Zibeline n°32 août 2010
Zibeline n°32 août 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°32 de août 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 72

  • Taille du fichier PDF : 8,3 Mo

  • Dans ce numéro : créer maintenant, imaginer demain.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 66 - 67  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
66 67
66 PATRIMOINE MÉMOIRE ET ARTS VIVANTS Attention : l’été détourne les pierres ! Ces bâtiments qui s’éloignent de leur fonction première, quelle étrangeté direz-vous, mais quelle merveille aussi que ce supplément d’âme apporté à la modernité par une mémoire tangible qui tisse des liens subtils entre notre monde et l’ancien… La région regorge ainsi de surprises, les lieux qui se métamorphosent avec génie, et quoique loin de leur fonction première continuent de nourrir nos réflexions et nos sens. Regardez, cette habitation n’en est plus une, mais un centre d’exposition, ce cloître dévoué aux prières s’enflamme de musiques profanes, ce conduit d’eau devient décor de théâtre… Un petit voyage au cœur de ces détournements ? Archéologie expérimentale Premier détournement, le vôtre : abandonnez vos habitudes, immergez-vous activement dans des réalités reconstituées ! Le village préhistorique de Quinson reproduit les habitats qui se sont succédés dans la préhistoire, les siècles ici se juxtaposent, et vous pouvez apprendre l’un des premiers gestes fondateurs de l’humanité : créer le feu ! À Beaucaire, l’association ACTA vous entraîne dans des reconstitutions antiques ou médiévales, parfaitement documentées. Vous vous habillez, vous battez, mangez comme vos ancêtres ! Au mas des Tourelles, juste à la sortie de Beaucaire, c’est la vigne et son traitement à l’antique, d’après les agronomes de l’époque qui vous emporte dans un voyage dans le temps… Le vin à l’eau de mer ? pas si mal ! Les châteaux ouvrent leurs portes Monuments antiques revisités Les arènes de Nîmes reçoivent pour leur festival ZZ TOP, Gossip, Dutronc, Chedid… Orange accueille ses Chorégies dans le théâtre antique le mieux conservé. La Tosca, Mireille, concert lyrique et concert symphonique vous attendent… Acoustique exceptionnelle… un Le temps d’une soirée, nous devenons châtelains, ambiances de charme, convivialité… Le festival des Suds d’Arles s’égare au Château d’Avignon. Les jardins du Palais Longchamp à Marseille se plongent dans le festival jazz des cinq continents du 19 au 24 juillet… Les cours du château de l’Emperi de Salon, résonnent tout l’été de musiques éclectiques, variété, opéra, musique classique, théâtre classique, théâtre contemporain… tandis que le château lui-même est devenu un extraordinaire musée d’histoire militaire… Le château de Lourmarin accueille tout l’été des concerts classiques de belle qualité. Le château de Trets vit toute l’année, Village prehistorique de Quinson X-D.R. avec des expositions de photographies, de peintres, des thèmes divers, comme la belle expo sur le bois, ou les manifestations d’ARTESENS. Les concerts y connaissent une belle acoustique et la danse ne dédaigne pas de s’y attarder ! Le château de la Tour d’Aigues connaît une belle exposition, Secrets de compagnons, et prendra des airs de jazz du 11 au 14 août… Le Musée Vouland, à Avignon, accueille les soirées théâtrales Siècle des Lumières jusqu’au 25 juillet et les soirées Musique dans le jardin Évocations de Frédéric Chopin les 24, 26 et 28 août Plus de sang de gladiateurs dans les arènes d’Arles, de Nîmes, d’Orange, mais des Festivals ! Qui doivent beaucoup à l’architecture antique Le Pont dans tous ses Etats Thierry Nava - Groupe F incontournable ! Arles voit son théâtre antique dédié aux musiques actuelles par l’intermédiaire du Cargo de Nuit (du 26 au 29 juillet)… Le sublime théâtre antique de Vaison- La-Romaine danse du 8 au 27 juillet… Unique ! D’autant que vous pouvez faire précéder le spectacle par la visite du site archéologique… Fréjus vous attend dans son théâtre romain Philippe Léotard, pour les nuits Auréliennes, (du 13 au 29 juillet) et une belle programmation théâtrale… Le Pont du Gard a renoncé à sa fonction d’aqueduc et s’illumine en de superbes spectacles chaque été. Cérémonies dans lesquelles le feu et l’eau se conjuguent… Ne pas oublier de passer par le musée ! Château de l'Emperi R. Cintas-Flores-Ville de Salon
