win. T,ll.rs aCtem. de DS 4+713g1G inrdor ; aires m= ikril stir Ir. -.grs nuwr



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 33 septembre 2010 Page 1Zibeline numéro 33 septembre 2010 Page 2-3Zibeline numéro 33 septembre 2010 Page 4-5Zibeline numéro 33 septembre 2010 Page 6-7Zibeline numéro 33 septembre 2010 Page 8-9Zibeline numéro 33 septembre 2010 Page 10-11Zibeline numéro 33 septembre 2010 Page 12-13Zibeline numéro 33 septembre 2010 Page 14-15Zibeline numéro 33 septembre 2010 Page 16-17Zibeline numéro 33 septembre 2010 Page 18-19Zibeline numéro 33 septembre 2010 Page 20-21Zibeline numéro 33 septembre 2010 Page 22-23Zibeline numéro 33 septembre 2010 Page 24-25Zibeline numéro 33 septembre 2010 Page 26-27Zibeline numéro 33 septembre 2010 Page 28-29Zibeline numéro 33 septembre 2010 Page 30-31Zibeline numéro 33 septembre 2010 Page 32-33Zibeline numéro 33 septembre 2010 Page 34-35Zibeline numéro 33 septembre 2010 Page 36-37Zibeline numéro 33 septembre 2010 Page 38-39Zibeline numéro 33 septembre 2010 Page 40-41Zibeline numéro 33 septembre 2010 Page 42-43Zibeline numéro 33 septembre 2010 Page 44-45Zibeline numéro 33 septembre 2010 Page 46-47Zibeline numéro 33 septembre 2010 Page 48-49Zibeline numéro 33 septembre 2010 Page 50-51Zibeline numéro 33 septembre 2010 Page 52-53Zibeline numéro 33 septembre 2010 Page 54-55Zibeline numéro 33 septembre 2010 Page 56-57Zibeline numéro 33 septembre 2010 Page 58-59Zibeline numéro 33 septembre 2010 Page 60-61Zibeline numéro 33 septembre 2010 Page 62-63Zibeline numéro 33 septembre 2010 Page 64-65Zibeline numéro 33 septembre 2010 Page 66-67Zibeline numéro 33 septembre 2010 Page 68-69Zibeline numéro 33 septembre 2010 Page 70-71Zibeline numéro 33 septembre 2010 Page 72-73Zibeline numéro 33 septembre 2010 Page 74-75Zibeline numéro 33 septembre 2010 Page 76-77Zibeline numéro 33 septembre 2010 Page 78-79Zibeline numéro 33 septembre 2010 Page 80-81Zibeline numéro 33 septembre 2010 Page 82-83Zibeline numéro 33 septembre 2010 Page 84-85Zibeline numéro 33 septembre 2010 Page 86-87Zibeline numéro 33 septembre 2010 Page 88-89Zibeline numéro 33 septembre 2010 Page 90-91Zibeline numéro 33 septembre 2010 Page 92-93Zibeline numéro 33 septembre 2010 Page 94-95Zibeline numéro 33 septembre 2010 Page 96