Zibeline n°32 août 2010
Zibeline n°32 août 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°32 de août 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 72

  • Taille du fichier PDF : 8,3 Mo

  • Dans ce numéro : créer maintenant, imaginer demain.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 46 - 47  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
46 47
46 LIVRES ARTS Quand Kirikou rencontre Wallace Il y a du Pygmalion dans tout réalisateur de films d’animation ; insuffler la vie à une figurine de papier, de chiffon, de pâte à modeler relève du divin ou tout au moins de la magie, « seule façon sérieuse d’aborder la réalité » selon le tchèque Jan Svankmajer primé à Annecy en 1983. À l’occasion des 50 ans du festival savoyard, les organisateurs publient un beau livre d’images, accompagnées de textes courts en français et en anglais. 50 créateurs plus ou moins connus, de toutes nationalités et de tous âges, ayant participé à l’aventure de cette manifestation internationale, devenue un rendez-vous majeur pour les passionnés du genre, proposent 50 cartes d’anniversaire. Mises en scène de leur création ou de leurs créatures étranges. Voyage visuel rétrospectif. Photo de famille. On y retrouve le graphisme élégant de Jean-François Laguionie, l’expressionnisme d’Adam Elliot, les facéties de Bill Plympton, les pastels de Florence Miailhe, la noirceur des gravures sur plâtre de Régina Pessoa et 45 autres propositions. Trois questions sont posées à chaque artiste : Quel film, quel auteur vous a le plus inspiré ? Qu’est-ce qui vous a amené à l’animation ? Vous et le festival : un souvenir, une anecdote un souhait ? Leurs 150 réponses soulignent, outre l’importance des rencontres d’Annecy, la diversité des influences artistiques de chacun. Un livre à feuilleter, à laisser s’ouvrir aux pages qu’on aime et qui donne l’irrésistible envie de se rendre au bord du lac pour la prochaine édition du festival. ELISE PADOVANI er- IÇ. Iri, F 4:Rfal [EARS & CRMIII R ES Créateurs et créatures 50 ans de festival international du film d’animation d’Annecy Edité par la CITIA, éd Glénat, 39 euros Hommage à l’hexagone Il aura fallu un peu moins de trois ans, de 1973 à 1976, pour construire sur les hauts du Jas de Bouffan à Aix un des symboles des utopies artistiques du XX e siècle : La Fondation Vasarely. L’ouvrage coédité par Images en manœuvre retrace à grands traits et nombre détails (manquent quelques plans, croquis et maquettes) la genèse du projet et sa réalisation, en croisant le parcours exceptionnel de son fondateur avec les témoignages des acteurs non moins prestigieux ou complices de la première heure : Denise René, la galeriste de la première chance, Claude Pradel-Lebar (chargé à l’époque des 42 œuvres monumentales puis directeur du centre architectonique de 1975 à 1982), John M. Cunningham et Adrian Kelly et bien sûr le petit-fils et actuel président de la fondation, Pierre Vasarely. Des photos d’archives privées et de la fondation renforcent ce corpus documentaire. Dans la seconde partie, les photographies commandées intra et extra muros à Xavier Zimbardo alternent avec des citations empruntées à Victor Vasarely, pour s’offrir comme un livre d’images vibrantes entre vues d’ensemble et plans rapprochés, graphismes et couleurs, en écho à la polychromie des intégrations architectoniques. Au final, nous ne tenons entre les mains ni un livre d’architecture ni le catalogue d’une collection, mais une chronique en forme d’hommage évoquant ce que devait être le projet d’un artiste certain de sa responsabilité dans l’espace social. Selon Pierre, Victor Vasarely était communiste, mais ce n’est pas précisé dans le livre. CLAUDE LORIN La fondation Vasarely de l’op art à la cité polychrome du bonheur édition trilingue français, anglais et hongrois coédition Images En Manœuvres-Fondation Vasarely, 32 euros Parcours initiatique Quels chemins emprunter après Cézanne pour accéder au mythe de la Sainte Victoire ? Bénéficiant d’une résidence d’un an, Jean-Christophe Ballot a cherché cette fascinante confrontation au gré des quatre saisons. Inspiré notamment des trente-six vues du Mont Fuji d’Hokusaï, le photographe a arpenté le territoire selon différents cheminements : de près et du lointain, du promontoire ou de la vallée, des instants de l’aube au crépuscule, révélant le motif monumental ou ténu entre les frondaisons, sa puissante minéralité ou sa présence évanescente entre les brumes. Ici la figure mythique s’impose ou se laisse entr’apercevoir, comme elle donne aussi à voir ses géographies. 34 photographies couleur alternent avec 22 noir et blanc aux accents parfois pictorialistes. C’est par l’une de ces dernières que le parcours commence comme par nostalgie. La montagne apparaît entre les écharpes de nuages, sa ligne de crête en profil sculpté versé à l’horizontal. Jean-Christophe Ballot évoque dans sa présentation une forme d’incarnation ; dans la préface, François Barré pointe que le travail de toute variation -plastique ou musicale- est aussi recherche de soi ; tout au long de ce cheminement initiatique des extraits de La Leçon de la Sainte-Victoire résonnent en off des pensées de Peter Handke. L’ouvrage se termine par une petite série plus intime dédiée au site cézannien de Bibémus. On rejoint la poésie du paysage et de son sublime. CLAUDE LORIN Les trente six vues de la Sainte-Victoire Jean-Christophe Ballot Editions Gallimard, 29 euros
Penser la ville Grand Prix de l’urbanisme en 2009, François Ascher nous a quittés récemment, laissant derrière lui une pensée urbanistique unique sachant fédérer les savoirs de tous les domaines, alliée à une revendication de liberté pour l’individu et les sociétés qui permet d’édifier une vision nouvelle de la ville. L’ouvrage Organiser la ville hypermoderne, publié aux éditions Parenthèses et dirigé par Ariella Masboungi, est un véritable manifeste pour la recherche urbaine qui prend appui sur les postulats du brillant et inclassable penseur, un entretien, des témoignages riches en enseignements, et une anthologie de précieux documents. Ainsi se dessine l’image de cet esprit impertinent qui aura su interpeller décideurs et professionnels. Destiné à des spécialistes comme à des néophytes passionnés et curieux, ce livre richement illustré est un outil indispensable pour qui s’intéresse à la ville de demain. Et au projet de société ressortissent de son édification. FREDERIC ISOLETTA Organiser la ville hypermoderne François Ascher Ed. Parenthèses, 16 euros LIVRES 51 47 Le palais des rois Conçu comme un guide touristique artistique, ce petit guide bilingue saura combler tous les amoureux de Versailles et des richesses inouïes dont regorge ce haut lieu de l’histoire de France. Avec les textes concis et précis de Frédéric Martinez et les superbes photos de Gilles Targat, Versailles Le palais des rois et ses multiples entrées (120 au total) se dévore avec une facilité déconcertante. Le château bien sûr avec sa chapelle royale, son opéra royal, sa cour de marbre, ses jardins, ses bassins, ses groupes de statues ou ses appartements royaux mais également la ville, avec entre autre l’hôtel des Menus-Plaisirs, sont analysés dans leurs moindres détails et enseignent facilement l’histoire de ce théâtre de tous les instants. Promenade instructive et foisonnante d’érudition au cœur du château le plus célèbre du monde, la lecture de cette petite bible sera à coup sur un allié de poids pour comprendre l’idéal de beauté et de munificence de la monarchie absolue. F.I. Versailles Palais des rois Frédéric Martinez, Gilles Targat Ed Chêne, 14,90 euros Une écriture des limites En 2008, la Zip de Barjols avait déjà mené une recherche avec le Foyer Oriane, qui avait donné lieu à une exposition, Autistes Artistes, mots, dessins, objets, pour donner un sens à la dislocation, à l’enfermement… Vouloir comprendre l’autisme nous entraîne dans un monde autre, aux limites de nousmêmes, dans le cycle fermé des répétitions, des mots psalmodiés, au point d’en perdre leur sens, gardant juste, semble-t-il, leur valeur incantatoire. Si « je est un autre », cet autre, comment le rejoindre, l’atteindre ? La belle démarche du poète Guillaume Fayard, en résidence d’écrivain au centre d’hébergement pour autistes à Barjols, tente une approche avec les résidents et le personnel de l’établissement… En émerge un recueil poétique, Sans Bord et Sans Urgence, fondé sur l’observation de l’autre, la reproduction de son langage. Qui a dit qu’il servait à communiquer ? Ici, il se replie sur lui-même, dans la « densité atomique de la répétition ». Le texte poétique oscille entre la copie fidèle de ce qui est, manifestation extérieure de la maladie, et de fulgurantes intuitions. Ainsi, l’autisme dans ses lancinantes répétitions devient rythme cosmique, « le soleil revient tous les jours » affirme le poète. Un texte qui interroge, nous renvoie aussi à nos propres manies. Le poète encore cherche au plus profond de l’inconnu, dans un bel élan altruiste… le lecteur dispose des clés et du sens, et atteint peut être cet autre qui est en lui. MARYVONNE COLOMBANI Sans Bord et Sans Urgence Guillaume Fayard, introduction Philippe Blanc, psychologue clinicien Editions Plaine Page, collection Résidence, 10 euros... 1



