Zibeline n°31 juillet 2010
Zibeline n°31 juillet 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°31 de juillet 2010

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : L'amicale Zibeline

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 9,6 Mo

  • Dans ce numéro : dossier... centralisme, socialisme et culture.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 68 - 69  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
68 69
68 ARTS VISUELS Alechinsky fait bande à l’art L’art contemporain fait son entrée au musée Granet dans tout l’éclat d’une constellation de signes et d’images Pierre Alechinsky est un jeune homme de 83 ans malicieux, faussement ébaubi par le raffut provoqué par son exposition. Un frêle forçat ratatiné par son travail du dessin, de la peinture et de l’écriture mené depuis les débuts du mouvement CoBrA dont il fut un illustre acteur. Le musée Granet révèle les liens avec le Sud de son œuvre majeure, sobre et explosive. Liens paradoxaux pour un homme né dans les brumes bruxelloises, mais qui posa son chevalet au pied de la Sainte-Victoire dès 1966… L’exposition met à nu le sens profond de ses relations au Sud nourries dans son atelier près de Maussane où il s’installa en 1988, et dans les « ateliers virtuels » de ses complices éditeurs (Pierre-André Benoît à Alès, Fata Morgana à Montpellier et Actes sud à Arles) et céramiste (Hans Spinner à Grasse). Ce thème des Ateliers du Midi sert de socle à une pérégrination dans le temps, les formes, les signes, les sources d’inspiration, les combats et Traits d’union L’incontestable sincérité du dessin a déjà initié Noir sur Blanc en 2007 et Traits… confidentiels en 2008 à Arteum-musée d’art contemporain à Châteauneuf-le-Rouge. Deux jeux de construction habiles qui racontaient « l’art du dessin aujourd’hui ». Cet été, Traits… très particuliers esquisse un mouvement d’ensemble à travers quatorze artistes qui montrent à quel point le dessin ne cesse de se renouveler dans ses lignes de force, son imaginaire, ses tensions… D’autant qu’il décline une palette nuancée de médiums : Anthony Giroud, Sans titre, acrylique blanc et crayons a papier sur carton X-D.R MUSÉE GRANET ARTEUM PALAIS CARLI AP’ART les éblouissements qui ont construit son œuvre. Riche d’un dialogue fécond entre le dessin et la peinture et les « livres infeuilletables » réalisés en grès ou porcelaine, la muséographie éclaire notre vision de ses peintures acryliques abstraites encerclées de « remarques marginales », terme emprunté à l’imprimerie ou encore à l’art de la tapisserie. Riche aussi de ponctuations textuelles car si Alechinsky est féru de la prose de Cendrars ou Bonnefoy dont il illustra quelques volumes, il est aussi écrivain et spécialiste de l’illustration et de la typographie. Il faut lire Deux pinceaux dans le sable pour percer les méandres de sa pensée et de son art sans cesse sur la braise. Barbichette grisonnante, lunettes rondes placées haut sur le front, de travers, bleu de Chine et cravate irrévérencieuse, Pierre Alechinsky irradiait de sa présence l’exposition. Écho flamboyant à une peinture « noueuse » qui creuse un sillon singulier loin des coteries et dont les vibrations éclatantes secouent ceux qui les regardent. De face de préférence, pour ne rien perdre du choc qu’elles provoquent. MARIE GODFRIN-GUIDICELLI CoBrA (COpenhague-Bruxelles- Amsterdam), mouvement prônant la liberté, la spontanéité, l’expérimentation de 1948 à 1951 crayon gris, crayons de couleur, encre de chine, pierre noire, fusain… On retiendra « trait… particulièrement » la mise en regard de la série sur chiffon d’atelier de Martin Galtier et les encres Rotring de Thierry Agnone qui ouvrent le bal ; tous deux figurant dans la collection privée d’Anne et Henri Sotta. Les grands formats au fusain de Maurice Maillard sont à regarder de préférence de biais et de loin pour saisir l’immatérialité méandreuse de ses paysages minéraux (diptyque Le grand torrent). Sandra Ferreri, On the road again with bicycle, crayon sur papier polycarbonate Alechinsky, Seculaire, 1996, acrylique sur toile, 158 X 186 cm Les Ateliers du Midi Pierre Alechinsky jusqu’au 3 octobre Musée Granet, Aix 04 42 52 88 32 www.museegranet-aixenprovence.fr Par leur dextérité technique et leur maturité, les jeunes Sandra