Zibeline n°31 juillet 2010
Zibeline n°31 juillet 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°31 de juillet 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 9,6 Mo

  • Dans ce numéro : dossier... centralisme, socialisme et culture.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 76 - 77  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
76 77
76 FÊTE DU LIVRE DE LA CANEBIÈRE Agnès Mellon Zibeline s’est associée au Festival du livre de la Canebière, manifestation populaire où le goût d’écrire et d’échanger se conjuguait au plaisir de lire, et d’écouter… Nous publions dans ces pages la nouvelle et l’illustration lauréates des concours lancés par l’association Couleur cactus, animatrice de ces trois jours de festivités organisés par la mairie du premier secteur de Marseille. Dans ces pages également les écrits de quelques participants à notre atelier d’écriture journalistique. Qui, pour certains, n’avaient vraiment pas grand-chose à apprendre de nous ! AGNÈS FRESCHEL ET FRED ROBERT Écrire sur la Canebière L’atelier d’écriture Vue sur Mer animé par Anne Foti pour les adolescents les amène à donner leur point de vue sur un thème. Anne Foti pense qu’écrire permet aux ados de développer leur point de vue et de parler de leurs souvenirs. Ils s’inspirent en effet de photos tirées de livres : une mer grise qui se confond dans le ciel, des rochers, des barques de pêcheurs et au loin une vaste végétation… Etant présente à cet atelier j’ai apprécié que les photographies amènent les mots et me permettent de parler des souvenirs personnels que m’évoquaient les images. PERLE T. 12 ANS Déambulation instructive En haut de la Canebière, des stands sont installés pendant les trois jours du festival Les accents de la Mer… J’y rencontre Pierre Reiff, président de l’association Baroques-Graffiti, 10 ans d’âge. Un ensemble de musique ancienne qui croise les cultures musicales (violon, oud…) et lutte contre les élitismes de la musique savante. Nora Mekmouche, bénévole de l’association Soleda, éditions solidaires, me présente son collectif de 6 éditeurs marseillais qui mutualisent moyens et compétences pour obtenir une meilleure visibilité, et militent en faveur de l’engagement politique des auteurs. Je discute avec Nicolas Genre, salarié de l’Institut d’études occitanes basé à Aix. Une association, présente dans 32 départements du Sud de la France, qui promeut l’Occitan provençal. En effet, deux écoles existent qui ont une appréhension différente de l’Occitan écrit : la graphie Mistralienne utilise une écriture phonétique calquée sur le français, « le » s’y écrit « lou », comme il se prononce. Tandis que dans la graphie classique, défendue par l’institut, « le » s’écrit « lo » mais se prononce lou ! Une jolie rencontre avec Armelle Galtier me permet de découvrir La Vitrine, où la poésie est présentée de façon vivante : au 58 rue Jean de Bernardy, les poètes exposent leurs écrits à la vue de tous ! Jusqu’au 19 juin, les passants peuvent y découvrir les écrits d’Anne Kawala. Nuit et jour, la vitrine étant éclairée la nuit ! Cerise sur le gâteau, j’ai effectué cette déambulation… à bord d’un pousse-pousse électrique, conduit par Célia Guerri de l’association Proxi Pousse ! ROBERT D’ANGELO Mamanthé ne sert pas le thé ! L’association Mamanthé, pont entre les générations et les cultures… Mamanthé aura bientôt 3 ans et juste un siècle de moins que son éponyme, la grand-mère martiniquaise de Mona Georgelin, fondatrice de l’association pour la promotion de la culture créole en région PACA. Swing de musique du monde au Square Léon Blum, et soleil décidé à faire bronzer même la sirène bibliophage qui toise l’église des Réformés : on est le 12 juin, Festival du Livre de la Canebière. Derrière son ministand-librairie de littérature caribéenne, crinière cuivrée assortie à sa peau métisse de Bretonne martiniquaise, il y a Mona, comme un poisson dans l’eau qui remonte vers la source. « J’ai cru jusqu’à 12 ans que ma mère l’appelait Man Té parce qu’elle servait du thé à tous ses enfants. En fait, son prénom c’était Félicité mais de toute façon elle a dû passer beaucoup de temps à servir ses 18 enfants et ses 81 petits-enfants, dont je suis, m’explique Mona, et c’est une manière de lui rendre hommage. » Ça tombe à pic, parce qu’hier soir à l’Alcazar c’est le romancier, poète et essayiste guadeloupéen Daniel Maximin, qui, sans un mot pour son œuvre personnelle, pourtant aussi intense que profonde, rendait lui aussi un hommage bouleversant à Suzanne Césaire qui a élevé 6 enfants avant de se consacrer à ses écrits d’essayiste dissidente, femme de théâtre et penseuse de la négritude. « Écrire un enfant sous chaque bras » a-t-il dit d’elle, citant une poétesse russe. « J’ai grandi en métropole, poursuit Mona qui ne perd jamais le nord de sa boussole antillaise, mais ma mère fait partie de cette génération d’après-guerre où la langue créole, trop proche de l’oppression coloniale, était une langue interdite de transmission. - Et vos deux enfants ? - Ils comprennent déjà tout ce qu’on leur dit en créole ! J’ai un besoin profond de faire partager cette culture : « kilti kréyol ». La Bretagne, elle, peut attendre encore un peu ! ajoute-t-elle. » … J’habite une blessure sacrée/J’habite un long silence… écrit Aimé Césaire. Et bien même si l’optimisme n’est pas dans l’air du temps, j’ai envie de lui répondre : Regarde ! C’est en bonne voie de guérison chez Mamanthé… MARION DE DOMINICIS