PATRIMOINE 67 Églises et abbayes consacrées à Orphée ! Les lieux sacrés résonnent de musiques : c’est que l’été, ils ajoutent à belle acoustique l’avantage de la fraîcheur, et l’abri du vent. Bien sûr il y a les anciens entrepôts de la Seita, devenus une friche d’artistes, féconds en évènements artistiques dans tous les domaines… Les Tanneries de Barjols ont connu avec bonheur la même évolution. Cet été, dans le cadre d’un bel échange avec des artistes de Cologne, elles reçoivent l’exposition Chantiers Mobiles, du 7 août au 5 septembre… Un rendez-vous à ne pas manquer ! Les carrières des Baux ont trouvé une voie nouvelle d’expression, leurs murs troglodytes devenant le support d’extraordinaires expositions. Cette année, n’oubliez pas celle qui est consacrée aux Aborigènes ! Les lieux industriels se reconvertissent Une mémoire plus récente, habitée de grands-parents connus, et plus populaires Du 18 au 25 juillet, aura lieu le 20 e festival de Musique Médiévale du Thoronet. Sylvacane accueille des concerts du festival de piano de la Roque d’Anthéron, et certains concerts du festival Durance Luberon. Les 17 e soirées musicales de l’Abbaye de la Celle, du 18 juillet au 6 août, présentent un programme varié qui va de Bach, Chopin au tango nuevo entre autres… 4 e édition du festival d’orgue de Bouc-Bel-Air a lieu en l’église Saint André… La merveilleuse Chartreuse de Villeneuve-lez-Avignon se consacre quant à elle pleinement au théâtre… rachetant un peu les auteurs et acteurs excommuniés et enterrés en fosse commune ! Quant au Palais papal de l’autre côté du Rhône, il reste visité même durant LE Festival… Abbaye de Sylvacane Xavier Antoinet Les heures sereines Optimiste ? Horas non numero nisi serenas, je ne compte que les heures sereines… affirme le cadran solaire de la façade. Et pourtant, combien de drames se sont joués autour des murs du château de Roussan, ou plutôt de la bastide de Roussan, reprendrait avec humour son propriétaire, M. Roussel, guide de ces lieux qu’il affectionne et auxquels il se consacre totalement. Est-ce que le charme secret vient du premier propriétaire connu, le Capitaine Chevalier Bertrand de Nostredame, (2 e partie du XVI e siècle), le frère même, vous l’avez deviné, du savant et visionnaire Nostradamus ? Ou est-ce le fantôme désolé de Diane de Joannis, surnommée la Belle Provençale ? Son portrait dans le grand escalier en rappelle la beauté qui subjugua le Roi Soleil en personne ! L’attention royale à laquelle la Belle ne répondit pas lui coûta cher, la fin de son époux, écarté par le roi, et son retour en Provence qui s’acheva tragiquement… Laissez-vous raconter cette histoire, lors d’une promenade dans le parc, délicieusement désordonné. La bignone s’enlace à l’aubépine. Les plates-bandes s’égarent, quelques fleurs sauvages se glissent parmi les mousses, d’étranges statues émergent d’une végétation excentrique, nymphes, Bacchus joufflu, divinités champêtres qui semblent garder les eaux du grand bassin dans lequel on distingue quelques carpes ; un étrange batracien à la chevelure dénouée domine la scène… on a envie de se perdre dans la bambouseraie, et l’on se retrouve face à une serre monumentale du XIXe, parcourue en son centre par un petit canal. Jeux de la lumière qui se diffracte… rencontre avec dame cygne, altière et noble sur les brochures, véritable oie du Capitole, espiègle et gourmande, fétiche du parc ; les visiteurs la réclament, elle se livre à un cabotinage endiablé, attendant