Ferreri et Anthony Giroud développent chez le spectateur une claustrophobie tout autant qu’un sentiment d’étrangeté : la première par l’enchevêtrement de cercles infinis qui recouvrent la forme initiale (une maison digne d’Edward Hopper) ; le second par la densité des traits de crayon à papier d’où naît une nature sauvage, mystérieuse. Plus équivoques encore, les petits dessins à la pierre noire de Soren laissent apparaître dans un halo de blanc les contours et les formes de silhouettes inquiétantes, jeunes filles et bêtes disproportionnées. Comme s’il dessinait la préface d’un nouvel opus de Lewis Carroll. Et tous les autres encore - Robert blanc, Didier Boussarie, Rémy Defer, Joël Lorand, Alix Paj, Véronique Thiery-Grenier, Yannick Papailhau, Alexandra Pellissier - dont le travail s’expose sans fard : dans « une vérité nue sans autre artifice que le trait ». MARIE GODFRIN-GUIDICELLI Traits… très particuliers jusqu’au 17 juillet Arteum, Châteauneuf-le-Rouge 04 42 58 61 53 www.mac-arteum.net
Amo di moun païs ! Auguste Chabaud en Provence ou le retour du peintre dans le Sud après sa jeunesse à Paris, fauve parmi les Fauves. La période qualifiée de « retraite » s’est avérée très fertile du point de vue de sa production picturale… Pour preuve les quelque 120 œuvres réunies au Palais des arts ! Des toiles, sculptures et dessins traversés par les thèmes chers à l’artiste, avec parfois des réminiscences de couleurs vives, franches, propres à sa période parisienne : Signaux en gare de Graveson, La petite fille en rouge. Œuvres audacieuses qui empruntent à la photographie ses possibles angles de vue. On retrouve ici les vieux métiers (Le colporteur, Le facteur), les traditions rurales (Le retour du troupeau), les scènes de la vie quotidienne (La foire aux chevaux), ses lieux de villégiature familiale (le mas Martin à Graveson maintes fois évoqué), les campagnes (mas, cour intérieure, écurie), les portraits de famille, les paysages qu’il transcende et… des bouquets d’une lourdeur indigeste. Son vocabulaire pictural à l’heure de son retour à la terre est pourtant riche : apposition-superposition de larges touches de couleurs, cerne noir enserrant la forme (sa marque de fabrique), cadrages osés (il n’hésite pas à couper le tronc et la tête d’un des Paysans au Un monde Ap’art repos pour donner plus de force à la scène), matière épaisse, silhouettes réduites parfois à une simple ligne évocatrice, organisation spatiale géométrique : il y a là une rudesse de la peinture qui le caractérise. Mais la quantité de toiles rassemblées met aussi à nu ses maladresses formelles, ses tentatives malheureuses (ah, la série de pâles baigneuses !). Arrêtons-nous plutôt à ses dessins, aquarelles et gouaches sur papier boucherie qui révèlent un Chabaud libre et spontané. MARIE GODFRIN-GUIDICELLI Chabaud en Provence jusqu’au 12 sept Palais Carli, Marseille 04 91 04 68 32 www.regards-deprovence.org Anthony Giroud, Sans titre, acrylique blanc et crayons à papier sur carton X-D.R. Les Alpilles offrent une semaine d’art contemporain à tous les publics Depuis longtemps, la Provence est une terre d’accueil de festivals renommés, et les Alpilles et ses environs abritent bien des auteurs et des ateliers d’artistes. Mais en s’installant à Saint Rémy Leila Voight n’avait pas projeté ce nouveau festival dédié aux différentes formes d’art contemporain. « À l’origine j’ai été contactée par Elisa Farran (conservatrice au musée Estrine. NDLR) à propos d’un projet de jardin de sculptures sur Saint Rémy. Cette initiative privée s’est orientée vers plus ambitieux pour concerner plusieurs lieux dans la ville puis dans ses environs. Les partenaires privés et les institutions publiques comme la mairie de Saint Rémy ont rapidement accroché au projet, puis d’autres encore ». Ainsi est né le Festival Ap’art renforcé par les expériences parisiennes de Leila Voight qui avait organisé plusieurs années de suite Les artistes cassent la baraque lors de la foire d’art contemporain du quartier Saint Germain, avec la même intention de « sortir l’art contemporain du public d’initiés » et « d’inciter des artistes reconnus à inviter de jeunes talents sans se limiter à une forme d’art particulier ». Pour sa première édition, Ap’art invite près de soixante dix artistes. Ils