La fête du livre, de la mer et du soleil Le festival proposait des ateliers pour les amoureux de la lecture, mais surtout de l’écriture et de la culture autour de l’écrit La Faute à Voltaire : l’association a travaillé à partir de textes sur la mer écrits par des participants aux ateliers, mais aussi des textes littéraires. L’équipe a enregistré les effets sonores de la mer et fait entendre aux écouteurs ce joli travail poétique… Le Comité d’intérêt de quartier était là avec des livres en rapport avec la ville, pour échanger autour de la vie du quartier. Soleda, éditeurs solidaires se sont regroupés pour obtenir une plus grande crédibilité, et pouvoir continuer, en particulier, à éditer des livres de photographies et d’art. Le Cercle Catala de Marsella est une association qui existe depuis 1918, fondée par les pêcheurs immigrants de Catalogne présents à Marseille depuis la Grande Peste, et qui ont donné leur nom au quartier des Catalans (7 e arr.). Nous avons fini à La Place aux Siestes, un endroit où chacun peut se reposer dans des chaises longues et laisser en partant une petite marque sur les parasols… MARCO HORODENSKI ET EMILIA LIMA, un couple de jeunes Brésiliens en formation « Français Langue Etrangère » avec l’association CIERES, organisme d’intégration et d’alphabétisation des personnes immigrées. Êtes-vous assez désirable ? N'attendez pas la réponse et passez ù l'action. Formez-vous, spécialisez-vous, boostez votre carrière ! L'employabilité est une des raisons d'être d'EuromedManagement. D'où 6 secteurs d'expertise "Mastères Spécialisés et EuromedM1.Sc," MS (Mastéres Spsciaiisës) - International Sport & Event Management - Management Maritime International Admission : Bac + 5, Bac + 4 avec 3 ans d'expérience professionnelle, Bac + 4 {sous conditions), dossier de candidature, entretien et test TAGE MARE. ELrROMED M.Sc, - Entenainment & Media Management (Sport Professionnel & Marketing Sportif, Entreprises de Médias, Communication Erériementielle,.arch$ & Industriesdu Divertissement, Marketing Services & Communication Opérationnelle) - Immobilier & Politiques Urbaines (Construction & Aménagement ; Habitat & Urbanisme) - Management Financier & Organisationnel (Direction Financière & Ingénierie financiers, Audit Financier, Gestion Patrimoniale, Contrâle de Gestion, Audit d'OrganIsetians, Roanne es-situ {e-leamIng)) - Maritime, Transport International & Logistique Admission : Parcours en 1 an Bac + 4, Parcours en 2 ans Ban + 3, dossier de candidature, entretien et test TAGE MAGE. www.euramed-management.comfmaster ici, vous verrez les mondes autrement Prix du jury récompensant une illustration de la nouvelle La vague et le rocher de Hélé BEJI, auteure tunisienne publiée aux éditions Elyzad LAURÉAT : FRANÇOIS BEGNEZ, 37 ANS, MARSEILLAIS i m EURGMED MANAGEMENT EQUIS Aoirlacm let : k -



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 1Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 2-3Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 4-5Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 6-7Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 8-9Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 10-11Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 12-13Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 14-15Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 16-17Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 18-19Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 20-21Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 22-23Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 24-25Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 26-27Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 28-29Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 30-31Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 32-33Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 34-35Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 36-37Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 38-39Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 40-41Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 42-43Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 44-45Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 46-47Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 48-49Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 50-51Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 52-53Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 54-55Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 56-57Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 58-59Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 60-61Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 62-63Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 64-65Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 66-67Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 68-69Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 70-71Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 72-73Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 74-75Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 76-77Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 78-79Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 80