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 32 août 2010 Page 1Zibeline numéro 32 août 2010 Page 2-3Zibeline numéro 32 août 2010 Page 4-5Zibeline numéro 32 août 2010 Page 6-7Zibeline numéro 32 août 2010 Page 8-9Zibeline numéro 32 août 2010 Page 10-11Zibeline numéro 32 août 2010 Page 12-13Zibeline numéro 32 août 2010 Page 14-15Zibeline numéro 32 août 2010 Page 16-17Zibeline numéro 32 août 2010 Page 18-19Zibeline numéro 32 août 2010 Page 20-21Zibeline numéro 32 août 2010 Page 22-23Zibeline numéro 32 août 2010 Page 24-25Zibeline numéro 32 août 2010 Page 26-27Zibeline numéro 32 août 2010 Page 28-29Zibeline numéro 32 août 2010 Page 30-31Zibeline numéro 32 août 2010 Page 32-33Zibeline numéro 32 août 2010 Page 34-35Zibeline numéro 32 août 2010 Page 36-37Zibeline numéro 32 août 2010 Page 38-39Zibeline numéro 32 août 2010 Page 40-41Zibeline numéro 32 août 2010 Page 42-43Zibeline numéro 32 août 2010 Page 44-45Zibeline numéro 32 août 2010 Page 46-47Zibeline numéro 32 août 2010 Page 48-49Zibeline numéro 32 août 2010 Page 50-51Zibeline numéro 32 août 2010 Page 52-53Zibeline numéro 32 août 2010 Page 54-55Zibeline numéro 32 août 2010 Page 56-57Zibeline numéro 32 août 2010 Page 58-59Zibeline numéro 32 août 2010 Page 60-61Zibeline numéro 32 août 2010 Page 62-63Zibeline numéro 32 août 2010 Page 64-65Zibeline numéro 32 août 2010 Page 66-67Zibeline numéro 32 août 2010 Page 68-69Zibeline numéro 32 août 2010 Page 70-71Zibeline numéro 32 août 2010 Page 72