investiront Saint Rémy et ses environs dans tous types de lieux : châteaux, places et jardins, cafés, musées, lycée agricole, chapelle… Ben, Christo (probable-ment en vidéo conférence s’il est retenu outre-Atlantique), Daniel Spoerri, Robert Combas, Philippe Ramette, Sophie Elbaz, Orlan (pour la clôture le 13/07 aux Baux-de-Provence), côtoieront Alain Grosajt, Lionel Scoccimaro, Pierre Pinoncelli, Anne- Marie Pêcheur qui concevra une installation pour l’occasion, Joseph Alessandri et Gérard Drouillet installeront un singulier appartement au musée Estrine, Georges Rousse viendra d’Avignon pour un projet saint rémois… Entre autres réjouissances, visites d’ateliers et conférences sont à prévoir mais « l’entité festivalière est pour moi la rencontre avec les artistes qui seront-là pour partager avec le public, susciter des rencontres, des projets » insiste Leila Voight. Toutes ces manifestations sont accessibles gratuitement, sauf le dîner palindrome de Daniel Spoerri à l’Oustau de Baumanière sur réser-vation. Invitée d’honneur, Jessica Lange exposera pour la première fois une série en noir et blanc aux Ateliers de l’Image. CLAUDE LORIN Jacques Villegle - Yves, 2007, acier corten Michele et Yves di Folco AP’art Festival international d’art contemporain du 08 au 13 juillet Saint Rémy-de-Provence et Alpilles www.festival-apart.org aux Éditions Parenthèses Tout le jazz en livres... Charles Mingus Billie Holiday Art Pepper Django Reinhardt John Coltrane... MINGUS MOINS QU'UN saitn.tanr Lady Sings the Blues Éditions Parertthëses 72. cours Julien 13006 Marseille #e1, ; p 495 081 87.0 info@ed itionspa rentheses. nom DEMANDEZ LE CATALOGUE COMPLET installation, vidéos et ateliers TAMBOUR BRODÉ Sophie MENUET du 19 juin au 31 juillet 2010 Vernissage Samedi 19 juin 19 h ZIP 22 Zorre d'Intérêt Poétique 22 rue de La R4publique BARJOLS (83) Contact 04 94 72 54 81 www.plainepage.com



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 1Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 2-3Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 4-5Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 6-7Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 8-9Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 10-11Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 12-13Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 14-15Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 16-17Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 18-19Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 20-21Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 22-23Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 24-25Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 26-27Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 28-29Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 30-31Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 32-33Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 34-35Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 36-37Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 38-39Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 40-41Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 42-43Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 44-45Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 46-47Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 48-49Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 50-51Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 52-53Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 54-55Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 56-57Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 58-59Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 60-61Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 62-63Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 64-65Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 66-67Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 68-69Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 70-71Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 72-73Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 74-75Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 76-77Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 78-79Zibeline numéro 31 juillet 2010 Page 80