probablement l’arrivée de nouveaux compagnons… Puis revenez doucement vers le château, la façade théâtrale, avec son balcon d’apparat bien centré oppose ses lignes régulières et harmonieuses à cette nature faussement sauvage et négligée. Il a fallu toute la patience et l’amour de M. Roussel pour remettre en état le bâtiment qui avait été occupé par les Allemands pendant la deuxième guerre mondiale ; dégradations, pillage… tout était à reprendre, à reconstituer. Travail minutieux pour retrouver les couleurs, les formes, les moulures, les gypseries, les sols, la patine, l’atmosphère des différentes parties du château, celles du XVIIIe, et celles du XIX e … Découvertes de secrets, qui pourrait imaginer sous les lambris du couloir des plafonds « à la française » ? Énigme de ce petit meuble orné de têtes de chiens, en fait un meuble à cigares, avec ses claies, son réservoir d’eau… approchez-vous de ces ombrelles en abat-jour, objets de collection elles servaient aux élégantes du XVIIe, voyez leur manche d’ivoire délicatement ouvragé… une foule de détails, d’objets nous interrogent. Rien de tape-à-l’œil, pas de grandes pièces, l’intérieur est bourgeois, aisé, raffiné, discret. Quant à la bibliothèque aux larges baies ouvertes sur les Alpilles, elle est enchanteresse : vastes vitrines incluses dans les murs, chacune surmontée du buste d’un philosophe, Platon, Socrate, D’Alembert, Montesquieu, Diderot, Rousseau… Livres rares, mais aussi le cours de géométrie de Louis Roussel qui semble avoir été oublié négligemment sur une table, cours de 1852 ! Gentilhommière à vivre, le château est un hôtel, mais cherche également à animer ses murs de culture : ainsi il a abrité cette année un festival de jazz et participe à la première édition du Festival d’Art Contemporain AP’ART. Un lieu vraiment exceptionnel, à découvrir absolument. MARYVONNE COLOMBANI Château de Roussan Saint-Rémy-de-Provence 04 90 90 79 00 www.chateauderoussan.com Château de Roussan X-D.R Loin de nous engluer, ce patrimoine détourné, dont cette liste n’est qu’un avant-goût, nous pousse vers de nouvelles formes, des questionnements. La réussite de ce réinvestissement du patrimoine réside sans doute aussi, au-delà de leur intérêt propre, dans la sensation de filiation, d’appartenance à un trajet intellectuel, artistique, humain, qui nous détermine et nous dépasse. Passez-y un bel été ! MARYVONNE COLOMBANI Terre de festivals www.laregie-paca.com



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 32 août 2010 Page 1Zibeline numéro 32 août 2010 Page 2-3Zibeline numéro 32 août 2010 Page 4-5Zibeline numéro 32 août 2010 Page 6-7Zibeline numéro 32 août 2010 Page 8-9Zibeline numéro 32 août 2010 Page 10-11Zibeline numéro 32 août 2010 Page 12-13Zibeline numéro 32 août 2010 Page 14-15Zibeline numéro 32 août 2010 Page 16-17Zibeline numéro 32 août 2010 Page 18-19Zibeline numéro 32 août 2010 Page 20-21Zibeline numéro 32 août 2010 Page 22-23Zibeline numéro 32 août 2010 Page 24-25Zibeline numéro 32 août 2010 Page 26-27Zibeline numéro 32 août 2010 Page 28-29Zibeline numéro 32 août 2010 Page 30-31Zibeline numéro 32 août 2010 Page 32-33Zibeline numéro 32 août 2010 Page 34-35Zibeline numéro 32 août 2010 Page 36-37Zibeline numéro 32 août 2010 Page 38-39Zibeline numéro 32 août 2010 Page 40-41Zibeline numéro 32 août 2010 Page 42-43Zibeline numéro 32 août 2010 Page 44-45Zibeline numéro 32 août 2010 Page 46-47Zibeline numéro 32 août 2010 Page 48-49Zibeline numéro 32 août 2010 Page 50-51Zibeline numéro 32 août 2010 Page 52-53Zibeline numéro 32 août 2010 Page 54-55Zibeline numéro 32 août 2010 Page 56-57Zibeline numéro 32 août 2010 Page 58-59Zibeline numéro 32 août 2010 Page 60-61Zibeline numéro 32 août 2010 Page 62-63Zibeline numéro 32 août 2010 Page 64-65Zibeline numéro 32 août 2010 Page 66-67Zibeline numéro 32 août 2010 Page 68-69Zibeline numéro 32 août 2010 Page 70-71Zibeline numéro 32 août 2010 Page 72